Les émotions en sociologie : objet d’analyse questionnant la place de la neutralité chez le chercheur

Poursuivant nos billets concernant le colloque des 7 et 8 mai sur la thématique des difficultés rencontrées sur le terrain, nous avons choisi aujourd’hui de nous intéresser plus particulièrement à la question des émotions dans le travail du sociologue. En effet, c’est une thématique qui a été traitée par l’un des premiers ateliers du colloque, à savoir celui intitulé : « Recueillir la parole des enquêtés en situation de vulnérabilité : quand le chercheur doit composer avec ses émotions » mais aussi lors de la conférence conclusive de madame Aurélie Jeantet. Nous reviendrons donc sur ces deux conférences respectivement pour discuter de la question des émotions en sociologie qui est un objet propre d’analyse, encore en balbutiement. Il sera donc question dans ce billet de la question des émotions dans l’analyse sociologique, en voyant comment les sciences sociales peuvent intégrer cette dimension humaine dans leur travail, tout en gardant leur neutralité réflexive afin de ne pas être submergé émotionnellement par l’objet étudié.

            Il sera donc intéressant de voir tout d’abord en quoi les émotions peuvent constituer un objet d’analyse sociologique en soi. Dans un deuxième temps, nous verrons comment les émotions interfèrent dans le recueil de données, nous nous intéresserons ensuite au cas particulier des collectifs de chercheur qui peuvent constituer des lieux d’échanges pour évoquer les difficultés sur le terrain. Enfin nous verrons le cas d’une enquête plus spécifique ayant pour particularité de se dérouler en parallèle d’une enquête de gendarmerie afin de voir comment le sociologue adapte sa méthodologie.

  • Le travail sur les émotions en sociologie peut-il constituer un travail d’analyse objectif ?

            Aurélie Jeantet travaille, entre autres, sur l’analyse des émotions en sociologie, thématique assez récente et peu étudiée dans notre discipline. Elle a mis en pratique ce travail sur les émotions dans sa thèse sur le travail relationnel des guichetiers de la Poste.[1] Son intervention est très enrichissante, pour moi, puisque cette thématique, assez particulière, a toujours éveillé ma curiosité. Elle rappelle cependant que l’analyse des émotions en sciences sociales a toujours été évitée par les sociologues car cela touche à la subjectivité dont le sociologue doit se détacher, par soucis de conservation de la neutralité axiologique (Max Weber). Le fait de travailler sur ses paroles est un travail empathique sur le subjectif, le vécu de la personne. Donc travailler aussi sur ses émotions pendant l’entretien, la façon dont les choses sont relatées, peut être une source d’informations très riche comme le défend l’intervenante. De plus, les individus qui gravitent autour d’une personne enquêtée ont des réactions diverses aux émotions transmises par cette dernière, ce qu’on peut analyser via l’observation durant un entretien ou lors de groupes de discussion. C’est aussi quelque chose dont on ne peut pas avoir conscience sur le moment selon elle, d’où l’importance des prises de notes dans un cahier de recherche. Mais cela signifie que le chercheur doit lui aussi faire part de ses propres intuitions, et aussi de ses émotions, ce qui « ne fait pas très scientifique » comme elle l’explique. Cependant, notre objet d’analyse étant l’humain, et non une machine, traversé par ses émotions, les renier ou les soustraire de l’analyse serait quelque part occulter une partie des matériaux recueillis. Surtout quand on cherche à faire des entretiens compréhensifs ou biographiques, ce qui n’est pas le cas de notre mémoire cependant, mais nous serions sans doute amené à le faire dans le futur. De plus, si elle rappelle le danger de la sur-interprétation de ce type de données, les occulter, comme la sociologie « classique », serait aussi une forme de sous-interprétation. Il faudrait en effet en effet selon moi ne pas chercher la neutralité axiologique à tout prix, une simple mise à distance de nous avec l’objet est suffisant si l’on reste objectif. Il est en effet difficile pour n’importe qui, même un.e sociologue, de ne pas éprouver d’empathie lorsque nous sommes face à une situation de détresse, comme nous le verrons plus tard. Cela reste un sujet de débats et qui, sans doute, ne mettra pas tout le monde d’accord, mais qui mérite tout de même d’être exploré. Après tout, comme le conclut l’intervenante, les émotions sont relationnelles et permettent de ne pas relâcher la relation de l’individu au monde social. De fait, les émotions sont enchâssées dans les rapports sociaux, cela est constitutif de l’individu, de sa vision du monde. Mais elles sont aussi un construit du social, et cela est à rappeler. En effet, elle avait pris l’exemple de la colère, qui est une émotion plutôt valorisée chez les hommes ou les personnes ayant un statut prestigieux ou à responsabilité. Cette colère est moins bien perçue quand elle vient d’une femme ou d’une classe sociale paupérisée, car cette colère sera régulièrement disqualifiée. Ce simple exemple nous est resté en tête car nous le trouvions très révélateur en effet de la façon dont on construit nos rapports aux émotions, mais aussi le degré de légitimité qui diverge en fonction de l’individu qui émet cette émotion, comme la tristesse par exemple.

