Un parcours « Santé au travail » pour le master de sociologie de l’Université de Rouen-Normandie : principes, déroulé et débouchés

 

Le master « Recherche, Enquête, Diagnostic » (RED) de l’Université de Rouen Normandie est un master de sociologie offrant deux parcours assis sur un solide tronc commun. Ces parcours de M2 ne constituent pas deux formations de sociologie radicalement différentes, mais plutôt des coloriages proposés aux étudiant.e.s pour leur permettre d’ajuster leurs centres d’intérêts et leurs perspectives professionnelles avec une formation davantage spécialisée.   

*          *

*

Sociologues et experts : une formation de sociologie coloriée « santé au travail » 

Le parcours « Santé au travail », comme le parcours « Innovations sociales et égalité », accueillent chacun des étudiant.e.s qui, pour certain.e.s, sont intéressé.e.s par la réalisation d’une thèse de sociologie et une insertion dans le milieu académique, et qui, pour d’autres, s’orientent plutôt vers l’exercice du métier de sociologue comme praticien. Ces orientations, dîtes « Recherche » et « Professionnelle » – ou, mieux, « Praticienne » – sont donc intégrées à chacun des parcours. 

Le parcours « Santé au travail » a été conçu de façon particulièrement ouverte pour accueillir des projets divers, parmi lesquels on trouvera bien sûr des projets ancrés dans le domaine de la santé au travail, mais aussi des projets en lien avec le monde de la santé d’une part, et celui du travail, de la conduite du changement, et des ressources humaines, d’autre part. Cette ouverture s’explique par une volonté scientifique et pédagogique d’offrir une formation généraliste en sociologie qui, depuis les lectures qu’elle offre, les outils qu’elle présente et les concepts qu’elle discute, vise à équiper des futur.e.s professionnel.le.s de la sociologie, académiques comme praticien.ne.s, afin de mettre en œuvre ces savoirs dans des contextes variés.

Le cœur de ce parcours, la santé au travail, est un domaine d’intervention qui connait actuellement un profond renouvellement et qui demande l’acquisition d’une expertise forte pour répondraux nouveaux besoins des organisations en termes de santé de leurs salarié.e.s. On peut citer, par exemple, la conduite de démarches de prévention des risques, ou encore la mise en place d’un plan de Qualité de vie au travail (QVT). Au fond, c’est la capacité du regard sociologique pour accompagner les démarches de prévention et participer à l’amélioration des conditions de travail qui est ici visée. 

A mi-chemin de cette première année, on peut, sans tirer un bilan définitif, constater que les étudiant.e.s ayant fait le choix de ce parcours avaient d’abord été séduits par l’ouverture à des problématique RH au sein des entreprises avant d’être, au fil des cours, de l’expérience de recherche-action conduite au premier semestre, et de la recherche de stage, tous et toutes accroché.e.s par les enjeux ayant directement trait à la santé au travail !1 

Un pied dedans, un pied dehors : la structuration de la formation entre l’université et les organisations 

La maquette et la brochure du Master donneront une idée complète de ce qu’on l’on fait dans le master RED en général, et dans le parcours « Santé au travail » en particulier. On en détaille ici l’esprit autour de quatre points clés : l’articulation entre savoirs théoriques et leur mise en pratique ; l’approche interdisciplinaire et professionnelle de la santé au travail ; les enquêtes de terrain ; le stage.  

Le bâtiment Freinet qui accueille le laboratoire Dysolab et la salle de cours des M2

L’horizon d’une mise en pratique de savoirs théoriques  

Pour articuler l’approfondissent des savoirs théoriques sociologiques généralistes ou en lien avec le domaine de spécialisation de la santé au travail, et leur mise en pratique, les études de cas occupent une place importante dans la formation. Prenons l’exemple de la validation commune au cours « Politiques publiques de la santé au travail », « Acteurs et règles de la santé au travail » et « Organisations et conditions de travail » : celle-ci a consisté en une étude de cas préparée par les enseignant.e.s autour de la catastrophe de Lubrizol (et, qui sait, peut-être qu’une étude de cas relative aux effets du Covid-19 sur la santé des travailleurs et les initiatives mises en place dans les organisations est d’ores et déjà en train d’être confectionnée pour la promo 2020-2021…). Les liens avec l’actualité parfois tragique appellent un regard de sciences sociales, et constituent un puissant ressort pour articuler savoirs théoriques et mise en œuvre pratique.  

