Devineau S. et Féliu F., Valentin S., Bernard C., « Assignations ordinaires de genre dans les métiers de la petite enfance »

Devineau S. et Féliu F., Valentin S., Bernard C., « Assignations ordinaires de genre dans les métiers de la petite enfance », Orientation Scolaire et Professionnelle, n° thématique Genre, Rapports sociaux de sexe et Orientation. 2020, Vol. 49.257-280.

Résumé :

L’analyse d’une soixantaine d’entretiens biographiques menés pendant trois ans auprès d’hommes travaillant en crèche, en école maternelle ou comme assistants maternels met à jour les processus de ré-assignation de genre en dépit d’orientations masculines dérogeant initialement aux normes de virilité. Loin des objectifs européens de 20% d’hommes dans ce secteur, et dix ans après les premières études en France (Murcier, 2005 ; Jaboin, 2010), ces contextes relèvent encore d’une pseudo-mixité professionnelle qui favorisent une reproduction des rapports sociaux de sexe dans l’exercice ordinaire des métiers.

Ces orientations inattendues correspondent à des profils socio-démographiques d’hommes d’origine sociale plutôt modestes ou de classes moyennes avec souvent une mère travaillant dans le secteur du care. Leur orientation vers ces métiers a bénéficié d’une famille et d’une conjointe favorables à ce choix atypique. Les caractéristiques de socialisation familiale, de diplôme, d’expérience, d’auto-formation et de reconversion tardive pour certains varient selon le type de structure. Toutefois, on relève chez tous des dispositions de sexe moins virilistes et de réelles motivations pour le care éducatif. Pour parler de leur orientation professionnelle et de leur métier, ils n’hésitent pas à recourir au registre de l’amour des enfants plus fréquemment observé chez les femmes.

Sur le terrain, en dépit des bonnes volontés, le temps de la formation puis de l’entrée dans les collectifs de travail est aussi celui des ré-assignations de genre. Les relations de travail vont encore se régler sur la complémentarité des sexes, le registre d’interprétation du vécu professionnel et des actions en termes de rôles sociaux de sexe. Les hommes trouvent cela normal, naturel et pensent qu’on attend cela d’eux. En outre, les diverses structures organisent une véritable aspiration vers le haut des hommes qui deviennent parfois directeurs dès la première année de fonction. Ainsi rappelés à l’ordre du genre, ils vont eux-mêmes instrumentaliser les politiques publiques de mixité en jouant de la masculinité pour développer une carrière. En sorte que le coût lié à la solitude de genre se retourne en bénéfice et compense la transgression initiale dans l’orientation professionnelle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search