Regards croisés sur les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les étudiant.e.s du parcours “Santé au travail” ?

Introduction : un faux départ et une vraie plongée dans l’actualité

Après un faux-départ du fait de l’annulation de la première date qui tombait en pleine mobilisation contre la réforme des retraites, la journée s’est finalement tenue le mardi 3 mars 2020 à Paris en pleine actualité, cette fois-ci, d’une mobilisation contre la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Cette journée a alors été l’occasion de discuter collectivement des réformes en cours, dont les impacts, tant sur l’avenir des professionnel.le.s du champ académique que sur celui des futurs professionnel.le.s du domaine de la santé au travail, méritaient qu’on s’y arrête.

C’est au fond le fil rouge de ce billet que de restituer cette journée autour de cette question des frontières entre recherche académique et métiers de l’intervention : s’ils diffèrent bien entendu sous de nombreux points (temporalité du travail, finalité, cadre), on ne saurait poser entre les deux des frontières étanches. Cela tombe bien, puisque notre parcours de master est construit sur la même idée d’une articulation heureuse entre recherche académique et interventionnisme diagnostic. Ce billet brosse ainsi un portrait croisé entre recherche et intervention en restituant trois regards sur la journée : celui de ses organisateurs et organisatrices, celui de l’enseignant et responsable pédagogique du parcours et, enfin, celui des étudiant.e.s. Un jeu de regard, plus qu’un compte-rendu en somme (par ailleurs  disponible sur le site du RJCTS), pour nourrir une réflexion collective qui débute depuis peu à Rouen sur la place de la sociologie et des sociologues dans le domaine essentiel de la santé au travail.

Le Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé – photographie à la fin de la journée

La recette d’une journée réussie : parole aux organisateurs.rices

Des ingrédients divers

La recette à travers laquelle cette journée a été concoctée mêle divers ingrédients assemblés par des intervenants issus de plusieurs mondes : chercheurs, experts, consultants, enseignants ; et des modes de présentations variés : interventions et tables rondes. Il faut ajouter un certain nombre d’aléas, un changement de date, des annulations, et une présence via un dispositif de mise en présence (non pas les logiciels de visio auxquels la période de confinement nous a maintenant habitués – la faute à un problème d’enceinte – mais un bon vieux téléphone portable en haut-parleur qui fonctionnera finalement très bien, même si l’interactivité est alors considérablement réduite).

La table ronde du matin

Si l’on reprend le très riche argumentaire de la journée, on comprend que cette journée poursuit un triple objectif : “il s’agit d’abord de mieux connaître les pratiques des consultants en santé au travail, puis de poser un regard sur les voies d’orientations professionnelles possibles pour les sociologues, en particulier les sociologues du travail ; enfin, il s’agit de porter une réflexion collective sur les projets de réformes en cours qui affectent tant l’intervention en santé au travail que la recherche en sciences sociales”.

Pour articuler ces différents enjeux, le choix a été fait de découper la journée en deux temps : examen des pratiques professionnelles de l’intervention en santé et sécurité au travail le matin et discussions des dynamiques de carrière des consultants l’après-midi. De manière transversale, « les crises ou reconfigurations qui dessinent son avenir seront abordés dans l’optique de mieux se représenter les débouchés concrets qu’offre ce marché aux sociologues”. 

Le point de vue d’une des organisatrices sur la journée : interview flash

Pour en savoir plus sur ce qui a motivé la création de cette journée, j’ai posé quelques questions à Blandine Barlet, sociologue spécialiste de la santé au travail, autrice d’un ouvrage paru récemment l’évolution du système de médecine du travail vers un système de santé au travail, et co-organisatrice de la journée.

Blandine Barlet, La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Travail & Activité humaine », 2019, 178 p.

[RJM :] Qu’est-ce qui est à l’origine de l’idée d’organiser cette journée d’étude ? Est-ce lié aux échanges nourris au sein du réseau, aux expériences professionnelles des un.e.s et des autres et à vos discussions sur le sujet, à l’actualité de la santé au travail, ou peut-être à d’autres choses ?