  • L’importance du statut de l’enquêteur.ice : comment les émotions interfèrent dans le recueil des données ?

            Dans l’atelier sur le recueil des enquêtés en situation de vulnérabilité, les participant.e.s ont relaté leurs expériences diverses et périlleuses, que cela soit des hommes se retrouvant en prison pour Julie Rodrigues Leite, des couples face aux difficultés d’accès à la Procréation Médicalement Assistée pour Lou Broos, ou encore le recueil de témoignages de victimes de cyberharcèlement avec Marlène Dulaurans et Jean-Christophe Fedherbe (dans le cas présent celui du « revenge porn », touchant majoritairement des femmes). Nous n’avions pour notre part encore jamais eu à enquêter sur des personnes en situation de vulnérabilité, mais nous inscrivant dans la sociologie des discriminations, nous nous doutions qu’un jour nous devrions possiblement le faire, d’où notre intérêt pour cet atelier. De fait, les expériences relatées étaient intéressantes d’un point de vue personnel afin que nous puissions mieux appréhender des situations similaires si elles venaient à se présenter à nous. Si l’on se penche plus particulièrement sur l’enquête menée par madame Leite, on peut relever plusieurs éléments mettant en évidence la façon de mener ses entretiens dans un contexte tout particulier qui est celui du milieu carcéral. En effet, il s’agit d’une femme dans un  environnement très masculin, ce dont elle avait conscience dès le départ. Elle avait par exemple expliqué avoir tenté de neutraliser au mieux son genre en ne portant que très peu de maquillage et en portant des vêtements amples qui ne mettaient pas en valeur sa féminité. Cependant, malgré ce genre d’anticipation, elle a tout de même été parfois la cible de remarques désobligeantes de la part des gardiens de prison sous la forme de sous-entendus graveleux sur les objectifs de son enquête auprès d’hommes en prison. Elle explique aussi que la plupart de ses enquêtés étaient des personnes condamnées pour des faits de violences envers leurs conjointes. Elle a donc dû parfois faire face, seule dans la petite pièce où se déroulaient les entretiens, à des hommes relativement récalcitrants, voire agressifs, qui projetaient sur elle, selon ses mots, l’image de leur conjointe qui était en partie responsable de leur incarcération, ce qui la déstabilisait. Cet exemple montre ainsi l’importance du statut de l’enquêteur.ice, que cela soit son genre, son âge, sa classe sociale ou encore sa couleur de peau. Ce sont aussi des choses à prendre en compte lorsque nous faisons face à nos enquêté.e.s lors de certaines situations, ici le fait d’être femme dans un univers très masculin. Un autre élément qui aurait pu aussi jouer en sa défaveur est celui d’une alarme que les gardiens lui confiaient, avant les entretiens, afin qu’elle puisse les avertir si les choses se passaient mal dans la pièce. Elle raconte ainsi son choix de la cacher de la vue de ses entretiens afin d’établir une situation de dialogue apaisée, afin en quelque sorte de les mettre sur un pied d’égalité. On voit donc bien avec cet exemple la difficulté d’adopter une posture parfaitement neutre : notre statut en tant qu’individu regroupe plusieurs facettes qui vont avoir plus ou moins une influence sur l’environnement et les personnes que nous allons étudier. Un élément qu’elle avait aussi noté durant ses entretiens une certaine mise à distance des enquêtés à elle, du fait qu’elle soit « libre » et eux « enfermés », ce qui l’a poussée entre autres à ne pas se servir de l’alarme. Malgré ces conditions peu pratiques pour passer des entretiens, elle essayait de créer une ambiance plus propice au partage, d’autant plus que la prison offrait un service de soutien psychologique aux détenus.  Pour créer ce climat de confiance propice à un échange naturel avec ses enquêtés, elle a joué par exemple sur le fait d’être fille d’immigré, d’avoir vécu dans des lieux estampillés « chauds » dans sa jeunesse et être capable de parler des langues utilisées par certains détenus. Elle explique aussi avoir souvent eu en face d’elle des hommes aux parcours scolaires peu valorisants, qui se dénigraient en permanence. De fait, elle essayait de les rassurer, de les flatter, ce qui n’a pas été facile quand elle débutait ses entretiens en expliquant être universitaire. Elle a donc usé, selon elle, de stratégies plus ou moins conscientes pour gagner leur confiance, comme explicité en amont. L’entretien avec des détenus a, selon elle, pris plusieurs fois la forme d’un entretien psychologique : une simple écoute, en se détachant parfois de la grille. Rejoignant la thématique des émotions, elle pense qu’elles peuvent devenir de objets à part entière d’analyse dans son enquête. En effet, elle considère que cela questionne la place du chercheur avec la prétendue subjectivité trop timidement abordée en sciences sociales, angle qui sera réutilisé avec madame Jeantet. De fait, l’exemple de madame Leite montre l’importance que peut revêtir les multiples identités du chercheur en sociologie, que ce soit le fait qu’elle soit une femme qui ait pu la désavantager dans ce contexte, ou encore son statut de « fille d’immigré » qui a pu lui servir auprès de certaines personnes.

