Petit déj’ méthodologique #3 : réaliser un entretien par visio-conférence

Bonjour,
Une erreur de timing a retardé le petit déj’ #3 qui se transforme donc, en apéro, en petit déj’, en gouter, collation, pause thé/café, etc.

Suite aux interrogations sur les entretiens téléphoniques nous voilà cette semaine sur l’utilisation de la visio-conférence (technologie appelée VoIP = Voice over IP) pour réaliser des entretiens sociologiques.
Je n’ai pas pu avoir accès à l’ensemble des références ci-dessous (accès restreint à certaines bases de données).

Plusieurs constats :
– nombre restreint de publication sur l’utilisation de la viso-conférence comme méthode en SHS et plus spécifiquement en sociologie pour la réalisation d’enquête qualitative. Et ce constat est encore plus vrai pour la littérature francophone. Ce constat est partagé par les chercheurs qui ont publié sur cette méthode.
– Un consensus se dessine sur le fait que les entretiens en visio sont plus difficiles à mener qu’un entretien en face-à-face.
– les chercheurs montrent que les différences entre un entretien en face-à-face et en visio est relativement faible car le chercheur a accès aux images. Toutefois, la caméra ne permet pas d’avoir une visio complète sur l’enquêté et nous pouvons, de fait perdre des informations corporelles (parties inférieur du corps) et il est plus difficile de « regarder les enquêtés dans les yeux » (à cause de contraintes techniques : la caméra est au-dessus de l’écran). De fait, un entretien par visio est moins « froid et automatique » qu’un entretien téléphonique. Le rapport à la caméra permet aussi aux enquêtés plus timide d’être plus à l’aise (et dans le cas d’enquêteur timide également).
– les avantages des entretiens en visio-conférence sont sensiblement les mêmes que pour les entretiens téléphoniques : gain de temps, pas de déplacements, réduction des contraintes géographiques (accès aux terrains difficiles et lointains), gain financier, plus confortable pour l’enquêté, flexibilité temporelle, etc.
– il semble que les enquêtés sont plus ponctuels lors d’un entretien par visio que lors d’entretien en face-à-face et qu’il est aussi plus simple de commencer plus tôt si enquêteur et enquêté sont connectés avant (gain de temps également).
– la visio, grâce à la caméra, permet aussi de collecter d’autres données (à la différence d’un entretien téléphonique) selon les thématiques de recherche : on peut demander à l’enquêté de montrer des objets, des documents (impossible au téléphone), du texte (par l’option messagerie instantanée) et dans le cas d’enquête sur la danse de montrer des chorégraphies (par exemple). Toutefois, si la personne est chez elle le chercheur peut avoir accès à des données personnelles « involontaires » (photos sur le mur derrière, etc.) : il faut donc faire attention aux questions d’éthique.
– les questions d’éthiques se posent, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. La grande majorité des articles font références à l’utilisation de skype, et un seul mentionne Zoom. Dans les deux cas les chercheurs démontrent que l’utilisation de ces logiciels est compatible avec la protection des données personnelles (avec des enquêtes au Royaume-Uni, aux USA et en Australie). Des données sont captées avec l’utilisation des deux logiciels. Pour Zoom les chercheurs montrent qu’il faut faire attention si et seulement s’il y a un enregistrement de la vidéo (et dans ce cas il ne faut pas l’enregistrer sur le serveur de zoom mais directement sur son ordinateurs). Skype ne permet pas d’enregistrer directement la vidéo mais le logiciel Evaer le permet (https://www.evaer.com/)
– toutes les thématiques peuvent être abordées en visio : à cette question certains chercheurs disent que non car les outils peuvent être « surveillés » par des agences de renseignements (CIA) : des objets de recherche, pour garantir la protection des enquêtés, ne doivent donc pas être abordés par VoIP.
– les articles finissent aussi souvent en mettant quelques conseils pratiques

=> la DPO de l’université, contacté sur cette question préconise l’utilisation des outils mis à disposition par l’université, outils qui garantissent le respect de la réglementation : bigblubotton, le service jisti meet (https://meet.jit.si/), le service rendez-vous de Renater (https://rendez-vous.renater.fr). Le responsable du SUN a conclue en citant le directeur de la DSI : « Quand c’est gratuit, c’est souvent toi le produit » !

Pour conclure 2 réflexions personnelles :
– il est intéressant de voir que la nouvelle technologie influence nos pratiques : alors que peu de chercheurs enregistrent en vidéo leurs entretiens, la pratique des VoIP pousse à capter les vidéos. Nous nous retrouvons alors avec de nouvelles données que nous n’avions que très rarement avant.
– les chercheurs qui ont publié sur ces méthodes ont mis en avant la plus grande sécurité des enquêteurs lors d’entretien par téléphone ou par VoIP mais aucun article ne parle de sécurité sanitaire en situation de crise et de confinement, bizarre 😉

Et vous comment faites-vous ? et envisagez-vous ces méthodes ? vos retours d’expériences ?

A bientôt,

François Féliu

NB : faites moi remonter vos remonter vos questionnements méthodologiques pour les prochains rendez-vous !

Références bibliographiques :
Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews. Sociological Research Online, 21(2), 103–117. https://doi.org/10.5153/sro.3952
https://journals.sagepub.com/doi/10.5153/sro.3952#articleCitationDownloadContainer

Seitz, S. (2016). Pixilated partnerships, overcoming obstacles in qualitative interviews via Skype: a research note. Qualitative Research, 16(2), 229–235. https://doi.org/10.1177/1468794115577011
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1468794115577011?icid=int.sj-abstract.similar-articles.3#articleCitationDownloadContainer

Glassmeyer, D. M., & Dibbs, R.-A. (2012). Researching from a Distance: Using Live Web Conferencing to Mediate Data Collection. International Journal of Qualitative Methods, 292–302. https://doi.org/10.1177/160940691201100308
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0759106314531884?icid=int.sj-full-text.similar-articles.3

Archibald, M. M., Ambagtsheer, R. C., Casey, M. G., & Lawless, M. (2019). Using Zoom Videoconferencing for Qualitative Data Collection: Perceptions and Experiences of Researchers and Participants. International Journal of Qualitative Methods. https://doi.org/10.1177/1609406919874596
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1609406919874596?icid=int.sj-abstract.similar-articles.2#articleCitationDownloadContainer

Deakin, H., & Wakefield, K. (2014). Skype interviewing: reflections of two PhD researchers. Qualitative Research, 14(5), 603–616. https://doi.org/10.1177/1468794113488126
https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1468794113488126?icid=int.sj-abstract.similar-articles.1#articleCitationDownloadContainer

Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagog-ique, Analyse, 3(1), 27-42.
http://www.walderpublications.ch/wp-content/uploads/2016/10/31SOYER-TANDA.27-42-1.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search