Archives de l’auteur : Francois Féliu

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – l’activité physique dans la prise en charge des addictions

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur la mobilisation des activités physiques dans des centres d’addictologie. Le projet APhyChAddi entend ainsi rendre compte de la manière dont un programme d’Activités Physiques Adaptées (APA) est mis en place sur la durée et réapproprié par les patients, sur le moment du dispositif et à plus long terme.

Alors que les dispositifs mobilisant les activités physiques dans le cadre de la prise en charge des addictions sont peu visibles, cette recherche, combinant ethnographies de cliniques d’addictologie et récits de vie, a vocation à rendre compte de façon multi-située de ces programmes. Dans ce projet , nous explorerons la diversité des vécus des malades face à ce type de dispositif, permettant d’éclairer les combinaisons complexes d’inégalités et de trajectoire de vie, mais aussi la construction du rapport au corps et à l’activité physique. L’enquête devra permettre, en parallèle, de mettre en lumière la trajectoire de ces dispositifs, de leur conception à leur mise en place, et jusqu’à leur pérennisation.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la mobilisation des activités physiques dans la prise en charge des addictions (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet.

            Réaliser des ethnographies de cliniques d’addictologie dans lesquelles les activités physiques sont mobilisées.

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche.

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des patients, des professionnels de santé et des enseignants d’APA, mais aussi des observations au sein de ces cliniques, en collaboration avec le responsable scientifique. Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e, en lien avec le responsable scientifique, participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires (cliniques, etc.), participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique.

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, avec une expérience de recherche dans le champ de la santé, et une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives.

Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Une partie de son terrain de recherche se déroulera dans l’agglomération rouennaise.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le montant du salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Forum-support (FR)

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – L’ordre négocié de l’alcool au rugby et en escalade

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur l’ordre négocié de l’alcool dans les mondes du rugby et de l’escalade.

Fort d’une première enquête quantitative et qualitative sur les pratiques de consommation d’alcool chez les sportifs, cette recherche a vocation à rendre compte des négociations dont l’alcool fait l’objet dans les mondes du rugby et de l’escalade, à différentes échelles, du local au national. En se basant sur une approche par l’ordre négocié, il s’agit de réfléchir en termes de co-construction, considérant que les normes ne sont jamais imposées unilatéralement, ni constituées une fois pour toutes. Ici, les normes autour de l’alcool apparaissent dans un équilibre particulièrement précaire, où les zones d’ombre sont nombreuses et s’insèrent dans un ensemble d’injonctions contradictoires et de significations multiples. L’enquête porte ainsi tout autant sur les dirigeants et les éducateurs de club que sur les fédérations et les alcooliers et leurs liens complexes.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la recherche (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet,

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des dirigeants (aux différentes échelles, du club au niveau fédéral), des entraîneurs, mais également des responsables et anciens responsables du service communication et relation clientèle de l’industrie alcoolière.  Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires, participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, et avoir une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives. Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Le/la post-doctorant.e, devra proposer des outils collaboratifs pour permettre aux membres de l’équipe de travailler avec les mêmes documents.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Il/elle devra être présent au moins une journée par semaine à Rouen.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à François Féliu (francois.feliu@univ-rouen.fr) et Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel:

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

2 nouvelles références de Camille Dupuy

Dupuy, C. & Sarfati, F. (2019). « Pour des développeurs, c’est pas énorme ! »: Fabriquer et justifier de moindres rémunérations. Terrains & travaux, 35(2), 113-135. doi:10.3917/tt.035.0113.

Comment fabrique-t-on des règles salariales ? Comment fait-on accepter un niveau de rémunération globalement moindre que pour d’autres fonctions équivalentes dans d’autres entreprises ? Les auteurs de l’article répondent à ces deux questions en mobilisant une enquête par entretiens et observations au sein d’une école de formation aux métiers de l’informatique. L’étude permet de retracer la construction d’une grille salariale, venant distinguer les rémunérations selon le statut (bénévole, stagiaire, CDD, CDI, fondateurs) et selon le niveau de technicité informatique du poste tenu. Des formes plurielles de justification sont ensuite analysées. Trois principes de justification rendent acceptables des salaires plus faibles que dans d’autres entreprises : la vocation, la passion, l’utilité.

Elodie Bethoux, Camille Dupuy. What « unequal treatment » is at work in the French context?. 10th International Labour and Employement Relations Association Regional Congress for the Americas, Jun 2020, Toronto, Canada. ⟨hal-02881362⟩

Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Autour de l’affaire Traoré, Romain Juston Morival a publié une Tribune dans Libération et a répondu aux journalistes du Figaro. La place de l’expertise médicale/judiciaire est ainsi discutée !

