Petit déj’ méthodologique #5 : Sociologie et applications pour smartphone

Bonjour,

Comme annoncé le sujet de ce nouveau petit déj’ méthodologique est l’utilisation des applications pour smartphone en SHS, et en sociologie. Suite au stage de M1 de Bayeux (https://dysolab.hypotheses.org/1411) il est apparu que les smartphone pouvaient être un outil particulièrement utile pour le sociologue : enregistrement des entretiens, prise de photos, caret de terrain, aide vocable pour la retranscription.
Ce billet tendra, non pas à questionner l’usage du smartphone dans une étude sociologique mais bien à revenir sur l’utilisation d’applications dans la démarche sociologique. Marrant vous vous direz pour un irréductible sociologue 1.0 (https://dysolab.hypotheses.org/1411) de s’intéresser aux applications pour smartphone ? Passé ce petit détail réflexif l’analyse des applications pour smartphone peut être très diverse en sociologie car les applications sont très nombreuses et couvrent des champs très vastes allant de la médecine, au sport par exemple.

Un constat semble se dégager de la revue de littérature : bien que les smartphones et les applications soient très largement répandus (il y aurait, au milieu des années 2014 environ 1,2 millions d’applications pour Iphone) les chercheurs en SHS se sont, encore peu, intéressés aux applications (et à leur usage) dans leurs études. Selon Lupton (2014), qui utilise une perspective critique pour analyser l’usage des applications de santé, ces applications sont définies comme étant des « artefacts socioculturels » et continue en écrivant « […] that apps are digital objects that are the products of human decision-making, underpinned by tacit assumptions, norms and discurses already circulating in the social and cultural contexts in which they are generated, marketed and used ».
Le sociologue peut ainsi appréhender les applications de deux manières : l’utilisation d’une application comme outil de collecte de données, ou s’intéresser aux applications comme objet d’études (et ce sur différents terrain : utilisation des applications de beauté, des applications de santé, sportives ou encore des applications pour accompagner un jeûneur, etc.).

L’objectif de ce billet est de discuter l’utilisation d’applications comme moyen de collecte de données qualitatives. Après un tour de l’état de l’art, nous verrons deux exemples plus précisément utilisant pour le premier une application dédiée pour collecter des données qualitatives de type « journal personnel » alors que le deuxième exemple permettra de voir comment Whatsapp est un outil pertinent pour interagir avec ses enquêtés et réaliser de petits entretiens instantanés.

La revue de littérature (notamment García, B., Welford, J., & Smith, B., 2016) montre, par ailleurs, que les applications, en SHS, sont souvent utilisées pour collecter des données quantitatives que cela soit dans des études démographiques, en marketing, dans l’étude des comportements et des interactions, pour mesurer des temps de vue entre autres. Mais elles sont très peu utilisées, comme méthodes, pour les études qualitatives alors même que les nouveaux téléphones permettent de collecter des données interactives (photos, carnet de recherche numérique, dictaphone, etc.). Les recherches quantitatives, avec smartphone et applications, mettent en avant que leur usage permet de gagner du temps et de l’argent (on retrouve ici un argument des entretiens téléphoniques et par VoIP), augmenter la taille de l’échantillon (et les zones géographiques), favoriser les études longitudinales, fluidifier la collecte des données (en temps réel), rend la recherche interactive et conviviale pour l’enquêté (ce qui favorise un taux de réponse plus important et réduit les décrochage). Les chercheurs qui utilisent de telles méthodes mettent aussi en avant que l’usage d’une application est vue comme plus discret et moins intrusive par les enquêtés. De plus, l’enquêté n’a pas besoin d’un équipement spécifique s’il est déjà équipé d’un téléphone pouvant supporter des applications. Utiliser des applications permets aussi de rendre la recherche moins ordinaire pour les participants, ce qui peut favoriser une plus grande réflexivité de leur part.

García, B., Welford, J., & Smith, B. (2016) étudient les fans de football et les impacts que cela peut avoir sur leurs vies (études dans plusieurs pays européens) en demandant à leurs enquêtés de créer des journaux personnels (auto-diaries) en les illustrant de photos. Les chercheurs ont donc décidé d’utiliser une application (déjà existante) afin de simplifier la participation des enquêtés, pour rendre l’enquête conviviale et attractive et de travailler en temps réel. L’application qu’ils utilisent permet donc, en temps réel, aux enquêtés de renseigner des événements auxquels ils participent (match, etc.), ce qu’ils font, leurs sentiments, etc. tout en pouvant y joindre des photos. L’application leur permet donc de réaliser un journal que les chercheurs analysent dans un second temps. Une limite de leur méthode réside dans l’usage inégal des smartphones dans la population : tout le monde n’a pas les mêmes dispositions pour utiliser un smartphone et une application (question de l’échantillon et de l’inclusion/exclusion de populations). Cette méthode pose aussi des questions techniques (stockage des données, etc.), éthiques (respect des données à caractères individuels, etc.).
L’utilisation d’une application dans ce cadre précis est aussi contrainte par la possibilité de créer ou d’adapter une application pour collecter des données qualitatives.

