Rouen #4. Seul.e on va vite, ensemble on va plus loin

Quand l’union fait la force, ou « mbollo moy dollé » en wolof

Travailler ensemble peut être une source de motivation pour se donner courage et confiance. Pour beaucoup d’entre nous, réaliser un entretien est une expérience nouvelle. Le faire à deux ou trois rend l’exercice moins intimidant et même plus facile.

Pendant que l’un mène l’entretien, l’autre observe : les gestes, les lieux, les regards et les sourires… Ainsi, le groupe qui travaille sur les personnes âgées a pu réaliser un entretien tout en prenant des notes sur le domicile et l’attitude de l’enquêtée. Bien sûr, les rôles peuvent tourner pendant l’entretien.

De plus, si nous oublions de relancer l’enquêté.e, notre collègue intervient pour recentrer la discussion. Pendant un des entretiens sur les musées, alors qu’une enquêtée commençait à évoquer les politiques d’accompagnement des enfants déficients, l’une des sociologues est intervenue pour lui rappeler la question initiale, tandis que les autres n’osaient pas l’interrompre.

Le fait d’être plusieurs lors d’un entretien permet parfois de déjouer les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la relation enquêteur-enquêté.e. Par exemple, les membres du binôme mixte qui étudie la religion ont eu affaire aux propos et attitudes sexistes d’un enquêté cherchant même la connivence avec l’enquêteur masculin. Ce dernier n’est pas tombé dans le piège de l’essentialisation et s’est montré solidaire avec sa camarade.

Enfin, le travail en groupe facilite la cumulativité des données : dans le cadre de l’étude sur les politiques de jeunesse, lors d’un entretien avec un élu, une des étudiantes a pu poser certaines questions inspirées par un précédent entretien réalisé plus tôt dans la journée sans sa partenaire.

Faire des entretiens collectifs peut révéler des manières de faire différentes. Entre ceux qui prennent des notes, ceux qui n’en prennent pas, ceux qui font des blagues et ceux qui restent sérieux, un entretien mené à plusieurs est toujours riche, à condition d’une bonne complicité dans le groupe. En parlant de complicité, il est important de déterminer une bonne répartition des tâches. Qui commence, qui termine ? Qui fait quoi en somme… Il s’agit toujours de communiquer et de préparer !

Y-a-t-il trop de pilotes dans l’avion ?

Travailler en groupe, c’est aussi des déconvenues. Être trop nombreux.ses peut parfois compliquer une enquête. Lors d’un entretien prévu à deux, les enquêteurs sont arrivés à trois. Par conséquent, l’enquêté n’a pas pu les accueillir dans son bureau, et ils ont dû réaliser l’entretien dans la salle commune… de la MJC ! L’enregistrement risquait donc d’être parasité par les enfants qui jouaient au tennis de table juste à côté. Pas de panique, les sociologues trouvent toujours un avantage à chaque situation, ils/elles ont alors pu observer les interactions entre les enfants !

Le risque, lorsque nous sommes sur un bateau où il y a plusieurs capitaines, c’est que chacun cherche à tirer la barre de son côté. En effet, la sociologie collective suscite des débats : chacun veut mener l’enquête selon sa propre conception de la discipline. Par exemple, pour le groupe « aide à domicile », les enquêteur.ices, issu.es de quatre universités différentes, n’ont pas la même méthodologie, ce qui entraîne des échanges riches mais chronophages. Pour le groupe qui travaille sur les étudiant.es étranger.es, les litiges sont tels qu’ils nécessitent un arbitrage des profs pour éviter un K.O.

De manière générale, une bonne communication et une répartition des taches préviennent des déconvenues. Finalement, nous révisons nos gammes constamment !

Quand le terrain s’invite à la maison

Tous ces désaccords peuvent parfois impacter nos relations interpersonnelles au sein des groupes. Mercredi soir, après une longue journée passée ensemble sur le terrain, puis une visio-conférence avec un élu jusqu’à 22h30, deux étudiantes ont préféré reporter leur debriefing au lendemain, déjà trop fatiguées de se supporter jusque-là (le comité d’édition se refuse de divulguer les noms). Comme toutes les bonnes choses, la sociologie à plusieurs est à consommer avec modération.

Le fait de s’immerger dans le terrain en collectif permet de découvrir différentes facettes de nos camarades, comme l’a dit l’une de nous de « découvrir qui se cache derrière le voisin ». Les liens noués dans l’adversité de l’enquête sont un bénéfice supplémentaire du travail en commun !

