Portrait de chercheur : Sophie Devineau – Professeure de sociologie

Du point de vue de mon métier de sociologue, le web a changé ma pratique d’enquête dans le sens où mes enquêté.es m’accueillent maintenant en me disant : « je vous ai un peu googlelisée avant notre rendez-vous ! « 

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis sociologue de l’éducation et du Genre. Mes travaux sont centrés sur les questions d’inégalités scolaires ou professionnelles dans les métiers de l’éducation.

http://fqe2.free.fr/

https://cv.archives-ouvertes.fr/sophie-devineau

J’ai fondé la collection Genre à lire et à penser aux PURH que je co-dirige avec l’historienne Anna Bellavitis du GRHIS.

Je dirige le laboratoire de sociologie DySoLab depuis 2016, et depuis 2019 la fédération de recherche en SHS : l’IRIHS Rouen Normandie Université

Mes premiers centres d’intérêts en sociologie portaient sur les inégalités scolaires, ainsi ma thèse a analysé l’introduction d’une logique néo-libérale dans le fonctionnement du système éducatif et les effets sur les orientations scolaires de l’idéologie véhiculée par les projets d’établissements.Par la suite j’ai menée plusieurs recherches sur les secteurs scolaires public ou privé et sur la relation formation, qualification, emploi.

Au sein du Lasmas-Institut du longitudinal-CNRS devenu le CMH-Campus Jourdan, et de la MRSH de Caen, un tournant de ma carrière s’est opéré en 1998 à la faveur d’une reconversion thématique autour des études du genre qui depuis sont au cœur de mes recherches. Mes travaux croisent désormais les rapports sociaux de classe et de sexe et ont fait l’objet de mon HDR soutenue en 2011 : L’école inégalitaire : emprise libérale et vestiges sexistes.

Mes thématiques de recherche ont donc évolué et le point de vue s’est déplacé du strict champ de la sociologie de l’éducation et de l’analyse des institutions et des politiques publiques développée au sein du premier laboratoire d’accueil à Pais V-Sorbonne, vers les questions de genre et de groupes professionnels. La problématique centrale demeure celle des inégalités sociales avec comme concepts clés les rapports sociaux de classe et de sexe.

Formée à l’articulation des approches des méthodes quantitatives et qualitatives, je mobilise systématiquement cette pratique scientifique. La socio-histoire a quant à elle été motivée par une collaboration avec le MAITRON pour traiter des matériaux d’archives sur les enseignantes.

  • Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Actuellement, je poursuis la recherche sur la mixité professionnelle  dans les métiers de la prime enfance.

Pour ce qui concerne les nouvelles recherches, je suis engagée dans le projet AlimFIT/AlimNUm sur l’alimentation, le fitness et les réseaux sociaux en termes d’éducation et de genre ((Pascale Ezan Dir.). L’hypothèse que je cherche à tester concerne l’effet protecteur d’une éducation féministe face aux comportements alimentaires dangereux pour la santé des jeunes, notamment des filles.

D’autre part, je collabore au projet Eqelles (Anne Schneider dir.) en étudiant l’éducation au genre et les récits sur le travail des femmes développés par l’écrivaine Leila Sebbar et son groupe de femmes militantes et éditrices de revues féministes.

  • Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Du point de vue de mon métier de sociologue, le web a changé ma pratique d’enquête dans le sens où mes enquêté.es m’accueillent maintenant en me disant « je vous ai un peu googlelisée avant notre rendez-vous ! ». J’ai donc tout un travail de positionnement à négocier avant que l’entretien puisse réellement se dérouler sans trop d’effets institutionnels. Les enquêtes menées à plusieurs sont une bonne solution pour contrôler les distorsions éventuelles et prévenir certains obstacles. Le travail en équipe avec des collègues, l’ingénieur d’études, des doctorant.es ou des masterant.es apporte beaucoup sur ce plan.

Un des faits marquants de ma carrière correspond à la direction du laboratoire DySolab. Organiser, accompagner le travail collectif et soutenir une bonne dynamique d’équipe est une responsabilité très intéressante. Avant tout, j’essaie d’être attentive à l’accueil des doctorant.es et je recherche les moyens de mieux les initier au travail de la recherche avec maintenant ma collègue Anne Bidois, directrice adjointe et François Féliu, l’ingénieur d’études.

Une expérience qui d’ailleurs ne peut être réduite à leur socialisation, car ils/elles apportent beaucoup à la recherche collective à travers la variété de leurs sujets de thèse bien entendu, mais au-delà par leurs initiatives et leur créativité.

  • Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

La fabrique des filles. L’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule , est un ouvrage que les deux historiennes, Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, ont réalisé en illustrant parfaitement les questions d’éducation de genre. Elles ont mis en scène les normes sociales sexuées qui ont conformé les modèles féminins au fil des époques. Les mondes sociaux sont ainsi restitués de façon saisissante dans leur dynamique. En rompant avec toute interprétation fataliste ou fixiste, cette manière de penser le genre est l’aspect qui fait le plus écho à mes orientations de recherche, notamment à l’étude des images sexistes et contre stéréotypées dans l’univers de l’éducation que j’ai menée à propos de l’artiste Brizemur. La force évocatrice de l’icongraphie est de plus un outil pédagogique très efficace que j’utilise dans mes enseignements. 

Je recommande également deux artistes, Camille Besse autrice de dessins de presse ou encore, dans un autre registre, Angèle dont le clip de sa chanson Balance ton quoi est tout à fait bien conçu.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search