La question de la déontologie et de l’éthique à mener sur un terrain d’enquête, le positionnement du chercheur à l’épreuve du terrain

Pour ce troisième billet, nous avons choisi de nous axer sur le thème de la déontologie et de l’éthique. Ce thème a été abordé à deux reprises durant ce colloque, au moment d’une table ronde et lors d’un atelier auquel nous avons participé. Ce sont des choses qui sont questionnées en permanence par le sociologue : comment aborder son terrain d’enquête sans se mettre en danger ou ses propres enquêté.e.s ? quelle est l’éthique du chercheur ?, quelle position doit-on adopter sur terrain et dans quelles mesures peut-on s’y engager ?, etc…

            La discussion générale de la table ronde porte sur l’éthique, la posture du chercheur, la façon dont les données devaient être collectées auprès de ces populations avec leurs particularités. L’intérêt pour les intervenant.e.s est de faire part de leurs terrains d’enquêtes et des difficultés rencontrées, avec pour point commun d’avoir mené des entretiens auprès de populations désignées comme « sensibles ». Cela peut concerner des personnes sans-abris pour Thibaut Besozzi, des individus appartenant à la communauté LGBT pour Marta Roca i Escoda, ou encore des personnes vivant dans la pauvreté, ce qui soulève d’ailleurs aussi la question du monnayage des informations chez Serena Bindi. Cette dernière a en effet mené des entretiens au Népal, et la plupart de ses enquêté.e.s demandaient de l’argent afin d’être interviewé.e.s. D’autres pouvaient aussi demander d’avoir accès au film tourné sur eux. À la suite des interventions qui présentaient les terrains et les difficultés auxquelles les intervenant.e.s avaient dû faire face, nous assistons à une discussion autour de cette thématique de l’éthique, où la nécessité de devoir faire une sorte de réunion entre sociologues pour décider collectivement d’une espèce d’éthique professionnelle est revenue.

            Nous nous appuierons aussi sur l’atelier s’intitulant : « Restituer les données d’enquête et/ou protéger l’enquêté : le chercheur confronté aux enjeux déontologiques et éthiques de la relation d’enquête ». L’intérêt de ces interventions est de discuter de la façon dont on peut traiter de données obtenues de façon assez inhabituelle selon eux, c’est-à-dire pour Antoine Querrec de la valeur des données obtenues alors que ses enquêté.e.s étaient sous l’effet du cannabis,  pour Dimitri Coste d’être fils de gendarme et parlant parfois avec des collègues de son père pour obtenir des informations, et pour  Christophe Lafaye du traitement des données obtenues de soldats français ayant servi en Afghanistan. Cela pose donc forcément des questions éthiques et déontologiques : quelle est la valeur des données recueillies, comment pouvons-nous malgré tout les interpréter, etc.

  • La place de la morale dans l’analyse des sciences sociales : comment composer avec elle et sa propre éthique de chercheur ?

