« Éclairage sociologique sur la pratique originale de récupération de déchets alimentaires »

Auteure d’un mémoire de sociologie sur les pratiques alimentaires des personnes engagées dans des actions environnementales, Romane Soler, étudiante en Master 2 Sociologie « Recherche, Enquêtes, Diagnostics », livre ici un extrait de ses résultats en décrivant une pratique originale rencontrée lors de son enquête : la récupération d’aliments destinés à être jetés par certains producteurs et distributeurs alimentaires. Cet exemple permet de découvrir sur le terrain quelles applications sont faites de la notion d’ « alimentation durable » relayée aujourd’hui par le gouvernement lui-même. Cette thématique s’inscrit ainsi pleinement dans les thématiques du label DD&RS obtenu par l’université de Rouen Normandie.

              En 2020, je réalise une enquête au sein du milieu environnementaliste associatif rouennais. Je mène alors des entretiens auprès de sept personnes engagées dans des actions de défense de l’environnement. Interrogeant ces dernières sur leurs parcours et leurs pratiques alimentaires, je ne pense pas ici aborder de sujets particulièrement sensibles. Pourtant, nous le savons, le terrain peut révéler des surprises. C’est ainsi qu’après avoir construit une relation de confiance, l’un de mes enquêtés livre, toutefois encore avec une certaine prudence, son astuce de récupération de déchets alimentaires : une pratique au contour flou entre la légalité et l’illégalité. Finalement, trois enquêté∙es sur sept révèlent être engagés ou avoir déjà été engagés dans la récupération de denrées alimentaires jetées par leur producteur ou distributeur.

              Loin d’être une action uniforme, les trois cas étudiés laissent entrevoir des modes d’actions divers : de l’action autonome à l’action associative, de la légalité à l’illégalité, d’une pratique d’économie financière à un acte politique…

POSER LE CONTEXTE : LA LOI DE 2016

              Tout d’abord pour comprendre ces actions il est nécessaire de comprendre le contexte dans lequel elles s’inscrivent. Si nous évoquons un flou entre la légalité et l’illégalité, c’est que le cadre légal est lui-même ambigüe.

              En 2016, une loi est votée suite à la mise sur l’agenda politique de cet enjeu : la loi « relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire » présentée sur le site du ministère de la Transition écologique : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/gaspillage-alimentaire-0.  

              Cette loi est connue et évoquée par les trois enquêté∙es engagé∙es dans ces actions de récupération. Elle est l’un des éléments qui rend possible leur engagement, en introduisant une mesure punitive vis-à-vis du gaspillage, et une mesure incitative vis-à-vis de la récupération. La première, fondamentale, est « l’interdiction, pour les distributeurs alimentaires, de rendre impropres à la consommation des invendus encore consommables ». Cela vient contrer les comportements de certains distributeurs dénoncés par l’un des enquêtés : 

 « Les supermarchés versaient de l’eau de javel pour que ce soit pas consommable et qu’ils aient pas à s’faire chier avec des gens qui font de la récup »

La seconde partie de la loi consiste à inciter au don de ces invendus à des associations, mais les environnementalistes dénoncent son inefficacité :

« En lisant bien le texte il y avait une phrase ambigüe. C’était pas ils étaient tenus d’aller chercher une association pour éviter les gaspillages alimentaires ; c’est ils étaient obligés d’accepter si une association venait s’présenter. »

Ainsi, dans les faits, cette loi a peu d’effets sur les pratiques des centres de distribution eux-mêmes : « On s’est rendu compte que ça avait pas changé grand-chose ». En revanche, elle ouvre un champ de développement des pratiques de récupération alimentaire qui deviennent légales sous certaines conditions : être une association reconnue et avoir l’accord du distributeur. Mais au-delà de la simple légalité, il devient symboliquement plus aisé de s’engager dans ce type d’action puisque le gouvernement lui-même semble reconnaître la légitimité de cette lutte. Maintenant que ce contexte est posé, et avant de décrire concrètement les actions de récupération, mobilisons la sociologie de l’alimentation pour comprendre les sous-bassement de cette problématique…

  • ECLAIRAGE PAR LA SOCIOLOGIE DE L’ALIMENTATION

              Il est intéressant de noter la façon dont ces aliments destinés à être jetés sont considérés de façon variée comme pouvant être ou non « mangeables ». Ainsi, les distributeurs ne considèrent plus ces aliments propres à la consommation, tandis que les environnementalistes si.