Romain Juston Morival, Tribune : Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?, Libération, 20 juin 2020

Laura Andrieu (entretien avec R. Juston Morival), Affaire Traoré : qui sont les «médecins experts», au cœur de la machine judiciaire ?, Le figaro, 11 juin 2020.

La tribune de Libération :

Pas moins de sept expertises ont été réalisées dans l’affaire Traoré. Cela questionne le statut de notre médecine légale : ni spécialité médicale, ni rubrique d’expertise judiciaire, elle est tiraillée entre ces deux ordres de référence issus de la science et du droit.

  • Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Tribune. Depuis le décès d’Adama Traoré lors de son interpellation le 19 juillet 2016, se sont succédé pas moins de sept expertises médicales. Cela est inhabituel en France où le système judiciaire pénal repose sur le modèle de «l’expert du juge» indépendant vis-à-vis des parties et simple bras droit technique produisant un discours impartial et objectif. Ici, le corps ne parle pas uniquement par la voix de l’expert du juge, mais aussi à travers un ensemble d’expertises privées sollicitées par la famille de la victime. Ces rapports insistent sur les syndromes asphyxiques, reliant le décès à la pression subie par les corps des gendarmes au cours de l’interpellation, et s’opposant à la thèse concurrente selon laquelle cette asphyxie a elle-même des causes infectieuses, correspondant à un état de santé antérieur du jeune homme.

Comment comprendre cette bataille d’experts ?

[la suite ici : https://www.liberation.fr/debats/2020/06/20/adama-traore-theo-luhaka-la-justice-doit-elle-craindre-les-batailles-d-experts-medicaux_1791765]

Julie Couronné, Camille Dupuy, François Sarfati, Jules Simha. S’engager pour trouver un emploi ? Une logique utilitariste de l’engagement étudiant

Résumé : Les politiques de l’enseignement supérieur encouragent depuis 2017 les étudiantes et les étudiants à s’engager, en valorisant dans les cursus universitaires leurs activités bénévoles. Comment ces engagements s’articulent aux parcours scolaires et professionnels ? Notre enquête sociologique, conduite auprès d’étudiantes et d’étudiants engagés de plusieurs institutions universitaires (universités, grand établissement, réseau d’écoles), montre qu’une partie d’entre eux investit du temps dans des activités extrascolaires de manière à servir leurs parcours scolaire et professionnel. Ils renforcent ainsi les connaissances et les compétences acquises dans l’enseignement supérieur et recherchées sur le marché du travail. Ces comportements s’inscrivent pleinement dans les dynamiques de professionnalisation de l’enseignement supérieur.

https://injep.fr/publication/sengager-pour-trouver-un-emploi/

Catherine Palmer, Yannick Le Hénaff, Bonnet Christophe, François Féliu. Drinking Stories Among Climbers and Older Athletes in France and Australia.

Catherine Palmer, Yannick Le Hénaff, Bonnet Christophe, François Féliu. Drinking Stories Among Climbers and Older Athletes in France and Australia. International Journal of the Sociology of Leisure, 2020, ⟨10.1007/s41978-020-00058-z⟩. ⟨hal-02571993⟩

Despite stories about drinking being the focus of the research with young people, holiday makers, stag tour participants and college fraternities, stories of drinking among sportspeople have not featured significantly in the scholarship, even though alcohol consumption is a central feature in many aspects of sporting cultures and communities. Drawing on qualitative interviews with climbers in France and older athletes in Australia, the paper explores the ways in which drinking stories operate to confer accomplishment of a physical task (such as climbing) and to demarcate belonging to a membership group. In a departure from the literature on drinking stories in contemporary societies, these are not the themes of drinking to excess, transgression or vulgarity that are found in drinking stories by other social groups. When analysed together, however, they offer insights into the meanings ascribed to the social exchanges in drinking and offer important reminders of the consequences for drinking behaviours in sport. That similar themes of drinking stories were found in different sporting and geographical settings alerts us to the importance of drinking talk in sport; its absence in the scholarship highlighting the need to better understand the diversity of drinking in contemporary social life.

Petit déj’ méthodologique #5 : Sociologie et applications pour smartphone

Bonjour,

Comme annoncé le sujet de ce nouveau petit déj’ méthodologique est l’utilisation des applications pour smartphone en SHS, et en sociologie. Suite au stage de M1 de Bayeux (https://dysolab.hypotheses.org/1411) il est apparu que les smartphone pouvaient être un outil particulièrement utile pour le sociologue : enregistrement des entretiens, prise de photos, caret de terrain, aide vocable pour la retranscription.
Ce billet tendra, non pas à questionner l’usage du smartphone dans une étude sociologique mais bien à revenir sur l’utilisation d’applications dans la démarche sociologique. Marrant vous vous direz pour un irréductible sociologue 1.0 (https://dysolab.hypotheses.org/1411) de s’intéresser aux applications pour smartphone ? Passé ce petit détail réflexif l’analyse des applications pour smartphone peut être très diverse en sociologie car les applications sont très nombreuses et couvrent des champs très vastes allant de la médecine, au sport par exemple.