Les étudiant-es du master 1 de sociologie

Rouen #3. Si proches et pourtant si loin

Le réseau : un outil à double tranchant

Le fait d’enquêter finalement à Rouen plutôt qu’à Bayeux nous a ouvert la possibilité de mobiliser nos contacts. Le réseau représente un des piliers de l’enquête, surtout dans un contexte d’urgence comme le nôtre. Il nous a facilité l’accès au terrain et nous a permis de l’aborder plus sereinement. Par exemple, pour le groupe politiques de jeunesse, le réseau militant d’un étudiant a permis d’obtenir un premier entretien avec un élu difficile à joindre. Tout comme nos cartes Pokémon, ce sont maintenant nos contacts que nous collectons et échangeons (« attrapez-les tous ! »).

Connaitre directement nos enquêté.es permet d’accéder à des informations personnelles, mais le fait d’être recommandé par un.e professeur.e, un.e étudiant.e ou un.e autre enquêté.e facilite aussi les échanges. Le groupe qui travaille sur les relations des personnes âgées avec leurs enfants et petits-enfants a bénéficié d’une relation de confiance préétablie. L’interconnaissance rassure l’enquêté.e au moment de la négociation de l’entretien et pendant la passation. Parfois, l’interconnaissance ne suffit pas : le groupe sur les aides à domicile pouvait bénéficier des réseaux d’une membre de la promotion, elle-même aide à domicile. La crise sanitaire a cependant rendu ses contacts difficiles d’accès.

Toutefois, lorsqu’on joue à domicile, le revers de la médaille est de ne plus questionner un terrain qui nous parait trop familier. L’autre risque est d’établir une telle connivence avec l’enquêté.e qu’il ou elle ne parle que par allusions et tait des éléments sociologiquement intéressants. C’est ce qu’ont vécu des étudiant.es lors d’un entretien où la conversation a dérivé vers des centres d’intérêts politiques communs. En effet, l’enquêteur et l’enquêté sont issus du même mouvement politique, les conduisant à s’éloigner du thème de l’enquête et à mobiliser un discours implicite. La seconde enquêtrice a su redresser la barre : c’est toute l’importance de naviguer collectivement !  

Les rapports sociaux : les comprendre ce n’est pas s’en extraire

La proximité avec son terrain ne se pose pas seulement en termes géographiques, elle peut se poser en termes de distance sociale, de proximité d’expériences ou encore de connivence idéologique. Les groupes ont fait l’expérience de ces distances de plusieurs manières.

Parfois, c’est la proximité qui joue des tours : l’une de nous, ayant fait un stage comme médiatrice culturelle, et enquêtant sur un musée, se trouve « polluée » dans ses réflexions sociologiques par des questions techniques sur la scénographie de l’exposition et sur les matériaux utilisés. Des étudiant.es étranger.es enquêtant sur l’intégration des étudiant.es internationaux se sont parfois retrouvé.es dans une position d’« enquêteur.ice enquêté.e », les répondant.es leur retournant les questions. Travailler sur ses semblables n’empêche pas les découvertes : ce groupe a eu accès à des expériences différentes des leurs qui les ont amené-es à déconstruire leurs prénotions. Ces situations les ont conduit.es à mobiliser leurs talents de traducteur.ices et à improviser des entretiens bilingues.

Dépasser les barrières de la langue s’impose parfois aussi en français. Par exemple, le groupe d’étudiant.es qui travaille sur le clergé a pu acquérir un vocabulaire religieux grâce aux échanges avec leurs enquêté.es. Le fait d’assumer une distance avec son objet permet à l’interviewé.e de se sentir légitime et connaisseur. Dans ces situations, les enquêté.es ont pris l’initiative d’expliciter les implicites. Pour autant nous ne plaidons pas pour le grand plongeon sans préparation sur des terrains dont on ignorerait tout !

On constate même que certaines distances sont difficilement surmontables, même avec toute la préparation du monde. Les rapports de classe, les rapports de genre, les rapports de race structurent le social jusque dans l’interaction entre le/la sociologue et son enquêté.e. Certains échanges avec les élu.es ou fonctionnaires nous ont fait ressentir des formes de condescendance ou de mépris. Des étudiant.es noir.es ont aussi expérimenté le racisme et des refus d’entretiens violents, alors que les mêmes portes s’ouvraient lorsqu’ils et elles étaient en mixité raciale. Le fait d’être sociologue n’immunise pas face à la dureté de ces réalités sociales mais donne assurément des armes pour s’en défendre…

S’approprier un terrain (in)connu

Pour certain.es d’entre nous, l’accès au terrain a permis de découvrir Rouen, de visiter, d’enquêter tout en jouant les touristes qui se prennent en photo devant la cathédrale, l’hôtel de ville, les musées… allant jusqu’à se perdre entre 9h et midi ! D’autres ont redécouvert une ville qui leur était familière, le marché de la place St Marc n’est pas le même à 8h qu’à 16h, comme s’il poussait de nouveaux bâtiments, comme si on accédait à une nouvelle ville finalement. Même lorsqu’on est rouennais.e depuis longtemps, on méconnait sa ville dans toute sa diversité culturelle et sociale. Par exemple, certains groupes enquêtent sur des pratiques qui ne sont pas les leurs, comme visiter des musées ou aller à la messe. Tout cela revient finalement à porter d’autres lunettes !

