Bayeux #5 : Scriptease. La retranscription, une mise à nu des données

Pourquoi retranscrire ?

A la fin de cette aventure, est venu le temps de la désillusion, ah non pardon, de la retranscription. La retranscription depuis la L1 est toujours une étape que l’on souhaite retarder voire éviter, mais malheureusement on est obligé de prendre nos responsabilités. On ne retranscrit pas pour rien, en effet il y a plusieurs raisons de retranscrire. La retranscription est un des supports fondamentaux de notre analyse. Et oui, chers enquêté-es, ce n’est pas qu’on en a marre d’entendre vos voix, mais côté pratique l’écrit n’a pas d’égal.

La retranscription permet d’avoir une meilleure visualisation des points d’analyse que l’on souhaite soulever grâce aux nombreux surlignages, notations, gribouillis que l’on peut y ajouter. Ça paraît peut-être un peu banal dit comme cela, mais la retranscription est inscrite dans le code du chercheur-e. Sans retranscription, il n’y a pas de preuves de ce que l’on avance, si bien que l’on pourrait presque raconter tout et n’importe quoi. Or comme on nous le répète, la preuve est le garant de la scientificité de la sociologie. #MadameDevineau

Au-delà d’être un outil d’analyse ou encore une preuve, la retranscription est également un outil réflexif pour le chercheur. Même si c’est parfois douloureux d’entendre notre propre voix et nos ratés d’entretien, il peut être constructif de remuer le couteau dans la plaie. C’est en repérant nos erreurs que l’on apprend, comme par exemple se rendre compte du caractère inadapté d’une question ou d’une remarque. On saura pour la prochaine qu’il faut parfois se contenir, ou du moins savoir rester objectif car la façon dont on pose la question, oriente la réponse de l’enquêté-e. Cela nous permet donc de nous rendre compte de nos points faibles dans l’interaction, mais aussi il peut nous rassurer sur d’autres points (vocabulaire, fluidité de la parole, neutralité [la neutralité mériterait un billet entier. Que dis-je ! Une encyclopédie!]…). Autrement dit, la retranscription permet de nous faire évoluer sur le chemin du métier de sociologue.

La restranscription s’inscrit donc dans une démarche globale, enrichie par différents types de matériaux. Mais il reste un point :  une fois qu’on a posé les raisons des visées pratiques de la retranscription, reste à savoir à qui s’adresse-t-elle : pour le chercheur et sa science ? Ou pour qu’elle soit mangée par notre chien la veille d’un rendu de dossier ?

Là encore, la retranscription a ses raisons.

Pour les chercheur-es : l’objectif global de toutes et tous est d’enrichir la science par nos différentes recherches et nos divers centres d’intérêts, au moyen des propos des enquêté-es. Il est primordial que nous, chercheurs et chercheuses, transmettions nos découvertes construites au cours de nos différents parcours.

Pour soi : comme nous l’avons dit plus haut, la retranscription est un outil qui permet un retour réflexif sur notre pratique sociologique. De plus, quand nous serons des sociologues archaïques, il est possible que nous souhaiterions nous replonger dans nos premiers entretiens, en souvenir de l’insouciance des premières années en tant que jeunes sociologues 2.0.

Mais la sociologie, dans son but ultime, cherche à rendre compte des réalités sociales en tentant de les expliquer. Mais à qui d’autre voudrait-elle s’adresser ? A celles et ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur la société sans en rester à leurs préjugés. Ainsi, les lecteurs sont aussi bien des interlocuteurs dans la compréhension de notre environnement social. De plus, selon nos terrains et selon nos enquêté-es, certain-es parmi ces derniers souhaitent contrôler leur parole et nous demandent de leur transmettre les détails de retranscription (en fichier audio ou à l’écrit).