La santé au travail : sujet de nombreuses recherches et de publication en sciences sociales

Un programme d’enseignement interdisciplinaire et « professionnalisant » 

La nature même de la problématique de la santé au travail nous a obligé a construire un programme d’enseignement doublement ouvert. Ouverture, d’abord, vis-à-vis d’autres disciplines des sciences sociales que la seule sociologie. Pour cela, on a pu miser sur les ressources internes au laboratoire Dysolab dont une des forces – au croisement de la recherche qui s’y fait et des enseignements qu’elle nourrit – est d’associer des regards sociologique et anthropologique. De plus, l’appui de collègues universitaires au sein ou à l’extérieur de notre UFR permet d’œuvrer à une compréhension des différentes dimensions des problématiques liées à la santé au travail. Ainsi, deux collègues psychologues ont offert aux étudiant.e.s un panorama des démarches d’intervention à l’égard des risques professionnels, tandis qu’un juriste spécialiste de santé au travail a exposé les règles spécifiques qui s’appliquent en la matière.  

 

©StockAdobe : http://www.a-part-entiere.fr/sante-travail-lecocq-reforme-2020-pierre-luton-pluton

Mais une formation sur la santé au travail – comme sur n’importe quel domaine de la vie sociale d’ailleurs – ne pouvait se restreindre au vase clôt de l’université. C’est pourquoi le programme de cours vise également à accueillir les acteurs et les actrices de ce monde de la santé au travail. Sont ainsi intervenu.e.s cette année des professionnels des diverses agences en charge des questions de santé au travail sous leurs diverses dimensions, à l’ARACT, à la CARSAT-Normandie, ou à la DIRECCTE. 

Une formation à l’intervention par la recherche 

Le département de sociologie est ensuite attentif à former ses étudiant.e.s par la recherche. C’est le sens des mémoires de M1 et de M2 ainsi que des différentes enquêtes collectives, dont celle proposée au M1 cette année a été chroniquée sur ce même carnet. Les exigences propres à l’intervention équipée par le regard sociologique ont donc impliqué de frotter les étudiant.e.s du M2 à une commande sociale. Dans le cas du parcours « Santé au travail », cette expérience a été particulièrement riche, depuis la négociation autour de cette commande jusqu’à la restitution. Cette année, l’enseignement intitulé « Observer le travail » a permis aux étudiant.e.s d’approcher de très près les activités des technicien.e.s du spectacle, permanents ou intermittents, notamment au cours du montage et démontage des scènes de spectacles, et ceci dans deux structures contrastées : un grand centre dramatique national et une structure associative. De ces observations situées sur le travail, les étudiant.e.s ont proposé une analyse sociologique fondée sur l’articulation des temporalités et des espace du travail, ce qui a permis d’approcher de manière tout à fait originale à la fois les politiques de préventions des risques professionnels mais aussi les prises de risques largement invisibilisées par les documents en charge de prévenir les situations dangereuses.  

Les technicien.e.s du spectacle au travail sur une scène de montage (Compte-rendu photographique de l’enquête menée par les étudiant.e.s de la promotion 2019-2020)

« Ceci n’est pas un exercice » : Le stage ou L’intervention en santé-travail en taille réelle

Les étudiant.e.s qui s’orientent vers une insertion dite « Professionnelle » n’arrivent alors pas en stage vierge de tout effort de mise en pratique des savoirs sociologiques en lien avec une commande. Mais ils ne rentrent pour autant pas en stage en perdant d’un coup le contact avec leurs enseignants. D’abord, le stage a été préparé tout au long du premier semestre et au début du second par le suivi d’un atelier visant à les suivre dans la recherche du stage et l’établissement de leur convention devant régler les finalités du stage avec les moyens alloués pour les atteindre. S’ajoute à cela un atelier d’accompagnement tout au long du stage pour suivre les étudiants et les accompagner dans l’exigence essentielle du mémoire. Celui-ci ne constitue en effet pas un rapport de stage restituant la façon dont la commande a été remplie, mais un véritable travail de recherche qui demande à ce que la commande soit déconstruite et traduite dans les termes d’une investigation sociologique. Enfin, ce mémoire est dirigé par un enseignant-chercheur du laboratoire qui accompagne l’étudiant.e dans toutes les étapes de l’élaboration sociologique qui séparent le stage de la soutenance.