            S’agissant de la question précise de la morale en sociologie, nous allons nous appuyer sur l’intervention de monsieur Jean-Louis Genard, et celle de Cyril Lemieux. Ces deux interventions sont complémentaires selon nous, puisque elles posent la question de la morale en sciences sociales de manière assez générale, tout en étant explicitées de façons diverses. Si monsieur Genard s’appuie sur sa propre expérience en tant qu’ancien professeur de morale en Belgique, monsieur Lemieux s’appuie quant à lui sur des exemples d’enquêtes de sociologues et anthropologues confrontés à des évènements remettant en question leurs principes moraux. De par son expérience, monsieur Genard s’est intéressé à faire une  sociologie de la morale, cette dernière étant quelque peu dénigrée dans le champ de la science en général car considérée comme un obstacle à la scientificité. On voit donc ainsi posée la question de la façon dont on fait de la sociologie, qui peut être différente selon les pays. En effet, on voit avec cet exemple que la morale peut être analysée dans la sociologie belge, ce qui n’est pas réellement le cas dans la sociologie française selon lui. On peut donc esquisser la volonté d’établir à des fins pratiques une sorte de sociologie plutôt transversale entre les pays, en s’inspirant peut-être du code d’éthique de l’AIS[1]. Le récit de monsieur Lemieux évoque quant à lui un terrain  Amazonien où l’anthropologue était confronté à des violences faites aux femmes, l’amenant ensuite à réagir face à ces violences. Le plus intriguant dans cette anecdote est que l’anthropologue a subi une remarque d’un autochtone lui rétorquant qu’il jugeait les Amazoniens selon ses critères d’européen. Il y avait aussi ce même genre de problème dans un autre terrain, à New-York, où il avait été justement reproché au chercheur de ne pas avoir évoqué dans son livre les cas de violences perpétrées par ses enquêtés sur des femmes, ce dont le chercheur s’était défendu.           Cela rejoint cette idée qu’être témoin de choses que notre morale réprouve fait que l’on ne sait pas si l’on doit intervenir ou non, voire dissimuler ces faits plutôt gênants qui ne font pas forcément partie de l’enquête mais dont on ne sait que faire. C’est intellectuellement stimulant, puisque le chercheur doit prendre ses distances avec ses propres principes moraux, ses propres codes sociaux pour ne pas juger les personnes qu’il étudie, mais Cyril Lemieux pose la question de savoir si le fait de condamner ce type de violences peut-il être considéré comme un principe universaliste ou européanocentré ? D’autant plus que dans l’exemple Amazonien, il y a, tout de même, une certaine sévérité de la part de la tribu à l’égard d’un homme qui battrait trop sa femme, ce qui complexifie ce type de débat. Une des réponses par ailleurs au fait d’être face à un problème selon monsieur Lemieux serait de justement prendre en compte ces problèmes dans notre objet, ce qui rejoint ce qui a été exposé par monsieur Genard. Il explique en effet que la sociologie française classique s’attache plus, dans une perspective bourdieusienne, à déconstruire la morale comme objet d’étude. Il précise aussi par exemple que chez Marx cette morale participe à la domination, ce qui a imprégné d’une certaine mesure la façon d’aborder cette question. Selon lui, l’histoire de la sociologie s’est construite sur une séparation entre les ambitions théoriques de la discipline et la morale, considérée comme un obstacle à la connaissance, ce qui fait qu’elle est donc hors de l’épistémologie. Il s’agit donc pour lui de réintégrer cette morale dans l’épistémologie, en plus de l’analyse des émotions. On pourrait aussi se mettre soi-même dans l’objet, s’inscrire soi-même dans la réflexion puisque nous faisons face à des problèmes délicats. C’est en effet quelque chose qui s’entend, même si en sociologie classique on évite d’être trop « enfermé » dans notre objet, par peur d’avoir une analyse trop subjective, ou de ne pas prendre suffisamment de recul sur ce qu’on étudie. Cette question sera d’ailleurs elle aussi remise sur le tapis lors de la dernière intervention du jeudi quant à la prise en compte des émotions dans l’analyse en sociologie, dont nous avons aussi parlé plus longuement lors du précédent billet

  • Quand le chercheur doit composer avec son terrain : le positionnement du chercheur par rapport à ses enquêté.e.s lors de contextes de terrains particuliers

            Il s’agira dans ces quelques paragraphes de s’intéresser plus particulièrement à la façon dont le chercheur doit composer avec des terrains dits « particuliers ». Nous entendons par là des terrains différents de la culture supposée du chercheur, ou même de contextes sociaux particuliers par rapport à la société occidentale classique. Nous nous appuierons ici sur les interventions de messieurs Querrec et Bessozi, mais aussi celle de madame Bindi.

            Concernant l’intervention de monsieur Querrec, il s’appuie sur sa thèse portant sur le devenir adulte de jeunes en décrochage scolaire. Il s’agit de jeunes de 18 à 35 ans, certains encore scolarisés, avec aussi pour d’autres des missions locales. Il a passé certains entretiens avec des jeunes ayant consommé du cannabis avant ou durant. Ce n’est pas si fréquent dans son échantillon, mais cela pose question, voire problème pour lui. Ce qui est intéressant, c’est que le chercheur indique que cette consommation pouvait, selon ses entretiens, avoir des vertus de facilitation à la libération de la parole, comme une sorte de moyen à l’introspection, même si un cas particulier explicite que le fait d’être trop « défoncé » lui a empêché d’organiser clairement ses idées. De plus, il complète les propos de ses enquêté.e.s par l’observation afin de confronter les paroles aux actes et enrichir l’information donnée, l’objet de la thèse étant aussi de comprendre leur quotidien, et il ne fallait pas selon lui négliger la place de la consommation de cannabis. C’était aussi un moyen détourné pour lui d’engager la conversation lors des entretiens, ce qui est aussi une technique intéressante.

