Le sociologue en blouse : tenir le rôle de stagiaire dans un service de médecine légale

Auteur d’une thèse de sociologie sur la médecine légale et du livre Médecins légistes. Une enquête sociologique qui en est tiré, Romain Juston Morival revient dans une trilogie de billets sur les enjeux méthodologiques auquel il a été confronté lors de sa recherche doctorale. Ces textes consistent en une reprise des trois annexes du livre, et nous remercions alors chaleureusement les Presses de Sciences Po de nous permettre de les publier ici, pour nourrir ces « petits déjeuners méthodologiques » lancés par François Féliu, ingénieur d’étude au Dysolab, pendant le confinement. 

Médecins légistes. Une enquête sociologique sera disponible le 30 juin 2020. En attendant, l’ouvrage peut d’ores et déjà être commandé sur les sites dédiés et en librairie. Des informations  comme le résumé du livre la table des matières notamment sont disponibles sur le site de l’éditeur.

 

Le premiers de ces billets détaille les conditions de possibilités et d’exercice d’une observation directe des pratiques médicales dans le cadre des consultations d’un service de médecine légale clinique. Dans ces Unités médico-judiciaire (UMJ), sont reçues chaque jour des victimes de violences ayant déposé plainte. Dans le cabinet médical, les médecins légistes réalisent un certificat médical dans lequel figure le fameux nombre de jours d’ITT (Incapacité totale de travail) qui permettra au magistrat du parquet d’apprécier la gravité des faits. Ce chiffre a son importance en raison de l’existence d’un critère fixé à 8 jours en matière de violences volontaires, au-delà duquel le juge qualifiera les faits sous le régime délictuel. L’observation de ces pratiques a alors permis de comprendre notamment comment ces certificats sont confectionnés et comment ce chiffre est déterminé.

Pour accéder au cabinet médical, j’ai notamment dû enfiler une blouse, me rendant ainsi descriptible au premier abord comme un stagiaire, externe ou interne en médecine. Les paragraphes ci-dessous racontent comment cet état de fait s’est imposé, et, au fond, les différents rôles que j’ai été amené à jouer durant ces consultations, entre observation et observation participante.

Les premiers pas d’un observateur participant 

Dès mon premier jour de terrain en 2013 à l’UMJ de Transilly [Les noms des personnes et des lieux ont été changés], j’ai pu éprouver le caractère « nerveux » des UMJ (à l’opposé du calme plat des instituts médico-légaux où se pratiquent les autopsies – et sur lequel le second billet de cette trilogie s’arrêtera). Jean Penneff (1992, p. 191) avait déjà pointé dans son ethnographe d’un service d’urgence ce rythme si particulier du travail médical. Du fait de la succession rapide des consultations, les médecins marchent vite, parlent vite, boivent vite leur café. Cela m’a placé dans une situation régie par un rythme effréné, que j’ai moi-même adopté au bout d’un moment, me surprenant à effectuer mes déplacements d’un pas décidé, m’adressant aux victimes d’une voix sûre et sonore ou feignant d’être plongé dans mes papiers à la manière des médecins que je suivais. La présentation de mon enquête, qui requiert quelques minutes d’explicitation totalement incompatibles avec le rythme d’une matinée de consultations, en a été parfois mise à mal. À peine avais-je eu le temps de décliner mon identité que j’étais affublé d’une blouse et littéralement poussé dans la salle de consultation. Le terrain s’ouvrait alors instantanément avec, comme prix à payer, l’installation d’un malentendu sur mon statut et mon rôle, soit pour la victime qui croyait voir un médecin, soit pour les médecins eux-mêmes. Si certains m’introduisaient auprès de leurs patients comme leur « collègue », afin sans doute de ne pas mettre ma présence en discussion, d’autres ont pu hésiter. L’un me présenta comme « stagiaire, étudiant… euh sociologue ! », tandis qu’un autre me demanda, devant une victime et après une matinée et quatre consultations observées, si j’étais externe ou interne en médecine. Ce flou sur mon rôle lors de la première journée d’observation (que j’ai tenté de limiter au maximum par la suite) s’est parfois doublé d’une méconnaissance de ce qu’est une enquête sociologique, comme en témoigne ce « À mercredi pour l’évaluation » adressé par un médecin en fin de journée avant que je ne le reprenne : « pour l’entretien ! ». 

