Un saut dans le grand bain : enquêter en tant qu’étudiant·e pour la métropole de Rouen

CONTEXTUALISATION DE NOTRE ENQUETE

Etudiant·e·s du parcours Innovations Sociales et Egalité (ISE), nous avons effectué au cours de cette année universitaire une enquête collective. Cette dernière venait répondre à une commande sociale émanant de la métropole de Rouen. Concrètement, ce travail s’est déroulé sur la période allant du 8 septembre au vendredi 26 mars et a mobilisé seize étudiant·e·s. Ici, notre rôle en tant que jeunes sociologues, visait à réaliser un diagnostic sur la thématique suivante : les parcours d’insertion des jeunes disposant de faibles solidarités familiales. A l’annonce de cet exercice, nous fûmes partagé·e·s entre enthousiasme à l’idée d’être investi·e·s d’une mission par une institution et appréhension à l’idée de rendre des comptes à des personnes hors cadre universitaire. Également, nous étions impatient·e·s quant aux nouveaux apprentissages à venir en lien avec la réalisation d’une recherche collective tout en étant anxieux·ses de nous initier aux exigences liées à une sociologie de l’intervention. Ainsi, à travers ce billet, nous nous attarderons sur les défis que nous avons eu à relever face à ce nouvel exercice. Le premier défi étant pour nous de répondre à une commande sociale du fait d’un décalage entre les attentes universitaires auxquelles nous avons l’habitude de nous conformer et les attentes institutionnelles auxquelles nous n’avions pas encore été confronté·e·s. Le deuxième défi étant le travail en équipe en distanciel. Ces deux éléments seront traités au travers de notre appropriation de la commande sociale et à travers les outils que nous avons utilisés. Puis, dans un second billet sera développée la question de la restitution de notre travail à l’institution tout en élaborant un questionnement sur la position du sociologue intervenant.

LES DEFIS QUE NOUS AVONS RELEVES

S’approprier la commande sociale

Quelle est cette commande sociale à laquelle nous devons répondre ? La métropole de Rouen mène un projet visant à proposer une réponse collective et territorialisée aux difficultés que les acteurs·actrices de l’insertion rencontrent pour « raccrocher » des jeunes dit·e·s invisibles c’est-à-dire des jeunes ayant entre seize et vingt-neuf ans n’étant ni en emploi, ni en formation, ni en études et non accompagné·e·s par le service public de l’emploi ou par un·e acteur·actrice de l’insertion professionnelle. Ainsi, le département de sociologie a été mobilisé dans le cadre du projet « Repérer et mobiliser les invisibles » du fait d’un partenariat entre la métropole et l’université. Quels sont les enjeux liés à cette commande sociale ? Le premier enjeu lié à une commande sociale consiste à se l’approprier. En effet, cette dernière a été pensée par des professionnel·le·s de la métropole et non par des sociologues ce qui peut impliquer des décalages entre leurs attentes – du fait d’une méconnaissance de la sociologie et du rôle du·de la chercheur·chercheuse- et ce qu’est à même de faire le·la sociologue. Également, le dispositif méthodologique utilisé en sociologie garantissant la scientificité à la discipline n’est pas forcément en adéquation avec les délais, les impératifs et les demandes de l’institution. Dès lors, notre travail consiste dans un premier temps à redéfinir la demande de la métropole. Ainsi, nous avons dû déduire du premier document fourni par cette dernière la demande formulée et construire un dispositif d’enquête pour pouvoir y répondre. Puis, mi-novembre, nous avons établi une première proposition que nous avons soumise à la métropole présentant le dispositif d’enquête et notamment le calendrier prévisionnel, la méthode d’enquête utilisée à savoir les entretiens et les communes que nous avons sélectionnées pour enquêter.

