Portrait de chercheur – Brice MAnkou – chercheur associé

C’est un challenge qui me permet d’assurer la mise en réseau entre Sociologues d’ici et ceux de là bas.

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Brice Arsène MANKOU, Docteur en Sociologie de l’ université de Lille.

Je travaille comme Chargé des études statistiques et des  recherches au sein du de la Délégation Régionale Académique de la Jeunesse et des Sports de Normandie (DRAJES) place sous l’autorité de la Rectrice de Normandie.

Je m’intéresse  plus généralement dans mes recherches à l’impact des Technologies de

l’ information et de la communication( TIC) sur les processus migratoires sur un terrain multi situé à savoir : la France et  l’Afrique. Ces thématiques ont été centrales dès mon travail doctoral :  Cybermigration maritale des femmes camerounaises de Yaoundé vers le Nord-Pas-de-Calais : analyse sociologique et enjeux sociaux d’une migration nouvelle

Je suis auteur de plusieurs  recherches et travaux scientifiques dont un ouvrage consacré au  Genre et  migrations féminines à l’ère du numérique paru chez l’ Harmattan en 2019.

J’enseigne  également  la Sociologie à Sciences Po, campus de Reims depuis  2018. et à ’l’École Nationale de l’Administration Publique (ENAP) de Québec  au Canada.

2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Actuellement je travaille  sur la «  Technomigration » c’est à dire le pouvoir social des TIC notamment   dans la traque  et la surveillance des migrants réduits à l’assignation et la résignation. Il s’agit à travers cette piste  de recherche  portant sur  le caractère répressif des usages  dans les processus de migration irrégulière.

 Dans un contexte, marqué  par le développement du numérique,je me propose d’étudier comment « Homo migratus » se transforme en « Homo Cybernatus. » Là,   j’analyse les interactions  sociales entre le numérique et la migration.Comment les TIC impactent la vie des migrants.

3) Si vous aviez à sélectionner un souvenir en lien avec le labo lequel serait-il ?

Le plus grand souvenir que j’ai pu avoir avec notre laboratoire Dysolab, c’est  le courriel d’admission que j’ai reçu de la part de la Directrice du Laboratoire Sophie  Devineau, que je remercie au passage ainsi que l’accueil qui m’a été réservé  par les membres du Laboratoire qui à travers  le travail quotidien  de François Féliu nous permet de garder le lien et d’être au courant de la vie scientifique de notre laboratoire.

[Note : Brice a  contacté le laboratoire en septembre 2020 et son association a été acceptée en décembre 2020]
 

4) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? Ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

L’un des faits  marquant dans ma carrière de Sociologue , c’est la mise en place d’un Institut  supérieur de Formation  aux Métiers de la ville (IFMV)  à Brazzaville  au Congo, pour accompagner les élus locaux et les agents municipaux à la Décentralisation et au Développement local. C’est un challenge qui me permet d’assurer la mise en réseau entre Sociologues d’ici et ceux de là bas.

L’idée de créer un Institut de Formation aux métiers de la ville  IFMV), émane d’un groupe d’élus Français en mission de coopération dans  une collectivité du Congo. Rentré en ces élus ont fait une restitution  lors d’un conseil municipal au cours duquel, a émergé la première fois  l’idée d’un Institut de Formation aux métiers de la ville (IFMV) par  Brice MANKOU, alors élu local de la ville de St Omer dans le Pas de  Calais. C’est en réunissant ces élus français autour de ce qui se  dégageait comme consensus à savoir : comment appuyer la Décentralisation  en Afrique centrale et au Congo qu’est né cet institut Français au  service des élus locaux congolais. Le projet fut alors partagé par les  élus Français d’origine congolaise qui se réunissent autour d’une plate  forme du même nom piloté par Brice Mankou. Un colloque fut même organisé  à Rennes en Bretagne autour de Chrysostome Kounga, élu local breton  d’origine congolaise. C’est au cours d’une formation sur la  Décentralisation et le leadership des élus locaux au Canada, que l’IFMV  fort des appuis et partenariats internationaux va choisir le Congo et le Cameroun  comme deux  terrains d’expérimentation.


 5) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Marc Bernardot, CapturesÉd. du Croquant ,189 pages.Je vous recommande l’ouvrage Captures de  Marc Bernardot, Professeur de Sociologie à Aix Marseille Université (PR1) au département de Sociologie (ALLSH) et Membre du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES-MMSH).  Dans cet ouvrage, qui est en lien avec mes  pistes de recherche, l’auteur retrace à travers le résultat de ses recherches la manière dont l’ Etat et le corps social déclarent la guerre à l’ étranger et au migrant dans un contexte de violence  quasiment assumée et revendiquée. Ces pratiques érigées en système selon l’auteur se manifestent selon lui par des types de “surveillances spécifiques, d’internement administratif, de brutalisation dérégulée, des contrôles, des arrestations arbitraires et détentions illégales groupées, etc..

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search