Rouen #2. De Bayeux à Rouen : la socio sans logis

En Terre inconnue !

L’enquête de terrain est un moment fort à vivre, mais elle implique de la préparation ! Tel un iceberg immergé, les difficultés n’apparaissent pas en surface. Le changement de lieu et la réorganisation de la semaine ont compliqué la tâche des enseignant∙es mais leur travail a été payant : nous avons pu plonger dans un bain sociologique et apprendre à nager en eaux troubles.

Nous avions construit nos objets de recherche en fonction des caractéristiques de la ville de Bayeux. Par exemple, un groupe avait choisi de travailler sur les politiques à destination de la jeunesse dans le cas d’une ville à la population vieillissante, l’arrivée dans une ville étudiante comme Rouen les a obligé∙es à décaler leur problématique. De la même façon, le groupe qui souhaitait travailler sur les politiques mémorielles avait pris comme objet la présence de la Seconde Guerre Mondiale à Bayeux. Les usages du passé réalisés par la ville de Rouen étant moins centrés sur cette période historique, elles ont fait le choix de conserver leur problématique sur les questions mémorielles en l’adaptant à la question de l’éducation.

Certains sujets sont plus facilement « délocalisables » que d’autres : le groupe qui travaille sur les aides à domicile a pu transposer directement ses hypothèses et sa méthodologie. Dans tous les cas, ce changement de lieu génère du stress et nous a obligé∙es à faire preuve de souplesse pour revoir nos plannings, nos carnets d’adresses et nos dispositifs d’enquête. Finalement, la Sociologie est une vraie gymnastique !

Devant l’urgence : pas le temps de trouver un titre !

Suite au changement de terrain, nous avons rencontré l’urgence : tous nos rendez-vous à Bayeux ont dû être annulés. Il a fallu tout reprogrammer dès lundi matin ! Certains terrains n’ont d’ailleurs pas pu être ouverts, les enquêté·es (surtout dans des institutions) n’ayant pas apprécié d’être sollicité·es à la dernière minute.

Entre la recherche du nouveau terrain, les prises de rendez-vous et la redéfinition de toute l’enquête, le rythme de ce début de semaine a été effréné, certain·e·s se sont même endormi·e·s pendant l’écriture de ce texte.

Malgré tout, certain·es se sont senti∙es stimulé∙es par cette intensité et ce sentiment d’urgence : le caractère immersif de l’expérience nous a rendus efficaces et nous a même poussés à « harceler » certain∙es enquêté∙es pour obtenir des rendez-vous. Parmi nous, quelques groupes ont dû sauter beaucoup d’étapes car ils sont arrivés plus tard dans la promo. Pas facile de faire du terrain sans être passé∙es par la construction de l’objet et la revue de la littérature en amont !

La période des vacances ne facilite pas certains terrains : il y a des absences, des centres sociaux fermés et des élu∙es overbooké∙es (qui proposent des rendez-vous à 21h30 en visio pour détourner le couvre-feu), mais pour celles et ceux qui travaillent sur les relations intergénérationnelles, il y a aussi des retraité∙es qui visitent Rouen avec leurs petits-enfants.

Par ailleurs, la crise sanitaire rallonge le temps d’accès aux archives : les documents doivent passer par trois jours de quarantaine avant de pouvoir être consultés et, le nombre de places de consultation étant réduit, le dernier créneau disponible pour aller aux archives départementales cette semaine a été réservé sous notre nez !

Cette urgence peut être un atout : si on l’explique clairement à nos enquêté·e·s, ils et elles peuvent vouloir devenir nos allié∙es et solliciter à notre place des contacts et des entretiens.

La sociologie se fait à pied

Finalement, en se confrontant au terrain aujourd’hui, nous nous sommes rendu∙es compte que la réalité est différente de nos attentes. A Bayeux nous aurions sûrement eu aussi des surprises, bonnes ou mauvaises. Préparer le terrain ne permet pas d’imaginer toutes les possibilités. C’est en marchant dans la ville que nous avons parfois eu de nouvelles idées d’acteur∙ices à interroger. En déambulant, le groupe qui travaille sur le tourisme à l’épreuve du COVID a saisi tout l’intérêt de contacter des agences de voyage. En parcourant les couloirs de l’UFR Santé, le groupe qui étudie l’intégration des étudiant∙es étranger∙es s’est heurté à leur faible présence, et a dû se résoudre à sortir du centre-ville !

Jouer à domicile peut avoir du bon : cela permet de solliciter son réseau (ou le réseau de notre « bonne étoile » Marie). Mais cela implique d’agir en responsabilité pour ne pas « griller le terrain », pour nous ou pour les autres. A titre illustratif, un des groupes s’est vu fermement refuser l’accès à un musée suite à une mauvaise expérience avec d’autres étudiant·e·s avant nous.

Réorganiser son enquête en une semaine implique pour nous, jeunes sociologues, de trouver un nouveau terrain, de nouveaux acteur∙ices, de nouvelles problématiques et de composer avec l’urgence. En une semaine, il n’y a plus le temps, il faut se lancer ! Ce mardi était consacré à l’entrée sur le terrain pour beaucoup d’entre nous : une journée plus pratique que théorique. Stressante pour certain·e·s : le terrain, c’est aussi se prendre des murs… Rassurante pour d’autres : il a ouvert de nouvelles portes ! Ça a permis de tester les capacités d’adaptation de chacun·es et pour la majorité d’entre nous, c’était avant tout une journée stimulante. Plus de peur que de mal donc… A un moment, il faut y aller : en faisant, on se rend compte que nous en sommes capables… et prêt∙es pour la suite de l’aventure !

Les étudiant-es du master 1 de sociologie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search