Le compte-rendu d’entretien

Lorsque l’enquête s’inscrit dans une période très courte, comme ici à Bayeux, nous, sociologues, sommes confronté-es à un flot de paroles et d’informations important et continu. Ainsi pour traiter ces données accumulées, le temps nous oblige bien souvent à trouver des ruses pour réaliser un travail sociologique digne de ce nom et dans les délais imposés. Notre petit secret : le compte rendu d’entretien.

Qu’il se fasse à partir de notre super carnet de terrain et de ses notes ou d’un enregistrement audio, il peut se présenter comme un vrai gagne temps. En effet, on ne garde que le meilleur par le biais de résumés tout en respectant les propos et les idées de nos enquêtés.

Ainsi, c’est spontanément, qu’émergent des discussions animées entre les enquêteurs d’un même groupe de recherche, une fois l’entretien terminé. A chaud, cela permet d’exprimer les ressentis, les idées récurrentes et d’identifier les thématiques transversales. Ce fut le cas par exemple, à l’Office de Tourisme où après avoir interrogé le directeur, deux binômes d’un même groupe ont pu comparer la fréquentation touristique à l’échelle départementale et communale.

Parfois l’enregistrement n’est pas possible ou pas nécessaire, selon l’informalité ou la sensibilité du sujet. Le compte rendu devient alors indispensable voire crucial. Il permet de garder une trace en rassemblant tous les éléments possibles. Ainsi, nous, étudiant-es 2.0, laissons nos doigts cavaler sur le clavier afin de restituer les paroles entendues. Cependant vous pouvez toujours être un peu vieux jeu et courir au premier café (ou PMU) du coin et coucher vos notes sur le papier.

Le compte rendu peut également se trouver sous d’autre forme que celui d’un roman de cent pages. Ici, l’avantage du numérique c’est la création d’un tableau enrichi tout au long de la semaine par des petites phrases, reprenant les propos des enquêtés et classées par thèmes. Cela permet de donner une lecture transversale de nos données dans le but de fournir les prémices d’une analyse. On vous l’avoue, cette technique séduit parfois les plus feignants. Cependant, il peut être impossible d’échapper à la méthode de retranscription intégrale.

Les méthodes

Tout d’abord, il n’existe pas de méthode type pour retranscrire. C’est un travail d’équipe, peut-être la tâche la plus fastidieuse, donc on se partage le travail pour rendre la chose plus fun. L’approche est différente d’un groupe à l’autre, tout le monde ne fonctionne pas de la même façon comme chacun a pu le constater durant ce séjour.

Ainsi ceux qui retranscrivent n’étaient pas nécessairement présents durant les entretiens tandis que d’autre groupes préfèrent retranscrire les entretiens auxquels ils ont assistés.

Le fait d’avoir une trace de l’entretien n’incite pas à retranscrire dans l’immédiat contrairement aux entretiens informels où noter permet de ne pas oublier certains détails. En effet lors d’une prise de contact, une simple visite dans le but d’obtenir un rendez-vous s’est transformée en entretien informel, le travail de terrain c’est aussi savoir s’adapter.

La retranscription demande certaines conditions, il faut un espace calme, du temps et de la concentration. Pour cela attrapez vos écouteurs, évadez-vous, revivez un moment riche en émotions rempli de « euuuhh » « baaahhh » « huuuuuum » ou une bise bien baveuse de grand-mère.

Chaque élément n’est pas à négliger. Tout est bon à prendre même la promenade du clébard. Les bruits annexes et interruptions s’inscrivent dans l’entretien, ce qui peut provoquer une difficulté lors de la retranscription. Chaque enquêté étant différent aucune retranscription se ressemble voilà pourquoi il est important de ne pas modifier l’orthographe ou les fautes de français. Le fait de réécouter l’entretien lors de la retranscription cela peut nous permettre de nous imaginer de nouveau, on se revoit avec l’enquêté-e en train de discuter autour d’un café ou après une posture de yoga.

Pour conclure, retranscrire, n’est qu’une autre façon d’écouter.

Les étudiant-es du M1 de sociologie de l’université de Rouen


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search