Retour sur la première séance du séminaire « Risque, Technique, Démocratie, la sociologie face aux risques industriels et environnementaux »

Industrial plant emitting fumes and creating pollution

Séance #1 : La pollution atmosphérique, instruments de mesure et mobilisations

Alors que le séminaire « Risque, technique, démocratie, la sociologie face aux risques industriels et environnementaux » du laboratoire DySoLab s’apprête à reprendre ses activités, ce billet vise à en rappeler le principe et à détailler les échanges qui se sont tenus le 9 mars 2020 lors de la première séance de ce cycle de conférences.

Introduction

Ce séminaire poursuit trois objectifs. Il s’agit d’abord, de créer des discussions, des débats, autour de travaux scientifiques centrés sur le risque, la technique et la démocratie. Ces thèmes sont alors abordés sous le prisme de l’interdisciplinarité et de l’international, à travers présence de chercheurs issus de la francophonie. En parallèle de cette ouverture disciplinaire et spatiale, il s’agit également d’un format qui se veut ouvert au plus grand nombre de personnes issus d’horizons différents : chercheurs, étudiants mais aussi industriels, collectivités territoriales et, bien évidemment, l’ensemble des citoyens, sont conviés à participer aux échanges. Enfin, ce séminaire vise à susciter des échanges au sein du laboratoire afin de nourrir des projets de recherches communs à la suite de la catastrophe de Lubrizol, survenue il y a presque un an, le 26 septembre 2019.

La première séance de ce séminaire s’est tenue le 9 mars 2020, et ce billet ambitionne d’inaugurer une série de courtes publications revenant sur les interventions et les échanges qu’ils ont suscités dans la salle. Ce compte-rendu a été rédigé par Félix G.R Turmel, qui tient à remercier Romain Juston Morival pour son aide dans la confection de ce billet.

Le sensible et la mesure : retour sur la présentation

Divisée en cinq parties, la présentation d’Isabelle Roussel Professeur émérite à l’Université de Lille et spécialiste du problème de la pollution atmosphérique, aborde ce thème de façon historico-thématique. La pollution, c’est d’abord ce qui saute aux yeux et au nez, d’où l’intérêt observé historiquement de commencer à relever des perceptions sensorielles. Pour ce faire, l’échelle de Ringelmann a permis d’instaurer les premières mesures par filtre pour recueillir les poussières et analyser la pollution par étalonnage visuel.

Isabelle Roussel Source : https://www.pressesdesmines.com/author-book/roussel-isabelle/

Smog de New York en 1966

Smog de New York en 1966

Puis, après l’épisode du Great Smog londonien de 1952, les enjeux de pollution ont fait l’objet d’analyses techniques orientées vers les questions de santé publique en s’éloignant peu à peu de la compréhension par le sensible. Cette vision hygiéniste de la pollution (au sens technique du terme) va ainsi perdurer sur le long terme et c’est depuis cet épisode que sont apparus les appareils de mesures chiffrés : une période qu’Isabelle Roussel appelle la « Magie des chiffres ».

Le mesurage ne va pourtant réellement commencer que quelques années plus tard avec le développement des outils issus de la chimie. L’APPA voit alors le jour en 1958 en parallèle de nombreuses autres associations environnementalistes (Berny, 2019[1]) tandis que le développement de ces outils de mesures permet l’objectivation des plaintes pour pollutions. Cette période voit alors la disparition du sensible dans la considération de la pollution et la population se trouve exclue de la thématique du fait d’une trop grande technicisation.

Par la suite, la création du ministère de l’environnement en 1971, va changer significativement la donne en transférant la thématique des mains des médecins vers celles du corps des Mines. Cette époque est d’ailleurs très fortement marquée en France par le développement industrielle en tant que choix politique. La fumée émanant des usines étant alors un symbole de développement économique et de prospérité nationale.