Quels débouchés ?  

Cette question mériterait un billet à part-entière qui pourra bénéficier dès l’année prochaine des retours d’expérience des étudiant.e.s de la première promo du parcours. Contentons-nous à ce stade d’insister sur l’amplitude des métiers atteignables sur la base de la formation dispensée dans le parcours. D’abord, le champ des études et des recherches, celui de l’organisation ensuite et, enfin celui d’expertise, constituent des débouchés classiques pour les étudiant.e.s de sociologie qui offrent beaucoup de possibilités spécifiques aux spécialistes de la santé au travail : au-delà des carrières académiques, ces métiers se déclinent,  

  • dans le champ des études, autour de la conduite des études économiques et sociales sur les questions de santé au travail, d’égalité professionnelle, de qualité de vie au travail ;  
  • dans le champ de l’organisation et des relations humaines autour de la prévention des risques professionnels et du développement de la QVT ;  
  • dans le  champ de l’expertise autour du conseil aux CHSCT-CSE et aux syndicats. 

*          *

*

Pour ne pas conclure

Ce billet de présentation méritera certainement dès l’année prochaine et chacune des années suivantes une réactualisation, mais ce premier texte, qui a permis de renvoyer vers d’autres documents relatifs à ce parcours et au master en général, a synthétisé l’esprit qui anime celles et ceux participant à ce parcours de master, sur un plan à la fois scientifique, pédagogique et professionnel.  

 

Candidater : http://shs.univ-rouen.fr/service-scolarite-93271.kjsp?RH=1380271151478&RF=1385567348864

Pour plus d’informations : romain.juston@univ-rouen.fr  

Romain Juston Morival  

Coresponsable du Master de Sociologie Recherche, Enquêtes, Diagnostics (RED). Responsable pédagogique du parcours « Santé au travail ». 

 

 

  1. On peut citer le déplacement de la promo à Paris (avec le soutien financier de l’UFR SHS que nous remercions chaleureusement) de la quasi-totalité des étudiant.e.s du parcours, accompagné.e.s par le responsable pédagogique du parcours, Romain Juston Morival, pour assister à une journée d’étude spécialement dédiée aux enjeux d’insertion professionnelle dans le domaine de la santé au travail pour les étudiant.e.s de sociologie. Nous publierons prochainement sur ce carnet une billet de présentation de cette journée, alliant un compte-rendu  de ce qui s’y est dit, et un retour par les étudiant.e.s et par ses organisateurs. Ici, disons simplement que cette journée du Réseau des jeunes chercheur en travail et santé (RJCTS) était plus que bienvenue, en ce mois de mars 2020, à la veille du commencement des stages ! []

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/09/2020

    […] Après ma thèse, j’ai opéré un déplacement thématique franc de l’expertise médicale à la santé au travail. Cette volonté de changement de ma part a été permise par deux expériences post-doctorale. La première, au CSO, m’a permis de découvrir le thème de la santé au travail à partir d’une étude financée par l’Anses sur la surveillance des risques professionnels particulièrement incertains (Suripi), à travers les cas des risques chimiques et des risques dits “psycho-sociaux”. La seconde, au CEET, m’a permis d’initier le projet que j’avais présenté au CNRS sur l’entrée nouvelle des assureurs et des mutuelles dans le secteur de la santé au travail. Concrètement, j’ai entamé des enquête sur la conception et la mise en oeuvre de certains des “produits de préventions” proposées par les organismes complémentaires d’assurance-maladie aux entreprises. A Rouen, j’ai la chance d’aborder ces questions à la fois depuis mes recherches mais aussi au sein du nouveau parcours “Santé au travail”, qui entame actuellement sa deuxième rentrée. J’ai présenté ce parcours dans le billet suivant publié sur le site de mon laboratoire : https://dysolab.hypotheses.org/1995. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search