            L’expérience de monsieur Besozzi consistait quant à elle à interroger des sans-abris dans une enquête. Il avait adopté une ligne de conduite personnelle sur son terrain qui était de ne pas prendre de substances illicites ou d’avoir des relations charnelles avec les personnes enquêtées. Ce sont des précautions qui semblent tout à fait cohérentes et raisonnables. Il s’autorisait cependant à prendre quelques verres d’alcool avec les enquêté.e.s, ce qui montre que le sociologue peut avoir une certaine proximité avec la personne enquêté.e en fonction de la situation, mais aussi de la personnalité du sociologue. Cela pose donc la question de la proximité avec l’enquêté.e, de la nécessité de nouer un lien pour le mettre à l’aise et ainsi obtenir des informations.

            Nous allons revenir aussi sur l’intervention de madame Bindi.  Elle explique avoir mené des enquêtes au Népal et Inde centrale, régions montagneuses. Elle soulève dans cette intervention la question du rapport asymétrique, de domination, qu’entretient le chercheur avec ses enquêté.e.s. Cela rejoint la question que nous avons précisé en début de billet : celle du partage ou non de ressources en échange d’informations pour notre enquête, le fameux monnayage. Elle avait finalement décidé sur son terrain de ne pas le monétiser. Ce faisant, il y a donc forcément la nécessité d’obtenir la confiance de ses enquêté.e.s afin d’obtenir des informations, plus que dans d’autres types d’enquête. Cependant, elle explique que cette nécessité d’être transparente en quelque sorte s’est retrouvée mise à mal lorsqu’elle a menti sur son salaire pour ne pas outrer les personnes qu’elle interrogeait.

            On voit donc ici se dessiner trois expériences différentes aux contextes particuliers qui ont amené ces trois intervenant.e.s à faire des choix afin de recueillir leurs matériaux en usant de stratégies différentes, avec toujours en tête cette question de l’éthique dans la façon de recueillir ce matériau. Si messieurs Besozzi et Querrec ont choisi de s’adapter à la situation qui se présentait à eux en essayant d’y trouver un intérêt heuristique, on voit que chez madame Bindi cette acclimatation devait aussi se faire du côté des enquêté.e.s, puisqu’elle refusait de déroger à sa ligne de conduite qui consistait à ne pas donner de l’argent aux individus interrogés. Cependant, malgré ces précautions, le contexte de terrain qui se passait dans un pays étranger à la culture et aux traditions différentes, tel que le système de caste a finit par lui poser problème.  Malheureusement pour elle, ce contexte fait que certains terrains ont fini par se refermer. Elle explique dans sa présentation qu’après avoir partagé des repas avec des « intouchables » (plus basse caste), les personnes membres des brahmanes (plus haute caste) ne voulaient plus s’entretenir avec elle, ce qui lui a donc fermé des portes et qu’elle n’a pas pu trouver de solution à ce problème épineux. Ainsi, ce genre d’exemple montre que selon le contexte de terrain et le système social en place, on peut se voir fermer ou ouvrir des portes sans forcément en être directement responsable. De fait, même si madame Bindi a tenté de s’accommoder au terrain, il y a parfois des spécificités telles qu’on ne peut être à l’abri de mésaventures et voir son terrain se complexifier.