Un constat semble se dégager de la revue de littérature : bien que les smartphones et les applications soient très largement répandus (il y aurait, au milieu des années 2014 environ 1,2 millions d’applications pour Iphone) les chercheurs en SHS se sont, encore peu, intéressés aux applications (et à leur usage) dans leurs études. Selon Lupton (2014), qui utilise une perspective critique pour analyser l’usage des applications de santé, ces applications sont définies comme étant des « artefacts socioculturels » et continue en écrivant « […] that apps are digital objects that are the products of human decision-making, underpinned by tacit assumptions, norms and discurses already circulating in the social and cultural contexts in which they are generated, marketed and used ».
Le sociologue peut ainsi appréhender les applications de deux manières : l’utilisation d’une application comme outil de collecte de données, ou s’intéresser aux applications comme objet d’études (et ce sur différents terrain : utilisation des applications de beauté, des applications de santé, sportives ou encore des applications pour accompagner un jeûneur, etc.).

L’objectif de ce billet est de discuter l’utilisation d’applications comme moyen de collecte de données qualitatives. Après un tour de l’état de l’art, nous verrons deux exemples plus précisément utilisant pour le premier une application dédiée pour collecter des données qualitatives de type « journal personnel » alors que le deuxième exemple permettra de voir comment Whatsapp est un outil pertinent pour interagir avec ses enquêtés et réaliser de petits entretiens instantanés.

La revue de littérature (notamment García, B., Welford, J., & Smith, B., 2016) montre, par ailleurs, que les applications, en SHS, sont souvent utilisées pour collecter des données quantitatives que cela soit dans des études démographiques, en marketing, dans l’étude des comportements et des interactions, pour mesurer des temps de vue entre autres. Mais elles sont très peu utilisées, comme méthodes, pour les études qualitatives alors même que les nouveaux téléphones permettent de collecter des données interactives (photos, carnet de recherche numérique, dictaphone, etc.). Les recherches quantitatives, avec smartphone et applications, mettent en avant que leur usage permet de gagner du temps et de l’argent (on retrouve ici un argument des entretiens téléphoniques et par VoIP), augmenter la taille de l’échantillon (et les zones géographiques), favoriser les études longitudinales, fluidifier la collecte des données (en temps réel), rend la recherche interactive et conviviale pour l’enquêté (ce qui favorise un taux de réponse plus important et réduit les décrochage). Les chercheurs qui utilisent de telles méthodes mettent aussi en avant que l’usage d’une application est vue comme plus discret et moins intrusive par les enquêtés. De plus, l’enquêté n’a pas besoin d’un équipement spécifique s’il est déjà équipé d’un téléphone pouvant supporter des applications. Utiliser des applications permets aussi de rendre la recherche moins ordinaire pour les participants, ce qui peut favoriser une plus grande réflexivité de leur part.

García, B., Welford, J., & Smith, B. (2016) étudient les fans de football et les impacts que cela peut avoir sur leurs vies (études dans plusieurs pays européens) en demandant à leurs enquêtés de créer des journaux personnels (auto-diaries) en les illustrant de photos. Les chercheurs ont donc décidé d’utiliser une application (déjà existante) afin de simplifier la participation des enquêtés, pour rendre l’enquête conviviale et attractive et de travailler en temps réel. L’application qu’ils utilisent permet donc, en temps réel, aux enquêtés de renseigner des événements auxquels ils participent (match, etc.), ce qu’ils font, leurs sentiments, etc. tout en pouvant y joindre des photos. L’application leur permet donc de réaliser un journal que les chercheurs analysent dans un second temps. Une limite de leur méthode réside dans l’usage inégal des smartphones dans la population : tout le monde n’a pas les mêmes dispositions pour utiliser un smartphone et une application (question de l’échantillon et de l’inclusion/exclusion de populations). Cette méthode pose aussi des questions techniques (stockage des données, etc.), éthiques (respect des données à caractères individuels, etc.).
L’utilisation d’une application dans ce cadre précis est aussi contrainte par la possibilité de créer ou d’adapter une application pour collecter des données qualitatives.

