Portrait de chercheure – Chloé Bussi – doctorante à Dysolab

  1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Chloé Bussi, je suis doctorante au laboratoire Dysolab. Je suis éducatrice spécialisée de formation et j’ai poursuivi mes études avec une licence et un master en sociologie. Je réalise aujourd’hui une thèse en lien avec mes aspirations professionnelles initiales, au sujet de la prise en charge de la santé dans les structures d’hébergement social à destination des personnes sans domicile. Cette recherche est financée par un contrat doctoral En parallèle, j’enseigne au sein du département de sociologie de Rouen, et je suis représentante des doctorants et doctorantes du laboratoire.  


 2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Ma thèse porte sur les enjeux de la santé dans des établissements sociaux, en particulier dans les centres d’hébergement. J’étudie plus précisément les reconfigurations contemporaines des frontières du social et du médical au prisme du concept de sanitarisation. Je porte ainsi une attention particulière à la question du soin, à la manière dont il est produit et négocié collectivement et en pratique. Pour cela, j’adopte une posture ethnographique qui prend en compte plusieurs points de vue : celui des travailleurs sociaux, des soignants en présence, ainsi que des personnes hébergées. 


 3) Si vous aviez à sélectionner un souvenir en lien avec le labo lequel serait-il ?

La préparation du colloque « Les chercheur.e.s face au(x) terrain(s) : être mis.es à l’épreuve, éprouver, faire ses preuves » est un souvenir agréable. Le travail en commun, avec plusieurs doctorants et l’IGE du laboratoire a été très stimulant. Il m’a permis de constater les nombreux points de rencontres que je pouvais avoir avec mes collègues doctorants et doctorantes, abordant pourtant d’autres thématiques dans leurs thèses. L’écriture commune d’un appel à communication m’a aussi marqué, tant il a fallu réinterroger ce qui semblait évident. Ce fut un exercice très pédagogique et enrichissant pour moi. Enfin, la concrétisation de l’événement est un marqueur fort de cet événement, même si cet aboutissement a rencontré de multiples épreuves. Je retiens combien travailler ensemble est tout aussi complexe qu’épanouissant.


 4) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Ma (jeune) carrière de sociologue a été marqué par l’obtention du premier prix du concours Jeunes chercheurs de la CNAF en 2018, pour mon mémoire de Master intitulé « Le social à l’épreuve de la sanitarisation. Monographie d’un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale ».  Cela m’a permis de prendre confiance en mon travail et en la pertinence de mon sujet.

Une ficelle du métier que j’utilise est celle d’accepter de parfois avoir la sensation de perdre son temps lors de l’enquête. En n’ayant pas un rapport « rentable » à tous les moments d’observations, je me suis autorisée durant l’ethnographie de prendre le temps de jouer au Yams et au babyfoot, de faire un déménagement d’un hébergé, de faire des lits, ou encore de participer à la création d’une soirée dansante pour les hébergés. Si ces éléments peuvent paraître anecdotiques et secondaires dans l’enquête, je pense qu’ils sont, au contraire, centraux pour l’intégration et la confiance que l’on souhaite gagner avec les enquêtés.


 5) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Je conseille l’ouvrage de Laureline Coulomb Le soin des personnes sans domicile. Entre malentendus et négociations qui m’inspire beaucoup dans le cadre de ma recherche. Elle propose de déconstruire les notions de soin et de santé afin de saisir ce que ces termes signifient, symboliquement et en pratique, à la fois pour les soignants et pour les personnes sans domicile. Cette analyse complexifie très largement l’idée reçue du non-recours aux soins de cette population.

Parmi les ouvrages plus classiques qui m’inspirent, je citerais Devenir anorexique. Une approche sociologique de Muriel Darmon qui interroge la manière dont le social s’inscrit dans les corps, une question qui anime considérablement mes questionnements sociologiques. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search