Bayeux #4 : Quand le regard ne dit pas tout mais qu’il veut dire beaucoup

L’enquête n’est pas qu’une question d’entretien. Lorsque la parole ne suffit pas, d’autres sens se mettent en éveil. Les corps deviennent des outils dédiés à l’observation sociologique.

Avant d’entrer en scène, tout sociologue qui se respecte se doit de tâter le terrain. Ainsi c’est par une phase exploratoire que des questionnements peuvent émerger. Ce fut le cas, en arrivant à la piscine pour réaliser notre observation, nous avons été surpris de trouver une machine à café au bord du bassin. L’observation nous a permis de voir que beaucoup d’interactions se jouaient autours de cet endroit convivial. Nous avons finalement intégré cette nouvelle problématique dans notre grille d’entretien. Par cela, de nouvelles questions ont trouvé leur pertinence auprès du coach.

Par ailleurs, nous avons complété nos recueils par des observations afin d’enrichir nos travaux sur la construction de l’image de la ville de Bayeux. C’est en observant, notamment, les devantures des magasins du centre-ville que nous avons pu compléter les données jusqu’alors collectées lors de nos entretiens. En effet, les vitrines mettent en avant le 75e anniversaire du Débarquement de Normandie (D-Day) et célèbrent une amitié entre l’Angleterre, la France, le Canada et les Etats-Unis.  

L’observation donne chair à l’entretien. Elle complète la parole, illustre, et clarifie l’abstraction que crée ces propos. Pour s’appuyer sur un exemple, c’est en observant une démonstration de dentelle que nous avons pu nous rendre compte de l’automatisme des gestes techniques et de la rapidité de l’exécution qui nous ont parues impressionnants. Ainsi nous avons pu mesurer l’ampleur de la concentration, nécessaire à cette pratique et dont les enquêtés nous avaient fait part. Lors d’une rencontre avec un sculpteur de pierre, l’entretien s’est transformé en observation puisqu’il nous a expliqué son travail en désignant sur la cathédrale, d’un geste de la main, les différentes parties de l’architecture et ceci dans le but d’illustrer une journée type sur le chantier en cours.

L’observation peut s’avérer être également un outil de négociation ou d’accès au terrain comme cela a été le cas lors de notre participation à un cours d’équilibre dans une résidence de personnes âgées.  A notre arrivée l’éducateur nous a intégrés à l’activité sans faire de distinction avec les participants. Cela nous a donc permis de créer un lien et d’instaurer une relation de confiance avec ces derniers. Dans les sourires et les regards partagés, le dialogue s’en est vu facilité. Suite à cela nous avons réussi à obtenir plusieurs entretiens de par la proximité créée.  

A travers ses exemples, l’observation apparait comme un atout essentiel dans la boîte à outils sociologique mais encore faut-il en connaitre les règles d’utilisation…

Le périmètre fluide de l’observation

Aujourd’hui il pleut. Du coup, c’est le bon moment pour faire une observation. On s’est dit qu’on n’allait pas attendre le retour du soleil, on n’est pas fous : nous sommes à Bayeux, pas à Nice ! On enfile un ciré jaune, direction le terrain ! S’offrent à nous deux types d’observation, qui se distinguent par le travail réalisé par l’enquêteur-ice en amont. Nous proposons d’appeler « observation formelle », celle où l’on se rend dans un lieu pour lequel nous avons préparé une grille au préalable. Par exemple, un de nos groupes a préparé une grille d’observation pour se rendre au marché et observer quel public s’y rendait. Il existe aussi ce que nous appelons des « observations informelles », imprévues, qui nous tombent dessus. Par exemple, en attendant un entretien avec une élue municipale, nous nous sommes rendus compte qu’elle avait mis en scène son entrée en arrivant par une porte dérobée.

Une question se pose donc : quand commence et quand s’arrête une observation ?

L’observation débute en général lorsque l’on se rend sur le terrain, c’est-à-dire un lieu identifié comme appartenant à notre thème : par exemple quand nous avons été observer le cours de prévention des chutes dans un EPHAD, ce n’est pas parce que nous voulions savoir à quoi ressemblait une chute de personnes âgées, mais bien parce que nous voulions interroger les frontières entre sport et activité physique chez les seniors.

Une observation peut aussi débuter quand on ne s’y attend pas : elle démarre au moment où l’on donne du sens à un espace social, à un mouvement. On ne peut donner ce sens que parce que nos observations font écho à des données antérieures.

Parfois, c’est l’enquêté-e qui provoque l’observation. Il ou elle va orienter les données produites quand certains éléments lui paraissent pertinents : le luthier, par exemple, illustre son travail en montrant ses outils.

Dans certains cas, une observation ne suffit pas et requiert une participation de l’enquêteur-ice : maîtriser les positions du lotus et de l’arbre sont d’une grande aide lors d’une observation de méditation transcendantale. Les sociologues érudits, comme les auteur-es de ce billet, savent parfaitement reconnaître ce genre de situations.

Il peut arriver qu’on participe sans en avoir l’air (certains font très bien semblant). En effet lors d’une observation dans une confiserie, nous n’avons pas participé directement à la fabrication des bonbons, mais en observant la démonstration, nous étions des participantes impliquées dans le processus de transmission des savoirs et des compétences au cœur de notre problématique.