La deuxième recherche utilise l’application Whatsapp pour collecter des données qualitatives dans le cadre d’une étude sur les usages des différents média (Kaufmann, K., & Peil, C., 2020). Whatsapp permet de réaliser ce que les chercheurs appellent des entretiens par messagerie instantanée (MINI = mobile instant messaging interview). Les chercheurs utilisent Whatsapp pour contacter les enquêtés à des horaires aléatoires en leur demandant de répondre dans les 15 minutes suivantes. Les enquêtés devaient ainsi dire les média qu’ils avaient consultés. L’utilisation d’une application permettaient aussi aux enquêtés de pouvoir envoyer des captures d’écran, des photos, des émoticones etc. des médias dont ils parlaient. En plus des données recherchées les chercheurs ont obtenu beaucoup plus d’informations. Whatsapp a été choisie, comme application, car une version pour ordinateur est disponible ce qui rend son utilisation plus facile pour les chercheurs, et son utilisation est très répandue au sein de la population. Ces chercheurs déconseillent, au final, d’utiliser cette méthode avec un grand échantillon car, à leurs yeux, il est difficile de maintenir des MINI, avec plus de 5 enquêtés de manière simultanée (mais avec une équipe d’enquêteurs en nombre suffisant ce biais peut être dépassé).

Les questions éthiques et réglementaires (RGPD, etc.) sont aussi très importantes sur ses questions et doivent interroger le sociologue qui veut utiliser de telles méthodes. Les articles reviennent, finalement, très peu sur ces questionnement ! Les aspects techniques de ses applications vous font peur ? pas de souci des collègues peuvent sûrement vous aider !

Et vous, comment utilisez-vous vos smartphones ? êtes-vous sociologues papier/crayon, 1.0 ou 2.0 ?

La situation sanitaire évolue, les petit déj’ méthodologique également. Le rythme des billets va ralentir petit à petit pour devenir mensuel à partir de la rentrée de septembre. Ces rendez-vous se feront peut-être en présentiel, qui sais ? Si vous avez des questions de méthodes à partager, à explorer, n’hésitez pas à proposer un billet ou de nous demander de propose run billet sur telle ou telle méthode ! une adresse, pour nous contacter, est à votre disposition : covid-methode-dysolab@univ-rouen.fr

François Féliu

Références :

Deborah Lupton, 2014,  Apps as Artefacts: Towards a Critical Perspective on Mobile Health and Medical Apps , Societies 2014, 4(4), 606-622; https://doi.org/10.3390/soc4040606https://www.mdpi.com/2075-4698/4/4/606/htm

García, B., Welford, J., & Smith, B. (2016). Using a smartphone app in qualitative research: the good, the bad and the ugly. Qualitative Research, 16(5), 508–525. https://doi.org/10.1177/1468794115593335

Daum, T., Buchwald, H., Gerlicher, A., & Birner, R. (2019). Times Have Changed: Using a Pictorial Smartphone App to Collect Time–Use Data in Rural Zambia. Field Methods, 31(1), 3–22. https://doi.org/10.1177/1525822X18797303

Kaufmann, K., & Peil, C. (2020). The mobile instant messaging interview (MIMI): Using WhatsApp to enhance self-reporting and explore media usage in situ. Mobile Media & Communication, 8(2), 229–246. https://doi.org/10.1177/2050157919852392

 Rosalina Costa (2019) iPhone, iResearch. Exploring the use of smart phones in the teaching and learning of visual qualitative methodologies, Journal of Visual Literacy, 38:1-2, 153-162,

Pour préparer le déconfinement : Science, bande-dessinées et Union Européenne

Le prochain petit déj’ méthodologique sera consacré aux applications pour smartphone et à leur utilisation en sociologie ! Mais avant cela, afin de préparer le déconfinement et avoir de nouvelles lectures en attendant que les BU réouvrent.

ERCcOMICS est un projet qui vise à utiliser la BD comme support de vulgarisation pour des projets de recherche qui ont été financés par l’ERC (European Researche Council). Le projet permet donc à 16 programmes de recherche d’être adaptés en BD afin de permettre une vulgarisation des résultats de recherches sous une forme actuellement à la mode ! Cela fait écho à la Soif ! Revue curieuse à la quelle plusieurs collègues du labo ont déjà participé (Guillaume Neveu, Ellie Mevel, Romain Juston Morival, Camille Couvry et Yannick Le Henaff), ou encore à Sociorama entre autres.

Parmi les premières BD qui ont été mises en ligne plusieurs concernent les SHS et plus spécifiquement la sociologie ou l’anthropologie/ethnologie alors que d’autres parlerons aux psychologues, informaticiens, astrologues, etc. Une petite sélection :

– Expecting ) : parmi les catégories de migrants les femmes enceintes sont peut étudiées par les SHS et cette problématique est eu prise en charge par les politiques publiques. Cette BD vulgarise le projet intitulé EU border care : ‘Intimate Encounters in EU Borderlands: Migrant Maternity, Sovereignty and the Politics of Care on Europe’s Periphery’. Des observations ont été conduites en France (Mayotte et Guyane), en Espagne (Ceuta et Melilla), à Attica (Grèce) et enfin en Sicile (Italie) entre 2015 et 2020.

