Rouen #4. Seul.e on va vite, ensemble on va plus loin

Quand l’union fait la force, ou « mbollo moy dollé » en wolof

Travailler ensemble peut être une source de motivation pour se donner courage et confiance. Pour beaucoup d’entre nous, réaliser un entretien est une expérience nouvelle. Le faire à deux ou trois rend l’exercice moins intimidant et même plus facile.

Pendant que l’un mène l’entretien, l’autre observe : les gestes, les lieux, les regards et les sourires… Ainsi, le groupe qui travaille sur les personnes âgées a pu réaliser un entretien tout en prenant des notes sur le domicile et l’attitude de l’enquêtée. Bien sûr, les rôles peuvent tourner pendant l’entretien.

De plus, si nous oublions de relancer l’enquêté.e, notre collègue intervient pour recentrer la discussion. Pendant un des entretiens sur les musées, alors qu’une enquêtée commençait à évoquer les politiques d’accompagnement des enfants déficients, l’une des sociologues est intervenue pour lui rappeler la question initiale, tandis que les autres n’osaient pas l’interrompre.

Le fait d’être plusieurs lors d’un entretien permet parfois de déjouer les rapports de pouvoir à l’œuvre dans la relation enquêteur-enquêté.e. Par exemple, les membres du binôme mixte qui étudie la religion ont eu affaire aux propos et attitudes sexistes d’un enquêté cherchant même la connivence avec l’enquêteur masculin. Ce dernier n’est pas tombé dans le piège de l’essentialisation et s’est montré solidaire avec sa camarade.

Enfin, le travail en groupe facilite la cumulativité des données : dans le cadre de l’étude sur les politiques de jeunesse, lors d’un entretien avec un élu, une des étudiantes a pu poser certaines questions inspirées par un précédent entretien réalisé plus tôt dans la journée sans sa partenaire.

Faire des entretiens collectifs peut révéler des manières de faire différentes. Entre ceux qui prennent des notes, ceux qui n’en prennent pas, ceux qui font des blagues et ceux qui restent sérieux, un entretien mené à plusieurs est toujours riche, à condition d’une bonne complicité dans le groupe. En parlant de complicité, il est important de déterminer une bonne répartition des tâches. Qui commence, qui termine ? Qui fait quoi en somme… Il s’agit toujours de communiquer et de préparer !

Y-a-t-il trop de pilotes dans l’avion ?

Travailler en groupe, c’est aussi des déconvenues. Être trop nombreux.ses peut parfois compliquer une enquête. Lors d’un entretien prévu à deux, les enquêteurs sont arrivés à trois. Par conséquent, l’enquêté n’a pas pu les accueillir dans son bureau, et ils ont dû réaliser l’entretien dans la salle commune… de la MJC ! L’enregistrement risquait donc d’être parasité par les enfants qui jouaient au tennis de table juste à côté. Pas de panique, les sociologues trouvent toujours un avantage à chaque situation, ils/elles ont alors pu observer les interactions entre les enfants !

Le risque, lorsque nous sommes sur un bateau où il y a plusieurs capitaines, c’est que chacun cherche à tirer la barre de son côté. En effet, la sociologie collective suscite des débats : chacun veut mener l’enquête selon sa propre conception de la discipline. Par exemple, pour le groupe « aide à domicile », les enquêteur.ices, issu.es de quatre universités différentes, n’ont pas la même méthodologie, ce qui entraîne des échanges riches mais chronophages. Pour le groupe qui travaille sur les étudiant.es étranger.es, les litiges sont tels qu’ils nécessitent un arbitrage des profs pour éviter un K.O.

De manière générale, une bonne communication et une répartition des taches préviennent des déconvenues. Finalement, nous révisons nos gammes constamment !

Quand le terrain s’invite à la maison

Tous ces désaccords peuvent parfois impacter nos relations interpersonnelles au sein des groupes. Mercredi soir, après une longue journée passée ensemble sur le terrain, puis une visio-conférence avec un élu jusqu’à 22h30, deux étudiantes ont préféré reporter leur debriefing au lendemain, déjà trop fatiguées de se supporter jusque-là (le comité d’édition se refuse de divulguer les noms). Comme toutes les bonnes choses, la sociologie à plusieurs est à consommer avec modération.

Le fait de s’immerger dans le terrain en collectif permet de découvrir différentes facettes de nos camarades, comme l’a dit l’une de nous de « découvrir qui se cache derrière le voisin ». Les liens noués dans l’adversité de l’enquête sont un bénéfice supplémentaire du travail en commun !

Les étudiant-es du master 1 de sociologie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search