De manière générale, une observation est plus facile lorsqu’on a un rôle dans l’interaction : déambuler en tant que client-es dans un marché pour acheter un pain au chocolat peut vous donner une contenance et faciliter les échanges. Les boulistes, au contraire, focalisés sur le cochonnet, semblaient dérangés par notre présence. Il aurait peut-être été préférable de leur proposer une partie de pétanque, au risque de prendre une Fanny.

Quand considérer qu’une observation est finie ? Le sociologue peut adopter deux postures : la première est de considérer que l’observation est terminée quand nous n’avons plus rien à noter à son propos (ou quand notre carnet est trempé) ; la seconde est de dire qu’elle ne finit jamais vraiment car certaines images ou situations vues quelques jours auparavant peuvent venir faire sens dans notre esprit plus tard, à la lumière d’autres matériaux. Par ailleurs, on peut se demander si l’observation s’arrête quand on commence à parler ou si les échanges font également partie de l’observation ? De la même façon, n’y a-t-il pas de l’observation dans l’entretien puisque nous nous servons aussi de nos yeux dans ce type d’échange ? Nous avons compris cela lorsqu’une enquêtée adopte une posture fermée indiquant sa gêne lorsque nous avons posé une question qui la met mal à l’aise (il suffit de regarder la série Lie to Me).

Pour terminer, nous dirons que l’observation n’est qu’une façon de voir les choses.

Des outils pour l’observation ?

La grille d’observation ? Il faut qu’on vous avoue quelque chose… des fois, on n’en fait pas. Mais attention, c’est pas forcément que de la flemme, il y a plusieurs raisons. Enfin plusieurs, non pas vraiment, il y en aurait trois selon nous. Dans un premier temps, si on construit une grille d’observation, on risque de restreindre son champ d’observation, et ainsi, passer à côté de choses qui sont pour autant pertinentes. Dans un second temps, si on a choisi un sujet que l’on ne maîtrise pas forcément, il est impossible de faire une grille efficace. Dans ce cas, autant réaliser une observation libre (c’est-à-dire sans grille d’observation). Enfin, (dans un troisième temps) dans des situations où le temps nous est compté, la grille n’est pas prioritaire face à la douche du matin et à la demi-heure de dodo supplémentaire (les retranscriptions aussi, soyons sérieux). Il faut aussi qu’on vous fasse une seconde confession, comme pour l’entretien, la grille d’observation doit être désacralisée, elle n’est pas obligatoirement sous la forme physique, elle peut très bien exister mentalement, dans les grandes lignes. Mais on se demande encore s’il est vraiment possible d’arriver sur place et de décider à ce moment-là des éléments à placer dans cette grille mentale.  Nous n’avons pas de réponse ferme à ce sujet, puisque chacun de nous a une perception différente de l’utilité de la grille d’observation. Dans tous les cas (avec ou sans grille), il faut savoir justifier ce choix et l’articuler avec le reste de l’enquête.

On a pu remarquer que la situation était très différente seul ou en groupe, en effet, lors d’un travail collectif avec plusieurs cerveaux, il y a différentes façons de réfléchir aux choses à observer ce qui permet une complémentarité. Un des éléments notables concerne la prise de notes, lors d’un travail à plusieurs il est plus aisé de se définir des rôles à l’avance : l’un peut se dédier à la prise de notes, tandis que le ou les autres pourront pleinement se consacrer à l’observation. Dans le cas d’un travail seul, les différentes casquettes peuvent être difficiles à porter et une restitution ultérieure semble plus judicieuse. Un outil supplémentaire peut être le schéma. En effet, illustrer au moyen d’un plan une situation rencontrée pourra permettre une meilleure visualisation au moment du compte-rendu d’observation. La photographie, au même titre, permet d’exprimer de manière précise le cas rencontré. 

En tant qu’étudiants 2.0, nos portables peuvent nous apporter une aide précieuse dans le cas où des membres du groupe observent sur le terrain et transmettent à celles et ceux qui sont resté-es au chaud les dernières informations récoltées. Le compte-rendu, l’analyse et l’assimilation d’informations sont en effet grandement accélérés.  Dans le cas où le travail est individuel, il semble préférable de tenter de repérer des points récurrents dans l’ensemble des observations afin d’en tirer des conclusions. Si on peut passer du coq à l’âne (parce qu’on est fatigués de cette semaine, les transitions nous échappent, excusez-nous), il ne faut pas oublier que le sociologue peut aborder une même observation sous différents angles. Le groupe qui travaille sur le commerce a par exemple observé un marché hier matin, en regardant à la fois la disposition des stands, les profils des exposants et des clients, ou encore les interactions avec les commerces du centre-ville. Enfin, les notes d’observations nous permettent d’apporter une véritable expertise sociologique. Cette dernière peut  être enrichie grâce aux analyses recueillies lors de nos autres méthodes d’enquête, tels que les entretiens. Croiser les données est primordial lorsque nous faisons une enquête : si on  s’appuie seulement sur un matériau, les conséquences peuvent être fatales (enfin pas fatales, mais disons que vous allez galérer à valider votre année et à prouver votre légitimité en sociologie, et ça, c’est pas fun du tout du tout). Même si, au cours de notre cursus, nos professeurs nous ont d’abord enseigné la méthode des observations, avant d’évoquer les entretiens et les questionnaires, beaucoup de groupes n’ont pas privilégié cette méthode depuis le début de la semaine. Mais, en faisant le bilan de nos terrains, nous avons compris que les observations finalement réalisées avaient complété et enrichi notre enquête.

Les étudiant-es de M1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search