“Le masque et l’écran”. Quand la crise sanitaire bouleverse le travail dans le spectacle vivant 

 

Ce billet est le premier d’une trilogie consacrée au thème de la Covid et du travail dans le monde professionnel du spectacle vivant. Cette thématique a été explorée par les étudiant.e.s de M2 du parcours “Santé au travail” à la fin de l’année 2020 dans le cadre d’un partenariat avec l’Office de diffusion et d’information artistique de Normandie (ODIA). D’abord consacré à la thématique de la santé au travail des travailleurs et travailleuses du spectacle vivant, l’enquête menée par la précédente promotion a porté sur la prévention des risques professionnels, notamment pour les intermittents. Puis, au moment de fixer la nouvelle commande, la situation sanitaire a eu deux conséquences principales. La première concerne la thématique de l’enquête qui a alors porté sur la prévention des risques liés à la crise sanitaire ; la seconde a concerné la restitution qui prend la forme de ces trois billets de blog à paraître au cours du mois de septembre 2021. Ce sera alors au tour de la troisième promotion du parcours “Santé au travail” de se lancer dans l’enquête, toujours avec le même partenaire pour approfondir l’enquête sur la crise sanitaire, celle-ci continuant à avoir des effets sur le travail culturel, et qu’il s’agit de documenter au concret et en direct, via les méthodes d’investigations sociologiques.

Dans ce premier texte, les étudiant.e.s reviennent sur l’enquête menée dans une troupe de cirque, où le toucher, l’esprit de groupe et la relation avec le public occupent une place centrale rendue problématique par la situation sanitaire. Entre arrangement avec les règles et innovations dans les représentations, ce texte documente les effets concrets de la crise sanitaire sur le travail collectif de création et de diffusion et nous emmènent dans les “show froids” du spectacle vivant numérisé.

Romain Juston Morival

 

Par Sarah ALIX Camille CAVELIER, Ousmane FAIL, Érika KAKOU, Océane LÉCUYER et Chloé LESCHIUTTA-HABERSCHILL dans le cadre du parours “Santé au travail” et du cours “Observer le travail” (2020-2021) assuré par Romain JUSTON MORIVAL 

 

*         *

*

 

La Covid on en entend parler partout… On en a tous subi les conséquences, peut-être avez-vous dû annuler un concert, ou un spectacle dans votre théâtre favori ? Mais vous-êtes vous demandés comment les artistes vivaient ce chamboulement ? C’est la question à laquelle nous avons souhaité répondre au regard de la commande formulée par l’ODIA qui souhaitait savoir comment le monde du spectacle vivant a réagi en matière d’action sanitaire suite à la pandémie. Nous nous sommes donc demandé comment les compagnies ont continué à travailler pendant cette pandémie.

C’est ainsi qu’une compagnie circassienne nous a ouvert ses portes. À l’origine, il était prévu de rencontrer de visu la compagnie mais suite au contexte sanitaire nous avons dû nous adapter et nous en tenir à la réalisation d’entretiens en visio. Cette façon de faire nous a néanmoins permis de nous entretenir avec les différents membres de la compagnie.

Comment la compagnie a-t-elle pris en considération les politiques de prévention et en quoi cela met en péril la nature même de cette activité qui suppose un contact physique ?

Côté Coulisses : un rapport relâché au risque

Les travailleurs du spectacle vivant exercent un art aux multiples singularités, notamment au vu de l’omniprésence du risque. En effet, l’artiste circassien cherche au travers de ces numéros à défier la loi de la gravité universelle, l’amenant ainsi à pousser ses limites physiques jusqu’à mettre parfois en danger sa propre vie. Les accidents causant de profondes blessures ou dans une moindre mesure la mort est une réalité au sein de ce travail. Des recherches ont montré que la culture des professionnels du spectacle vivant s’accompagne d’un rapport particulier au risque (Ruxanda Kmiec, Christine Roland-Lévy,2014). Nos entretiens auprès des acteurs de la compagnie ont confirmé ce résultat, en pointant des rapports au risque différents entre le personnel administratif et les circassiens, comme le souligne Flora, l’administratrice. En fait, il n’existe jamais une absence totale de risque mais une perception différente de celui-ci.