Préalablement à cette proposition, nous avions débuté par une démarche de recherche très académique. Dans une volonté de définir le sujet, nous avons commencé par des recherches bibliographiques poussées afin de définir plus explicitement le terme de NEET (Not in Education, Employment or Training) mais aussi solidarités familiales, insertion, invisibilité sociale et bien d’autres. Ce travail de définition nous a été d’une grande utilité afin de questionner la catégorie que l’institution nomme « jeunes invisibles » et ainsi démontrer dans le rapport final l’hétérogénéité de cette catégorie et les limites de cette invisibilité puisque de nombreux·ses jeunes ont en réalité des interactions directes ou indirectes avec les diverses institutions existantes. Néanmoins, ce travail de questionnement quant aux catégories élaborées par la métropole n’était pas tout à fait l’exercice attendu. Toutefois, cette première tentative aura été riche en apprentissages puisqu’elle nous a permis de cerner la distinction entre deux exercices que sont les recherches universitaires et les commandes sociales. Là où faire une recherche universitaire implique une maitrise totale de chaque concept, ici faire un travail de définition poussé s’avère chronophage et peu adapté aux attentes concrètes de l’institution. En effet, répondre à une commande sociale c’est avant tout donner accès aux parcours mais aussi aux ressentis de la population étudiée – ressentis qui diffèrent de la perception qu’en ont les professionnel·le·s. C’est aussi leur apporter un nouvel angle d’analyse à travers de nouveaux éléments de connaissance acquis grâce à notre posture de sociologue.  En somme, il ne s’agit pas de dresser un état de l’art autour de la question comme nous pouvons le faire dans notre mémoire mais plutôt d’apporter des résultats concrets au questionnement de la métropole (Franssen ; Van Campenhoudt ;Véronique Degraef, 2014).

Travailler en équipe

Le second enjeu lié à une commande sociale consiste à apprendre à travailler en équipe. Bien que le travail d’équipe ne soit pas un exercice nouveau pour nous, dans les faits nous n’avions jamais travaillé au sein d’une équipe aussi élargie puisque nous étions seize. Ainsi, de nombreuses problématiques pouvant se transformer en difficultés sont apparues telles que le fait de s’entendre sur la direction à donner à l’enquête, sur les méthodes à employer, sur l’implication de chacun·e selon les disponibilités et enfin sur la répartition du travail. Concernant la direction à donner à l’enquête, nous avons multiplié les réunions de travail afin de prendre les décisions collectivement. Toutefois, premièrement il n’était pas aisé de fixer ces réunions du fait des emplois du temps de chacun·e. Deuxièmement, les réunions en elles-mêmes étaient rarement productives du fait de débats futiles concernant les auteurs·autrices à mobiliser, la formulation de phrases ou autres.

Le travail en équipe implique l’utilisation d’outils spécifiques notamment lorsque nous sommes dans un contexte de pandémie mondiale. Nous avons notamment eu recours à deux outils numériques que sont Trello et le drive de l’université. Trello nous a permis de suivre l’avancée de nos travaux , de nous organiser selon le calendrier mais aussi de disposer des liens utiles. En effet, en raison des difficultés à se retrouver au cours de réunions en présentiel, il était important de détenir un outil centralisant toutes les informations ; cela permettait aux éventuel·le·s absent·e·s d’être maintenu·e·s au courant de l’avancée de l’enquête. Quant au drive, nous nous en sommes servi·e·s pour déposer tous nos documents de travail que ce soit les documents de la métropole, nos comptes-rendus d’entretiens, nos rapports etc. Cet outil a été privilégié car il garantit une certaine sécurité par rapport à d’autres comme google drive que nous avions envisagé d’utiliser puis auquel nous avons renoncé. En effet, dans le cadre du RGPD (Règlement Général sur la Protection des données), il convient d’utiliser les outils proposés par l’université afin de mettre en sureté les données personnelles en s’assurant d’un accès, d’un stockage et d’un hébergement protégé.

Du fait de la difficulté d’avancer collectivement lors de réunions comme nous l’avons expliqué plus haut, il nous est apparu essentiel de diviser le groupe en sous-groupes afin d’être plus efficace. Ainsi, nous nous sommes réparti·e·s sur les quatre communes auprès desquelles nous avions choisi d’enquêter à savoir Darnétal, Le Trait, Elbeuf et Rouen. Pour ce faire, nous avons veillé aux lieux d’habitation et aux moyens de déplacements des un·e·s et des autres. Également, nous avons essayé de répartir le travail équitablement en fonction de la charge de travail de chacun·e à savoir celles et ceux qui travaillent, celles et ceux qui sont en double cursus ou encore qui sont investi·e·s dans le milieu associatif. Dans un second temps, les groupes ont été remaniés à nouveau afin de réaliser le travail d’analyse. Cette répartition s’est faite selon les préférences de chacun·e.

CONCLUSION

En conclusion, ce travail nous a permis de nous former à la sociologie de l’intervention auprès de professionnel·le·s par la pratique. Il  a été riche en apprentissages car nous avons appris à répondre à une commande émanant des institutions et nous a confronté au travail en équipe. Dans un second billet, nous aborderons les enjeux relevant de la restitution à cette institution à savoir les enjeux éthiques, de positionnement, et de réflexion sur l’intervention en sociologie. Nous reviendrons alors sur notre rapport écrit et notre oral devant les professionnel·le·s de la métropole.

Jade Aramburu et Yaël Turquetille (étudiant-e-s du Master)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search