Bayeux #3 : Un 1er rendez-vous qui restera dans les mémoires : comment compiler les données

Enregistrer

Maintenant que nous avons obtenu notre premier rendez-vous, il faut que tout soit parfait, sans pour autant se mettre la pression. On choisit un lieu calme, intime mais pas trop (un café), toxique mais pas trop (loin de Lubrizol), pas trop formel (on évite les bureaux), et dans lequel nous nous sentons plutôt à l’aise et en sécurité. On choisit un horaire ni trop tôt ni trop tard (loin du lever et des repas)… C’est le jour J, finalement on y va, le café n’est pas ouvert, il est très tôt, mais on se lance et on improvise ! On se présente, et pour éviter la gêne au moment de trouver un banc accessible, on explique un peu notre sujet de recherche, sans spoiler la suite à nos enquêté-es. Et là c’est le moment de poser la fameuse question : « est-ce que ça vous dérange si on vous enregistre ? ». À ce moment-là, trois scénarios possibles. Dans le meilleur des cas, c’est d’accord et l’entretien se concrétise. Dans le pire des cas, c’est un N.O.N. catégorique. On ne se décourage pas, on a toujours notre confident avec nous, notre carnet de notes. Heureusement, ça n’arrive pas tout le temps. Parfois, on sent la personne hésitante, et ce n’est ni oui, ni non. Il faut alors rassurer l’enquêté-e, en mettant en avant nos principes de sociologues : rester anonyme, ne pas diffuser sur les réseaux sociaux, utiliser l’entretien dans le cadre universitaire, etc.

Par moments, selon notre instinct, ça ne nous parait pas toujours essentiel ou évident de poser la fameuse question. Différents facteurs peuvent jouer en notre défaveur : quand le contexte est trop inadapté à un entretien (l’humidité d’une piscine, le bruit de la circulation, le son des cloches), quand l’échange sera plus difficile à retranscrire (dans un entretien avec cinq joueurs de pétanque absorbés par leur partie ou avec un couple de commerçant-es continuant à servir leurs client-es), quand les thèmes abordés sont très sensibles ou trop intimes (dans le cas de migrant-es en situation de précarité, d’une femme évoquant son passé difficile ou d’un ancien sportif parlant de sa dépression), quand on a peur de modifier ou de restreindre la parole qui avait commencé à émerger et à se libérer dans le début de la discussion spontanée. En effet, un magnétophone peut paraitre au début impressionnant, intimidant ou trop formel, alors que les enquêté-es l’oublient très rapidement.

Au final, qu’il y ait un enregistrement ou pas, l’entretien parfait c’est quand on s’adapte à la situation et que l’enquêteur-e et l’enquêté-e ressortent convaincu-es que l’échange a été constructif, surtout si les sociologues repartent avec un café, des bonbons ou du saucisson en cadeau.

Prendre des notes

Une question qui s’est posée à nous aujourd’hui est celle de la prise de note lors des entretiens. Est-il toujours nécessaire de prendre des notes dans cette situation ?

Par exemple, ce matin nous avons été accueillis par une mère de famille géorgienne. Cette dernière nous a invité-es à partager son petit-déjeuner et donc une certaine intimité. Dans cette situation, il nous a paru délicat de lui imposer le carnet de notes, au risque de créer une situation de malaise et de rompre la convivialité. Suivre la conversation en la regardant dans les yeux permettait de rééquilibrer la relation et de maintenir une situation de bienveillance. Dans le cadre d’une interaction où la prise de notes est plus légitime, comme lors d’un de nos entretiens avec un charcutier-traiteur, il nous a paru particulièrement important de décider en amont de la répartition des rôles : deux jeunes sociologues faisaient face à l’enquêté, ce qui leur permettait de se donner des coups de pieds sous la table afin d’éviter de se couper la parole (ou pire, de s’entretuer), tandis que la troisième personne était légèrement en retrait afin de se concentrer sur la prise de notes sans perturber l’échange.