En conclusion, aller sur le terrain, c’est quitter sa zone de confort et vaincre sa timidité, par exemple pour interpeler des étudiant.es et essayer de les convaincre de devenir des enquêté.es. Nous avons développé des stratégies pour les aborder sans trop les déranger, retravaillé nos phrases de présentation et d’accroche. C’était une petite victoire de réussir à décrocher 20 minutes de discussions. Celles-ci n’ont pas seulement fourni des données sociologiques, mais nous ont permis de nouer des liens, d’obtenir des informations et astuces intéressantes pour notre propre intégration, par exemple sur les procédures d’accès au logement. Se familiariser avec un terrain, c’est aussi reconstruire sa position sociale.

Les étudiant-es du master 1 de sociologie

Rouen #2. De Bayeux à Rouen : la socio sans logis

En Terre inconnue !

L’enquête de terrain est un moment fort à vivre, mais elle implique de la préparation ! Tel un iceberg immergé, les difficultés n’apparaissent pas en surface. Le changement de lieu et la réorganisation de la semaine ont compliqué la tâche des enseignant∙es mais leur travail a été payant : nous avons pu plonger dans un bain sociologique et apprendre à nager en eaux troubles.

Nous avions construit nos objets de recherche en fonction des caractéristiques de la ville de Bayeux. Par exemple, un groupe avait choisi de travailler sur les politiques à destination de la jeunesse dans le cas d’une ville à la population vieillissante, l’arrivée dans une ville étudiante comme Rouen les a obligé∙es à décaler leur problématique. De la même façon, le groupe qui souhaitait travailler sur les politiques mémorielles avait pris comme objet la présence de la Seconde Guerre Mondiale à Bayeux. Les usages du passé réalisés par la ville de Rouen étant moins centrés sur cette période historique, elles ont fait le choix de conserver leur problématique sur les questions mémorielles en l’adaptant à la question de l’éducation.

Certains sujets sont plus facilement « délocalisables » que d’autres : le groupe qui travaille sur les aides à domicile a pu transposer directement ses hypothèses et sa méthodologie. Dans tous les cas, ce changement de lieu génère du stress et nous a obligé∙es à faire preuve de souplesse pour revoir nos plannings, nos carnets d’adresses et nos dispositifs d’enquête. Finalement, la Sociologie est une vraie gymnastique !

Devant l’urgence : pas le temps de trouver un titre !

Suite au changement de terrain, nous avons rencontré l’urgence : tous nos rendez-vous à Bayeux ont dû être annulés. Il a fallu tout reprogrammer dès lundi matin ! Certains terrains n’ont d’ailleurs pas pu être ouverts, les enquêté·es (surtout dans des institutions) n’ayant pas apprécié d’être sollicité·es à la dernière minute.

Entre la recherche du nouveau terrain, les prises de rendez-vous et la redéfinition de toute l’enquête, le rythme de ce début de semaine a été effréné, certain·e·s se sont même endormi·e·s pendant l’écriture de ce texte.

Malgré tout, certain·es se sont senti∙es stimulé∙es par cette intensité et ce sentiment d’urgence : le caractère immersif de l’expérience nous a rendus efficaces et nous a même poussés à « harceler » certain∙es enquêté∙es pour obtenir des rendez-vous. Parmi nous, quelques groupes ont dû sauter beaucoup d’étapes car ils sont arrivés plus tard dans la promo. Pas facile de faire du terrain sans être passé∙es par la construction de l’objet et la revue de la littérature en amont !

La période des vacances ne facilite pas certains terrains : il y a des absences, des centres sociaux fermés et des élu∙es overbooké∙es (qui proposent des rendez-vous à 21h30 en visio pour détourner le couvre-feu), mais pour celles et ceux qui travaillent sur les relations intergénérationnelles, il y a aussi des retraité∙es qui visitent Rouen avec leurs petits-enfants.