Roots of Hatha Yoga et The roots of Ayurveda : Projets mêlant histoire et ethnologie des pratiques liées au Yoga ou à l’Ayurveda.

Beauty : un projet de recherche (Toward a comparative sociology of beauty) travaillant sur une perspective comparative des standards de beauté.

Bonne lecture et à bientôt,

François Féliu

Georges Jourdam. AU CROISEMENT DU TRAVAIL ET DU POLITIQUE : L’EMPLOI SALARIÉ : Le cas français : mutations et transformations

Georges Jourdam. AU CROISEMENT DU TRAVAIL ET DU POLITIQUE : L’EMPLOI SALARIÉ : Le cas français : mutations et transformations. L’Harmattan, 2020, 978-2-343-19812-5. ⟨hal-02567308⟩

L’objet de cet ouvrage est de constituer une suite d’états des lieux des différentes facettes de l’emploi rencontrées en France de la Révolution à nos jours. L’originalité du texte est basée sur le lien constant entre le présent et le passé. Pour accentuer cette double temporalité, le choix a été fait d’insérer dans l’évolution chronologique de l’emploi salarié trois phases contemporaines de la présidence Macron. L’ouvrage donne un certain nombre d’informations sur l’encadrement du travail salarié et ses évolutions en lien avec la politique et le politique. Il met en avant que toute modification du cadre du travail salarié est à chaque fois le précipité d’un rapport de force constant entre des intérêts divergents.

Petit dej’ méthodologique #4 : S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Bonjour à toutes et tous,

Avant de commencer le petit déj une nouveauté à vous annoncer : vous vous disiez « il faut que j’enregistre les références quelques part pour ne pas les perdre… » 😉 et voila elles sont conservées de manière pérennes sur le site du labo dans l’onglet « covid et méthodologie » :

Ce matin nous discuterons, de manière plus structurée que les trois premiers point méthodologiques, de logiciels d’analyse qualitative. L’offre est importante (Nvivo, Maxqda, Rqda, sonal, atlas.ti, etc.) mais comment s’y repérer dans ces logiciels ? et que font-ils ? que permettent-ils d’analyser ? La liste de questions pourraient être encore bien plus longue…
Sur la question des logiciels vous connaissiez déjà la bibliothèque Zotero regroupant de nombreux articles sur ces logiciels :
https://www.zotero.org/groups/408000/analyse_de_donnes_informatises_ufr_shs_u_rouen

J’avoue avoir été pris par le temps et, avec l’accord de Romain Juston Morival, vous trouverez un petit déj rédigé par Romain et Kathia Barbier. Nous recyclons donc son article publié dans le carnet de recherche du laboratoire Printemps; billet intitulé : « S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche » à lire ici (https://printemps.hypotheses.org/1951)

L’idée originale était de vous donner l’opportunité de lire leur article Équiper le processus de recherche. Retours réflexifs comparés sur l’usage d’Atlas.ti et de Sonal dans deux recherches doctorales «  » publié dans le BMS… Mais je n’ai pas accès depuis mon logement à l’article… tant pis 😉

Résumé : Sur le terrain et dans son laboratoire, l’enquêteur amasse une grande quantité de notes aux statuts divers. Face au volume de ces matériaux et à leurs natures plurielles (retranscriptions d’entretiens, comptes-rendus d’observation, journaux de terrain, notes de lectures, etc.), des logiciels fournissent un équipement précieux pour accompagner le chercheur dans le processus d’analyse. Cet article revient sur l’usage qui a été fait de deux d’entre eux, Atlas.ti et Sonal, dans le cadre de deux thèses de sociologie (l’une sur la médecine légale et l’autre sur le traitement pénal des affaires de stupéfiants). Dans ces deux cas, le recours à ces logiciels n’a pas visé à en épuiser toutes les fonctionnalités, mais plutôt à épauler des opérations ordinaires de la recherche qui, par l’intermédiaire des logiciels, ont gagné un caractère systématique. L’article revient sur les façons par lesquelles ces logiciels permettent de faire plus et plus vite, tout en pointant certains effets attachés à leur usage dans le processus de conceptualisation. À travers une illustration au plus près des processus cognitifs analytiques, et en comparant Sonal et Atlas.ti, cet article montre que le recours aux logiciels implique des prises de position théoriques sur l’ensemble des étapes constitutives de l’élaboration sociologique depuis le travail de terrain jusqu’à l’écriture finale d’une recherche (article, rapport, thèse), comme par exemple l’idée selon laquelle l’aller-retour entre les niveaux empirique et théorique constitue un moteur puissant de l’analyse sociologique.