Le port de la blouse, un préalable à la réalisation de mes observations dans chaque service, a toutefois permis de stabiliser ma présence. À l’UMJ de Busyval, par exemple, on me donna une blouse sur laquelle était inscrit le nom d’un ancien médecin, avant d’y superposer une étiquette indiquant « Dr Romain », en m’identifiant, sur le ton de la blague, par mon prénom comme pour signaler aux usagers du service que je travaillais ici mais que je n’étais pas un confrère. Jean Peneff (ibid.) voit dans la façon dont la blouse est portée un signal quant à l’appartenance sociale, sans toutefois apporter d’élément réflexif sur sa propre façon de porter la blouse en tant que sociologue. Que dire des maladresses résultant de l’endossement d’une nouvelle tenue, comme ce jour où une victime me fit remarquer, en salle d’attente, devant le médecin, que les boutons de ma blouse étaient mal alignés ?  

Si, en consultation, la blouse a permis de justifier ma présence, elle n’a pas réglé la question des activités que j’y conduisais. Dans la première UMJ où j’ai enquêté, à Transilly, Michèle, le médecin que je suis, a l’idée de me faire tenir le rôle d’« étudiant en première année de médecine ». Or, dès les premières consultations, la gêne est palpable. Pendant que la victime racontson histoire et que Michèle est tournée vers l’écran de son ordinateur, je ne sais où regarder. Rapidement, Michèle me recadre avec bienveillance : je ne dois pas la regarder elle, mais la victime. Ce conseil facilitles observations suivantes, car je peux adopter une posture d’empathie à l’égard des victimes qui s’adressent au médecin par mon intermédiaire, soutenant mon regard pendant leur exposé. D’autres recadrages se déroulent en situation. Par exemple, Michèle demande à une victime d’enlever son pull-over pour voir sa blessure à l’épaule. Cette opération s’avérant extrêmement douloureuse, je propose spontanément mon aide en me levant, mais Michèle m’arrête pour m’expliquer à voix basse de n’en rien faire, cette opération fournissant une première indication de la gêne à évaluer. 

La tentation d’une observation participante face aux plaintes 

La place que j’ai pu occuper, affublé d’une blouse, à côté du médecin et face à la victime, pour observer les consultations a fait de moi l’objet d’attentes multiples. À la victime, j’offrais une écoute bienveillante, un visage à regarder au moment de raconter les faits ou d’émettre des doléances alors que le médecin était plongé dans le dossier médical ou concentré sur son écran. Pour le médecin, la plupart du temps, j’étais un élément externe à la scène, qu’il pouvait solliciter à l’occasion. Devenant alors son bras droit, je traversais le bureau, double décimètre à la main, pour mesurer les lésions sur le corps de la victime. Ou au contraire, pendant que le médecin s’activait, je restais assis et notais sous sa dictée les éléments clés du futur compte rendu (cela m’a permis de rester plongé dans mes notes lors de l’examen gênant d’une verge et d’un scrotum). J’ai rencontré quelques difficultés dans ce rôle de scribe, liées à la définition des phénomènes qu’on me demandait de mesurer et à l’orthographe des termes médicaux, mais elles m’ont été utiles par la suite pour enclencher le débriefing. Il est arrivé à l’inverse qu’un médecin ait du mal à formuler une idée et me demande de l’aide pour trouver les justes termes à faire figurer sur son certificat. Enfin, j’ai été sollicité en tant qu’étudiant, supposé à l’aise avec l’informatique.  

La plainte : objet médico-légal par excellence

S’est posée la question des limites à ne pas franchir dans ma participation. Si j’ai accepté de participer à des tâches peu techniques, j’ai systématiquement refusé de donner mon avis sur le nombre de jours d’ITT à donner à une victime. Cette situation s’est présentée à de nombreuses reprises et s’est toujours soldée par une boutade rappelant au médecin ce que fait (et ce que ne fait pas) un sociologue. Je me suis écarté de cette ligne de conduite à une seule occasion, pour des raisons éthiques, en profitant de ma place d’observateur participant pour changer le contenu et l’allure générale d’un certificat, dans un cas où je pensais que la légiste imprimait sur le certificat la marque de son racisme. Une jeune femme subissant des violences conjugales et ne parlant pas le français, est reçue en consultation. Je lui sers d’interprète via l’anglaisLe rôle que je serai amené à jouer restera très marginal, contribuant malgré moi à effacer encore plus la victime, à l’égard de laquelle la légiste ne fait preuve d’aucune sollicitude. Elle déclare par exemple, à propos de son faible niveau de français : « Ça fait deux ans qu’elle est là ; il y a d’autres choses à percevoir que les allocations familiales », ce qu’elle retranscrit comme suit dans le certificat : « L’entretien révèle un discours très limité en raison de l’absence totale de compréhension et d’expression en français. » Puis elle commente : « On va pas être obligé de parler anglais, nous les Français ! » Lorsque la victime lui dit avoir peur de son mari, la légiste lui répond qu’elle « n’a qu’à prendre un billet et rentrer en Égypte ». Après avoir hésité, elle décide de ne pas évaluer le retentissement psychologique, même si Yacine, le psychiatre du service, « aurait pu le faire en arabe ». Dans le même temps, elle retire du certificat la référence à la démence du mari pour, d’une part, « laisser faire les psys », d’autre part, ne pas écraser les données culturelles, qui sont décisives selon elle. Elle évoque la « culture islamique » pour faire des parallèles avec d’autres cas, notant par exemple que, malgré son « look » qui témoigne d’une bonne intégration (ses cheveux sont teints, ses habits sont « à la mode »), la victime « n’est pas un canon intellectuel ». Quand j’émets l’hypothèse qu’elle subisse une violence quotidienne de la part de son mari, la légiste la réfute d’un bloc, affirmant que la victime « n’a pas le niqab ». L’examen de la joue, de l’oreille et de la nuque dure quinze secondes. Puis la légiste me demande de prendre sa place pour saisir sous sa dictée le compte rendu car elle est peu à l’aise avec l’informatique. Ce moment de prise sur la situation me permet de proposer des tournures qui me paraissent plus « justes », voire d’ajouter des phrases entendues dans d’autres situations. Je suggère d’écrire que la victime a « peur des représailles », ce que la légiste me laisse faire. Elle fixe l’ITT à deux jours, ce qu’elle regrette à plusieurs reprises par la suite, affirmant que c’est « généreux » et précisant que dans le service, on l’appelle la « bonne sœur » car elle serait très religieuse. Mais, insiste-t-elle, « il y a des limites » qui semblent impossibles à franchir face à une femme d’une culture différente de la sienne.  