            Cependant, les deux autres exemples de messieurs Besozzi et Querrec, même s’ils ont réussi à obtenir les matériaux voulus, posent eux aussi question d’un point de vue éthique. Si madame Bindi s’est fixée une ligne de conduite et l’a respectée, celle de monsieur Besozzi était plus souple, notamment en s’autorisant à boire avec ses enquêté.e.s. Ceci peut être critiqué par les pairs, même si personnellement nous n’avons pas vraiment de problème avec ça tant que la consommation reste raisonnable afin d’avoir un entretien somme toute classique. Le fait que monsieur Querrec ait passé des entretiens avec des personnes sous l’emprise de substances psychotropes peut aussi être un prolongement à l’exemple précédant, d’autant plus que le sociologue reconnaît l’effet qu’a eu la drogue sur le comportement des personnes interrogées.  On voit dans son récit l’impact que peut avoir le fait de s’entretenir avec des enquêté.e.s qui sont sous l’effet de substances psychotropes, d’autant plus qu’il s’agit d’un cadre d’étude assez particulier, le récit de vie étant important dans l’étude et nécessite donc une certaine concentration. Malgré tout, il est content des matériaux recueillis, même si on peut évidemment se questionner sur le genre de propos que peuvent tenir des personnes ayant fumé du cannabis et l’impact sur la véracité des propos tenus. De fait, on voit peut-être que la nécessité de poursuivre des entretiens dans des contextes plus classiques afin de corroborer les paroles des entretiens peut être une idée. Cela rejoint donc les débats sur la question du degré d’implication du sociologue ou de l’anthropologue sur son terrain d’enquête : à quel point peut-on être actif sans pour autant trop avoir d’influence sur la société étudiée ? Ces deux exemples, de messieurs Besozzi et Querrec, explicitent des questions que nous nous sommes déjà personnellement posées : faut-il être compatissant ou empathique, et jusqu’à quel point ? Comment réagir face à une situation de détresse, ou face à des personnes sous l’effet de substances ? Ce ne sont pas encore des situations auxquelles nous avons réellement encore eu à faire face. Cependant, au vu de notre démarche de nous inscrire dans la sociologie des discriminations, c’est sans doute un aspect de notre travail avec lequel il faudra composer. Ce questionnement rejoint aussi ce que nous avions déjà développé dans le billet sur la question de la gestion des émotions, mais on voit ici que cela peut se manifester de différentes façons. Si nous avons pour le moment plutôt eu à faire à des professionnels sans pour autant poser des questions trop personnelles, le fait d’avoir participé à une commande sociale où l’on pouvait être amené à se retrouver face à des jeunes dans des situations compliquées pouvait nous toucher personnellement. De fait, c’est peut-être une des rares fois où l’exercice de détachement par rapport au sujet était le plus compliqué pour nous, puisque nous n’avions pas l’habitude.

  • Quand le chercheur est confronté à son éthique de travail : la question du respect de l’anonymat face à certaines formes de pression sur son terrain

            Nous allons désormais nous attarder sur des interventions portant plus particulièrement sur le respect de l’anonymat, qui est une des dimensions de l’éthique du chercheur. Pour cela, nous allons nous appuyer sur les interventions de messieurs Coste et Lafaye, mais aussi celle de madame Roca i Escoda.

            Monsieur Coste, ancien masterant fils de gendarme ayant fait son mémoire dans une caserne de la gendarmerie mobile, qui est un lieu important de socialisation des forces de l’ordre. Dans ce cas précis, il avait donc à faire à des connaissances à lui, ou encore de son père, voire à ses supérieurs, ce qui pouvait poser problème lors des entretiens. Il raconte aussi que son statut particulier, tout harnaché qu’il était d’un treillis, lui permettait une circulation libre dans la caserne, et que les gendarmes qui l’accompagnaient étaient prêt à lui offrir de l’aide pour son mémoire. Même s’il a dû faire face à quelques complications, notamment au moment de partager ou non dans son mémoire des documents considérés comme sensibles par ses enquêtés, même si on pouvait les retrouver facilement par d’autres moyens, mettant en évidence une de culture du secret. C’est donc un de ces cas assez particuliers où le sociologue se retrouve sur un terrain où tout en apparence lui semble facile d’accès, et où il a certains scrupules à trahir la confiance de ses enquêtés puisqu’il devra forcément critiquer, sous couvert d’anonymat, les personnes qui l’ont pourtant aidé, ce qui pose en effet des questions morales et éthiques. Sa technique pour garder une position éthique était celle de communiquer ses résultats auprès de la hiérarchie des gendarmes, ce qui est évidemment quelque chose de discutable au sein de la communauté scientifique : doit-on communiquer nos résultats à nos enquêté.e.s ?

            L’intervention de monsieur Christophe Lafaye abordait aussi cette question de l’anonymat. En effet, son terrain de thèse d’histoire portant sur les soldats français engagés en Afghanistan supposait des entretiens confidentiels avec ces personnes, entretiens dont les supérieurs hiérarchiques avaient tenté de glaner quelques informations, ce que monsieur Lafaye avait refusé par déontologie et respect de l’anonymat.

            Un autre exemple intéressant est celui de madame Roca i Escoda, qui relate avoir travaillé en Suisse pour étudier une loi autorisant le mariage pour les couples homosexuels. Elle a plus particulièrement interrogé les associations LGBTQI+ qui portaient politiquement ce projet, ce qui fait qu’elle a dû les anonymiser pour ne pas leur porter préjudice dans ce contexte politique. Mais elle explique avoir aussi pratiqué une forme d’auto-censure en ne relayant pas certaines informations. En effet, durant cette enquête se déroulait en même temps un référendum à propos de cette loi, et ces associations LGBTQI+ lui ont expliqué avoir fait une trêve avec les partis politiques afin que la loi puisse être portée, ce qu’elle n’a pas écrit dans son rapport.