A bientôt pour un prochain point ! Et une annonce : on continuera après le confinement !

François Féliu

Petit déj’ méthodologique #3 : réaliser un entretien par visio-conférence

Bonjour,
Une erreur de timing a retardé le petit déj’ #3 qui se transforme donc, en apéro, en petit déj’, en gouter, collation, pause thé/café, etc.

Suite aux interrogations sur les entretiens téléphoniques nous voilà cette semaine sur l’utilisation de la visio-conférence (technologie appelée VoIP = Voice over IP) pour réaliser des entretiens sociologiques.
Je n’ai pas pu avoir accès à l’ensemble des références ci-dessous (accès restreint à certaines bases de données).

Plusieurs constats :
– nombre restreint de publication sur l’utilisation de la viso-conférence comme méthode en SHS et plus spécifiquement en sociologie pour la réalisation d’enquête qualitative. Et ce constat est encore plus vrai pour la littérature francophone. Ce constat est partagé par les chercheurs qui ont publié sur cette méthode.
– Un consensus se dessine sur le fait que les entretiens en visio sont plus difficiles à mener qu’un entretien en face-à-face.
– les chercheurs montrent que les différences entre un entretien en face-à-face et en visio est relativement faible car le chercheur a accès aux images. Toutefois, la caméra ne permet pas d’avoir une visio complète sur l’enquêté et nous pouvons, de fait perdre des informations corporelles (parties inférieur du corps) et il est plus difficile de « regarder les enquêtés dans les yeux » (à cause de contraintes techniques : la caméra est au-dessus de l’écran). De fait, un entretien par visio est moins « froid et automatique » qu’un entretien téléphonique. Le rapport à la caméra permet aussi aux enquêtés plus timide d’être plus à l’aise (et dans le cas d’enquêteur timide également).
– les avantages des entretiens en visio-conférence sont sensiblement les mêmes que pour les entretiens téléphoniques : gain de temps, pas de déplacements, réduction des contraintes géographiques (accès aux terrains difficiles et lointains), gain financier, plus confortable pour l’enquêté, flexibilité temporelle, etc.
– il semble que les enquêtés sont plus ponctuels lors d’un entretien par visio que lors d’entretien en face-à-face et qu’il est aussi plus simple de commencer plus tôt si enquêteur et enquêté sont connectés avant (gain de temps également).
– la visio, grâce à la caméra, permet aussi de collecter d’autres données (à la différence d’un entretien téléphonique) selon les thématiques de recherche : on peut demander à l’enquêté de montrer des objets, des documents (impossible au téléphone), du texte (par l’option messagerie instantanée) et dans le cas d’enquête sur la danse de montrer des chorégraphies (par exemple). Toutefois, si la personne est chez elle le chercheur peut avoir accès à des données personnelles « involontaires » (photos sur le mur derrière, etc.) : il faut donc faire attention aux questions d’éthique.
– les questions d’éthiques se posent, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. La grande majorité des articles font références à l’utilisation de skype, et un seul mentionne Zoom. Dans les deux cas les chercheurs démontrent que l’utilisation de ces logiciels est compatible avec la protection des données personnelles (avec des enquêtes au Royaume-Uni, aux USA et en Australie). Des données sont captées avec l’utilisation des deux logiciels. Pour Zoom les chercheurs montrent qu’il faut faire attention si et seulement s’il y a un enregistrement de la vidéo (et dans ce cas il ne faut pas l’enregistrer sur le serveur de zoom mais directement sur son ordinateurs). Skype ne permet pas d’enregistrer directement la vidéo mais le logiciel Evaer le permet (https://www.evaer.com/)
– toutes les thématiques peuvent être abordées en visio : à cette question certains chercheurs disent que non car les outils peuvent être « surveillés » par des agences de renseignements (CIA) : des objets de recherche, pour garantir la protection des enquêtés, ne doivent donc pas être abordés par VoIP.
– les articles finissent aussi souvent en mettant quelques conseils pratiques

=> la DPO de l’université, contacté sur cette question préconise l’utilisation des outils mis à disposition par l’université, outils qui garantissent le respect de la réglementation : bigblubotton, le service jisti meet (https://meet.jit.si/), le service rendez-vous de Renater (https://rendez-vous.renater.fr). Le responsable du SUN a conclue en citant le directeur de la DSI : « Quand c’est gratuit, c’est souvent toi le produit » !

