Les difficultés du chercheur sur son terrain : retour sur le colloque des 7 et 8 avril. L’expérience du terrain, de ses imprévus, et les façons de les contourner

Les difficultés du chercheur sur son terrain : retour sur le colloque des 7 et 8 avril. L’expérience du terrain, de ses imprévus, et les façons de les contourner.

            Nous avons participé à ce colloque en tant qu’observateur, dans le cadre de notre stage au laboratoire de sociologie Dysolab, comme étudiant en M2 de sociologie. De ce fait, en plus d’avoir accès à des interventions qui nous intéressaient d’un point de vue scientifique, participer à ce colloque était aussi l’occasion d’en faire un compte-rendu ; exercice riche d’apprentissage.  Afin de restituer les discussions qui se sont déroulées durant ces deux jours, nous souhaitons faire plusieurs billets autour des différentes thématiques fortes.

            La problématique centrale du colloque est celle des difficultés du chercheur sur son terrain. C’est une axe de réflexion pertinent puisque ce sont des choses auxquelles sont confrontées toute personne effectuant un travail de terrain, ce qui permet de poser diverses questions et de tenter d’y apporter des réponses dans ce colloque grâce aux différent.e.s intervenant.e.s. Cette thématique  était intéressante pour nous puisqu’elle s’inscrivait dans des réflexions personnelles que nous avions depuis le début de notre parcours universitaire, et de nos ressentis sur certains terrains. Nous avons en mémoire plus précisément le terrain mené il y a un an dans la ville de Bayeux, nous intéressant plus particulièrement aux commerces de proximité du centre-ville. En effet, nous avons personnellement expérimenté les refus d’entretiens informels ou le fait de poser quelques questions sans savoir trop quoi faire avant l’intervention des professeur.e.s encadrant.e.s. Afin de pouvoir écrire ces billets, nous avons pris le plus de notes possibles, et avons assisté à trois ateliers ainsi qu’une table ronde. Les trois ateliers portaient sur : le recueil de la parole de personnes en situation de vulnérabilité ; la restitution des données d’enquêtes confrontée à des enjeux éthiques et déontologiques ; et enfin le chercheur confronté à l’intégration plus ou moins difficile à son terrain d’enquête. Pour ce premier billet, nous nous concentrerons sur l’intervention de Stéphane Beaud évoquant les difficultés présentes sur un terrain d’enquête.

Le sociologue pouvant être à l’origine des difficultés rencontrées

            Stéphane Beaud, sociologue, introduit le colloque lors de la conférence inaugurale par le biais de ses expériences de terrain. Il relate quelques exemples où il a dû lui-même faire face à des difficultés. De plus, son statut de professeur l’a aussi amené à discuter, avec ses étudiants, de ce genre de difficultés. Les divers exemples qu’il relate illustrent une grande gamme de problèmes rencontrés sur un terrain : être maladroit et pas assez informatif sur ses intentions auprès des personnes interrogées, ou encore ne pas savoir si le matériau obtenu par l’enquête peut être utilisé dans un rapport, ce qui conduit à des questionnements éthiques. Pour être plus clair, il relate l’exemple d’un terrain dirigé par Michel Pialoux et Alban Bensa sur des ouvrières travaillant dans une usine de surgelés Picard. Il était censé les interviewer, mais son manque de préparation lui a « gâché » son terrain si on peut dire, puisque ces ouvrières n’avaient pas de temps à lui consacrer. Il pointe ici la nécessité de préparer, à l’avance, son terrain afin d’éviter les mauvaises surprises. Il relate aussi la façon dont s’est déroulé son premier entretien avec un secrétaire Cfdt en 1988, l’enquêté ne lui laissant pas poser ses questions, menant ainsi à la place du sociologue la conduite de l’entretien. Ces deux exemples illustrent bien ce qui peut se passer lorsque notre terrain n’est pas assez préparé, ou encore lorsque nous n’arrivons pas à bien poser le cadre du déroulement de l’entretien. Nous n’avons personnellement jamais eu à faire face à ce type de difficultés puisque les entretiens étaient toujours préparés à l’avance par le biais de rendez-vous formels. Le fait d’avoir posé en amont le cadre de l’entretien nous a permis de poser nos questions librement, même s’il arrivait que l’enquêté ne réponde pas totalement aux questions. Cependant, concernant les entretiens plus informels menés à Bayeux, il était plus difficile d’avoir l’accord des commerçant.e.s de la ville qui nous prenaient, selon ce qu’on en a déduit, pour des démarcheurs travaillant dans le commerce quand bien même nous leur expliquions notre statut d’étudiant en sociologie. Il faut donc garder à l’esprit que malgré certaines précautions, le sociologue renvoie une image différente en fonction des personnes interrogées, et dans l’exemple de Bayeux, il peut même y avoir mésentente.

