Les nouveaux membres de Dysolab (septembre 2019)

Chez les membres titulaires :

Romain Juston Morival, MCF en sociologie : Sociologie du travail ; Sociologie de la santé au travail ; Sociologie du droit et de la justice ; Sociologie des sciences ; Sociologie des professions

Chez les doctorants :

Ariane Mosheni Sadjadi : projet de recherche : Transformation sociale et participation politique : les formes émergentes de politie dans dans les démocraties post-industrielle (sous la direction de Michalis Lianos)

Chez les temporaires (ATER)

Zoé Haller : doctorante en sociologie et membre du laboratoire Dysolab, à l’Université de Rouen. Sa thèse porte sur l’accès aux responsabilités des femmes dans les syndicats enseignants de la FSU et sur la prise en charge des questions féministe par les institutions syndicales. Ses recherches portent également sur les parcours artistiques et sur les institutions culturelles.

Léa Palet : Dans cette recherche doctorale, je m’intéresse au processus de construction sociale de la « valeur professionnelle » des enseignant.e.s du secondaire en France. A partir d’une approche multi-méthodes (analyse socio-historique des textes réglementaires qui encadrent le métier enseignant, observation participante d’un an au cabinet du ministre de l’Éducation nationale (2013-2014), ethnographie de plusieurs mois dans un établissement scolaire, entretiens semi-directifs et exploitation d’un questionnaire renseigné par près de 1 400 professeur.e.s), j’étudie la façon dont la professionnalité enseignante se recompose, au prisme des évolutions institutionnelles des années 2010, ainsi que l’impact de ces recompositions sur les trajectoires de carrière, les relations professionnelles et les conditions de travail. En m’appuyant sur les apports de la sociologie du travail, de l’éducation et de l’action publique, je cherche à savoir comment se construisent les carrières enseignantes et ce qu’elles révèlent sur la façon dont le métier enseignant, comme tout travail, est encadré par l’institution de l’Éducation nationale

Emiline Fourment : doctorante en sociologie politique comparée à Sciences Po Paris (Centre d’Etudes Européennes) sous la direction de Florence Haegel. Elle est l’auteure d’un mémoire de master sur les rapports de genre et le militantisme féministe dans la gauche libertaire de Göttingen (Allemagne). Ses domaines de recherche comprennent l’étude des mouvements sociaux, la sociologie des idées, les études de genre, ainsi que les méthodologies qualitatives. Sa thèse traite des usages et réappropriations des théories féministes dans les milieux féministes libertaires de Berlin et Montréal. Elle appréhende les théories non pas comme des corpus de textes figés, mais comme des systèmes vivants d’idées, sujets à des réappropriations successives opérées par une multiplicité d’acteurs, dans des contextes différents. La thèse propose une sociologie des théories qui prend en compte la socialisation politique des féministes libertaires étudiées, leurs interactions avec d’autres acteurs (pour la plupart militants) ainsi que leurs interactions internes, entre féministes libertaires. Elle montre comment les théories féministes matérialistes, déconstructivistes et intersectionelles peuvent jouer un rôle structurant, aux côtés d’autres variables, pour l’organisation du militantisme d’une part, et être hybridées ou transformées dans la pratique, d’autre part. La dernière partie du travail est plus précisément consacrée à la lutte féministe libertaire contre des violences sexuelles qui ont lieu au sein des milieux libertaires. Les controverses provoquées par l’action féministe permettent d’observer en détail la façon dont des théories féministes peuvent être stratégiquement mobilisées pour orienter et justifier l’action politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.