Rouen #1. Aujourd’hui, on a tissé des liens et personne n’a fait tapisserie !

Organiser cette année un stage de terrain sept mois après le déclenchement d’une pandémie mondiale et un confinement généralisé, et en plein contexte de rebond de l’épidémie, relevait de la mission impossible… ou de l’inconscience…

Mais rien ne nous arrête, la preuve, nous avons décidé d’embarquer 46 étudiant.es dont certain.es n’ont pu rejoindre le territoire que la semaine précédente… et tout ça dans la seule ville passée en alerte maximale trois jours avant le début du stage.

Finalement, le tournage de la saison 2 « Des sociologues en pyjama à Bayeux » ayant été annulé, nous avons joué à domicile et investi le terrain rouennais.

Après un léger retard au démarrage, qui aura au moins permis à Yassine de trouver une place de parking, la matinée d’aujourd’hui a été consacrée au transfert des sujets sur ce nouveau terrain. Les premières réflexions méthodologiques enrichissantes autour de l’entrée sur le terrain et la présentation du sujet aux enquêté.es ont alimenté les échanges entre les différents groupes : est-ce qu’on sollicite des entretiens ou des discussions ? Est ce qu’on annonce la durée de l’entretien ou non ? Si on puise dans son carnet d’adresses, est ce qu’on mène l’entretien ?

Les premiers contacts ont été pris. Les premières cotes d’archives ont été repérées, les places de consultation réservées, les grilles d’entretiens maniées et remaniées… En fin de journée, les étudiant.es ont manifesté leur satisfaction d’avoir été si productif.ives ! mais aussi d’avoir passé l’épreuve qui les angoissaient le plus : passer 8h avec nous !

Il faut dire que l’accueil 5 étoiles de l’UFR de santé, avec ses salles si colorées et si bien équipées pour les travaux collectifs, a rendu la journée très agréable (remerciements spéciaux à Guylaine Dumont, Nathalie Leprévost et Teresa Rebelo qui ont beaucoup œuvré en coulisse). Le dépaysement, cette année, n’est pas géographique, mais technologique : à quand des learninglab pour tous les cours ? 😉

Pour autant, certain.es nous ont avoués être soulagé.es que le couvre-feu les préserve d’une soirée écriture mais rassurez vous, ils et elles n’échapperont pas au prochain billet.

Anne Bidois, Hugo Bréant, Marion Charpenel et Marie Picard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search