Par ailleurs, la crise sanitaire rallonge le temps d’accès aux archives : les documents doivent passer par trois jours de quarantaine avant de pouvoir être consultés et, le nombre de places de consultation étant réduit, le dernier créneau disponible pour aller aux archives départementales cette semaine a été réservé sous notre nez !

Cette urgence peut être un atout : si on l’explique clairement à nos enquêté·e·s, ils et elles peuvent vouloir devenir nos allié∙es et solliciter à notre place des contacts et des entretiens.

La sociologie se fait à pied

Finalement, en se confrontant au terrain aujourd’hui, nous nous sommes rendu∙es compte que la réalité est différente de nos attentes. A Bayeux nous aurions sûrement eu aussi des surprises, bonnes ou mauvaises. Préparer le terrain ne permet pas d’imaginer toutes les possibilités. C’est en marchant dans la ville que nous avons parfois eu de nouvelles idées d’acteur∙ices à interroger. En déambulant, le groupe qui travaille sur le tourisme à l’épreuve du COVID a saisi tout l’intérêt de contacter des agences de voyage. En parcourant les couloirs de l’UFR Santé, le groupe qui étudie l’intégration des étudiant∙es étranger∙es s’est heurté à leur faible présence, et a dû se résoudre à sortir du centre-ville !

Jouer à domicile peut avoir du bon : cela permet de solliciter son réseau (ou le réseau de notre « bonne étoile » Marie). Mais cela implique d’agir en responsabilité pour ne pas « griller le terrain », pour nous ou pour les autres. A titre illustratif, un des groupes s’est vu fermement refuser l’accès à un musée suite à une mauvaise expérience avec d’autres étudiant·e·s avant nous.

Réorganiser son enquête en une semaine implique pour nous, jeunes sociologues, de trouver un nouveau terrain, de nouveaux acteur∙ices, de nouvelles problématiques et de composer avec l’urgence. En une semaine, il n’y a plus le temps, il faut se lancer ! Ce mardi était consacré à l’entrée sur le terrain pour beaucoup d’entre nous : une journée plus pratique que théorique. Stressante pour certain·e·s : le terrain, c’est aussi se prendre des murs… Rassurante pour d’autres : il a ouvert de nouvelles portes ! Ça a permis de tester les capacités d’adaptation de chacun·es et pour la majorité d’entre nous, c’était avant tout une journée stimulante. Plus de peur que de mal donc… A un moment, il faut y aller : en faisant, on se rend compte que nous en sommes capables… et prêt∙es pour la suite de l’aventure !

Les étudiant-es du master 1 de sociologie

Rouen #1. Aujourd’hui, on a tissé des liens et personne n’a fait tapisserie !

Organiser cette année un stage de terrain sept mois après le déclenchement d’une pandémie mondiale et un confinement généralisé, et en plein contexte de rebond de l’épidémie, relevait de la mission impossible… ou de l’inconscience…

Mais rien ne nous arrête, la preuve, nous avons décidé d’embarquer 46 étudiant.es dont certain.es n’ont pu rejoindre le territoire que la semaine précédente… et tout ça dans la seule ville passée en alerte maximale trois jours avant le début du stage.

Finalement, le tournage de la saison 2 « Des sociologues en pyjama à Bayeux » ayant été annulé, nous avons joué à domicile et investi le terrain rouennais.

Après un léger retard au démarrage, qui aura au moins permis à Yassine de trouver une place de parking, la matinée d’aujourd’hui a été consacrée au transfert des sujets sur ce nouveau terrain. Les premières réflexions méthodologiques enrichissantes autour de l’entrée sur le terrain et la présentation du sujet aux enquêté.es ont alimenté les échanges entre les différents groupes : est-ce qu’on sollicite des entretiens ou des discussions ? Est ce qu’on annonce la durée de l’entretien ou non ? Si on puise dans son carnet d’adresses, est ce qu’on mène l’entretien ?

Les premiers contacts ont été pris. Les premières cotes d’archives ont été repérées, les places de consultation réservées, les grilles d’entretiens maniées et remaniées… En fin de journée, les étudiant.es ont manifesté leur satisfaction d’avoir été si productif.ives ! mais aussi d’avoir passé l’épreuve qui les angoissaient le plus : passer 8h avec nous !

Il faut dire que l’accueil 5 étoiles de l’UFR de santé, avec ses salles si colorées et si bien équipées pour les travaux collectifs, a rendu la journée très agréable (remerciements spéciaux à Guylaine Dumont, Nathalie Leprévost et Teresa Rebelo qui ont beaucoup œuvré en coulisse). Le dépaysement, cette année, n’est pas géographique, mais technologique : à quand des learninglab pour tous les cours ? 😉

Pour autant, certain.es nous ont avoués être soulagé.es que le couvre-feu les préserve d’une soirée écriture mais rassurez vous, ils et elles n’échapperont pas au prochain billet.