Des difficultés qui ne doivent pas nous sortir du terrain, on peut même les problématiser

            On pourrait donc penser que ce genre d’exemple pourrait nous refroidir sur nos intentions de mener une enquête de terrain. Cependant, il ne faut pas « autonomiser, absolutiser, ou encore dramatiser » les difficultés rencontrées sur le terrain selon monsieur Beaud, car cela renvoie aux questions de la construction de l’objet. Un grand enjeu se dégage alors de sa discussion : qu’est-ce que l’on fait du matériau ainsi récolté ? En effet, de par ses exemples, il montre que certains matériaux peuvent être récoltés de façon imprévue, voire partielle à cause des difficultés rencontrées sur le terrain. Nous revenons ainsi sur le cas des ouvrières travaillant chez Picard qu’il n’a pu interroger par manque de préparation. De ce fait, il pose ainsi la question de savoir comment recueillir des matériaux pertinents à l’enquête. Ainsi, une de ses préconisations pour ôter le doute qui peut résider dans notre esprit durant ces moments, est celle de bien choisir son terrain, sans non plus aller volontairement dans des endroits inexplorés par excès de zèle. Il nuance cela, cependant, en rappelant que certains risques, pris pour accéder à un terrain difficile, permettent justement d’avoir des matériaux de qualité. Mais il faut, cependant, avoir une certaine expérience avant de s’embarquer dans l’inconnu. Il faut, selon lui, choisir avec soin son terrain et ses méthodes afin de limiter les potentielles difficultés. Il illustre ses propos avec l’exemple de certains de ses élèves qui s’embarquaient sciemment dans un terrain difficile comme les zones urbaines sensibles sans avoir la moindre attache à ce terrain ni porte d’entrée facilitée. De ce fait, ses élèves se retrouvaient donc sur des terrains dont ils n’avaient que peu de connaissances, se retrouvant en grandes difficultés pour mener leurs enquêtes. In fine, il vaut mieux prendre un terrain à risques limités et prévisibles quand nous n’avons pas encore assez d’expérience. Il évoque d’ailleurs la nécessité de ne pas être isolé sur son terrain : il faut lire sur le sujet, ne pas hésiter à demander conseil à ses collègues, voire même discuter de façon plus formelle du terrain avec ces derniers. Et malgré ces difficultés, il rappelle que le terrain doit, dans la mesure du possible, rester un plaisir.  Il met en garde les étudiants à ne pas être réticent à poursuivre les recherches de terrain car c’est dans ces moments qu’on peut justement faire dire des choses sur notre terrain. En effet, faire face à ces difficultés et les intégrer à notre problématique peut ainsi nous permettre de mettre en lumière certains éléments propres à notre terrain, notion qui sera abordée plus en détail dans le premier atelier. C’est quelque chose que nous avons pu nous-même expérimenter sur notre terrain à Bayeux, puisque une fois que nous avions explicité nos problèmes et les difficultés rencontrées à nos professeurs le reste de la semaine s’est déroulé plus sereinement. En effet, le début de notre investigation était relativement brouillonne et la démarche pas assez calibrée aux réalités de terrain. Nous avions opté pour une sorte de questionnaire rapide auprès des commerçant.e.s de la ville, ce qui nous a valu de nombreux refus. Il fût ainsi décidé à la suite de la première journée de terrain de nous concentrer sur des commerces plus récents et d’autres plus ancrés afin d’effectuer des comparaisons entre eux. Mais aussi de nous limiter à la principale rue commerçante de la ville afin de ne pas se retrouver submergé.e.s par les démarches à effectuer qui nous auraient pris trop de temps. De ce fait, en plus de nous répartir le travail de façon plus organisée, nous avions décidé de demander directement aux commerçant.e.s interrogé.e.s leur volonté ou non d’approfondir nos questions autour d’un entretien plus formel, ce qui nous a permis d’enrichir notre travail. De plus, nous avions aussi effectué quelques observations dans ces commerces afin de nous rendre compte du profil des personnes se rendant dans ce type de commerce, et de la façon dont le commerçant se comportait avec ses clients. Il ne faut pas non plus hésiter selon S. Beaud à prendre le plus de notes possibles sur son terrain dans un journal de recherches, à lire les travaux antérieurs menés sur des terrains similaires, ce qui est une sorte de préconisation de base pour tout sociologue en herbe mais qu’il est utile de rappeler. Un autre axe intéressant de son argumentation passe par le fait de bien s’organiser en termes de temps de travail, notamment lors de la phase de l’écriture. Il y évoque l’anthropologue Malinowski qui élabore un programme de terrain et d’écriture pouvant s’étaler sur une dizaine d’années, ce qui est de nos jours presque impossible à faire, pour la réalisation d’une thèse. Nos professeur.e.s évoquent une durée comprise entre cinq et six années par exemple, alors que les institutions calibrent la thèse sur trois ans, ce qui va amener bien évidemment à des contraintes expérimentées par nos collègues en doctorat, d’autant plus si l’on doit travailler à côté. Cela montre donc une nouvelle fois l’intérêt de bien préparer son terrain. Ainsi, cela permettra de récolter des matériaux plus exploitables tout en respectant les délais impartis, que ce soit par nos professeurs ou une commande. Monsieur Beaud conseille aussi aux futurs chercheurs de s’intéresser aux méthodes quantitatives qui sont de plus en plus demandées par les commanditaires.

