Portrait de chercheure – Camille Boubal – post-doctorante au laboratoire Dysolab

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis sociologue, post-doctorante à l’Université de Rouen-Normandie et chercheuse associée au Centre de Sociologie des Organisations (CSO/CNRS).

En 2018, j’ai soutenu ma thèse de sociologie préparée au CSO sous la direction d’Olivier Borraz. Cette thèse, située au carrefour des sociologies de l’action publique, de l’expertise, des organisations et de la santé, porte sur la genèse et le développement d’une politique de santé publique en matière de nutrition en France. À travers l’étude de la conception d’instruments de prévention (campagnes de communication, guides et labels), de la régulation du marketing alimentaire et de la formation d’une expertise en nutrition, j’analyse les transformations de l’action de l’État et du gouvernement des conduites en matière d’alimentation. Quelques-uns de ces résultats sont déjà parus dans la Revue Française de Sociologie et dans l’ouvrage Gouverner les conduites (et deux « V2 » d’articles sont dans les tuyaux !).

Dans ce cadre, je rejoins le Collectif interdisciplinaire de recherche sur les changements de comportement alimentaire (CIRCCA) dont l’objectif est de mener des réflexions sur l’évaluation de l’impact des actions éducatives visant à orienter les consommateurs vers une alimentation plus saine et durable.

Au-delà, j’enseigne également la sociologie et la science politique depuis près de 10 ans auprès de publics variés (en formation initiale et continue, notamment auprès de professionnels de santé). Au sein de l’Université de Rouen Normandie, je suis chargée de deux TD de sociologie du travail.


2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Après ma thèse, j’ai poursuivi l’étude de l’évolution de l’expertise en santé publique en post-doctorat au CSO. La réalisation d’une revue de la littérature en sciences sociales sur la science réglementaire (ou « regulatory science ») a permis de rendre compte des transformations de l’évaluation et de la gestion des risques sanitaires et environnementaux depuis les années 1970. J’ai également enquêté sur la conception de nouveaux messages nutritionnels, quinze ans après les premiers « 5 fruits et légumes par jour ». Ce travail croise l’étude de la construction de la crédibilité de l’expertise dans un domaine d’action publique fragile, la nutrition, et les répertoires d’action mobilisés par les filières agroalimentaires pour peser non seulement sur les décisions mais également sur le cadrage du problème de la nutrition.

Mes thèmes de recherche se sont diversifiés lorsque j’ai intégré la Mission Sciences sociales, expertise et société de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) pendant plus d’un an. Je me suis notamment concentrée sur les usages militants de la science et sur l’expertise dite « profane ». Une première recherche, menée avec le Medialab (Sciences Po), a porté sur la circulation et la réception de l’expertise sanitaire sur l’espace public numérique. Elle vise à interroger l’hypothèse, qui réapparait massivement avec la crise de la Covid-19, d’une montée de la défiance dans la science et les institutions scientifiques. Dans ce cadre, j’ai étudié le déploiement d’un militantisme savant relatif à l’usage de pesticides et d’OGM par les acteurs agro-industriels en menant des entretiens avec des vidéastes et blogueurs se revendiquant de la « zététique » (sur le sujet, voir le récent Les gardiens de la raison de S. Foucart, S. Horel et S. Laurens). Un seconde enquête a porté sur l’étude des conditions de développement de projets de sciences participatives en santé-environnement impliquant des acteurs de la société civile et de l’Anses.

C’est avec beaucoup de joie que je rejoins le Dysolab à Rouen pour approfondir, avec Yannick Le Hénaff, François Féliu et Christophe Bonnet, mes intérêts de recherche relatifs au gouvernement des conduites et aux relations entre acteurs publics, industries et consommateurs, mais cette fois appliqués au domaine du sport ! Nous allons étudier les formes que prennent la régulation des consommations d’alcool dans les mondes du rugby et de l’escalade, et notamment les négociations qui s’opèrent entre des logiques plurielles (sanitaires, culturelles et économiques) potentiellement contradictoires.


3) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Un fait marquant, certes un peu daté, de ma carrière de sociologue a été la publication de mon mémoire de master aux éditions de l’INA : Publicité et obésité. Naissance d’une controverse. Ce petit ouvrage a, d’abord, marqué mon entrée dans le milieu académique et plus spécifiquement dans la thèse et fait émerger le souhait de développer une approche organisationnelle des questions nutritionnelles. Il a aussi suscité des discussions avec des enquêtés lors d’un terrain à l’Institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé (INPES), qui ont très directement fait évoluer mes questions de recherche.

Une ficelle de métier qui a été déterminante dans la thèse a été l’expérience de relecture collective entre doctorants. Afin de sortir du « ventre mou » de la thèse (selon l’expression d’un collègue sociologue !), nous avons mutuellement relu des versions intermédiaires de nos travaux en cours. Ces allers-retours entre jeunes chercheurs, à la fois bienveillants et exigeants, permettent d’opérer des tris parmi les résultats, d’expliciter des questions de recherche et de monter en généralité. Cette expérience contredit l’idée d’une pratique solitaire de l’écriture sociologique.  


4) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Du côté de la sociologie, la lecture de Science on stage. Expert advice as public drama m’a beaucoup apportée dans mes recherches. Stephen Hilgartner y soulève un paradoxe. Le recours à l’expertise scientifique dans le processus de décision est un phénomène massif. Pourtant, l’expertise est l’objet de contestations récurrentes. S’inscrivant dans une perspective interactionniste, le sociologue prend alors pour objet d’étude les « techniques de crédibilité » qu’utilisent les experts et les agences pour mettre en scène, comme dans une pièce de théâtre, la scientificité des rapports qu’ils produisent. Les avis scientifiques n’apparaissent pas seulement comme des constructions rhétoriques mais également comme des systèmes de contrôle de l’information (certaines données sont rendues visibles, d’autres volontairement laissées dans en coulisse) qui visent à obtenir l’adhésion du public.

Je suis également régulièrement la publication d’enquêtes journalistiques par les Éditions Goutte d’Or (Steak Machine de Geoffrey Le Guilcher sur la santé des travailleurs dans les abattoirs est génial). Dans On ne naît pas grosse, Gabrielle Deydier rend très bien compte des discriminations que subissent les personnes en surpoids ou obèses, à partir de sa propre « carrière » de femme obèse. Plus généralement, ce type de démarche est inspirante pour réfléchir à des façons plus littéraires de rendre compte de terrains sociologiques.

Covid et couvre-feu obligent, mon bon plan série est « Parlement » de Noé Debré sur France tv. Cette série décrit le fonctionnement de la bureaucratie européenne en lien, notamment, avec les mobilisations patronales à l’occasion du travail d’adoption d’un amendement visant à interdire le shark finning (ou « pêche aux ailerons »). C’est bien fait et très drôle.

http://uneheuredepeine.blogspot.com/

Enfin, je conseille vivement le blog et compte twitter d’un ami sociologue Denis Colombi « Une heure de peine… », qui porte un regard sociologique à la fois original et utile sur l’actualité. 

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search