            Nous sommes donc face à trois exemples où le chercheur a dû faire respecter un des aspects de la déontologie du sociologue, à savoir l’anonymat des personnes interrogées pendant une enquête. On voit aussi que cela peut se manifester de différentes façons : afin de ne pas porter préjudice à ses enquêté.e.s, de ne pas contrarier des personnes qui ont aidé pendant l’enquête et qui sont parfois des proches, ou encore la résistance face à une autorité insistante. Si ces trois personnes ont usé de stratégies différentes afin de faire respecter cet anonymat, ce qui les rejoint est surtout le fait d’avoir conservé cette ligne de conduite qu’est ce respect de la conservation de l’identité des enquêté.e.s, règle à laquelle le sociologue ne peut déroger sous peine de trahir la confiance qui nous a été accordée. En ce qui concerne notre cas personnel nous avons pu discuter lors de nos derniers entretiens de quelques éléments que nous avions relevé, mais sans dire forcément qui nous les avait communiqués, pour préserver l’anonymat. De plus, cette excuse permettait de voir leur réaction suite à ces observations : étaient-ils ou elles en accord avec ceci, quel était leur positionnement sur la question, etc. C’est donc une technique à manier avec précaution, et mieux vaut éviter selon nous de communiquer des informations trop sensibles, c’est pourquoi dans notre enquête nous sommes restés sur des thèmes généraux qui étaient parfois abordés par les enquêté.e.s sans que nous ayons eu à le faire nous-même. Bien évidemment, il faudrait aussi poser la question dans le cadre d’une enquête sensible, touchant à l’intime. Il faut aussi garder à l’esprit que si on est assez aidé sur notre terrain et bien vu, il faut cependant essayer de garder sa posture de chercheur avant tout. D’autant plus que ses bonnes intentions venant des enquêté.e.s peuvent cacher aussi une forme d’instrumentalisation, thème abordé dans le prochain billet. L’exemple de monsieur Lafaye illustre aussi les difficultés du chercheur sur un terrain où la hiérarchisation est importante, et où les individus d’un plus haut grade que les personnes enquêtées, voire même le sociologue, peuvent tenter de contrôler en quelque sorte les informations recueillies par le chercheur. Nous avons personnellement aussi eu à faire face à une sorte de tentative de contrôle de ce qui allait se dire dans un entretien, mais en assurant de notre bonne foi et du respect de l’anonymat, nous avons pu traiter les données recueillies sans problème.

            Durant nos propres enquêtes il fût là aussi question de savoir quoi écrire dans notre rapport. Nous avons par exemple en tête le tri effectué dans les extraits d’entretiens pour notre propre mémoire afin de ne pas être hors-sujet, ou même le simple fait de bien anonymiser les enquêté.e.s afin de ne pas leur porter préjudice. Une enquête étant riche de détails plus ou moins explorés avec ses enquêté.e.s, il faut forcément effectuer un tri de ses informations, en ne gardant que ce qui nous paraît le plus pertinent et le plus proche possible de la problématique de base. Cependant, le fait de mettre certaines informations de côté qui nous paraissent ne pas correspondre à la problématique est une pratique subjective de la part du chercheur, ce qui peut donc être critiqué et interprété comme une forme de censure. Là encore, il convient, nous le pensons, de partager ce genre d’inquiétudes avec nos collègues. Pour notre cas personnel, nous l’avons déjà fait avec nos professeurs, afin d’être sûr.e.s de ne pas « trahir » l’esprit de la parole des enquêté.e.s. Le plus difficile reste sûrement de ne pas devoir absolument mettre toutes les informations qui nous ont été données dans notre rapport. Par exemple, une commande à destination de professionnels sera forcément un écrit synthétique ayant subi un traitement au préalable. On ne peut pas se montrer dans cet exercice aussi exhaustif que dans un devoir universitaire classique. Même dans un mémoire il faut effectuer ce tri, mais cela ne veut pas dire que ce qui a été mis de côté ne pourra pas être réutilisé dans une autre enquête par exemple.

Théo Guerpin (M2 sociologie – Recherche)


[1]  https://www.isa-sociology.org/fr/a-propos-isa/code-dethique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search