Portrait de chercheur – Ismaël Traore – Doctorant

  1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Ismaël Traore, doctorant originaire du Mali. J’ai effectué une formation en ressources humaines[1] au Mali et en sociologie en France.

Depuis mon année de licence je me suis orienté sur la thématique de l’immigration tant sur le plan humanitaire que sur le plan de la recherche. En licence, j’ai effectué un mémoire sur l’immigration clandestine des africains en France. Au cours de mes deux années de  master  à l’Université de Paris 8, j’ai effectué  des recherches sur une association et un foyer situés  en région parisienne.

Master1 : Thématique générale : Accès aux soins des maliens au Mali et accès aux soins des migrants maliens, dans un Foyer d’hébergement en France. (Foyer Ribra)

Master 2 : Une association communautaire, sociale et éducative : Enquête sur l’Association pour la promotion de la langue et de la culture Soninké (APS)

Actuellement, je suis doctorant en sociologie au laboratoire DySolab de l’université de Rouen Normandie, sous la direction de Monsieur Christophe Daum et je suis  un cursus, en parallèle, de philosophie politique à l’université de Paris 8 Vincennes Saint -Denis.

  • Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Mon champ de recherche s’oriente sur la sociologie des migrations de l’Afrique de l’Ouest, plus précisément le Mali, pays dont je suis originaire. Je travaille sur les associations d’immigrés originaires de la région de Kayes (Mali) : histoire, évolutions, renouvellement générationnel et tendances actuelles. J’étudie l’histoire de l’immigration malienne à travers les associations de ressortissants de Kayes (Mali), région pluriethnique composée de Soninkés, Khassonkés, Malinkés, Haalpulars, Bambaras, Peuls, etc.. Mon travail s’oriente sur les associations de maliens en France ainsi que sur celles se trouvant dans  leur pays d’origine, plus précisément dans la région de Kayes. L’étude de la question du renouvellement générationnel de cette population n’est pas en reste. J’oriente mes recherches sur la place occupée par ces associations, les différentes fonctions qu’elles occupent auprès de leurs publics. J’oriente mes recherches sur l’évolution des projets dits de développement, réalisés par ces associations en direction du pays d’origine.  A travers les associations de femmes maliennes mes questionnements s’orientent vers leur implication associative et leur participation aux projets de développement.

Travailler sur les associations de maliens m’a permis de cerner leur histoire, la place qu’elles occupent auprès de la population d’immigrés. Ces associations permettent aux immigrés de mieux s’intégrer en France. A travers ces études j’ai pu saisir cette dimension d’intégration des anciens et des jeunes dans  les associations, ce qui a permis de porter mes analyses sur les questionnements concernant les différences de mentalités entre les anciens et les jeunes qui arrivent de nos jours.

Mon chantier de recherche s’oriente aussi sur la réalisation des projets, notamment au pays d’origine. Ayant  bénéficié de formations dans le domaine de la gestion des Ressources Humaines, j’assiste les membres des associations fréquentées dans l’étude de la faisabilité de leurs projets dans leur pays d’origine. J’effectue du bénévolat dans plusieurs associations de migrants comme l’Association pour la promotion de la langue et de la culture soninké ou l’Association des femmes maliennes de Montreuil. A travers cet engagement je travaille sur des femmes maliennes en France, et l’analyse de la place qu’elles occupent en migration.

  • Si vous aviez à sélectionner un souvenir en lien avec le labo lequel serait-il ?

Il y a tout d’abord le climat chaleureux au sein de notre laboratoire. La disponibilité du personnel gestionnaire du laboratoire qui est toujours présent pour répondre à nos besoins. A cela s’ajoute cette grande diversité de séminaires sur différentes thématiques proposés par le laboratoire. Il y a aussi la présence des doctorants qui organisent, tous les jeudis, des réunions qui nous permettent d’échanger sur nos difficultés liées à la recherche, et de  discuter sur l’évolution de nos questionnements sur le terrain.

  • Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Etant en cours de thèse, j’ai remarqué que pour étudier au sein de la population immigrée, plus précisément celle des jeunes maliens qui arrivent de nos jours par la mer, il est toujours important d’avoir une personne intermédiaire qui prévient la population enquêtée sur notre posture de chercheur et non de journaliste. Ce qui peut engendrer des obstacles. Sur le terrain de la thèse j’avais rendez-vous dans un foyer d’Aubervilliers pour faire un entretien avec un enquêté malien, originaire de Kayes, âgé de 20 ans. Au cours de l’entretien, je me suis mis à  lui poser des questions biographiques il me répondait « oui, non ». Ce dernier faisait attention à ce qu’il disait. J’ai donc interrompu l’entretien et je l’ai mis en confiance pour lui faire savoir que je suis chercheur et que les réponses qu’il me fournira ne seront utilisées qu’à des fins à caractère scientifique, dans un cadre universitaire. Après qu’il ait été mis en confiance, il m’a parlé de son parcours lié a sa trajectoire depuis son pays d’origine jusqu’en France. Il était méfiant parce qu’il était venu en France par la mer et vivait en situation irrégulière sur le territoire français depuis deux ans. Dans cette situation j’ai vu qu’il est important quand on travaille sur la population immigrée, surtout sur ceux qui sont en situation irrégulière, d’instaurer un climat de confiance avant de solliciter des interviews et de leur préciser que j’anonymerai tous les interviewés.

  • Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Je recommande les livres de :

– Catherine Quiminal (1991) sur les Gens d’ici, gens d’ailleurs qui parle des soninkés, de leur identité, de leur envie d’aller en migration. L’auteure a étudié les liens des migrants soninkés avec leur terroir. Ce qui m’a permis de faire attention à différentes notions dans mon enquête comme l’identité, l’intégration…

– Christophe Daum (1998), dans son ouvrage intitulé : Les associations de Maliens en France. Cet ouvrage m’inspire beaucoup, cet auteur a étudié les différentes organisations associatives des immigrés sahéliens et les associations maliennes en France, régies par la loi de 1901 et dans la région de Kayes au Mali, et qui participent au développement de leurs villages d’origine, ceci a travers la réalisation de projets dans les domaines éducatif, social, de la santé, de l’agriculture etc.


[1] Institut de gestion certification niveau licence


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search