« On a affaire à des gens qui vivent en permanence avec le risque de la blessure,
ou le risque de la mort donc la question de la santé au travail avec des personnes
qui se confrontent en permanence à repousser les limites, la réflexion elle n’est
pas du tout au même endroit que pour des personnes qui vont au bureau et qui ont
peur d’attraper la gastro. » Flora, administratrice

Le travail avant la santé ?

Les restrictions sanitaires de la Covid-19 chamboulent le processus de création. Malgré cette transformation les artistes se refusent à arrêter de travailler. En effet, cette pandémie vient d’abord compromettre leur avenir professionnel et l’aspect santé est ainsi relégué au second plan. D’autant plus que, pour les membres de la compagnie, les risques autour de la Covid seraient surestimés – c’est notamment ce que montre l’emploi du verbatim « ce délire de la pandémie » utilisé par l’un des enquêtés. Ainsi, si l’on en croit ces discours, le travail semble plus important que leur santé. L’un des enquêtés nous en parle même comme quelque chose de “vital” en évoquant le fait de s’exercer.

« Avec le Covid, c’est les théâtres qui ferment, (…) même s’il y a un risque avec
cette épidémie, d’avoir le Covid, nous on a décidé de prendre ce risque c’est
vital pour pas que la tournée s’arrête » Marvin, artiste

Mais le fait que les artistes prennent le risque d’être exposés à la Covid est aussi une manière de pouvoir continuer à travailler dans de bonnes conditions. En effet, les politiques de prévention habituelles sont mises à mal par le confinement, puisqu’il empêche les artistes de s’entraîner ensemble dans un lieu adapté. Ainsi, ces conditions d’entraînements précaires représentent un danger pour les artistes quand ils retournent sur scène. En effet, il apparaît un risque professionnel lié à la confrontation des artistes à un travail qui ne peut se dérouler dans les meilleures conditions. C’est ce que nous évoque ici Flora.

« (…) Donc la santé au travail est malmenée car ils n’ont pas de lieu pour
s’entraîner quotidiennement autre que chez eux quand on est confiné, ça les met
en danger car s’ils ne peuvent s’entraîner correctement quand ils se retrouvent sur
la scène c’est dangereux. » Flora, administratrice

Bien plus qu’une compagnie ? La force du registre familial

Par ailleurs, le rapport au risque est lié au statut de compagnie où les liens qu’ils tissent vont au-delà du simple exercice de l’activité professionnelle. Lorsque nous avons échangé avec les différents membres de la compagnie, un élément est ressorti : la famille, ce qui est d’ailleurs à l’image du nom de la compagnie, ici anonymisée. Ils entretiennent des liens très forts entre eux. Cette compagnie circassienne renvoie de manière active l’image d’un collectif particulier, d’une communauté marquée par une forte solidarité mécanique au sens de Durkheim, et où les individus sont liés par leur similitude et leurs valeurs communes.

Par conséquent, les relations qu’entretiennent les membres entre eux reposent sur une forte conscience collective. En effet, les membres de la compagnie partagent des valeurs communes, notamment l’acceptation du risque, ils ne sont donc pas dans une logique qui impliquerait de se rejeter la faute. Ainsi, à plusieurs reprises les enquêtés nous ont expliqué avoir fait le choix de prendre le risque de se côtoyer, de se toucher car ils ne se considèrent pas uniquement comme des collègues mais comme une bande d’amis, voire même une famille. 

D’autant plus que lorsqu’ils partent en représentation ils sont amenés à vivre ensemble, et donc partager les divers moments de la vie tels que les divers trajets, les repas ou encore les lieux pour dormir. Ils sont ainsi très proches physiquement les uns des autres et ont des gestes tendres, qu’on a vis-à-vis de sa famille ou de ses amis. Ce qui nous renvoie aux fonctions de la famille notamment de socialisation (Georg Simmel) de solidarité ou encore affective. C’est ce que nous évoque ici les récits de ces deux enquêtés.