Pour conclure 2 réflexions personnelles :
– il est intéressant de voir que la nouvelle technologie influence nos pratiques : alors que peu de chercheurs enregistrent en vidéo leurs entretiens, la pratique des VoIP pousse à capter les vidéos. Nous nous retrouvons alors avec de nouvelles données que nous n’avions que très rarement avant.
– les chercheurs qui ont publié sur ces méthodes ont mis en avant la plus grande sécurité des enquêteurs lors d’entretien par téléphone ou par VoIP mais aucun article ne parle de sécurité sanitaire en situation de crise et de confinement, bizarre 😉

Et vous comment faites-vous ? et envisagez-vous ces méthodes ? vos retours d’expériences ?

A bientôt,

François Féliu

NB : faites moi remonter vos remonter vos questionnements méthodologiques pour les prochains rendez-vous !

Références bibliographiques :
Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews. Sociological Research Online, 21(2), 103–117. https://doi.org/10.5153/sro.3952
https://journals.sagepub.com/doi/10.5153/sro.3952#articleCitationDownloadContainer

Seitz, S. (2016). Pixilated partnerships, overcoming obstacles in qualitative interviews via Skype: a research note. Qualitative Research, 16(2), 229–235. https://doi.org/10.1177/1468794115577011
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1468794115577011?icid=int.sj-abstract.similar-articles.3#articleCitationDownloadContainer

Glassmeyer, D. M., & Dibbs, R.-A. (2012). Researching from a Distance: Using Live Web Conferencing to Mediate Data Collection. International Journal of Qualitative Methods, 292–302. https://doi.org/10.1177/160940691201100308
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0759106314531884?icid=int.sj-full-text.similar-articles.3

Archibald, M. M., Ambagtsheer, R. C., Casey, M. G., & Lawless, M. (2019). Using Zoom Videoconferencing for Qualitative Data Collection: Perceptions and Experiences of Researchers and Participants. International Journal of Qualitative Methods. https://doi.org/10.1177/1609406919874596
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1609406919874596?icid=int.sj-abstract.similar-articles.2#articleCitationDownloadContainer

Deakin, H., & Wakefield, K. (2014). Skype interviewing: reflections of two PhD researchers. Qualitative Research, 14(5), 603–616. https://doi.org/10.1177/1468794113488126
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1468794113488126?icid=int.sj-abstract.similar-articles.1#articleCitationDownloadContainer

Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagog-ique, Analyse, 3(1), 27-42.
http://www.walderpublications.ch/wp-content/uploads/2016/10/31SOYER-TANDA.27-42-1.pdf

Petit déj’ méthodologique #2 : l’entretien par téléphone

Bonjour à toutes et à tous,

Et voila je vous reprends par surprise… pas de croissants ni de pain au chocolat mais juste une idée en tête : encore 3 semaines…

En cette période de vie confinée, peut-être pouvons nous, en profiter, pour interroger nos pratiques de recherche virtuelles : entretien téléphonique ou en visio, netnographie, réseaux sociaux ou messageries instantanées ? Bref regardons le confinement comme une invitation à faire un pas de côté méthodologiquement !

Faire un tour exhaustif de la question serait illusoire, mais voici pour ce nouvel apéro méthodologique un article avec une belle revue de littérature concernant l’usage des entretiens téléphonique !
Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative social work : QSW : research and practice, 15(1), 118–133. https://doi.org/10.1177/1473325015585613
en accès libre ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4722874/#R21

L’utilisation du téléphone comme moyen de collecte de données dans les études par questionnaires est largement étudiée depuis longtemps à la différence des enquêtes qualitatives. (voir par exemple l’article Riandey, Firion, « Vie personnelle et enquête téléphonique », Population, 48 (5), 1993 p1257-1280)

Selon Novick (2008) les entretiens téléphoniques sont jugés une alternative de moindre qualité que les entretiens en face-en-face. La littérature revient surtout les aspects négatifs de cette méthode : moins riche et avec une qualité inférieur en comparaison avec l’entretien en face-à-face (Novick, 2008 et Irvine et al. 2013).
Des chercheurs ont, toutefois, montré les potentialités de cette méthode : avantages logistiques (accès à des terrains lointains, dispersés, réduction des coûts, augmenter la sécurité des chercheurs – ou des enquêtés – et enfin une plus grande flexibilité pour planifier les entretiens) (Cachia and Millward, 2011; Sturges and Hanrahan, 2004; Shuy, 2003; Carr and Worth, 2001; Musselwhite et al., 2007; Stephens, 2007). D’autres études montrent les forces de la méthode : un anonymat perçu plus important, augmenter la protection de la vie privée (Cachia and Millward, 2011; Sweet, 2002; Stephens, 2007; Lechuga, 2012). La question du « pouvoir » est aussi questionnée : l’entretien par téléphone semble laisser plus de pouvoir aux personnes interrogées car la méthode est moins intrusive, et permet aux enquêtés de négocier plus facilement la planification de l’entretien, et d’y mettre fin quand ils souhaitent
(Holt, 2010; Trier-Bieniek, 2012; Saura and Balsas, 2014).
Alors que des chercheurs (Irvine et al) montrent que les entretiens téléphoniques sont plus courts que les entretiens en face-à-face d’autres analysent qu’ils sont aussi long et aussi riches (Sturges and Hanrahan, 2004; Sweet, 2002; Vogl, 2013).

