Le travail reconceptualisé (Care, Organisations et Innovations, Accompagnement)

Au cours de la première modernité, le travail n’a pas été une question mais une évidence. Le statut social de chacun est donné principalement par les ressources économiques dont chacun dispose et pour l’écrasante majorité cela signifie celles obtenues par la rétribution de son travail, de sa qualification entendue comme rapport social. Autour de cette évidence, des conceptions ou des modalités différentes de questionnement cohabitaient, la centralité du travail constituait leur noyau commun. Durant de ces trois dernières décennies, différents processus conduisent à interroger cette centralité.
Un séminaire pluridisciplinaire, coordonné par C. Peyrard pour l’équipe, ReCoTRA, financé dans le cadre du GRR Culture et Société en Normandie et alimenté par les travaux en cours, explore ces remises en cause de la place du travail mais également tente de repérer les alternatives qui émergent et tentent de construire des rapports différents au marché et à la finalité du travail.
Le travail est donc interrogé à l’aune des changements opérés dans la période récente, en s’appuyant notamment sur C. Dupuy, membre du bureau du Réseau thématique Relations Professionnelles de l’Association Française de Sociologie (RT 18) et du comité de rédaction de la revue L’Homme et la Société. Plusieurs projets soutiennent ces études :

 

  • Projet Exploratoire Premier Soutien (PEPS) de l’IDEX Paris Saclay « Le Synchrotron Saclay en perspectives : mettre en lumière les dynamiques organisationnelles de l’innovation », avec Elodie Béthoux, Cynthia Colmellere Claude Didry, Florian Stache (IDHES) 2015-2016.
  • Recherche internationale “Young Workers and Worker Interest Representation: a five-country comparative analysis of case-study success”, avec Sophie Béroud (Triangle, Université Lyon 2), Marcus Kahmann (IRES), Karel Yon (CERAPS, Université Lille 2, CNRS), financée par The Hans Böckler Foundation, coordonnée par Lowell Turner (Cornell University) et Maite Tapia (Michigan State University) 2014-2017.
  • Le travail scientifique et ses régulations. Poursuite des travaux engagés en post-doctorat sur les travailleurs scientifiques au prisme de leur activité de travail et de leurs relations professionnelles. Ouverture de terrains en Normandie pour engager une comparaison avec le cas de Soleil (2015-2017)
  • Etude du rapport au travail et à l’insertion professionnelle de personnes handicapées du fait de troubles mentaux. Etude de la notion de Care pour en interroger les usages, en particulier son extension possible à des situations professionnelles telles que celles consécutives à des accidents nucléaires, forme extrême de situations de travail de type « réparation » / traitement, recyclage des déchets (M. Blanc).
  • La santé au travail chez les scientifiques et les journalistes. Etude comparée des enjeux de santé au travail et dans deux professions intellectuelles (2015-2017)
  • C. Dupuy, chercheuse de l’unité est membre du comité scientifique du Colloque International du RT 12 et du RT 18, organisé le 8-9 octobre 2015 aux Mines ParisTech sur le thème « Le gouvernement européen de l’économie » ; de la coordination du séminaire du RT 18 Relations Professionnelles de l’Association Française de Sociologie ; et de l’organisation du Workshop “Young Workers and Worker Interest Representation: a five-country comparative analysis of case-study success”, 17-18 septembre 2015, ENS Cachan.

Le travailleur et son accompagnement dans les parcours professionnels est le sujet de nouvelles inégalités. Les dispositifs de formation notamment universitaires et des grandes écoles et de certification type Validation des acquis de l’expérience (VAE) visent à conforter avant tout des positions sociales déjà acquises mais permet aussi d’en acquérir d’autres plus favorables. Dans tous les cas, les dispositifs d’accompagnement – mettant en évidence le rôle de la réflexivité comme prise de conscience de soi et des effets de son action (responsabilisation/autonomie) – sont des facteurs favorisant la régulation institutionnelle des inégalités dans l’accès au travail ou son maintien. La gestion de l’incertitude comme « expertise » à développer dans la (pré)professionnalisation (étudiants) et le conseil (professionnels) seraient déterminants, par sa dimension performative, pour la consolidation des parcours et la réduction des inégalités socioprofessionnelles. C’est ce que semblent montrer deux projets en cours (J-L. Le Goff) :
– « la “fabrique des cadres”  (APEC : recherche collaborative) dans trois institutions de formation initiale (deux écoles de commerce et d’ingénieurs et une université)
– « la professionnalisation des conseillers dans les points relais conseil (convention Conseil régional de Haute Normandie/Université de Rouen).

Au-delà de sa fonction opératoire (rassurer, conscientiser) qui suppose une soumission à des protocoles de plus en plus élaborés, l’accompagnement constituerait également une promesse d’émancipation, d’où l’ambivalence qui caractériserait celui-ci. Se trouve interroger par la même occasion le rôle du sociologue à la fois chercheur et « expert-accompagnateur » de ces changements.

  • Recherche binationale (France-Gabon) sur « Le renforcement de capacités en milieu rural au Gabon » (Convention entre Université Omar Bongo Libreville et l’Université de Rouen ; 10 Chercheurs des deux établissements).

Plusieurs publications étayent cette réflexion :