  • Enquête en terrain sensible : le rôle du collectif de chercheur.se.s

                  L’intervention portant sur les violences faites aux femmes est tout aussi intéressante d’un point de vue éthique voire moral. Que faire lorsque nous sommes témoins d’actes de violence, et qu’il nous paraît juste de devoir en informer la justice, en portant plainte par exemple, alors que nous avons notre casquette de chercheur qui nous pousse à la neutralité ? C’est le cas d’une collègue qui était parfois bouleversée par les témoignages des enquêtées, et dit avoir essayé de les aider à sa façon en leur donnant quelques conseils çà et là, sans avoir directement interféré pour respecter son éthique de travail.  Nous sommes donc face à un exemple assez illustratif de cette difficulté de conserver sa posture de chercheur.se absolument neutre à des situations qui nous sont racontées, ou même face à des personnes aux parcours atypiques. Dans son enquête de terrain, elle interrogeait des femmes suivies à l’adolescence par la protection de la jeunesse, ou incarcérées quand elles étaient majeures. La plupart des enquêtées étaient mineures et racisées. Elle explique aussi avoir usé d’empathie dans sa méthode d’enquête, car c’est un terrain marqué par la stigmatisation et la souffrance. De plus, elle explique aussi avoir basé sa méthodologie sur une éthique féministe de la recherche. Il s’agirait selon elle de libérer la recherche des rapports de domination dans l’analyse mais aussi d’interroger les enquêté.e.s en évitant de leur imposer certaines normes. Elle mentionne aussi sa propre trajectoire personnelle d’expérimentation de la violence conjugale qui a aussi été déterminante dans sa façon de construire sa méthodologie. Ceci inscrit, encore une fois, une part de subjectivité dans la recherche pouvant être utilisée scientifiquement, même si elle avait conscience que sa méthode pouvait être disqualifiée de par son caractère non-académique. Cependant, c’est justement au travers de la méthode qu’elle explique s’être extraite de la pure subjectivation, avec la création en 2019 d’un collectif de doctorant.e.s portant sur les terrains sensibles. Ainsi, en parler avec des collègues permet de prendre du recul sur ce que l’on fait. Et quand bien même la chercheuse faisait preuve de compassion et d’empathie à l’égard de ces jeunes enquêtées, elle s’efforçait tout de même de se préserver pour ne pas être trop affectée par ces récits assez difficiles, ce qui peut en effet être le problème des terrains sensibles. Elle réitère donc la nécessité selon elle de créer des collectifs pour permettre aux chercheur.se.s de pouvoir échanger sur ces terrains et ainsi éviter un enfermement.

  • Comment adapter sa méthodologie d’enquête sur le terrain : le cas d’une enquête menée conjointement avec la gendarmerie