              Ici, nous pouvons nous aider du sociologue de l’alimentation Jean-Pierre Poulain pour comprendre ce décalage.  Ce dernier souligne la façon dont les aliments que nous incorporons ne répondent pas seulement à une nécessité « biologique » – manger des choses que notre corps assimilent – mais aussi à une « contrainte culturelle de ne manger que des aliments socialement identifiés et valorisés » (Poulain, 2003). Un exemple facile à comprendre pour illustrer cet aspect est la façon dont les insectes sont considérés comme consommables dans certains pays et à certaines époques et non à d’autres. Plus qu’une contrainte biologique, nous comprenons que ce sont bien des représentations culturelles qui sont à l’origine de ces différenciations.

              Revenons-en alors au sujet de la lutte contre le gaspillage de déchets alimentaires. Finalement, l’une des raisons de cette lutte contre est cette classification, différente en fonction des acteurs, de ce qui relève ou non du « registre du mangeable » (Poulain, 2013). En effet, au-delà des aliments jetés uniquement par surplus, d’autres le sont uniquement car les industries agroalimentaires considèrent que ces produits ne pourront pas – ou plus – faire l’objet de vente, soit ne seront pas considérés comme consommables par les futurs acheteurs.

              Ainsi, l’un de mes enquêtés raconte une anecdote qui provoqua son offuscation : il se retrouva un jour devant une palette remplie de boîte de conserve de foie gras – aliment ayant un prestige symbolique assez important – périmé deux ans après. Devant son incompréhension et celle de ses camarades, l’employé gérant la sortie des aliments jetés leur explique la raison de ce gaspillage : « En fait toutes les boîtes la machine avait griffé un tout p’tit peu le côté du papier qui entourait ; ça n’avait pas troué, percé ou autre. Et comme ça c’était vu comme invendable, poubelle. ». Ici transparaît clairement cette logique selon laquelle une perte de qualités « symboliques » comme des qualités esthétiques – parfois même pas de l’aliment lui-même mais de son emballage ! – conduit à sortir l’aliment du registre du « mangeable ».

              Or cette vision renvoyant à « des logiques, des rationalités qui s’enracinent dans les représentations » (Poulain, 2003), elle est subjective et d’autres acteurs qui ne les partagent pas sont indignés devant ce tri qui leur semble incohérent. Cette logique intervient à plein de différents niveaux des chaînes de production alimentaire et est souvent dénoncée par les militant∙es environnementalistes :

              « Sur les productions de légumes t’as 30 ou 40% qui partent à la poubelle, au compost, dès le      départ. Parce qu’ils rentrent pas dans la charte : pas assez droits, pas assez longs, pas assez         lisses ! »

Au-delà de qualités purement esthétiques, même les normes « hygiéniques » relèvent de critères socialement construits et sont donc soumis à des variations de représentations. Prenons ici l’exemple des dates de péremption, suivies à la lettre par certains individus et de façon plus souples par d’autres. Plus encore, les organismes publics eux-mêmes sont parfois amenés à remettre en cause ce genre de définitions, comme en témoigne cette phrase issue du ministère de la transition écologique et solidaire : « La date de durabilité minimale (à consommer de préférence avant le…) pourra être accompagnée d’une mention informant les consommateurs que le produit reste consommable après cette date ». Voilà une belle démonstration de la variabilité sociale et culturelle des critères qui définissent un aliment comme « mangeable ».

ZONE D’INCERTITUDE ET ACCORDS INFORMELS : LES AVANTAGES INATTENDUS DU CONTOURNEMENT DE LA LOI

              Maintenant que nous avons posé le contexte, éclairons les modes d’actions rencontrés autour de cet enjeu de récupération des aliments mis en rebut.

              Il est donc possible d’agir dans la légalité au vu de la loi décrite plus haut. Mais alors pourquoi mes trois enquêté∙es sont tous∙tes, sans exception, passé∙es à l’action déviante ?

              Tout d’abord, il faut souligner les nombreuses contraintes à l’action qu’impose le respect de la loi :

1) Il faut « s’encarter dans une association dont c’est l’objet ».

2) Il faut l’accord des distributeurs alimentaires. Or cette tâche représente un travail conséquent, selon les témoignages recueillis. Elle demande du temps : effectuer de nombreux appels auprès des structures de distribution pour convaincre les responsables. Puis, chaque structure impose des moments différents de récupération des aliments – notamment car elles souhaitent bien souvent éviter de faire cela à la vue des autres consommateur∙rices – multipliant les transports alors même que ces militant∙es essaient de minimiser les pollutions induites par leurs déplacements.

3) Enfin, malgré ces accords, la nourriture est parfois mise à disposition dans de mauvaises conditions : « certaines enseignes s’en foutent et peuvent laisser les stocks mal conservés »

              A l’opposé, la pratique illégale, qui consiste alors à aller directement « fouiller » dans les poubelles, non seulement permet de contourner ces contraintes mais offre des avantages inattendus.