Anne Bidois, Hugo Bréant, Marion Charpenel et Marie Picard

Séminaire 2020 : Risque, technique, Démocratie ! La sociologie face aux risques industriels Séance #3 : Les politiques du risque, du global au local

La 3e séance du séminaire aura lieu le 12 octobre 2020 avec la présence de Claire Marris !

La conférence se déroulera dans l’amphi 104 (bâtiment Satie) en présentiel ou en visioconférence (https://bbb5.univ-rouen.fr/greenlight/alb-qhs-vtv)

Médecins légistes. Une enquête sociologique : Romain Juston discute de son ouvrage

Romain Juston a été invité à discuter de son ouvrage : Médecins légistes. Une enquête sociologique

Sur le RT 19 de l’AFS :

et lors d’une table ronde (le 2 octobre 2020): Les auditions contradictoires du Musée du Barreau de Paris.

La vidéo est disponible ici :

et sur le site de Dalloz : Autopsie, ITT : dans la boîte noire des expertises

De l’ITT aux autopsies, les expertises médicales sont déterminantes pour la justice. Romain Juston Morival, maître de conférences en sociologie, s’est penché sur leur confection et leur usage, tant du côté médical que judiciaire. Son livre Médecins légistes. Une enquête sociologique (Presses de Sciences Po, 2020) permet d’expliquer la grande variabilité des pratiques en matière d’expertise.

La suite de l’interview

Les évidences incomprises de la pandémie – Entretien avec Michalis Lianos

Entretien avec Michlais Lianos, « Les évidences incomprises de la pandémie », Lundi matin #240, 1er mai 2020

Après nous avoir confié ses précieuses analyses sur le mouvement des Gilets Jaunes dans une série d’entretiens [1], le sociologue Michalis Lianos a accepté de nous éclairer à nouveau sur la situation déclenchée par l’apparition du Coronavirus. S’il est peu enclin à céder à l’idéalisme ou l’enthousiasme, le moment que nous traversons a malgré tout la vertu de révéler, selon lui, quelques évidences de l’époque à propos de la finance, la production, internet ou encore les éboueurs et la place des plus modestes.

lire la suite sur Lundi Matin

Interview de C. Couvry – Poids, cheveux blancs, visage au naturel: le confinement a aidé des femmes à mieux s’accepter

femmes à mieux s’accepter

Dorothée Duchemin — 30 septembre 2020 à 7h30

Plusieurs mois après le déconfinement de nombreuses femmes n’ont toujours pas renoué avec leurs habitudes cosmétiques pré-Covid, et comptent s’y tenir.

«J’ai 41 ans, et j’ai des cheveux blancs. Et en fait, c’est normal.» Élodie est enseignante à Paris. Comme d’autres, elle a laissé tomber les teintures pendant le confinement, et poursuit dans cette voie depuis le déconfinement. Qu’on ait tourné le dos aux produits cosmétiques pendant cette période semble bien compréhensible. Durant ces deux mois et demi, le temps a été suspendu: pas de sortie, pas de rencontre, pas de vie sociale…

«Le fait de ne pas avoir besoin de maintenir une image de soi publique a beaucoup joué: le poids du regard des autres a diminué. Or le maquillage et la coloration sont des pratiques qui répondent à des enjeux d’identité sociale», explique Camille Couvry, chercheuse en sociologie à l’université de Rouen, et organisatrice du séminaire «Corps et Beauté», aux côtés d’Eva Carpigo et Marion Braizaz.

la suite sur Slate.fr

Retour sur la première séance du séminaire « Risque, Technique, Démocratie, la sociologie face aux risques industriels et environnementaux »

Séance #1 : La pollution atmosphérique, instruments de mesure et mobilisations

Alors que le séminaire « Risque, technique, démocratie, la sociologie face aux risques industriels et environnementaux » du laboratoire DySoLab s’apprête à reprendre ses activités, ce billet vise à en rappeler le principe et à détailler les échanges qui se sont tenus le 9 mars 2020 lors de la première séance de ce cycle de conférences.