            On retrouve aussi l’idée avec la dernière intervention de madame Dulaurans (sociologue et gendarme réserviste) et monsieur Fedherbe (gendarme), portant sur des témoignages de revenge porn, de pouvoir aider ou non directement la personne interrogée. Ils ont en effet choisi au départ de faire les entretiens dans des cafés pour ne pas mettre mal à l’aise les personnes enquêtées, souvent des femmes. Ils ont dû parfois gérer des moments où ces dernières s’effondraient en larmes au moment d’évoquer leur passé douloureux, ce qu’ils ont raconté ne pas être simple à gérer quand on se retrouvait dans un lieu public. On voit là encore un cas où le chercheur doit faire face à des situations de détresse en poursuivant comme il ou elle peut son investigation. De plus, la posture neutre de la sociologue sur ce terrain particulier était possiblement remise en cause de par sa deuxième casquette de gendarme réserviste, ce qui sous-entend qu’elle aide aussi en parallèle une enquête de gendarmerie, ce qui pose la question du traitement des données recueillies.  De ce fait, ils sont encore en réflexion, de ce que nous avons compris, pour savoir quel est le meilleur endroit pour passer un entretien. En ce qui concerne cette enquête, les deux intervenant.e.s rappellent qu’ils font face à une grosse difficulté pénale : il faut aborder ce sujet avec les victimes, ce qui est assez délicat, mais nécessaire pour mener l’enquête et avoir ces données. Ce sont aussi des sujets peu abordés dans la recherche puisque pouvant être traités sous un angle péjoratif. Il ne faut pas aussi oublier que les données cherchant à être recueillies par les intervenant.e.s relèvent de l’intime, du privé, mais est nécessaire pour faire avancer l’enquête de la gendarmerie. C’est donc aussi un jeu d’équilibriste entre l’enquête de gendarme et celui du travail de sociologue. De plus, les entretiens avec les victimes étaient aussi une des premières phases de réflexion analytique par elles sur ces préjudices, les obligeant à se remémorer des évènements douloureux. C’étaient des sortes de confession, duquel les chercheur.se.s devaient aussi faire face à l’obstacle de la honte. En effet, ces personnes avaient peur d’être stigmatisées ou encore jugées par rapport à une sexualité qui pourrait être perçue comme déviante par les victimes auprès des gendarmes. Il fallait donc les rassurer sur la confidentialité de leurs propos, les rassurer le plus possible afin de recueillir leur parole, source de données pour la sociologie, mais aussi pour une enquête de gendarmerie.

            Ce sont deux exemples intéressants qui illustrent la frontière entre le statut de chercheur et celui d’individu qui se retrouve lui-même dans la société étudiée, ne sachant pas trop sur quel pied danser pour ne pas compromettre son propre terrain d’enquête. Cette réflexion se retrouvera dans d’autres interventions d’autres ateliers, menant par exemple à la réflexion vers la fin du colloque d’un possible établissement d’un code déontologique. Ceci n’existe pas en l’état en sociologie, malgré l’existence d’éthique de travail et une ligne de conduite. Ce sont des préceptes transmis par nos professeur.e.s, sans être réellement et totalement formalisés. Ce genre de textes pourrait donc ainsi constituer une solution face aux nombreuses interrogations posées par les chercheur.se.s.

                  Ce simple constat fait, selon nous, sens, et permet donc d’aborder une analyse des émotions en sociologie tout en gardant notre œil de scientifique, ce qui n’est pas évident mais pas impossible. Nous n’avions jamais eu à proprement parler à faire face à ce type d’analyse sur les émotions, ayant toujours eu à faire à des professionnels dans nos entretiens. De plus, nous étions toujours confronté à ce soucis de garder notre posture neutre de par le statut de chercheur que l’on incarne, en nous rendant compte parfois sur des terrains plus sensibles que garder cette posture demandait davantage d’énergie. Cela s’illustra quelque peu au moment de faire des entretiens cette année dans le cas d’une commande sociale, où nous avions interrogé des jeunes ni en emploi, ni en formation (surnommés « NEETs »). C’est à cette occasion que nous eûmes des témoignages de parcours de vie chaotiques et de moments plus sensibles, comme les violences exercées dans le cercle familial. Nous avions alors relaté ces informations sans forcément entrer dans le spectre émotionnel afin de garder une distance d’analyste de la situation. Il était tout autant difficile de ne pas éprouver de l’empathie pour la personne interrogée, ce qui faisait que nous nous trouvions dans une certaine impasse au moment de traiter certaines données sensibles, comme le respect de la confidentialité, ou encore le fait de ne pas prendre tout ce qui a été dit pour argent comptant. De fait, l’anonymisation et la prise de recul sur ce type de matériau fût assez difficile. Nous inscrivant nous même dans la sociologie des discriminations, c’est forcément un élément que l’on essaiera d’analyser plus en détail lors de travaux futurs. Il y aura cependant toujours cette pudeur et nécessité de rester le plus neutre possible. Il faudra donc sûrement aborder ces questions lors d’autres conférences, afin de poser des cadres plus normatifs sur la question. Il ne faut donc pas hésiter à en parler à ses collègues, quand bien même il pourrait y avoir une réticence à ne pas vouloir traiter des émotions en sociologie.

Théo Guerpin, (M2 Sociologie, 2020-2021)


[1]Jeantet, Aurélie (sous la direction de Linhart, Danièle), « Le travail des guichetiers de la Poste : une relation sociale à définir », 2001, 1 vol. (701 p.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search