En tant que sociologues 2.0, nous avons utilisé nos smartphones, cela permet d’envoyer directement la prise de notes aux autres membres du groupe pendant la réalisation d’une cartographie des commerces par exemple. Lors d’une observation d’un marché, nous avons privilégié l’usage du téléphone afin d’éviter de se faire remarquer. Cependant, les plus orthodoxes d’entre nous privilégient l’usage du carnet et ce pour plusieurs raisons : à la piscine, les pratiquant-es du cours d’aquagym ayant les yeux rivés sur nous, nous n’avons pas osé passer pour des adolescentes scotchées sur nos téléphones. De manière générale, le téléphone paraît moins adapté pour un entretien formel. Toutefois nos enseignant-es d’un autre âge étaient effaré-es de nous voir les yeux rivés sur nos écrans lors de la réception à l’Hôtel du Doyen, illustrant par cela un certain écart générationnel : « Non mais allô quoi, t’es sociologue t’as pas de carnet ? ». Au PMU, deux groupes d’enquêté-es ont eu deux approches différentes : un groupe, dans l’intention de se fondre dans la masse, a choisi de prendre des notes discrètes sur son téléphone, tandis que l’autre se sentant identifié comme étranger s’est senti plus à l’aise en sortant un carnet. Les habitués étaient tellement sobres que c’est passé crème.

Nous avons pu utiliser la prise de notes pour différents objectifs. Pendant l’entretien avec la propriétaire d’un magasin de chaussures pour enfants, l’un des nôtres notait les mots-clés afin de rebondir pour ne pas perdre le fil. Nous avons pu aussi nous en servir dans le but de faciliter les comptes-rendus après les entretiens. Et même en tant que jeunes à la pointe de la technologie, nous ne sommes pas à l’abri d’un téléphone déchargé, surtout quand il n’y a qu’une seule prise par chambre !

Tenir un carnet de terrain

Nos enseignant-es-chercheur-es, surtout les anthropologues, nous ont déjà tous parlé de l’existence d’un vieux carnet de terrain poussiéreux trainant au fond d’un sac. Ce carnet devrait être tenu, quotidiennement, le soir, à la lumière d’une chandelle, pour y consigner nos pensées, réflexions et schématiser ou dessiner nos observations ou encore y inscrire « tout et n’importe quoi »… Le carnet de terrain est-il indispensable ? sous quelle forme ? et suivons-nous réellement ces conseils ? Indispensable O.U.I mais pas forcément sous cette forme archaïque !

Première utilité : pourquoi pas s’en servir comme un carnet de contact ? Il nous permet de se rappeler des noms des enquêté-es, de leur coordonnées, ainsi même quand nous nous prenons un râteau sociologique nous pouvons le consigner (et ainsi s’en rappeler) et savoir rebondir sur d’autres plans B. Mais il ne se résume pas à cela. Certains d’entre nous ont essentiellement rédigé des comptes-rendus d’entretiens et d’observations alors que d’autres l’utilisent aussi pour renseigner leurs ressentis par rapports aux interactions. Malgré tous ces avantages, nous ne l’avons pas tous tenu de la même manière et aux mêmes moments. Des groupes l’ont commencé dès les premières recherches bibliographiques afin de se souvenir des mots clés utilisés pour trouver des lectures scientifiques alors que d’autres, plus attachés au concept de « terrain », l’ont débuté qu’une fois les pieds à Bayeux.

Au-delà de notre expérience bajocasse nous sommes convaincus, à l’heure actuelle, que le carnet de terrain peut devenir notre petit journal intime, mais sans trop en dévoiler… car nos professeur-es nous demandent toujours cette partie réflexive. Le carnet de recherche nous permet ainsi de faire évoluer notre identité de sociologue en nous mettant dans une posture d’apprentissage. La lecture de nos carnets de terrain nous montre l’évolution ou le fossé entre ce qu’on imaginait sur le sujet et la réalité de l’enquête. Le groupe travaillant sur le dialogue inter-religieux a constaté que leurs enquêté-es n’étaient pas aussi austères que ce qu’ils avaient écrit le premier jour. Pour nous il est un levier pour aller au-delà de nos prénotions et être le témoin du chemin parcouru quand nos professeur-es nous demandent, à un moment ou un autre, de se révéler.

Cette mise à nu est différente selon le support utilisé et le contexte de la recherche. Le travail collectif de Bayeux nous a poussés à nous tourner vers un carnet de terrain 2.0. Le 2.0 se décline sous différentes modalités cher-es professeur-es : 1) le drive ou un espace partagé en ligne où nous avons tous pu écrire sur le même document et centraliser les informations entre les membres du groupe ; 2) un groupe whatsapp, en temps réel, nous a permis de nous tenir informé de l’évolution de nos enquêtes même quand nous avons dû nous séparer pour plus d’efficacité. Cela nous a aussi donné l’opportunité de partager nos photos et vidéos rapidement.

En conclusion le carnet de recherche, multifonction et à personnaliser, est notre second cerveau !

Les étudiant-es de M1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search