Introduction

Ce séminaire poursuit trois objectifs. Il s’agit d’abord, de créer des discussions, des débats, autour de travaux scientifiques centrés sur le risque, la technique et la démocratie. Ces thèmes sont alors abordés sous le prisme de l’interdisciplinarité et de l’international, à travers présence de chercheurs issus de la francophonie. En parallèle de cette ouverture disciplinaire et spatiale, il s’agit également d’un format qui se veut ouvert au plus grand nombre de personnes issus d’horizons différents : chercheurs, étudiants mais aussi industriels, collectivités territoriales et, bien évidemment, l’ensemble des citoyens, sont conviés à participer aux échanges. Enfin, ce séminaire vise à susciter des échanges au sein du laboratoire afin de nourrir des projets de recherches communs à la suite de la catastrophe de Lubrizol, survenue il y a presque un an, le 26 septembre 2019.

La première séance de ce séminaire s’est tenue le 9 mars 2020, et ce billet ambitionne d’inaugurer une série de courtes publications revenant sur les interventions et les échanges qu’ils ont suscités dans la salle. Ce compte-rendu a été rédigé par Félix G.R Turmel, qui tient à remercier Romain Juston Morival pour son aide dans la confection de ce billet.

Le sensible et la mesure : retour sur la présentation

Divisée en cinq parties, la présentation d’Isabelle Roussel Professeur émérite à l’Université de Lille et spécialiste du problème de la pollution atmosphérique, aborde ce thème de façon historico-thématique. La pollution, c’est d’abord ce qui saute aux yeux et au nez, d’où l’intérêt observé historiquement de commencer à relever des perceptions sensorielles. Pour ce faire, l’échelle de Ringelmann a permis d’instaurer les premières mesures par filtre pour recueillir les poussières et analyser la pollution par étalonnage visuel.

Isabelle Roussel Source : https://www.pressesdesmines.com/author-book/roussel-isabelle/

Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – l’activité physique dans la prise en charge des addictions

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur la mobilisation des activités physiques dans des centres d’addictologie. Le projet APhyChAddi entend ainsi rendre compte de la manière dont un programme d’Activités Physiques Adaptées (APA) est mis en place sur la durée et réapproprié par les patients, sur le moment du dispositif et à plus long terme.

Alors que les dispositifs mobilisant les activités physiques dans le cadre de la prise en charge des addictions sont peu visibles, cette recherche, combinant ethnographies de cliniques d’addictologie et récits de vie, a vocation à rendre compte de façon multi-située de ces programmes. Dans ce projet , nous explorerons la diversité des vécus des malades face à ce type de dispositif, permettant d’éclairer les combinaisons complexes d’inégalités et de trajectoire de vie, mais aussi la construction du rapport au corps et à l’activité physique. L’enquête devra permettre, en parallèle, de mettre en lumière la trajectoire de ces dispositifs, de leur conception à leur mise en place, et jusqu’à leur pérennisation.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la mobilisation des activités physiques dans la prise en charge des addictions (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet.

            Réaliser des ethnographies de cliniques d’addictologie dans lesquelles les activités physiques sont mobilisées.

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche.

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des patients, des professionnels de santé et des enseignants d’APA, mais aussi des observations au sein de ces cliniques, en collaboration avec le responsable scientifique. Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e, en lien avec le responsable scientifique, participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires (cliniques, etc.), participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique.

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, avec une expérience de recherche dans le champ de la santé, et une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives.

Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Une partie de son terrain de recherche se déroulera dans l’agglomération rouennaise.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le montant du salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Forum-support (FR)

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

Offre post-doctorat sociologie (18 mois) – L’ordre négocié de l’alcool au rugby et en escalade

Présentation

Le post-doctorat s’inscrit dans le cadre d’une recherche financée par l’IReSP portant sur l’ordre négocié de l’alcool dans les mondes du rugby et de l’escalade.

Fort d’une première enquête quantitative et qualitative sur les pratiques de consommation d’alcool chez les sportifs, cette recherche a vocation à rendre compte des négociations dont l’alcool fait l’objet dans les mondes du rugby et de l’escalade, à différentes échelles, du local au national. En se basant sur une approche par l’ordre négocié, il s’agit de réfléchir en termes de co-construction, considérant que les normes ne sont jamais imposées unilatéralement, ni constituées une fois pour toutes. Ici, les normes autour de l’alcool apparaissent dans un équilibre particulièrement précaire, où les zones d’ombre sont nombreuses et s’insèrent dans un ensemble d’injonctions contradictoires et de significations multiples. L’enquête porte ainsi tout autant sur les dirigeants et les éducateurs de club que sur les fédérations et les alcooliers et leurs liens complexes.

