16 novembre 2020 – De l’acceptabilité sociale au phénomène NIMBY (not in my backyard).

Le séminaire « Risque, technique, démocratie. La sociologie face aux risques industriels et environnementaux » continue et s’adapte aux contraintes liées à la crise sanitaire. La séance du 16 novembre est donc maintenue en distanciel à partir de 14h.

Pour cette nouvelle session intitulée « De l’acceptabilité sociale au phénomène NIMBY (not in my backyard)« , nous aborderons plus en détail les questions d’opposition et d’acceptabilité sociale des grands projets (industrialisation, implantation d’énergies renouvelables, …). Pour ce faire, nos intervenantes traiterons, d’une part, des formes de résistances aux grands projets (Mme Béatrice Canel Depitre – Université du Havre) et, d’autre part, de l’impact de ces résistances sur la repolitisation des territoires (Mme Léa Sébastien – Université de Toulouse 2 Le Mirail).

Le séminaire aura lieu en distanciel : pour vous inscrire merci de contacter le laboratoire Dysolab :

dysolab@univ-rouen.fr

Résumé de l’intervention de Bétarice Canel Depitre :

L’assimilation erronée de l’acceptabilité sociale avec le syndrôme NIMBY 

Face à la multiplication des conflits relevant de grands projets environnementaux, l’assentiment des acteurs sociaux aux grands projets est devenu rapidement une condition essentielle à leur réalisation, au même titre que l’assurance de bénéfices économiques. Confinant l’opposition à un projet au syndrome du NIMBY, les industriels restent dans une vision erronée et dépassée du projet de société et interprètent à tort les oppositions à leur projet comme la mise en avant d’intérêts individuels. Or, les opposants à un projet ont tendance à se prononcer au nom de l’intérêt collectif de la communauté pour s’assurer d’une légitimité représentative et s’éloignent de ce syndrome NIMBY. Dans ce contexte, la mise en place récente d’énergie renouvelable en France, notamment de l’éolien industriel, a conduit à négliger une des conditions essentielles de sa mise en œuvre, son acceptabilité sociale.

Résumé de la communication de Léa Sébastien :

Du NIMBY à la « résistance éclairée » : mieux comprendre les contestations aux projets d’aménagement

Nous souhaitons ici formuler l’hypothèse selon laquelle les résistances aux projets d’aménagement peuvent être l’occasion d’une (re)politisation des territoires. En décortiquant plusieurs cas de luttes territoriales contre des infrastructures, nous étudions l’évolution des mouvements de contestation dans le temps au travers du concept de résistance éclairée. Ce concept nous permet de voir émerger sur les territoires concernés la constitution de réseaux sociaux, de savoirs spécifiques et d’attachements aux lieux. Nous soutenons que le développement et l’articulation de ces trois « capitaux » (social, patrimonial, savant) permettent l’émergence d’un positionnement politique. Encore souvent qualifiés de NIMBY, ces différents collectifs, par leur politisation, créent au contraire un mouvement social décentralisé et multi-situé porteur de valeurs nouvelles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search