Comment j’ai contribué, à mes dépens, à envoyer quelqu’un en correctionnelle pour un œil au beurre noir  

Ma présence a pu être instrumentalisée par les uns et les autres dans l’activité de fixation des ITT. Dans le cas suivant, elle a eu un effet sur le règlement d’un désaccord entre un médecin et un psychologue à propos d’un protocole mis en œuvre à Busyval pour aligner les pratiques des médecins et des psychologues en matière de mesure sur retentissement psychologique. Ce matin-là, j’accompagne Karim, médecin attaché à l’UMJ, à la consultation d’un patient pour qui il doit se prononcer sur le somatique et le psychologique, avant que la psychologue ne voit le patient à son tour et rende un second avis sur le retentissement psychologique. Aux urgences, l’ITT a été fixée à un jour puisque la seule trace de l’agression est un œil au beurre noir. À l’issue de la consultation, Karim donne sept jours après avoir notamment intégré des éléments propres au retentissement psychologique (à hauteur de 4,5). Par la suite, il me dira avoir réduit la séquence d’évaluation du retentissement psychologique à un temps très court, anticipant celle de la psychologue, alors que le protocole pour les tests veut éviter ce type d’ajustement. 

J’assiste plus tard à l’échange, prévu par le protocole, entre Karim et la psychologue qui a vu la victime dans la foulée : le médecin a posé 4,5 sur 7 et s’en justifie par des éléments comme la « peur des représailles ». La psychologue ajoute les pleurs. « Parce que tu es une fille », se moque Karim, avant de commenter à mon attention : « On fait confiance au psy, c’est une collaboration. » Puis de conclure, toujours d’un air amusé : « Il est très atteint. Moi je n’ai regardé que l’épanchement de l’œil en somatique. On peut aller à neuf jours d’ITT. » La psy me fait un clin d’œil, comme pour signaler que ma présence comme témoin de la scène a eu comme effet de lui faire emporter la joute. J’ai dû avoir une influence, ce qui me déroute énormément.  

*            *

*

De l’observation à l’observation participante, il n’y a souvent qu’un pas favorisé par le port de la blouse qui fait du sociologue en UMJ l’objet d’attentes diverses. Il reste que, dans mes enquêtes ultérieures en médecine du travail où j’ai reproduit le même dispositif d’enquête, j’ai résisté à ces assignations en ne portant pas la blouse et en « prenant le temps » de me présenter systématiquement, ce temps là s’acérant souvent incompatible avec les exigences des milieux étudiés.

La semaine prochaine, j’aborderai la question de savoir comment, et au fond, pourquoi, j’ai observé des autopsies dans le cadre de ce travail. C’est alors le thème du terrain « sensible » plus que celui de la frontière entre observation et participation qui sera au cœur du billet.

 

Romain Juston Morival

 

Références :

Romain Juston Morival, Médecins légistes. Une enquête sociologique, Paris, Presses de Sciences Po, 2020

Romain Juston et Océane Pérona, « Partager un terrain : d’une coprésence imposée à une coopération raisonnée », Carnet de recherche du laboratoire Printemps [en ligne, http://printemps.hypotheses.org/1723], 2013.

Jean Peneff, L’ Hôpital en urgence, étude par observation participante, Paris, Métailié, 1992.

 

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search