La deuxième recherche utilise l’application Whatsapp pour collecter des données qualitatives dans le cadre d’une étude sur les usages des différents média (Kaufmann, K., & Peil, C., 2020). Whatsapp permet de réaliser ce que les chercheurs appellent des entretiens par messagerie instantanée (MINI = mobile instant messaging interview). Les chercheurs utilisent Whatsapp pour contacter les enquêtés à des horaires aléatoires en leur demandant de répondre dans les 15 minutes suivantes. Les enquêtés devaient ainsi dire les média qu’ils avaient consultés. L’utilisation d’une application permettaient aussi aux enquêtés de pouvoir envoyer des captures d’écran, des photos, des émoticones etc. des médias dont ils parlaient. En plus des données recherchées les chercheurs ont obtenu beaucoup plus d’informations. Whatsapp a été choisie, comme application, car une version pour ordinateur est disponible ce qui rend son utilisation plus facile pour les chercheurs, et son utilisation est très répandue au sein de la population. Ces chercheurs déconseillent, au final, d’utiliser cette méthode avec un grand échantillon car, à leurs yeux, il est difficile de maintenir des MINI, avec plus de 5 enquêtés de manière simultanée (mais avec une équipe d’enquêteurs en nombre suffisant ce biais peut être dépassé).

Les questions éthiques et réglementaires (RGPD, etc.) sont aussi très importantes sur ses questions et doivent interroger le sociologue qui veut utiliser de telles méthodes. Les articles reviennent, finalement, très peu sur ces questionnement ! Les aspects techniques de ses applications vous font peur ? pas de souci des collègues peuvent sûrement vous aider !

Et vous, comment utilisez-vous vos smartphones ? êtes-vous sociologues papier/crayon, 1.0 ou 2.0 ?

La situation sanitaire évolue, les petit déj’ méthodologique également. Le rythme des billets va ralentir petit à petit pour devenir mensuel à partir de la rentrée de septembre. Ces rendez-vous se feront peut-être en présentiel, qui sais ? Si vous avez des questions de méthodes à partager, à explorer, n’hésitez pas à proposer un billet ou de nous demander de propose run billet sur telle ou telle méthode ! une adresse, pour nous contacter, est à votre disposition : covid-methode-dysolab@univ-rouen.fr

François Féliu

Références :

Deborah Lupton, 2014,  Apps as Artefacts: Towards a Critical Perspective on Mobile Health and Medical Apps , Societies 2014, 4(4), 606-622; https://doi.org/10.3390/soc4040606https://www.mdpi.com/2075-4698/4/4/606/htm

García, B., Welford, J., & Smith, B. (2016). Using a smartphone app in qualitative research: the good, the bad and the ugly. Qualitative Research, 16(5), 508–525. https://doi.org/10.1177/1468794115593335

Daum, T., Buchwald, H., Gerlicher, A., & Birner, R. (2019). Times Have Changed: Using a Pictorial Smartphone App to Collect Time–Use Data in Rural Zambia. Field Methods, 31(1), 3–22. https://doi.org/10.1177/1525822X18797303

Kaufmann, K., & Peil, C. (2020). The mobile instant messaging interview (MIMI): Using WhatsApp to enhance self-reporting and explore media usage in situ. Mobile Media & Communication, 8(2), 229–246. https://doi.org/10.1177/2050157919852392

 Rosalina Costa (2019) iPhone, iResearch. Exploring the use of smart phones in the teaching and learning of visual qualitative methodologies, Journal of Visual Literacy, 38:1-2, 153-162,


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour ce billet et pour ces petits déjeuners méthodologiques très appétissants !

    Je trouve cette réflexion autour de l’usage du smartphone en sociologie très intéressante et je propose ici, à l’invitation de l’auteur du billet, le commentaire suivant que je raconte souvent autour de moi. Il porte sur un usage qui, me semble-t-il, est en train de se renouveler actuellement à vitesse grand V, à savoir le recours à ces outils numérique pour retranscrire des entretiens. Cette expérience personnelle permet je crois de détailler les intérêts et les limites techniques, tout en ouvrant vers une réflexion sur l’analyse du matériau qui me semble favorisée par la dictée vocale.

    Une petite histoire pour commencer. Alors doctorant en 3ème année, je suis victime de tendinites chroniques qui m’empêchent d’utiliser un clavier d’ordinateur de manière normale. Or, dans cette période charnière entre un travail de terrain bien avancé et la rédaction qui approche, il était plus que temps d’entamer de manière un peu systématique la retranscriptions des entretiens effectués. Face à cette situation problématique, j’ai eu l’idée de recourir à la fonction “dictée vocale” de mon smartphone (à l’époque, un Iphone, qui utilise le système Siri).