              Premièrement, il est possible d’entretenir un flou avec le cadre légal. Les enquêté∙es impliqué∙es dans ce genre de pratiques témoignent d’un certain apprentissage de la loi leur permettant d’ utiliser les zones d’incertitudes comme ressources :

« On s’est rendu compte qu’au niveau des lois donc il était interdit d’aller fouiller dans une poubelle quand on était sur le lieu de l’entreprise (…) Mais quand les poubelles étaient sur le trottoir donc hors propriété de l’entreprise bah en fait y’avait un vide juridique. »

Certains se lancent donc dans cette pratique de façon autonome : seul, en couple, ou avec de petit groupe de connaissances ; en changeant chaque fois d’emplacement.

              D’autres fois, lorsque ces actions se répètent à des endroits ciblés, elles se routinisent et peuvent aboutir à des accords verbaux entre le personnel des structures alimentaires et les personnes engagées dans ces pratiques. Pour les grands distributeurs – drives, supermarchés – l’accord peut se faire avec les employé∙es chargé∙es de la sortie des aliments, souvent effectuée la nuit. Lorsqu’il s’agit de petits primeurs, l’accord peut se faire directement avec le producteur.

              Mais nous retrouvons étonnamment à ces deux échelles complètement différentes un processus similaire qui explique en partie l’acceptation de l’action de récupération : cela permet aux distributeurs d’imposer des conditions qui garantissent le respect des lieux : « c’est« oui vous pouvez le faire, vous laissez tout propre » ».

              Mais parfois, la collaboration va plus loin ! En effet, non pas un∙e enquêté∙e mais les trois interrogé∙es témoignent d’ initiatives mises en place cette fois-ci du côté des distributeurs, une fois ce contrat informel établi. Celles-ci vont alors du tri préalable des déchets : « Ils ont eu tendance à nous mettre les trucs vraiment crâdes de côté et à nous faire des poubelles moins sales. » jusqu’à la préparation de lots particuliers :

« Ils nous ont fait vers Noël des p’tits paniers. Et ils s’étaient amusés à nous mélanger des légumes (…) ils proposaient des p’tits menus histoire de nous donner des idées »

Ces démarches qui peuvent au départ apparaître étonnantes démontrent que, le long de cette chaîne de distribution alimentaire, certains acteurs sont contraints au gaspillage par des impératifs commerciaux et professionnels, tout en étant moralement contre. Nous pouvons supposer qu’ils vivent alors une dissonance cognitive en participant à cette chaîne de gaspillage, sûrement d’autant plus forte au contact de tels groupes d’activistes de la récupération. Accepter ces pratiques peut alors être pour ces acteurs de la distribution une opportunité de réduire cette dissonance entre leurs valeurs et certaines tâches de leur travail. Soit dit en passant, ceci ne sont que des suppositions puisque l’enquête réalisée ici n’interroge pas les acteurs de la distribution – une idée de terrain original à explorer ?.

              Ainsi, bien que le cadre soit illégal ou du moins informel, une sorte de professionnalisation se met parfois en place des deux côtés : organisation voire valorisation des déchets par les distributeurs, pratiques de nettoyage parfois très rigoureuses du côté des militants :  « On a caché un balai sur place, une balayette et des fois quand c’est vraiment sale on a un robinet qui est là disponible et on nettoie on laisse nickel. »

              Toutefois, l’accord n’est pas contractualisé donc le risque de dénonciation et de confrontation avec la justice et la police reste présent. Alors, au-delà des avantages objectifs, pourquoi maintenir cet engagement malgré cette prise de risque constante ?

COMPRENDRE CES ACTIONS PAR LES VALEURS ENVIRONNEMENTALISTES :

1) Illégalité et acte politique ?

              Pour répondre à notre dernière question, notons tout d’abord un point souligné par la littérature sociologique sur le mouvement écologiste : le constat du partage d’une « identité d’opposition ». Ces militant∙es seraient ainsi enclins à s’inscrire dans la figure « du délinquant qui s’engage dans un comportement guidé par la critique des normes dominantes » (Ollitrault, 2008, p. 47). Et en effet, de façon générale, les discours recueillis auprès de ces enquêté∙es contiennent tous une critique globale du système économique et politique actuel. Alors, « faire un truc interdit » permet de concrétiser cette contestation. Finalement, l’illégalité de cette action n’est-elle pas plutôt une raison supplémentaire de s’y engager?

