Petit déj’ méthodologique #2 : l’entretien par téléphone

Bonjour à toutes et à tous,

Et voila je vous reprends par surprise… pas de croissants ni de pain au chocolat mais juste une idée en tête : encore 3 semaines…

En cette période de vie confinée, peut-être pouvons nous, en profiter, pour interroger nos pratiques de recherche virtuelles : entretien téléphonique ou en visio, netnographie, réseaux sociaux ou messageries instantanées ? Bref regardons le confinement comme une invitation à faire un pas de côté méthodologiquement !

Faire un tour exhaustif de la question serait illusoire, mais voici pour ce nouvel apéro méthodologique un article avec une belle revue de littérature concernant l’usage des entretiens téléphonique !
Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative social work : QSW : research and practice, 15(1), 118–133. https://doi.org/10.1177/1473325015585613
en accès libre ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4722874/#R21

L’utilisation du téléphone comme moyen de collecte de données dans les études par questionnaires est largement étudiée depuis longtemps à la différence des enquêtes qualitatives. (voir par exemple l’article Riandey, Firion, « Vie personnelle et enquête téléphonique », Population, 48 (5), 1993 p1257-1280)

Selon Novick (2008) les entretiens téléphoniques sont jugés une alternative de moindre qualité que les entretiens en face-en-face. La littérature revient surtout les aspects négatifs de cette méthode : moins riche et avec une qualité inférieur en comparaison avec l’entretien en face-à-face (Novick, 2008 et Irvine et al. 2013).
Des chercheurs ont, toutefois, montré les potentialités de cette méthode : avantages logistiques (accès à des terrains lointains, dispersés, réduction des coûts, augmenter la sécurité des chercheurs – ou des enquêtés – et enfin une plus grande flexibilité pour planifier les entretiens) (Cachia and Millward, 2011; Sturges and Hanrahan, 2004; Shuy, 2003; Carr and Worth, 2001; Musselwhite et al., 2007; Stephens, 2007). D’autres études montrent les forces de la méthode : un anonymat perçu plus important, augmenter la protection de la vie privée (Cachia and Millward, 2011; Sweet, 2002; Stephens, 2007; Lechuga, 2012). La question du « pouvoir » est aussi questionnée : l’entretien par téléphone semble laisser plus de pouvoir aux personnes interrogées car la méthode est moins intrusive, et permet aux enquêtés de négocier plus facilement la planification de l’entretien, et d’y mettre fin quand ils souhaitent
(Holt, 2010; Trier-Bieniek, 2012; Saura and Balsas, 2014).
Alors que des chercheurs (Irvine et al) montrent que les entretiens téléphoniques sont plus courts que les entretiens en face-à-face d’autres analysent qu’ils sont aussi long et aussi riches (Sturges and Hanrahan, 2004; Sweet, 2002; Vogl, 2013).

La revue de littérature se terminent ensuite sur des article qui donnent des trucs et astuces :
– envoyer une lettre au préalable et communiquer un peu avant permet une meilleure acceptation : (Glogowska et al., 2011; Musselwhite et al., 2007; Smith, 2005)
– laisser aux enquêtés le soin de fixer l’heure de l’entretien
– prendre du temps pour préparer l’entretien et s’entrainer ainsi que débriefer après : Glogowska et al., 2011; Musselwhite et al., 2007; Smith, 2005

Enfin, il semble que, comme pour les enquêtes quantitatives certaines thématiques ou certains terrains soient plus propices !

Une autre revue de littérature ici : Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by Telephone: Specific Considerations, Opportunities, and Challenges. International Journal of Qualitative Methods, 428–445. https://doi.org/10.1177/160940691201100409
En accès gratuit : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/160940691201100409?icid=int.sj-abstract.similar-articles.1#articleCitationDownloadContainer

Des chercheurs donnent aussi des trucs et astuces pour un entretien téléphonique : http://www.qualitative-research.net/index.php/fqs/article/view/959/2094

Et vous ? avez vous des retours ? des références ? des réflexions ?

L’essor de la visio-conférence sera abordée dans un prochain point méthodologique si vous le jugez nécessaire, sinon je reste à l’écoute pour toutes autres questions méthodologiques 🙂

A bientôt,

François Féliu


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/05/2021

    […] grâce au carnet du laboratoire Dysolab de l’Université de Rouen et notamment grâce à ce billet-ci et ce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search