Mission du/de la post-doctorant.e

Les missions principales :

            Réaliser une revue de littérature des travaux relatifs à la recherche (comprenant les travaux en langue anglaise et les recherches hors sciences sociales), et assurer une veille bibliographique durant l’ensemble du projet,

            Participer à l’animation scientifique de cette recherche

Le/la post-doctorant.e contribuera ainsi à réaliser des entretiens avec des dirigeants (aux différentes échelles, du club au niveau fédéral), des entraîneurs, mais également des responsables et anciens responsables du service communication et relation clientèle de l’industrie alcoolière.  Il/elle participera pleinement aux différentes étapes de cette recherche, de la mise en place des outils à la rédaction du rapport de recherche et à la valorisation de celle-ci.

            Coordonner les moyens humains, techniques et financiers nécessaires à la réalisation du projet de recherche.

Le/la post-doctorant.e participera au pilotage du projet de recherche, facilitera le lien entre les différents membres de l’équipe, avec les partenaires, participera à la gestion du budget, à l’organisation des réunions de travail (préparation, rédaction des compte-rendu, etc.).

            Organisation d’évènement scientifique

Le/la  post-doctorant.e  sera  sollicité.e  pour  participer  à  l’organisation  des  manifestations (journée d’étude, workshop) en lien avec le projet.

Compétences requises

Le/la candidat.e devra être titulaire d’un doctorat en sciences sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques) à la date du 15 décembre 2020, et avoir une bonne maîtrise de l’anglais et des méthodes qualitatives. Ce poste exige une autonomie dans la réalisation de l’enquête avec une capacité à travailler en équipe, ainsi que de bonnes capacités rédactionnelles.

Le/la post-doctorant.e, devra proposer des outils collaboratifs pour permettre aux membres de l’équipe de travailler avec les mêmes documents.

Conditions d’emploi et de rémunération

Le/la post-doctorant.e sera rattaché.e au laboratoire DySoLab (EA 7476) de l’université de Rouen Normandie. Il/elle devra être présent au moins une journée par semaine à Rouen.

La durée du post-doctorat est de 18 mois à plein temps et la prise de poste s’effectuera courant janvier 2021.

Le salaire est calqué sur les grilles de rémunération du CNRS.

Responsable scientifique du projet : Yannick Le Hénaff

Composition du dossier de candidature :

Pour candidater, veuillez transmettre avant le 30 octobre 2020 les éléments suivants à François Féliu (francois.feliu@univ-rouen.fr) et Yannick Le Hénaff (yannick.le-henaff@univ-rouen.fr). Les auditions auront lieu dans la deuxième 15e de novembre en présentiel ou en distanciel:

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse (à défaut : les pré-rapports de thèses pour les candidats qui soutiendront entre le 30 octobre et le 15 décembre)

Le sociologue en charlotte : pourquoi et comment observer des autopsies ?

Dans ce second billet relatif aux enjeux méthodologiques soulevés dans sa thèse sur la médecine légale, Romain Juston Morival revient sur les enjeux scientifiques et pratiques soulevées par l’entrée du sociologue en salle d’autopsie. Pourquoi observer des autopsies ? Comment faire, et avec quel degré d’implication ? Une version longue de ce texte est disponible dans l’Annexe 2 de l’ouvrage Médecins légistes. Une enquête sociologique. qui parait le lendemain de la mise en ligne de ce billet, le 30 juin 2020.

À la question « Comment peut-on regarder une autopsie », à laquelle Stefan Timmermans consacre un postscript (Timmermans, 2006), il faudrait sans doute ajouter celle-ci : pourquoi regarder une autopsie ? Quel est le lien entre ces opérations sensibles, techniques, secrètes à la fois du point de vue de l’instruction et du point de vue médical, et une recherche de sociologie sur les médecins légistes ? Ce billet commence par poser les enjeu scientifiques de cette pratique de l’observation en terrain sensible avant de revenir sur les modalités concrètes de sa mise en oeuvre et sur la nécessaire implication du chercheur qu’elle a impliquée. Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter

2 nouvelles références de Camille Dupuy

Dupuy, C. & Sarfati, F. (2019). « Pour des développeurs, c’est pas énorme ! »: Fabriquer et justifier de moindres rémunérations. Terrains & travaux, 35(2), 113-135. doi:10.3917/tt.035.0113.

Comment fabrique-t-on des règles salariales ? Comment fait-on accepter un niveau de rémunération globalement moindre que pour d’autres fonctions équivalentes dans d’autres entreprises ? Les auteurs de l’article répondent à ces deux questions en mobilisant une enquête par entretiens et observations au sein d’une école de formation aux métiers de l’informatique. L’étude permet de retracer la construction d’une grille salariale, venant distinguer les rémunérations selon le statut (bénévole, stagiaire, CDD, CDI, fondateurs) et selon le niveau de technicité informatique du poste tenu. Des formes plurielles de justification sont ensuite analysées. Trois principes de justification rendent acceptables des salaires plus faibles que dans d’autres entreprises : la vocation, la passion, l’utilité.