              De plus, à l’échelle de l’action associative, cette illégalité est associée au répertoire d’action qu’est le principe de la « désobéissance civile ». Souvent associé à des processus de médiatisation, l’objectif est de sensibiliser l’opinion publique. Justement, lors de mon enquête de terrain, l’un des enquêté∙es témoigne précisément avoir été placé en garde à vue une semaine avant notre entretien suite à une « action de récup » associative menée de manière illégale ! Le collectif militant s’est alors saisit de cet évènement pour en faire un communiqué de presse dénonçant l’injustice de la sanction policière devant les objectifs légitimes de leur action : enjeux environnementaux et de justice sociale, la récupération étant destinée à aider des personnes en situation de précarité.

              Ces activités de récupération alimentaires sont donc parfois pleinement inscrites dans des actes de contestation politique.

              2) Contourner les contraintes des pratiques alimentaires environnementalistes

           Comprendre les valeurs qui guident ces individus permet donc d’éclairer ces pratiques ! Poursuivons ici cette réflexion. Les enquêté∙es investi∙es dans ces actes de récupération sont les plus engagé∙es dans un changement global de leurs pratiques individuelles, et ceci n’est pas à négliger. Dans le domaine de l’alimentation, cela donne lieu à une réflexivité importante sur l’ensemble des choix alimentaires, débouchant sur des questions constantes voire des dilemmes : privilégier le bio ou le local ? Manger ou non de la viande, entre valeurs environnementales et valeurs sanitaires ? Une envie de chocolat et de café, comment faire puisque cela ne peut être issu d’exploitations locales ?

           Alors, la pratique de récupération représente ici un avantage conséquent : contourner la contrainte du questionnement constant et du sacrifice vis-à-vis de certains produits, tout en évitant la culpabilité qui pourrait en résulter :

« Alors la viande j’en achète plus chez le boucher, quasiment plus jamais, puisque j’en trouve beaucoup dans les poubelles. Donc j’ai aucun scrupule à en manger car je ne participe pas économiquement à la demande, donc je ne favorise pas de l’offre, donc j’dirais éthiquement et moralement, j’m’en sors. »

Plus globalement, cette pratique est une solution à un autre dilemme de ces individus qui dénoncent bien souvent la grande distribution mais l’évitent difficilement en totalité. Ici, l’échange avec celle-ci a lieu, mais en dehors du système marchand, ce qui permet finalement de l’invisibiliser.

Augmentation de choix alimentaires, réduction de la charge d’une réflexivité constante, l’environnementaliste engagé∙e dans un changement radical de ces pratiques trouve de nombreux avantages à ces actes de récupération !

3) Entre enjeux environnementalistes et anxiété alimentaire

              Mais pouvons-nous pour autant considérer ces personnes comme complètement libérées des contraintes culturelles qui donnent une importance aux critères esthétiques, symboliques ou hygiéniques des aliments ? Il est dangereux de se hâter dans des raccourcis si rapides.

              Au contraire, il semble qu’un certain travail soit nécessaire pour faire passer ces produits du statut de « déchet » à celui d’aliments consommables :

« tout est emballé et en arrivant on nettoie tout, on range tout, on cuisine »

« on les épluche (rires) et puis on enlève les morceaux abîmés »

Ainsi, la cuisine et les processus de nettoyage deviennent centraux pour que ces aliments ; au départ décrits comme « pas beaux », « amochés »,  puissent faire l’objet d’incorporation. En période de crise sanitaire comme celle de la Covid-19, ces procédures peuvent par ailleurs s’accentuer :

« Les sacs de bouffe j’les laisse dehors, j’les laisse dehors pendant 24 h pour que ça… Et puis d’autres on les passe directement à l’eau vinaigrée pour les déballer quoi »

D’autre part, des évènements biographiques tels que la survenue d’un enfant peuvent amener ces militant∙es à réévaluer leurs critères de classification du « mangeable » et de nouveau à considérer ces produits comme impropres à la consommation. L’ un d’entre eux témoigne ainsi de l’expérience d’une de ces amies : « elle s’est arrêtée quand elle est tombée enceinte, fin quand la petite est née parce qu’elle avait un p’tit peur que ce soit pas sain ».

Cela rend visible la confrontation entre la poursuite d’enjeux écologiques et une anxiété alimentaire difficile à dépasser, qui peut parfois ressurgir et conduire à l’abandon des pratiques de récupération.

Romane Soler (M2 sociologie 2020-2021)

Bibliographie :

Dubuisson-Quellier, S. (2018). La consommation engagée. Presses de Sciences Po. https://www.cairn.info/la-consommation-engagee–9782724622157.htm

Ollitrault. (2008). Militer pour la planète : Sociologie des écologistes / Sylvie Ollitrault. Presses Universitaires de Rennes.

Poulain, J.-P. (2013). Sociologies de l’alimentation. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.poul.2013.01


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search