Interview de C. Couvry – Poids, cheveux blancs, visage au naturel: le confinement a aidé des femmes à mieux s’accepter

femmes à mieux s’accepter

Dorothée Duchemin — 30 septembre 2020 à 7h30

Plusieurs mois après le déconfinement de nombreuses femmes n’ont toujours pas renoué avec leurs habitudes cosmétiques pré-Covid, et comptent s’y tenir.

«J’ai 41 ans, et j’ai des cheveux blancs. Et en fait, c’est normal.» Élodie est enseignante à Paris. Comme d’autres, elle a laissé tomber les teintures pendant le confinement, et poursuit dans cette voie depuis le déconfinement. Qu’on ait tourné le dos aux produits cosmétiques pendant cette période semble bien compréhensible. Durant ces deux mois et demi, le temps a été suspendu: pas de sortie, pas de rencontre, pas de vie sociale…

«Le fait de ne pas avoir besoin de maintenir une image de soi publique a beaucoup joué: le poids du regard des autres a diminué. Or le maquillage et la coloration sont des pratiques qui répondent à des enjeux d’identité sociale», explique Camille Couvry, chercheuse en sociologie à l’université de Rouen, et organisatrice du séminaire «Corps et Beauté», aux côtés d’Eva Carpigo et Marion Braizaz.

la suite sur Slate.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search