17 décembre : B. Soudais : L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires


Le laboratoire Dysolab est heureux de vous inviter à la prochaine conférence qui se déroulera le lundi 17 décembre à 14h en salle F207 (2e étage – bâtiment Freinet). Nous aurons le plaisir d’accueillir Benjamin Soudais qui présentera ses recherches intitulées :

 L’avortement « criminel » de 1830 à 1940 en SEINE-INFÉRIEURE à travers les archives judiciaires

Résumé : Au XIXème siècle, l’avortement est inscrit au code pénal comme crime. Les autorités françaises instaurent un contrôle social répressif dans un projet de relance de la natalité. L’interdiction des comportements abortifs s’avère cependant inefficace. Les femmes construisent des stratégies de dissimulation et avortent clandestinement malgré les risques sanitaires majeurs. Les pratiques abortives mêlent croyances traditionnelles et méthodes invasives avec l’avènement de l’injection intra-utérine. Pendant l’entre-deux-guerres, grâce à l’élan hygiéniste de la Belle Époque, l’injection intra-utérine s’introduit dans les pratiques privées et se détache de l’intervention de la « faiseuse d’ange » ou du « professionnel » de santé. La prohibition est un échec malgré les évolutions légales visant à augmenter la répression. Quelques affaires d’avorteurs notoires font scandales au début du XIXème. Les avorteurs sont considérés comme des traitres à la nation et justifient la politique de propagande nataliste face au danger allemand. Les affaires d’avortement mettent en évidence une proportion importante de « filles mères » jugées mais volontiers acquittées. La classe bourgeoise est absente du banc des accusés. L’avortement s’inscrit dans une libéralisation des mœurs et une volonté de libre maternité de plus en plus populaire malgré une répression judiciaire qui est à son paroxysme en 1940.

La condition de détresse, contenue dans la loi Veil de 1975, a été supprimé par le Conseil Constitutionnel en 2014 dans le cadre de la loi d’égalité réelle entre les hommes et les femmes. Un accompagnement médical et sécurisé de l’IVG, à défaut d’en diminuer le nombre, permet d’éviter les drames d’un avortement clandestin. De nos jours, l’avortement non sécurisé est encore fréquent, notamment en Afrique et en Amérique du Sud. Malgré l’inefficacité incontestable de l’interdiction de l’avortement, le débat sur sa légitimité persiste encore en France et en Europe.

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une thèse de médecine générale par l’analyse des archives judiciaires de Cour d’assises et d’appel de Seine Inférieure de 1830 à 1940. L’intervenant est médecin généraliste en secteur urbain dans un cabinet médical à Elbeuf. Il est également chef de clinique des universités (Département de Médecine Générale, UFR Santé, Université Rouen Normandie) chargé de recherche en soins primaires et d’enseignement à la faculté.

Pour approfondir cette thématique vous pouvez consulter le document suivant disponible sur HAL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.