La revue de littérature se terminent ensuite sur des article qui donnent des trucs et astuces :
– envoyer une lettre au préalable et communiquer un peu avant permet une meilleure acceptation : (Glogowska et al., 2011; Musselwhite et al., 2007; Smith, 2005)
– laisser aux enquêtés le soin de fixer l’heure de l’entretien
– prendre du temps pour préparer l’entretien et s’entrainer ainsi que débriefer après : Glogowska et al., 2011; Musselwhite et al., 2007; Smith, 2005

Enfin, il semble que, comme pour les enquêtes quantitatives certaines thématiques ou certains terrains soient plus propices !

Une autre revue de littérature ici : Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by Telephone: Specific Considerations, Opportunities, and Challenges. International Journal of Qualitative Methods, 428–445. https://doi.org/10.1177/160940691201100409
En accès gratuit : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/160940691201100409?icid=int.sj-abstract.similar-articles.1#articleCitationDownloadContainer

Des chercheurs donnent aussi des trucs et astuces pour un entretien téléphonique : http://www.qualitative-research.net/index.php/fqs/article/view/959/2094

Et vous ? avez vous des retours ? des références ? des réflexions ?

L’essor de la visio-conférence sera abordée dans un prochain point méthodologique si vous le jugez nécessaire, sinon je reste à l’écoute pour toutes autres questions méthodologiques 🙂

A bientôt,

François Féliu

Le petit déj’ méthodologique #1 : la retranscription d’entretien

Bonjour à toutes et à tous,

Pour fêter notre rentrée dans notre 4e semaine de confinement je vous adresse le 1er petit déjeuner méthodologique consacrée à la retranscription d’entretien.
Ce temps de l’enquête est bien souvent « délaissé » : on râle, on repousse le moment où il faut s’y mettre, et pour les plus chanceux on délègue ce moment…

Et pourtant il est intéressant d’y réfléchir car nous nous posons toutes et tous (et les étudiants aussi) de multiples questions : faut-il toujours tout retranscrire ?, existe-t-il un fichu logiciel qui fasse tout pour moi (genre : le logiciel magique) ? faut-il marquer tous les « euh », « ah », « … » ? quelle place laisser à la ponctuation et à la syntaxe ?

La retranscription est bien souvent vue comme une boite noire : ouvrons là un peu ce matin 🙂

Pour essayer d’y répondre, et non pas de manière exhaustive, voici quelques réflexions qu’un collègue du réseau Maté-SHS nous transmet:

– un webinar de Thibaut Rioufreyt : https://mate-shs.cnrs.fr/actions/tutomate/tuto13-rioufreyt-transcrire/ Ce webinar est une version « orale » de son article « La transcription outillée en SHS. Un panorama des logiciels de transcription audio/vidéo » au Bulletin de Méthodologie Sociologique (on n’y a pas accès à l’université…). Il y analyse 24 logiciels d’aide à la retranscription d’entretien avec 9 critères pour s’y repérer…

– une fiche méthodologique : La transcription d’entretiens en sciences sociales disponible sur HAL (https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01339474/document) : 6 grandes questions sont passées en revue : quelques outils de transcription, comment enregistrer mes entretiens ?, la restitution fidèle des propos ?, les codes typographiques, la mise en page des entretiens, et enfin il termine avec quelques réflexions et conseils pratiques sur l’opportunité et la manière de réaliser une seconde version lissée pour faciliter la lecture et l’analyse !

Et vous, vous faites comment ?

A bientôt et bon courage,

François Féliu

Annulation et report : colloque « Les chercheur.e.s face au(x) terrain(s) : Être mis.es à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves »

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons le grand regret de vous annoncer le report du colloque « Les chercheur.e.s face au(x) terrain(s) : Être mis.es à l’épreuve, éprouver et faire ses preuves », en raison de la crise sanitaire actuelle. Nous essayerons de reprogrammer le colloque en début d’année universitaire 2020/2021 (septembre/octobre).

Nous nous tenons à votre disposition si vous avez besoin d’une attestation de ce rapport pour vous faire rembourser des frais de transport ou d’hébergement.
Bon courage à toutes et à tous dans cette nouvelle épreuve,

Au plaisir de pouvoir rapidement échanger avec vous,