Elodie Bethoux, Camille Dupuy. What « unequal treatment » is at work in the French context?. 10th International Labour and Employement Relations Association Regional Congress for the Americas, Jun 2020, Toronto, Canada. ⟨hal-02881362⟩

Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Autour de l’affaire Traoré, Romain Juston Morival a publié une Tribune dans Libération et a répondu aux journalistes du Figaro. La place de l’expertise médicale/judiciaire est ainsi discutée !

Romain Juston Morival, Tribune : Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?, Libération, 20 juin 2020

Laura Andrieu (entretien avec R. Juston Morival), Affaire Traoré : qui sont les «médecins experts», au cœur de la machine judiciaire ?, Le figaro, 11 juin 2020.

La tribune de Libération :

Pas moins de sept expertises ont été réalisées dans l’affaire Traoré. Cela questionne le statut de notre médecine légale : ni spécialité médicale, ni rubrique d’expertise judiciaire, elle est tiraillée entre ces deux ordres de référence issus de la science et du droit.

  • Adama Traoré, Théo Luhaka… La justice doit-elle craindre les batailles d’experts médicaux ?

Tribune. Depuis le décès d’Adama Traoré lors de son interpellation le 19 juillet 2016, se sont succédé pas moins de sept expertises médicales. Cela est inhabituel en France où le système judiciaire pénal repose sur le modèle de «l’expert du juge» indépendant vis-à-vis des parties et simple bras droit technique produisant un discours impartial et objectif. Ici, le corps ne parle pas uniquement par la voix de l’expert du juge, mais aussi à travers un ensemble d’expertises privées sollicitées par la famille de la victime. Ces rapports insistent sur les syndromes asphyxiques, reliant le décès à la pression subie par les corps des gendarmes au cours de l’interpellation, et s’opposant à la thèse concurrente selon laquelle cette asphyxie a elle-même des causes infectieuses, correspondant à un état de santé antérieur du jeune homme.

Comment comprendre cette bataille d’experts ?

[la suite ici : https://www.liberation.fr/debats/2020/06/20/adama-traore-theo-luhaka-la-justice-doit-elle-craindre-les-batailles-d-experts-medicaux_1791765]

Le sociologue en blouse : tenir le rôle de stagiaire dans un service de médecine légale

Auteur d’une thèse de sociologie sur la médecine légale et du livre Médecins légistes. Une enquête sociologique qui en est tiré, Romain Juston Morival revient dans une trilogie de billets sur les enjeux méthodologiques auquel il a été confronté lors de sa recherche doctorale. Ces textes consistent en une reprise des trois annexes du livre, et nous remercions alors chaleureusement les Presses de Sciences Po de nous permettre de les publier ici, pour nourrir ces « petits déjeuners méthodologiques » lancés par François Féliu, ingénieur d’étude au Dysolab, pendant le confinement. 

Médecins légistes. Une enquête sociologique sera disponible le 30 juin 2020. En attendant, l’ouvrage peut d’ores et déjà être commandé sur les sites dédiés et en librairie. Des informations  comme le résumé du livre la table des matières notamment sont disponibles sur le site de l’éditeur.

 

Le premiers de ces billets détaille les conditions de possibilités et d’exercice d’une observation directe des pratiques médicales dans le cadre des consultations d’un service de médecine légale clinique. Dans ces Unités médico-judiciaire (UMJ), sont reçues chaque jour des victimes de violences ayant déposé plainte. Dans le cabinet médical, les médecins légistes réalisent un certificat médical dans lequel figure le fameux nombre de jours d’ITT (Incapacité totale de travail) qui permettra au magistrat du parquet d’apprécier la gravité des faits. Ce chiffre a son importance en raison de l’existence d’un critère fixé à 8 jours en matière de violences volontaires, au-delà duquel le juge qualifiera les faits sous le régime délictuel. L’observation de ces pratiques a alors permis de comprendre notamment comment ces certificats sont confectionnés et comment ce chiffre est déterminé.

Pour accéder au cabinet médical, j’ai notamment dû enfiler une blouse, me rendant ainsi descriptible au premier abord comme un stagiaire, externe ou interne en médecine. Les paragraphes ci-dessous racontent comment cet état de fait s’est imposé, et, au fond, les différents rôles que j’ai été amené à jouer durant ces consultations, entre observation et observation participante.

Continuer la lecture

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter