Retour sur l’article d’Anaïs Theviot, « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques ? »

Réaliser des entretiens qualitatifs en présentiel n’est pas aisé en période de pandémie liée à la covid-19. Après plus d’un an de crise sanitaire les premiers bilans peuvent être tirés, comme le propose Anaïs Theviot dans son article « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques ? » paru dans Terminal en 2021[1]. Alors qu’elle souhaite étudier les reconfigurations du métier politique au prisme du big data lors des campagnes électorales aux Etats-Unis (2020) et en France (2022), l’a voilà confinée chez elle (en mars 2020)… et son terrain étasunien annulé. Les élections n’attendant pas, comment faire pour réaliser un travail de terrain alors que les frontières sont fermées, et avec un enfant en bas âge au domicile, fermeture de crèche oblige ? Son article permet de mettre en exergue les capacités d’adaptation dont elle a fait preuve afin de collecter des données (31 entretiens pour son enquête) via Zoom, Skype, par téléphone (classique) et à partir des fonctions de messagerie instantanée comme Messenger. Sans rentrer dans des discussions théoriques et méthodologiques sur les avantages et inconvénients de ces outils, Anaïs Theviot revient sur le travail en train de se faire. Elle nous donne à voir les coulisses de son enquête ainsi que sa boîte à outils. L’adaptation dont elle a fait preuve a été facilitée par sa capacité à se « nourrir des enquêtes précédentes » afin de moins tâtonner et de gagner en efficacité dans la phase de recueil des données     .

Comment rentrer en contact avec son terrain à distance

La question de la prise de contact avec les enquêtés est l’une des premières questions à se poser. Elle opte pour des contacts directs via Facebook (après avoir créé deux comptes distincts – un pour les supporter de Trump, et un autre pour ceux de Biden) car, par expérience, elle est consciente que les prises de contact directement sur Facebook sont plus efficaces que l’envoi de courriels (avec des non réponses importantes dues au mode asynchrone des emails). Le passage par Messenger permet, en outre, d’amorcer des discussions (écrites) avec les enquêtés et ainsi créer des liens de confiance. La demande d’entretien formalisé intervient dans un deuxième temps. Cette discussion semble, sur son terrain, importante et permet d’aborder différentes thématiques, dont le recueil du consentement pour pouvoir enregistrer ou filmer l’entretien. De plus, mobiliser Twitter et Facebook afin de suivre les campagnes et les enquêtés est aussi une manière de faire de l’observation et de s’immerger dans son terrain. Le passage par d’autres réseaux sociaux, comme Linkedin, peut s’avérer pertinent selon les terrains investigués. L’utilisation des réseaux sociaux pose aussi la question de l’identité numérique du chercheur et ce qui doit (peut) être mis en avant afin de gagner la confiance du terrain, ou du moins ne pas se « griller »[2].      

Et la confidentialité dans tout cela ? quel posture professionnelle adopter ?

Anaïs Theviot revient aussi sur la question de la neutralité du chercheur et sur le mensonge. Peut-on mentir pour rentrer sur son terrain ? Cette interrogation intervient, pour elle, quand elle doit remplir des formulaires pour avoir accès aux pages facebook des candidats, et se positionner sur son adhésion (ou non), notamment, à D. Trump. Enfin, l’usage de facebook pose aussi la question de l’utilisation des données collectées et la protection des informations personnelles (RGPD). Qu’est-ce qui relève de l’espace privé ? ou de l’espace de la recherche ? Il faut aussi se méfier du terrain via Facebook car cela est très chronophage pour le chercheur et la phase de terrain ne s’arrête pas vraiment car les liens tissés (et les discussions) perdurent longtemps.

Réaliser un entretien en visio : un casse-tête ?

Une fois l’entretien négocié et accepté se pose la question de sa réalisation. Alors qu’en présentiel l’enquêteur et l’enquêté partage une unité de lieu, la situation est bien différente en distanciel. Le      chercheur doit, de son côté, faire avec ses propres contraintes (pour Anaïs Theviot les siestes de sa fille). Elle se rend compte que ses enquêtés ne s’expriment pas aussi « librement » s’ils sont dans une pièce avec des proches. Elle leur demande donc de pouvoir être dans un endroit au calme et isolé. Le distanciel permet au chercheur de prendre plus facilement des notes, voire de parcourir d’autres documents afin d’enrichir l’entretien en cours. Le chercheur est aussi libéré du contrôle de sa tenue corporelle. L’enregistrement vidéo des entretiens permet aussi de garder une trace des échanges et de pouvoir revoir l’ensemble des signaux non-verbaux.

Les outils numériques et leurs effets sur l’entretien

La technique devient donc importante pour les terrains distants, mais est peu questionnée. Zoom, par exemple, était proposé en premier par la chercheuse car l’outil dispose d’un module de retranscription automatique (en anglais) des bandes audios une fois l’enregistrement finalisé. L’important, semble-t-il, est de proposer un outil mais de rester à l’écoute des enquêtés afin d’utiliser l’outil qu’ils préfèrent ou avec lequel ils sont le plus familier (par exemple utiliser le téléphone pour les personnes qui montrent une réticence aux outils moins sécurisés). L’ergonomie des plateformes est aussi à questionner car l’enquêté peut avoir des perceptions différentes.

Le passage à une enquête en distanciel sur un terrain proche où comment utiliser la visio en Normandie

Cet article résonne particulièrement avec une expérience de recherche collective dont le terrain s’est déroulé de janvier et juillet 2020 en Normandie. Le groupe de recherche regroupant chercheurs en sociologie et chercheurs en médecine générale questionnait l’impact de l’incendie de Lubrizol sur l’activité professionnelle des médecins généralistes (MG) jusqu’à l’irruption de la Covid et le confinement. Ni une ni deux, comme Anaïs Theviot nous avons sauté dans le grand bain des entretiens en visio pour poursuivre notre enquête ! Ni océan, ni barrière de langue mais un constat est identique : comment ne pas perdre de précieux mois de travail ! La prise de contact, avec les enquêtés, n’a pas été perturbé car nous passions par les réseaux du Département universitaire de médecine générale de l’URN ; voir les entretiens ont été plus facile à réaliser car les MG, en Normandie, étaient relativement disponible pendant le confinement du printemps 2020. Durant ces quelques mois nous avons ainsi pu enquêter dans de multiples configurations : les deux enquêteurs et l’enquêté en visio chacun chez soi, un enquêteur et l’enquêté en présentiel (avec ou sans masques) et le 2e enquêteur en visio, les trois personnes en présentiel (avec ou sans masques). Ces dispositifs différents, au final, ont permis de collecter des résultats relativement homogènes.

Faire tomber les masquer ou poursuivre le travail à distance ?

Pour finir bien que le travail de terrain en distanciel soit possible, rien ne remplace le travail de terrain en présentiel. Anaïs Theviot met aussi en garde contre une (éventuelle) dérive qui verrait le chercheur rester dans son bureau pour collecter des données, voir à une division, à l’extrême, du travail scientifique entre ceux et celles qui iront sur le terrain en opposition aux chercheurs pouvant rester au bureau. Une réflexion pourrait aussi voir le jour sur l’usage du masque lors d’un entretien sociologique. Que fait le masque à la relation ? Est-il plus heuristique de discuter via une plateforme numérique, sans masque, et ainsi collecter des informations de langages non verbales que de perdre ces informations en ne pouvant se fier qu’aux yeux de l’interlocuteur ? Si l’usage du masque a un impact sur les jeunes enfants, qu’en est-il sur les sociologues ? La question peut également se poser par rapport à des terrains sanitairement sensibles (des personnes âgées, en fin de vie, immuno-dépressives, etc.) où la réalisation d’entretien en distanciel pourrait les préserver d’éventuelles contagions (à la Covid mais à bien d’autres maladie).

François Féliu


[1] Anaïs Theviot, « Confinement et entretien à distance : quels enjeux méthodologiques ? », Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 30 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/7193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.7193

[2] Jonathan Chibois, « L’identité numérique de l’ethnographe. », Terminal [En ligne], 129 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2021, consulté le 30 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6883


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search