[BB :] L’idée de cette journée remonte assez loin, à des envies de certains membres du réseau de discuter des pratiques d’intervention en santé au travail, avec plutôt au départ un angle « consultant ». Comme certains d’entre nous ont des activités d’intervention (plutôt dans l’expertise CHSCT), l’idée a été reprise au sein d’un groupe plus large, avec un accent assez marqué sur ce mode d’intervention particulier qu’est l’expertise, sans pour autant s’y limiter. Nos principales motivations étaient de construire une journée qui établirait des ponts entre deux « mondes » parfois jugés hermétiques : l’intervention et la recherche, et de les faire dialoguer. Cela avait d’autant plus de sens que trois des organisateurs de la JE avaient un pied dans la recherche et un autre dans l’intervention. 

[RJM :]  A l’issue de la journée, quel bilan en tirez-vous ? Les objectifs que vous vous étiez fixés sont-ils atteints ? Quelles sont ses réussites ? Identifiez-vous des manques qu’une autre journée sur le thème permettrait de combler ? 

[BB :] Je trouve qu’une des réussites de la journée a été de réussir à mobiliser des intervenants praticiens et chercheurs malgré un contexte difficile dû aux réformes et aux grèves, et d’arriver à intégrer ce contexte dans nos réflexions. Nous étions aussi très contentes que le public participant viennent d’horizon assez différents : étudiants en master ou doctorat, sociologues, psychologues du travail ou ergonomes, consultants ou experts CHSCT… Seule cette diversité donnait un sens à la journée, qui était de faire se rencontrer ces « mondes » souvent trop cloisonnés – ne serait-ce que pour les discussions à la pause déjeuner ! 

Il est difficile de résumer ce qui a été dit, mais des débats sur ce qu’est l’intervention ont été lancés, et animés en partie par les personnes présentes dans la salle : c’était ce qu’on voulait. Il existe bien des méthodologies et des approches diverses de ces métiers. Par exemple, le mot « diagnostic » ne veut pas dire la même chose pour tout le monde, pas plus que le fait d’avoir pour commanditaire l’employeur ou les élus syndicaux n’est perçu de la même manière par les intervenants en fonction de leurs positionnements. 

Peut-être qu’un format différent aurait pu permettre de mobiliser davantage d’étudiants et d’organiser davantage d’échanges entre étudiants et intervenants, avec en tête leurs débouchés concrets, plutôt que des débats de chapelles entre les différents « types » d’intervenants… Le contexte d’incertitude dans lequel baigne le secteur, notamment de l’expertise, n’est malheureusement pas forcément favorable à une présentation claire et univoque de son marché de l’emploi.  

[RJM :] J’essaie dans ce billet de chroniquer cette journée sous l’angle de la question à la fois classique et large des frontières entre le monde de la recherche et celui de l’intervention dans le domaine de la santé au travail. En effet, cela est souvent revenu dans la journée et nous occupe beaucoup, nos étudiant.e.s et nous enseignant.e.s, lorsque l’on évoque leur avenir professionnel. Pourrais-tu revenir sur ce point et sur le ou les enseignement de la journée qui y sont relatifs ?

[BB :] Ce qu’on souhaitait, c’était non pas gommer ces frontières mais essayer de voir en quoi penser ces différences autrement qu’en terme de séparations. Recherche et intervention relèvent souvent de pratiques et d’univers professionnels qui se recoupent, au moins pour un temps : c’est ce qu’on voulait montrer avec la table ronde de l’après-midi [« L’intervention en expertise ou en conseil en santé au travail : une orientation professionnelle possible pour les sciences sociales ? »]. Tous les intervenants prévus n’ont pas pu être là mais on voulait, par leur diversité, montrer des trajectoires professionnelles de consultants ou d’experts qui se nourrissent de leur passé de chercheurs, ou bien de contacts persistants avec la recherche, ne serait-ce que par l’entretien d’une culture scientifique, des lectures de revues ou d’ouvrages. C’est aussi intéressant pour les sociologues du travail, par exemple, de savoir qu’ils sont lus attentivement par des consultants en santé au travail, bien qu’ils écrivent souvent en priorité pour leurs pairs. Les productions (thèse, rapports de recherche VS expertises ou rapports de consultants) et leurs contraintes sont différentes mais peuvent avoir des outils communs, aussi bien au niveau méthodologique que théorique. 

La formation à l’intervention par la recherche… et réciproquement : le point de vue de l’enseignant.

