Rouen #3. Si proches et pourtant si loin

Le réseau : un outil à double tranchant

Le fait d’enquêter finalement à Rouen plutôt qu’à Bayeux nous a ouvert la possibilité de mobiliser nos contacts. Le réseau représente un des piliers de l’enquête, surtout dans un contexte d’urgence comme le nôtre. Il nous a facilité l’accès au terrain et nous a permis de l’aborder plus sereinement. Par exemple, pour le groupe politiques de jeunesse, le réseau militant d’un étudiant a permis d’obtenir un premier entretien avec un élu difficile à joindre. Tout comme nos cartes Pokémon, ce sont maintenant nos contacts que nous collectons et échangeons (« attrapez-les tous ! »).

Connaitre directement nos enquêté.es permet d’accéder à des informations personnelles, mais le fait d’être recommandé par un.e professeur.e, un.e étudiant.e ou un.e autre enquêté.e facilite aussi les échanges. Le groupe qui travaille sur les relations des personnes âgées avec leurs enfants et petits-enfants a bénéficié d’une relation de confiance préétablie. L’interconnaissance rassure l’enquêté.e au moment de la négociation de l’entretien et pendant la passation. Parfois, l’interconnaissance ne suffit pas : le groupe sur les aides à domicile pouvait bénéficier des réseaux d’une membre de la promotion, elle-même aide à domicile. La crise sanitaire a cependant rendu ses contacts difficiles d’accès.

Toutefois, lorsqu’on joue à domicile, le revers de la médaille est de ne plus questionner un terrain qui nous parait trop familier. L’autre risque est d’établir une telle connivence avec l’enquêté.e qu’il ou elle ne parle que par allusions et tait des éléments sociologiquement intéressants. C’est ce qu’ont vécu des étudiant.es lors d’un entretien où la conversation a dérivé vers des centres d’intérêts politiques communs. En effet, l’enquêteur et l’enquêté sont issus du même mouvement politique, les conduisant à s’éloigner du thème de l’enquête et à mobiliser un discours implicite. La seconde enquêtrice a su redresser la barre : c’est toute l’importance de naviguer collectivement !  

Les rapports sociaux : les comprendre ce n’est pas s’en extraire

La proximité avec son terrain ne se pose pas seulement en termes géographiques, elle peut se poser en termes de distance sociale, de proximité d’expériences ou encore de connivence idéologique. Les groupes ont fait l’expérience de ces distances de plusieurs manières.

Parfois, c’est la proximité qui joue des tours : l’une de nous, ayant fait un stage comme médiatrice culturelle, et enquêtant sur un musée, se trouve « polluée » dans ses réflexions sociologiques par des questions techniques sur la scénographie de l’exposition et sur les matériaux utilisés. Des étudiant.es étranger.es enquêtant sur l’intégration des étudiant.es internationaux se sont parfois retrouvé.es dans une position d’« enquêteur.ice enquêté.e », les répondant.es leur retournant les questions. Travailler sur ses semblables n’empêche pas les découvertes : ce groupe a eu accès à des expériences différentes des leurs qui les ont amené-es à déconstruire leurs prénotions. Ces situations les ont conduit.es à mobiliser leurs talents de traducteur.ices et à improviser des entretiens bilingues.

Dépasser les barrières de la langue s’impose parfois aussi en français. Par exemple, le groupe d’étudiant.es qui travaille sur le clergé a pu acquérir un vocabulaire religieux grâce aux échanges avec leurs enquêté.es. Le fait d’assumer une distance avec son objet permet à l’interviewé.e de se sentir légitime et connaisseur. Dans ces situations, les enquêté.es ont pris l’initiative d’expliciter les implicites. Pour autant nous ne plaidons pas pour le grand plongeon sans préparation sur des terrains dont on ignorerait tout !

On constate même que certaines distances sont difficilement surmontables, même avec toute la préparation du monde. Les rapports de classe, les rapports de genre, les rapports de race structurent le social jusque dans l’interaction entre le/la sociologue et son enquêté.e. Certains échanges avec les élu.es ou fonctionnaires nous ont fait ressentir des formes de condescendance ou de mépris. Des étudiant.es noir.es ont aussi expérimenté le racisme et des refus d’entretiens violents, alors que les mêmes portes s’ouvraient lorsqu’ils et elles étaient en mixité raciale. Le fait d’être sociologue n’immunise pas face à la dureté de ces réalités sociales mais donne assurément des armes pour s’en défendre…

S’approprier un terrain (in)connu

Pour certain.es d’entre nous, l’accès au terrain a permis de découvrir Rouen, de visiter, d’enquêter tout en jouant les touristes qui se prennent en photo devant la cathédrale, l’hôtel de ville, les musées… allant jusqu’à se perdre entre 9h et midi ! D’autres ont redécouvert une ville qui leur était familière, le marché de la place St Marc n’est pas le même à 8h qu’à 16h, comme s’il poussait de nouveaux bâtiments, comme si on accédait à une nouvelle ville finalement. Même lorsqu’on est rouennais.e depuis longtemps, on méconnait sa ville dans toute sa diversité culturelle et sociale. Par exemple, certains groupes enquêtent sur des pratiques qui ne sont pas les leurs, comme visiter des musées ou aller à la messe. Tout cela revient finalement à porter d’autres lunettes !

En conclusion, aller sur le terrain, c’est quitter sa zone de confort et vaincre sa timidité, par exemple pour interpeler des étudiant.es et essayer de les convaincre de devenir des enquêté.es. Nous avons développé des stratégies pour les aborder sans trop les déranger, retravaillé nos phrases de présentation et d’accroche. C’était une petite victoire de réussir à décrocher 20 minutes de discussions. Celles-ci n’ont pas seulement fourni des données sociologiques, mais nous ont permis de nouer des liens, d’obtenir des informations et astuces intéressantes pour notre propre intégration, par exemple sur les procédures d’accès au logement. Se familiariser avec un terrain, c’est aussi reconstruire sa position sociale.

Les étudiant-es du master 1 de sociologie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search