Projet transversal : La sociologie face aux risques industriels et environnementaux. Les conséquences de l’incendie de Lubrizol et de Normandie Logistique

Suite à l’incendie au sein de l’entreprise Lubrizol en septembre 2019, engagé en 2020. Il s’appuie sur un séminaire au sein de DySoLab, l’organisation d’une JE au sein de l’IRIHS, et se traduit en un projet de séminaire coporté par Marion Charpenel, François Feliu, Romain Juston-Morival, Michalis Lianos et Félix Turmel et Issu d’un questionnement sur les conséquences de l’incendie du site de Lubrizol et de Normandie Logistique, il vise à analyser les effets sociaux et politiques d’un tel événement et, plus généralement, interroge historiquement, sociologiquement ou anthropologiquement les risques industriels et environnementaux, sous des angles variés, l’identification des risques, leur politisation, leur gestion et leurs conséquences concrètes sur les vies professionnelles et personnelles des individus, il réunit ainsi et fait collaborer des membres émargeant dans plusieurs axes distincts. 

La période de confinement liée à l’épidémie de COVID-19 a eu pour conséquences de reporter le démarrage de ces projets en 2021.

 

 

Issu d’un questionnement sur les conséquences de l’incendie du site de Lubrizol et de Normandie Logistique, il vise à analyser les effets sociaux et politiques d’un tel événement et, plus généralement, interroge historiquement, sociologiquement ou anthropologiquement les risques industriels et environnementaux, sous des angles variés. L’identification des risques, leur politisation, leur gestion et leurs conséquences concrètes sur les vies professionnelles et personnelles des individus, constitue un projet transversal aux axes Normes et Inégalités de l’unité.

 

  • Analyse des conséquences de l’incendie Lubrizol et de l’épidémie de la covid-19 :
    • Suite à la crise environnementale, sanitaire et politique consécutive à cet incendie (septembre 2019), Patrice Cohen a participé dès octobre 2019 à un groupe pluridisciplinaire d’experts nommés par la Présidence de l’URN afin de comprendre et d’étudier les conséquences d’un tel événement. Il en est résulté la constitution d’un consortium pluridisciplinaire[1]qui a construit en février 2020 un projet de recherche innovant « Incendie des usines Lubrizol et Normandie Logistique : COnséquences Potentielles pour l’Homme et l’Environnement, perception et RésiLience » (COP HERL), constitué de quatre working packages, en attente de financement auprès de la Région Normandie (2020-22). Patrice Cohen est co-responsable du WP4 intitulé « Perception des risques et accidents, gestion de crise » réunissant les contributions des SHS, ayant pour objectif l’étude des impacts de l’incendie sur les réactions, des comportements, des perceptions des individus et sur les transformations sociales, économiques et politiques de l’agglomération rouennaise
    • Plus particulièrement Patrice Cohen est co-responsable de l’action de recherche « Etude des médecins généralistes (MG) mis à l’épreuve par l’incendie de Lubrizol et par l’épidémie du Covid-19» inscrit dans le Constitué d’une collaboration inédite avec le Département universitaire de médecine générale (DUMG) et DysoLab (avec François Féliu, Romain Juston Morival, Yannick Le Hénaff). Cette enquête qualitative (une quarantaine de médecins généralistes) a l’objectif principal de comprendre de manière rétrospective leur expérience et leur activité médicale face aux patients venus consulter pour des symptômes et des troubles ressentis liées aux conséquences de l’incendie de Lubrizol. Commencée en février 2020 et continuée depuis – lors du confinement et du déconfinement – cette enquête englobe dorénavant l’étude de la gestion des deux crises sanitaires (Lubrizol et covid-109)

Dans le sillage de la dynamique du consortium pluridisciplinaire, Patrice Cohen co-dirigera une thèse de sociologie financée par la Région Normandie (septembre 20 – août 23), intitulée « Approche sociologique de l’accident de Lubrizol à Rouen. De la gestion de crise sanitaire à la science participative ». La codirection exercée par un spécialiste d’une sociologie des risques sanitaires et environnementaux, responsable du Master GREEN à l’UCBN (F. Lemarchant), et un spécialiste de l’anthropologie et sociologie de la santé, fortement impliqué dans le projet COP HERL à l’URN (P. Cohen), permet une collaboration inédite ayant un fort impact pour le rapprochement entre les deux laboratoires. Par ailleurs, ce projet s’inscrira dans à la fois dans les activités de l’IRIHS, notamment au sein du pôle en émergence « Risques, Environnements, Santé » (URN) et de la MSH de Caen (UCN). Cette thèse sera effectuée par Estelle Meslier, future diplômée du Master GREEN à l’UCBN, qui a effectué pour son mémoire de M2 un terrain en 2020 au sein du service Santé publique France à Rouen qui construit et pilote l’enquête santé sur les conséquences de l’incendie de Lubrizol, demandée par l’Etat

 

[1] Chimistes, spécialistes de la santé – médecins, toxicologues-, de la combustion, des environnements naturels (Air, Sol, Eau), des agronomes, et des spécialistes en Sciences Humaines et Sociales (économie, géographie, droit, psychologie, sociologie et anthropologie, sciences de gestion, sciences de l’éducation).

 

De manière complémentaire DySoLab projette de s’engager dans des recherches en Responsabilité Sociétale et Développement Durable (RSDD) en réponse aux sollicitations du chargé de mission pour l’université, Benoît Laignel. La démarche interdisciplinaire mise en œuvre dans le GT RSDD au niveau de l’établissement comme au niveau national et international, ouvre des perspectives de collaborations pour la sociologie avec d’autres disciplines de l’IRIHS et d’autres pôles de la COMUE. Les objectifs nationaux de développement durable (ODD) entrent en résonnance avec les thématiques de recherche de DySoLab, qu’il s’agisse de la santé, du travail, de la modernité, du genre ou des politiques publiques. De même, la responsabilité sociétale renouvelle de manière transversale les questions de normes et d’inégalités