Comme enseignant fraîchement arrivé à l’Université de Rouen en septembre 2019 où je coordonne le parcours “Santé au travail”, cette journée tombait à pic. A mi-parcours d’une année universitaire inaugurale pour ce parcours, j’ai pu puiser dans cette journée énormément de ficelles, aussi bien pour enrichir le contenu des cours que pour tisser entre eux de nouvelles articulations. Le fil rouge de la tension entre intervention et recherche – dont on a vu que les organisateur.rice.s ont eu à cœur de ne pas les séparer trop vite – est donc toujours pertinent d’un point de vue pédagogique1.

Précarisation des métiers de la recherche, précarisation des métiers de l’intervention 

On l’a dit, et c’est là sans doute un premier apprentissage marquant de cette journée, on trouve dans ce domaine des métiers de l’intervention les mêmes éléments que dans le monde académique – précarisation, incertitude. Or, ce constat qui pourrait rendre pessimistes les futur.e.s aspirant.e.s aux métiers de l’intervention en santé au travail a été utilement problématisé au cours de la journée aussi bien du point de vue de l’emploi que de celui du travail, pour penser de manière renouvelé les rapports entre recherche académique et intervention sociologique.

Du point de vue de l’emploi, la présentation de Nicolas Spire a permis de relier la sous-estimation des enjeux attachés à la santé au travail à certains éléments de contexte actuels. Par exemple les CHSCT ont disparu, et ont “fusionné” avec d’autres instances de représentation du personnels pour donner naissance au Comité social et économique (CSE). C’est dans ce nouveau cadre, avec une distance très grande à l’égard du travail, que l’on vote les expertises. Les enjeux de santé au travail sont alors affaiblis, car mariés et noyés, parfois mis en concurrence avec les autres enjeux stratégiques, économiques, ou liés au comité d’entreprise. Ce passage au second rang que Nicolas Spire observe très concrètement dans son activité entraînent donc une diminution d’activité dans les cabinets.

La table ronde de l’après-midi a permis d’approfondir cette question de la précarisation de l’emploi dans le domaine de l’intervention, tout en pointant la stratégie de diversification des modes d’intervention qui l’accompagne. La précarisation d’une grande partie des intervenants en santé-travail est pointée, là où l’on croise un très petit nombre des intervenants stables, et beaucoup de consultants intervenant de façon ponctuelle. Mais c’est alors l’activité qui se renouvelle, mêlant expertise et tâches nouvelles comme l’animation des espaces de discussions sur le travail. 

Au delà des conditions d’emploi, les conditions de travail ont été détaillés par touche, tout au long de la journée. Ainsi, plusieurs interventions ont permis de rendre compte du quotidien professionnel d’un expert en santé-travail depuis certaines opérations pouvant apparaître comme déroutantes pour un universitaire ! Ainsi, parmi les quatre étapes relatives au déroulement d’une expertise, Nicolas Spire indique qu’à la fin de la première – relative à l’instruction de la commande et à l’élaboration de la méthodologie – l’expert rédige une lettre de mission indiquant les objectifs comme les moyens pour les atteindre (en fixant par exemple le nombre d’entretiens). Joue ici la prise en compte des coûts de l’expertise par l’expert lui-même qui doit marier des exigences méthodologiques avec les contraintes de ses interlocuteurs. Les étapes suivantes charrient un ensemble de pratiques qui se distinguent du travail de recherche académique – même s’il convient là aussi de ne pas durcir trop vite ces frontières. Ainsi, la phase de terrain suppose des entretiens plus souvent collectifs que dans les recherches académiques et la rédaction du rapport est tendue vers l’objectif de restitution qui irrigue souvent les étapes précédentes des recherches plus académiques2.

L’après-midi, lors d’une table ronde permettant d’entendre quelques sociologues devenus experts échanger entre eux et avec la salle, cette question des variations du travail entre recherche académique et intervention a permis d’aller plus loin en abordant les pratiques au concret. Tous et toutes ont pointé l’accès au terrain infiniment plus facile en expertise : l’un dit être passé de 4 à 5 entretiens par semaine pendant sa thèse à 4 à 5 entretiens par jours en expertise. Bien sûr, cet accès à un matériaux est ambivalent, car si on y plonge avec plaisir, il arrive que l’on s’y noie. Il reste que cette situation d’enquête offerte par l’expertise permet de constituer des échantillons de manière parfois grisantes lorsque l’on vient par exemple “piocher parmi les métiers”. Cela dit, le temps de l’exploitation, lui, se réduit et les deux semaines allouées au temps de l’analyse ne suffisent pas pour analyser ce riche matériaux à la façon dont on peut le faire en thèse par exemple. Un autre pointe une matière extraordinaire mais des cadences d’écritures pénibles : “dans le train, il faut déjà problématiser. Ce métier nous accompagne jusqu’à chez nous, il n’y a pas de limites”. Comment, dès lors, résoudre cette tension entre une profusion de matériaux et une contraction du temps de l’analyse ? “On fait évoluer nos méthodes” note un chercheur devenu intervenant : “on arrête d’enregistrer ses entretiens d’autant que c’est compliqué sur ces terrains”, et de conclure : “on s’adapte face à l’abondance, à l’inverse du chercheur qui écrit beaucoup sur moins !”