Lubrizol, et déà, le port du masque
Source : L’Actu : https://actu.fr/faits-divers/incendie-lusine-lubrizol-rouen-retour-sur-une-journee-cauchemardesque_27561428.html

L’année 1996 marque également un tournant significatif puisque parait la loi LAURE qui redéfinit la « qualité de l’air » en y intégrant le changement climatique, la pollution intérieure ainsi que les nuisances olfactives. La fin des années 1990 et le début des années 2000 introduisent quant à elles une association de la technique et du sensible. Ces deux perceptions vont alors coexister tandis qu’en parallèle le monde associatif environnementaliste va lui aussi développer cette double perception entre « l’expert militant » et « l’être vivant sensible » (Micoud, 2007[2]).

Faut-il attendre les catastrophes pour s’en préoccuper ?

Comme nous l’évoquions précédemment, la confrontation des approches entre perception sensible et perception technique des pollutions a été l’un des éléments forts de cette présentation. L’accident dit « de Lubrizol » de 2019 a d’ailleurs été le théâtre de cette cohabitation entre ces perceptions. Notons d’ailleurs que les discussions profanes audibles durant la période post-accident mêlaient successivement ressentis et connaissances techniques. La forte présence des réseaux sociaux a permis de rendre davantage visible et de communiquer ces inquiétudes au plus grand nombre. Des applications tels que celles de l’ATMO Normandie permettaient aux citoyens de signaler leurs ressentis olfactifs de manière à cartographier les nuisances dans le temps.

La question des catastrophes a également été soulevée. Pour Isabelle Roussel il ne faut pas attendre les catastrophes car celles-ci sont médiatiquement polluées et touchent directement aux affects. Dans le cadre plus général de l’environnement, l’exemple choisi par Isabelle Roussel était celui des crues et des tempêtes. Si ces catastrophes sont visibles de manière ponctuelles, la lente montée du niveau de la mer est beaucoup moins visible mais tout autant problématique.

La place des évolutions des perceptions a également fait l’objet de débats. Des scientifiques alertaient déjà sur les conséquences du changement climatique dès les Trente glorieuses mais selon Isabelle Roussel, la population dans son ensemble n’était pas prête à comprendre les enjeux et la signification d’un tel risque, surtout dans la période d’abondance qui a suivi la Seconde guerre mondiale. Ce n’est que bien plus tard, avec le développement des outils d’analyse (dont les satellites) et des années de sensibilisation que le constat pu être partagé.

Quelles ouvertures pour la recherche ?

Le questionnement que j’ai moi-même formulé en séance, est nourri par deux éléments saillants dans la présentation :

Sachant que l’augmentation de la technicisation des questions de pollutions à un effet dissuasif sur le nombre de plaintes portées devant la justice et sachant qu’il est quasiment impossible de lier une maladie due aux pesticides ou à la pollution de l’air, à ces causes potentielles, quelle pourrait être la place de de ces deux constats dans la réflexion sur l’inacceptabilité sociale des projets d’implantations (biomasse, méthanation, stations de bio-épuration, etc) sur les territoires ?

Si l’on suit cette hypothèse, cela signifierait que de manière consciente (ou inconsciente) les individus initiant des refus d’implantations le feraient en anticipant ces barrières. Si tel est le cas cela soulèverait d’autres questionnement :

  • Vers quels acteurs se tourneraient ces formes de défiances ?
  • Sur quels motifs se fondent-elles ?
  • Quels acteurs pourraient accompagner le changement des perceptions ?

Ce sont ces questions que j’entends poursuivre dans mes propres recherches et que les séances à venir du séminaire permettront d’approfondir sous des angles nouveaux.

Félix Turmel

[1] Berny N. « Défendre la cause de l’environnement : Une approche organisationnelle » Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2019, 298 p

[2] Micoud A. « De l’expert-militant à l’être vivant sensible », Cosmopolitiques, 2007, pp121 – 133

Image en bandeau : Source : Gettimage

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search