Les différents statuts du sociologue comme un atout pour notre terrain

            Ces différentes questions soulevées étaient intéressantes, d’autant plus qu’il évoque aussi une certaine pudeur en sociologie à évoquer ces difficultés de terrain, qui se retrouvent plus facilement en anthropologie. Nous avions pu les évoquer à Bayeux, ce qui nous avait permis de mieux avancer sur notre terrain. Cette année, nous avions aussi ces mêmes appréhensions avant d’entrer sur notre terrain pour le mémoire, portant sur les politiques publiques de gestion de l’homophobie dans le football professionnel masculin. De ce fait, nous devions nous adresser à des professionnels en charge de ces politiques publiques. En effet, nous avions la crainte qu’ils ne répondent qu’en partie à nos questions, doutes assez vite dissipés quand nous nous sommes rendus compte de leur disponibilité et de leur bienveillance à notre égard. Notre  statut d’étudiant a, aussi, pu aider comme le rappelle Stéphane Beaud. Nous avions, par exemple, quasi systématiquement à la fin de nos entretiens la demande de la part de nos enquêtés d’avoir une de trace écrite de nos travaux. Cette demande a fait germer dans notre esprit l’intérêt de rédiger une note de synthèse à la suite de la rédaction de notre mémoire. Cette note serait non seulement un moyen de les remercier, mais aussi de leur fournir un autre regard sur leur travail de façon plus synthétique et pratique qu’un mémoire. De plus, ils nous demandaient tout autant de ne pas hésiter à les recontacter en cas de besoin, si par exemple nous avions besoin de leur poser d’autres questions à l’écrit. C’est d’ailleurs quelque chose que nous avons pu retrouver dans la plupart des entretiens menés depuis la première année de licence, sans doute dû au fait d’être étudiant ce qui peut attirer de la sympathie à notre égard, à voir si cela évoluera en fonction de notre statut dans le futur. En effet, le statut d’un chercheur en sciences humaines peut avoir des conséquences sur la façon dont la personne enquêtée va répondre, ou non, à nos questions. C’est quelque chose que nous allons pouvoir mieux expliciter avec le premier atelier sur la question du genre de l’enquêté mais aussi du chercheur. De plus, en tant qu’étudiant en sociologie, nous n’avons que rarement eu à faire face à des difficultés à faire parler nos enquêté.e.s. Dans nos souvenirs, ils étaient plutôt contents de pouvoir nous aider dans nos études, et c’est en effet un élément sur lequel nos professeurs nous ont toujours dit de jouer. Nous avons en effet en mémoire les paroles d’une professeure qui nous a expliqué les difficultés d’accès à un terrain une fois devenue professeure en sociologie. Du fait d’être passée du statut d’étudiante à celui de chercheuse, la personne s’est retrouvée face à des refus plus systématiques du fait de ne plus être dans une démarche apprenante, ce qui peut être, comme nous l’avons dit, un levier à mobiliser. Nous avons aussi le cas inverse en quelque sorte, où l’une de nos professeures avait été prise pour une étudiante et avait ainsi pu avoir un accès facilité à certains terrains. Il y a ainsi un intérêt pour le sociologue à laisser planer le doute quant à son statut, surtout quand cette situation nous est profitable.

Théo Guerpin (M2 Sociologie, 2020-2021)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search