Petit dej’ méthodologique #4 : S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche

Bonjour à toutes et tous,

Avant de commencer le petit déj une nouveauté à vous annoncer : vous vous disiez « il faut que j’enregistre les références quelques part pour ne pas les perdre… » 😉 et voila elles sont conservées de manière pérennes sur le site du labo dans l’onglet « covid et méthodologie » :

Ce matin nous discuterons, de manière plus structurée que les trois premiers point méthodologiques, de logiciels d’analyse qualitative. L’offre est importante (Nvivo, Maxqda, Rqda, sonal, atlas.ti, etc.) mais comment s’y repérer dans ces logiciels ? et que font-ils ? que permettent-ils d’analyser ? La liste de questions pourraient être encore bien plus longue…
Sur la question des logiciels vous connaissiez déjà la bibliothèque Zotero regroupant de nombreux articles sur ces logiciels :
https://www.zotero.org/groups/408000/analyse_de_donnes_informatises_ufr_shs_u_rouen

J’avoue avoir été pris par le temps et, avec l’accord de Romain Juston Morival, vous trouverez un petit déj rédigé par Romain et Kathia Barbier. Nous recyclons donc son article publié dans le carnet de recherche du laboratoire Printemps; billet intitulé : « S’équiper pour l’analyse qualitative ? Apports et limites d’Atlas.ti et de Sonal dans le processus de recherche » à lire ici (https://printemps.hypotheses.org/1951)

L’idée originale était de vous donner l’opportunité de lire leur article Équiper le processus de recherche. Retours réflexifs comparés sur l’usage d’Atlas.ti et de Sonal dans deux recherches doctorales «  » publié dans le BMS… Mais je n’ai pas accès depuis mon logement à l’article… tant pis 😉

Résumé : Sur le terrain et dans son laboratoire, l’enquêteur amasse une grande quantité de notes aux statuts divers. Face au volume de ces matériaux et à leurs natures plurielles (retranscriptions d’entretiens, comptes-rendus d’observation, journaux de terrain, notes de lectures, etc.), des logiciels fournissent un équipement précieux pour accompagner le chercheur dans le processus d’analyse. Cet article revient sur l’usage qui a été fait de deux d’entre eux, Atlas.ti et Sonal, dans le cadre de deux thèses de sociologie (l’une sur la médecine légale et l’autre sur le traitement pénal des affaires de stupéfiants). Dans ces deux cas, le recours à ces logiciels n’a pas visé à en épuiser toutes les fonctionnalités, mais plutôt à épauler des opérations ordinaires de la recherche qui, par l’intermédiaire des logiciels, ont gagné un caractère systématique. L’article revient sur les façons par lesquelles ces logiciels permettent de faire plus et plus vite, tout en pointant certains effets attachés à leur usage dans le processus de conceptualisation. À travers une illustration au plus près des processus cognitifs analytiques, et en comparant Sonal et Atlas.ti, cet article montre que le recours aux logiciels implique des prises de position théoriques sur l’ensemble des étapes constitutives de l’élaboration sociologique depuis le travail de terrain jusqu’à l’écriture finale d’une recherche (article, rapport, thèse), comme par exemple l’idée selon laquelle l’aller-retour entre les niveaux empirique et théorique constitue un moteur puissant de l’analyse sociologique.

A bientôt pour un prochain point ! Et une annonce : on continuera après le confinement !

François Féliu


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Irene Mestre dit :

    Merci pour toutes ces ressources très utiles.
    Je me permets de partager ce google doc préparé par des collègues anglophones, principalement des anthropologues et qui reprend la méthodologie, les outils de collecte (entretiens en ligne, facebook groups, partage d’écran…) ainsi que des questionnements éthiques et légaux :
    https://docs.google.com/document/d/1clGjGABB2h2qbduTgfqribHmog9B6P0NvMgVuiHZCl8/edit#

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search