Bayeux #2 : Refus d’entretien : Comment gérer un râteau sociologique ?

Après de multiples refus d’entretiens lors de nos prises de contact par mail ou par téléphone, nous avons décidé de nous lancer et d’aller à la rencontre des Bayeusains, des Bajocasses et des touristes. Nous avons été surpris de voir combien les refus sont moins nombreux et les interactions plus simples de vive voix. Notre première hypothèse pour expliquer cette différence est la difficulté plus grande à refuser des demandes sympathiques en face à face. De plus, les enquêté-es très occupé-es (comme les artisans, les élu-es, les commerçant-es) sont parfois réticents à fixer un rendez-vous à l’avance mais répondent positivement s’ils sont disponibles au moment où nous allons à leur rencontre. Ce type de situations implique d’être prêt-es pour un entretien dans la foulée de la prise de contact si une fenêtre d’opportunité se présente, et même si les conditions d’entretien ne sont pas idéales. Ainsi un de nos groupes a réalisé un entretien debout dans une boutique qui devait durer une vingtaine de minutes et qui a finalement duré une heure. Parfois, quand les éléments se déchainent contre nous (et oui il pleut beaucoup à Bayeux), des portes s’ouvrent : ainsi en s’abritant de la pluie dans un foyer, nous avons pu négocier des rendez-vous jusqu’alors déclinés. Même si franchir le pas de la prise de contact directe peut être difficile et intimidant, les résultats sont à la hauteur et nous ont apporté une satisfaction personnelle.

Le second enjeu identifié aujourd’hui est la présentation de soi et de notre étude aux futur-es enquêté-es. Ce moment est crucial car nous avons pris conscience qu’il pouvait fermer des terrains ou au contraire en ouvrir. Par exemple, auprès des commerçant-es, évoquer notre intérêt pour le statut d’indépendant donnait lieu à davantage de réponses positives que d’évoquer les politiques municipales en lien avec le commerce. La difficulté réside dans le fait d’être à la fois clair et précis sans trop en dévoiler. Ainsi, une brodeuse à qui nous avions présenté notre problématique centrée sur la transmission des compétences et des savoirs considérait ne pas entrer dans le champ de notre étude, alors qu’elle a le label de maitre artisan décerné aux professionnel-les formant des stagiaires. Le choix des termes peut être important : parler de « conflits » dans le cadre d’une enquête sur les relations interreligieuses peut susciter des refus d’entretiens que le terme « dialogue » permet d’éviter. Lors d’une demande d’entretien dans un lieu de culte, face à un refus, nous avons entamé une discussion informelle sur le travail au quotidien d’une bénévole dans la paroisse. Notre intérêt pour sa fonction a permis de débloquer l’interaction et d’obtenir des renseignements sur les questions qui nous intéressaient, ainsi que d’avoir des rendez-vous.

Lors de ces interactions aujourd’hui, nous avons pris conscience du fait que l’entretien s’inscrit dans des rapports sociaux et que nous devons être attentif-ves à notre positionnement et à celui de nos enquêté-es. Selon la personne à qui l’on s’adresse, il est plus efficace de se présenter en tant qu’étudiant-es à l’université de Rouen, étudiant-es en sociologie, jeunes sociologues ou chercheurs. L’un permet de renforcer la légitimité de nos questions et l’autre de susciter la bonne volonté d’enquêté-es qui veulent aider des étudiant-es. La fille d’un enquêté a ainsi accepté de répondre à nos questions à la place de son père souffrant, mais était gênée de ne pas pouvoir davantage nous venir en aide. Parfois, les personnes à qui nous pensions en premier lieu n’ont pas été celles qui nous ont apporté le plus de données. Ainsi, la recherche du contact avec les directeur-ices des associations s’est avérée parfois moins fructueuse que les échanges avec des militant-es.s Avoir conscience de sa place dans l’interaction peut aussi passer par des choix vestimentaires. Ainsi, pour aller observer un cours de méditation, nous avons eu à enfiler une tenue adaptée, qui nous a permis de pratiquer en observant.

Enfin, certains refus peuvent apporter du sens et s’analyser. Lors d’une demande d’entretien dans un club de sport, un conflit interne nous a été avancé comme justification du refus. Cet échange nous a permis de mieux comprendre les relations intergénérationnelles à l’œuvre dans cette structure. Cette journée nous a enseigné qu’une des principales qualités des sociologues est la persévérance et qu’il faut « y aller au culot ».

Les étudiant-es de M1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search