Portrait de chercheure – Anne Bidois – directrice adjointe de Dysolab

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Anne Bidois, je suis maitresse de conférences en sociologie à l’Université de Rouen Normandie. Depuis 2019, je suis également directrice adjointe du laboratoire DySoLab.

Mes travaux s’inscrivent à l’intersection de la sociologie historique et de la sociologie des sciences et des techniques. Je travaille depuis la thèse, et donc maintenant depuis une quinzaine d’années, sur la structuration de l’enseignement supérieur en France, essentiellement au XIXe et XXe siècles, avec un intérêt particulier pour la notion d’offre locale. L’idée majeure qui préside à mes travaux est qu’il existe, dans les villes non pourvues de facultés, des modalités d’enseignement et de production des savoirs à étudier pour comprendre pleinement le processus de structuration des formations. C’est notamment dans ce cadre que j’ai participé, avec deux collègues historiens, Olivier Feiertag et Yannick Marec, à la rédaction d’un ouvrage sur l’Université de Rouen. Aujourd’hui, mes travaux me portent également à étudier la production et de diffusion des savoirs savants en province.

Depuis 2008, je suis impliquée dans Resitech, réseau scientifique industriel et technique en Normandie pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine scientifique, inscrit dans le réseau national porté par le Musée des arts et métiers.

En dehors du travail, je suis aussi mère de deux jeunes filles, âgées aujourd’hui de 8 et 14 ans. J’ai fait le choix d’habiter à Rouen, ce qui me permet de mieux concilier toutes les facettes de ma vie, en comparaison avec les collègues qui passent beaucoup de temps dans les transports en commun.

2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

En ce moment, je travaille sur les congrès scientifiques en France organisés par un normand, Arcisse de Caumont, au XIXe siècle. J’essaie de comprendre leur fonctionnement, le rôle qu’ils ont pu jouer à une période de définition des normes des savoirs disciplinaires, de leurs frontières et alors de nouvelles interrogations se font jour. C’est passionnant par exemple de lire la naissance de la question sociale dans des congrès fréquentés par un public hétérogène, de saisir combien ces propriétaires fonciers, bourgeois ou héritiers d’une aristocratie d’Ancien régime sont ébranlés par les mutations sociales, politiques et industrielles qui affectent la société. Je m’attache à dérouler le cheminement de leur pensée qui mène à un souci constant de collecter, recenser, dénombrer, classer… et j’essaie de restituer le processus de mise en concurrence de leurs initiatives avec celles qui ont cours à l’Institut, dans les milieux parisiens…


 3) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Ce qui me parait particulièrement marquant dans ma carrière de sociologue, et de socio-historienne, c’est l’apparition et la généralisation de sources numérisées qui facilite l’accès à davantage de sources et même de ressources. Récemment, à la faveur de la pandémie de covid-19 et au recours systématique au distanciel, ces accès se sont encore développés. Si beaucoup d’événements qui ponctuent la carrière ont perdu de leur caractère ritualisé -je pense notamment aux soutenances de thèse par écrans interposés- ou ont amputé nos activités de recherche des échanges informels pourtant essentiels -il nous faudra un jour diffuser une sociologie de la production scientifique à la machine à café- , je ne boude pas mon plaisir de pouvoir assister, à distance, à des séminaires parisiens ou aux soutenances d’HDR de collègues géographiquement éloignés alors qu’en période habituelle, les conditions matérielles m’auraient paru d’emblée trop coûteuses.

L’autre fait marquant, c’est la place de plus en plus importante prise dans notre travail par des enjeux de financement. Cette préoccupation est constante, chercher de l’argent, élaborer des projets pour pratiquer la recherche, quitte à tordre ou à réorienter les questionnements scientifiques… De mon point de vue, cet exercice d’équilibriste entre perdre de vue ses objets de recherche privilégiés pour obtenir des financements ou risquer de ne disposer d’aucun financement est devenu de plus en plus compliqué pour qui travaille sur une sociologie en marge de la demande sociale.


 4) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Durant mes années de préparation de thèse, j’ai été bercée par la lecture des ouvrages de David Lodge sur le monde universitaire ; Un tout petit monde a participé de ma socialisation professionnelle et je continue d’en conseiller la lecture. Depuis, je reste à l’affût de lectures sur cette thématique mais je suis persuadée qu’en sociologues, nous repérons des questionnements sociologiques partout. J’ai récemment lu deux romans que je recommande : le premier, celui d’Ilona Jerger, Marx dans le jardin de Darwin, dans lequel l’autrice fait dialoguer et met en scène ces deux penseurs sous l’angle de leurs fragilités, de leurs tiraillements intellectuels et de leurs conditions sociales d’existence par le truchement d’un personnage imaginaire, leur médecin commun. Le second est un peu plus ancien, il s’agit de celui de Yannick Grannec, La déesse des petites victoires, qui raconte les déboires et joies d’une jeune documentaliste chargée de recueillir les archives d’un mathématicien et qui découvre les coulisses de sa vie, contées par sa femme.

Comme j’adore les séries télévisées, à quiconque rêve d’avoir du charisme et de l’aplomb en entrant en amphithéâtre, je conseille de suivre les aventures de la professeure de droit de Murder, sans pour autant s’engager dans la dissimulation de meurtres ! Surtout, je dois dire que, comme j’aime allier détente et humour, je cite souvent aux étudiant.es la caricature des hiérarchies internes au monde scientifique telle qu’elle transparait dans la série Big Bang Theory. Récemment, la série française, Paris Police 1900, qui, sur fond de bataille entre dreyfusards et anti-dreyfusards, met en scène le bertillonnage, l’anthropométrie judiciaire, m’a beaucoup intéressée, faisant écho à la phrénologie omniprésente dans les congrès scientifiques que j’étudie. Comme j’ai la chance d’assurer un enseignement de sociologie des techniques, dans lequel j’aborde les représentations des techniques dans le cinéma, chaque année, les étudiant.es me font découvrir de nouvelles séries, des films… c’est comme cela que j’ai visionné The imitation game, sur Enigma et Alan Turing, à la fois génie reconnu de la Seconde guerre mondiale et homosexuel persécuté.

Je ne peux terminer cette réponse sans citer l’ouvrage qui, récemment, m’a complètement absorbée, celui de Rose-Marie Lagrave, Se ressaisir, enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe. Sa lecture, à ce moment de ma carrière où je m’interroge sur ma propre trajectoire d’universitaire, contribue à renforcer le sens que je peux mettre à des errements, des inquiétudes, un sentiment d’imposture qui (nous) m’envahit souvent dans nos carrières de femmes sociologues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search