L’activité n’est donc pas la même et est perçue différemment selon les parcours des intervenant.e.s. Là où un.e ancien.ne thésard.e éprouvera une frustration à analyser trop vite un matériau foisonnant, d’autres se plieront avec plaisir à l’exigence de fournir des analyses immédiatement traduisibles en pratiques, dans un tract ou dans un argument mobilisé en action. Et de poursuivre ainsi cette utilité sociale d’une démarche d’investigation empirique.

Enfiler la casquette d’intervenant ne nécessite heureusement pas de retirer celle de chercheur ! Et un intervenant de la table ronde de pointer qu’un des dangers du métiers, c’est le verbatim : « le verbatim ne fait pas preuve. Ça fait un mauvais rapport, car sans problématisation, ça ne fait pas sens à la parole ». Nous voilà rassuré sur ce qu’une formation de sociologie, fut-elle classique, peut apporter à des futurs intervenants tournés vers le travail en pratique(s). 

Le rôle d’une formation de sociologie : le point de vue nantais

Que pouvons-nous, enseignant.es dans des formations de sociologies, apprendre à nos étudiant.e.s qui se destinent aux métiers de l’intervention ? Non pas l’alpha et l’oméga de ces métiers bien entendu, et Nicolas Spire de souligner avec justesse que “c’est quand même des choses qu’on apprend sur le tas : les conditions sur lesquelles on peut construire des intervention par exemple”. Précisons néanmoins que les étudiant.e.s de M2 ont l’obligation de suivre un stage de 16 semaines minimum pour mettre en pratique les savoirs acquis précédemment dans les cours délivrés par leurs enseignants ou par des intervenants professionnels. Bien entendu, la courte expérience du parcours “Santé au travail” de Rouen et de l’enseignant qui le coordonne ne permet pas encore d’apporter toutes les réponses à cette question. Heureusement, l’intervention de Fanny Darbus a permis de revenir sur l’intérêt d’une telle démarche pédagogique depuis l’université de Nantes où elle coordonne depuis 3 ans un parcours similaire doté de son propre carnet, qui regorge de ressources bibliographiques notamment.

Ce master accueille 60% des étudiants de sociologie en formation initiale. Fanny Darbus note une pente croissante dans les recrutements ainsi qu’un élément de profil intéressant : tous ont fait l’expérience du travail subalterne et manifestent une grande soif de justice sociale qui a pu les pousser vers cette formation à l’intervention. Consciente du contexte d’exercice particulier en santé au travail auquel il convient de préparer les étudiant.e.s, elle explique chercher à mêler référence théoriques, acquisition d’une posture, et développement d’une approche, ce que les stages viennent prolonger avec des missions centrées sur le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER), les démarches QVT ou la mise en place du CSE. Ces stages permettent, par le biais d’une immersion prolongée d’acquérir une posture et une mécanique de la pensée analogique au croisement du raisonnement sociologique et des démarches d’intervention. 

Parole aux étudiant.e.s !

Cette journée reprogrammée au mois de mars tombait également à point nommé pour les étudiant.e.s, qui, après un premier semestre de cours, devaient, le lundi suivant, débuter leur stage. Je remercie Zozan Aslan, Mathilde Chastas, Mame Arame Dione, Loubna Hassani et Yolande Paquita de m’avoir adressé un retour sur la journée, qu’on  peut synthétiser ici autour de quelques points clés. Ce retour est d’autant plus précieux que le format de la journée et la technicité des échanges n’a malheureusement pas permis aux étudiant.e.s d’échanger avec les intervenant.e.s, ce qu’elles ont été nombreuses à regretter en notant que « les débats était parfois très techniques, et ancrés dans le concret et qu’elle[s] ressentai[en]t alors un manque de légitimité à intervenir ». 