    Voici comment je procédais concrètement : dans les oreilles, une paire d’écouteurs reliée à mon ordinateur qui diffusait la bande de l’entretien enregistré ; dans les mains, mon téléphone et une application de traitement de texte ouverte que je commandais non pas au clavier mais au micro. Du bout des doigt, un appui sur la touche espace pour lancer dans mes oreilles la bande audio, et pour faire pause de manière régulière (toutes les 20 secondes environ), et de manière synchrone, je déclamais ce que j’entendais à mon téléphone qui retranscrivait le texte. Et là, bonne surprise, puisque ça marchait plutôt bien.

    Bien sûr, il y avait des erreurs, des sortes de fautes de frappes vocales, mais je pouvais du bout des doigts corriger en recourant aux suggestions automatiques du correcteur. Pour les mots inconnus ou rares (dans mon cas, celui d’une thèse sur la médecine légale, je me souviens du terme “anatomopathologique”), le téléphone apprenait au fur et à mesure et n’avait plus de mal à les reconnaître une fois ceux-ci ajoutés à la main. Ainsi, cela allait de plus en plus vite, et je suis passé de 4h pour retranscrire une heure à la main à deux fois moins de temps (j’avais mesuré une fois, et mon record est d’une heure trente par heure de bande pour une retranscription complète).

    Il fallait néanmoins prendre quelques précautions : voilà un travail qu’on ne peut pas faire à la bibliothèque et qui oblige à être seul chez soi pour déclamer (en articulant exagérément) sereinement les échanges enregistrés. Autre inconvénient, c’est fatiguant. A la fin d’une journée, on a plus de voix ! Mais au moins, je n’avais pas mal aux mains….

    J’ajoute enfin un autre avantage qui concerne moins l’opération de retranscription à proprement parler, que celle de l’analyse du matériaux. Sensibilisé depuis mes études à cette idée d’allers-retours entre empirie et analyse pour produire une “théorie ancrée”, je crois que ces outils permettent plus facilement que le clavier d’opérationnaliser ce précepte de méthode. En effet, j’ai toujours pris l’habitude de glisser dans mes retranscriptions des premières pistes d’analyses suggérées par ce que j’entendais dans l’entretien. Concrètement, j’ouvre une parenthèse, ajoute un signe “//” et j’écris au km toutes sortes d’idées (un lien avec quelque chose que j’ai lu, avec un autre entretien ou avec un moment de l’enquête, une montée en généralité sauvage) dont la plupart ne résisteront pas au prolongement de l’enquête, des retranscriptions ou de l’analyse, mais dont certaines sont effectivement nées de ces premières prises de notes. Or, ces textes sont devenus de plus en plus nombreux et de plus en plus longs dans ces retranscriptions par dictée vocale. Surtout, par la suite, lorsque je retranscrivais mes entretiens en cours d’enquête, cela m’a beaucoup aidé à transformer mon guide d’entretiens et mes grilles d’observations pour opérationnaliser cette approche dynamique entre moment empirique et moment analytique.

    Second avantage, qui me semble découler du temps gagné dans la retranscription, et dans le fait qu’il était tout à fait possible de retranscrire un entretien complet dans une session de travail d’une demi-journée, ou d’une journée, je prenais plus de temps à relire d’emblée l’entretien pour le remettre en forme et prolonger quelques réflexions à la volée que je pouvais avoir en retranscrivant. Cette relecture, qui visait à la base à vérifier que le téléphone avait bien retranscrit, et qui nécessitait d’intervenir immédiatement tant que j’avais encore l’entretien en tête, a donc eu un effet positif non prévu relatif à la mise en forme du matériaux. C’est à ce moment là que j’ai commencé à vraiment faire ce qu’on m’avait conseillé dans mes cours de méthode, mais que je prenais rarement le temps de faire, à savoir un résumé de quelques points saillants à placer en exergue de l’entretien. Pour ce faire, je rédigeais de tête un résumé et j’ajoutais ensuite en les compilant tous les “// analyses spontanées” (CTRL F « // » pour les retrouver facilement dans le texte) des moments de l’entretien avant de les mettre en ordre. Cela m’a beaucoup aidé par la suite au moment de replonger dans mes entretiens pour poursuivre l’étape de l’analyse et d’enclencher la rédaction de la thèse, aidé en cela par ces résumés me guidant dans la reprise d’un entretien.

    Enfin, je crois qu’il existe aujourd’hui des innovations qui permettent d’aller techniquement beaucoup plus loin et qui fonctionnent comme une retranscription instantanée d’une bande enregistrée. On n’aurait ainsi plus besoin de dicter à l’oral, le téléphone (ou sans doute l’ordinateur) traduirait lui même une bande audio en un texte écrit. Si le gain de temps d’une pareille innovation est inégalable, je ne pense pas que le gain analytique – qui suppose de se confronter à son matériau d’une manière ou d’une autre, à l’écrit ou à l’oral -, soit quand à lui au rendez-vous.

    RJM

Répondre à Romain Juston Morival Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search