Bayeux #6 : La fabrique de jeunes sociologues. Jalons pour une analyse approfondie et référencée d’une semaine à Bayeux

Pour ce dernier billet, les enseignant-es « d’un autre âge » reprennent le pouvoir. A notre tour de faire le bilan de cette semaine riche, stimulante et joyeuse avec les étudiant-es du M1 de sociologie de l’Université de Rouen.

Partir à trois, avec 30 étudiant-es lâché-es dans la ville par groupe de trois à cinq, n’était pas un pari gagné et nous craignions de devoir nous lancer dans une véritable chasse à l’homme géante pour les retrouver. Quelle surprise de les voir au fur et à mesure nous réclamer de venir les observer pendant leurs entretiens, au risque de se prendre un « ça n’allait pas du tout » à la fin ! Ces échanges, prolongés en mode 2.0 par le groupe whatsapp (une appli de vieux), nous ont aussi beaucoup appris sur nos propres méthodes.

Les voir sonner aux portes dans les rues, retourner trois fois au même café pour interroger le propriétaire par morceaux de 10 minutes parce qu’il était trop occupé, accepter un entretien à Caen pour être sûr de l’avoir, se prendre des « râteaux sociologiques » et remonter en selle, nous ont appris la force de la persévérance. On s’est souvent demandé si on aurait pu faire la même chose à leur place (tout en leur disant bien sûr que c’était une évidence qu’ils le fassent). Voir certain-es surmonter leurs inhibitions et se révéler à l’aise dans l’interaction nous invite à les imiter dans nos prochaines pratiques de terrain.

En observant leurs innovations méthodologiques et en les voyant saisir la moindre interaction pour approfondir leur connaissance du sujet, nous avons été amenés à interroger notre propre rapport sacralisé au terrain et à l’entretien.  Ainsi, nous avons sans cesse été tiraillé-es entre le fait de leur transmettre nos méthodes très formalisées tout les invitant à sortir du cadre et à être plus souples. De nombreux échanges avec eux et elles sur les frontières entre entretiens formels et informels, observations formelles et informelles ont bousculé nos propres représentations et savoirs.

Cette semaine a aussi renforcé notre croyance en la richesse du terrain collectif. Les étudiant-es ont vite compris que mener un entretien à plusieurs était plus confortable car il permettait parfois de décrocher ou « rester bloqué » pendant un quart d’heure et de sous-traiter la prise de notes. Mais ils ont aussi pu voir que discuter du terrain matin, midi et soir (on leur a dit plusieurs fois d’arrêter de manger avec leur groupe mais ça a été laborieux …) permettait de faire évoluer leurs problématiques et leurs méthodes. Cela nous a renvoyé à nos expériences collectives, trop souvent réduites à des échanges une fois les données collectées pour savoir qui rédige quelle partie (et qui envoie les mails de relance…), alors que les étudiant-es ont su produire des données et des connaissances ensemble. Ils ont dépassé les tensions internes aux groupes et se sont servis de la complémentarité de leurs différents caractères. Cela nous encourage à oser faire des pas de côté et à faire des recherches avec des « gens » qui n’auraient pas les mêmes trajectoires que nous.

Cette semaine aura été riche en expériences. Grâce à elles et eux, nous avons pu goûter aux joies d’un rendez-vous matinal chez les sœurs bénédictines, d’un atelier de fabrication de berlingots, de discussions informelles en anglais sous la pluie avec des touristes américains, d’un cours de yoga assis dans un ephad, de la rencontre d’un artisan médaillé d’or du pâté de campagne, de prendre un petit-déjeuner chez une famille georgienne, de prendre un cours de broderie ou encore de nous prendre des leçons de poignée de main par une pasteure.

Les étudiant-es nous ont aussi donné des leçons d’imagination sociologique lors d’intenses brainstorming collectifs pour la rédaction de ces billets, en allant puiser chez France Gall, Walt Disney ou encore dans des séries dont nous n’avons jamais entendu parler. En les voyant, nous avons solennellement décidé de renoncer définitivement aux titres « la fabrique de… », « de quoi … est-il le nom », « … comme analyseur de…. » et d’aller dorénavant puiser dans les chansons de Jul ou de Lorenzo (on a étendu notre culture musicale cette semaine…). La série Games of thrones, découverte grâce à la fameuse tapisserie, nous servira aussi d’inspiration.

Finalement, cette semaine aura été placée sous le signe de la bienveillance et de la solidarité. Les uns acceptant les couvre-feux et les autres ne se moquant pas de leurs pyjamas respectifs (et pourtant…). L’une d’elle a dit mardi soir « c’est une histoire d’amour avec la socio », il semblerait que ce stage soit aussi le début d’une chouette histoire d’amitiés !

Hugo Bréant, Marion Charpenel et François Féliu PS : Les étudiant-es, si vous lisez cela, dégonflez le melon et attendez de voir vos notes !


2 réflexions sur « Bayeux #6 : La fabrique de jeunes sociologues. Jalons pour une analyse approfondie et référencée d’une semaine à Bayeux »

  1. Bravo pour avoir pris le temps de rédiger et partager cette aventure intellectuelle et, semble-t-il, personnelle. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.