Les étudiantes ont toutes pointées que l’intervention est un autre monde, avec son propre vocabulaire, ses propres métiers, sa propre méthodologie, ses propres acteurs et ses propres règles. Certes, c’était bien l’enjeu des différents cours du premiers semestre que de déplier ce monde de l’intervention sous ses différentes dimensions, mais il semble qu’une journée d’étude ait suffit pour y  entrer de plain-pied, de façon plus directe et plus approfondie en tout cas que l’on ne pouvait le faire en classe dans le cadre des interventions de professionnel.le.s du domaine.

Elles ont ensuite retenu un certains nombre des points négatifs relatif à la précarisation du domaine évoqués et sur lesquels ce billet est revenu. Elles ont finalement valorisé cette approche réaliste du domaine de l’intervention en santé au travail, qui ne cache rien des problèmes de son marché de l’emploi ou des difficultés de ces conditions de travail (nous avons plusieurs fois entendu que les cabinet d’expertise auraient souvent bien besoin d’une expertise sur leurs conditions de travail !). Mais elles pointent également comment les discours ancrés dans des expériences concrètes permettent d’envisager les façons par lesquelles articuler l’apprentissage qu’elles ont reçus et l’exercice de ces métiers. De ce point de vue, toutes expliquent que cette journée ont « élargi leurs perspectives », puisque elles ont découvert des métiers, des secteurs et des organisations qu’elles ne connaissaient pas jusqu’alors. Last but not least, tous et toutes ont entendu l’appel à candidature de ce responsable de cabinet qui annonce en table ronde chercher à recruter !

Une autre série de remarques tient au contenu des pratiques d’interventions qui se sont données à voir dans des formes extrêmement variées. Les étudiantes notent ainsi l’enjeu de ces métiers qui revient à faire travailler ensemble des acteurs aux intérêts différents, sans oublier les salariés eux-mêmes. L’une retient ainsi qu’il est « nécessaire de mobiliser les salariés en les formant à l’analyse du travail ». Sans doute pourrait-on faire en cours une place plus importante aux salariés eux-mêmes à côté des encadrants, des représentants et des intervenants, au seins des enseignements dispensés dans le parcours.

Conclusion

Il n’est sans doute pas utile de conclure un billet qui se veut une première réflexion sur les débouchés d’un parcours de Master qui finit à peine sa première année d’existence. Remercions encore une fois les membres du RJCTS qui ont organisé cette journée, les étudiant.e.s du parcours pour avoir fait le voyage et l’UFR de SHS de l’Unviersité de Rouen qui a permis de le financer.

Et invitons le lecteur à se procurer ce numéro d’Agone présenté au cours de cette journée par Baptiste Giraud où il est question de ces experts du travail :

 

 

 

 

 

 

Romain Juston Morival

  1. Ce CR partial est aussi partiel et ne détaille pas la table ronde du matin et ses controverses passionnantes sur la notion de diagnostic évoquées par Blandine Barlet dans ses réponse. Il ne revient pas non plus in extenso sur les interventions passionnantes de l’après-midi par des chercheurs ayant étudié ces formes d’expertise. Pour une présentation détaillée, nous renvoyons au compte-rendu de la journée publié sur le site du RJCTS. []
  2. Notons néanmoins qu’il existe de nombreuses initiatives pédagogiques qui, dès la formation initiale à l’université, s’attachent à former les étudiant.e.s à cette phrase de la restitution en en faisant un horizon de toutes les opérations qui accompagnent l’élaboration sociologique. Citons deux d’entre elles auquel j’ai personnellement pu participer : la première, à l’EHESS au sein de l’Ouvroir de sciences sociales potentielles (Ouscipo) qui développe des partenariats de recherche entre ses étudiants et chercheurs et des acteurs de la société civile (associations, acteurs de l’économie sociale et solidaire, collectivités locales, syndicats, etc.) ; la seconde, à Rouen, dans le parcours « Santé au travail » où les étudiant.e.s ont répondu à une commande sur les conditions de travail et la santé au travail des technicien.ne.s du spectacle, laquelle sera prochainement chroniquée sur ce carnet. []

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search