« On crée des clusters entre nous en fait. C’est ça, parce qu’on ne peut pas faire
autrement. On se réunit, on se dit ok, on est en tournée, on est ensemble, sur le
trajet, tout le monde reste ensemble, on vit ensemble. On se dit qu’entre nous on
se touche, on se porte, on transpire ensemble, enfin on fait du sport et pas que du
petit sport donc bah on crée des clusters (…) » Pablo, artiste

Quand les mesures sanitaires redéfinissent les frontières entre travail et non-travail

Par ailleurs, nous avons pu constater que le protocole sanitaire de la compagnie n’est respecté que partiellement. En effet, lorsque Nicolas nous dit « et là en fait légalement faut mettre le masque, et une fois qu’on est sur scène on a le droit de l’enlever », soulignant par-là l’écart qui peut exister entre ce que le protocole prévoit et ce qui est fait réellement. Cet écart à la règle s’explique par le fait que le protocole pose questions aux artistes. D’une part, les mesures de protections se trouvent être gênantes dans la conduite du travail notamment lorsqu’ils sont amenés à devoir porter des charges lourdes, ce qui nécessite donc d’être à plusieurs, proches les uns des autres ce qui est contraire à ce qui est indiqué dans le « protocole sanitaire et sécuritaire » de la compagnie, formant par-là même une sorte de cercle vicieux sanitaire.

« On avait justement ce protocole d’installer où on est censé porter des gants, on
est censé faire la distanciation, on est censé faire respecter les gestes barrières,
après en soi c’est pas très facile à mettre en pratique, parce que il y a des choses
qu’on est obligé de porter ensemble par exemple (…) » Emma, technicienne

D’autre part, au sein de la compagnie et en raison de son fonctionnement familial, la frontière est mince entre la sphère domestique et professionnelle. En effet, ils se côtoient régulièrement que cela soit à l’extérieur ou bien sur scène. Lorsqu’ils se retrouvent en dehors de la scène, ils ont fait le choix de ne pas porter de masque. Pourtant, ils doivent être masqués en coulisse ou encore pendant les trajets en camions alors qu’ils sont seulement entre-eux mais cela est relié à leur profession donc ils doivent se protéger et protéger les autres.

Ce qui semble expliquer en partie ces quelques entorses aux règlements, qui ne sont pourtant pas vécu comme des écarts à la règle. En effet, cela leur paraît illogique de porter un masque en présence de personnes avec lesquelles, ils sont amenés à vivre dans un contexte domestique comme le soulignent les enquêtés. Cette logique se poursuit lors des résidences, où des lieux principalement des salles de spectacle sont prêtées à la compagnie afin qu’elle puisse s’entraîner jusqu’au jour de la représentation du spectacle. Le terme de résidence ici entretient notamment ce parallèle à la famille et renvoie à son sens premier, celui de la demeure, ce qui explique qu’il n’y ait aucune distinction entre ces deux lieux, c’est-à-dire le domicile et le lieu des travail. C’est ce que nous raconte Nicolas.

« (…) Bah entre nous, on était quand même logé dans des maisons, donc une fois
le lieu fermé, on était démasqué quoi, ou dans les loges, mais ça fait bizarre, c’est
une logistique toujours parce qu’il y a des fois on l’a pas, des fois faut le mettre » Nicolas, artiste

Côté scène : Les habitudes de travail bouleversées

Le spectacle vivant a subi de profondes transformations au cours de cette crise sanitaire. De ce fait une nouvelle manière de travailler apparaît dans cet univers, le télétravail. « Une forme s’est imposée pendant le confinement et restera peut-être, comme l’un des emblèmes de cette étrange période, c’est celle de la vidéo participative où l’écran se découpe en vignette, split screen, montrant des artistes en train de s’enregistrer à domicile. » comme le définit Merckx (2020). Une réelle question se pose, comment est-il possible de passer en télétravail lorsque le lieu de travail habituel ne le permet pas ? Cela a donc fait s’interroger les artistes sur des alternatives à la création, c’est ainsi que lors du premier confinement, les réseaux sociaux, dans une moindre mesure, se sont substitués à la scène.

Ainsi, les cours en live et la création à distance apparaissent comme une forme de réappropriation de leur art, mais cela va plus loin que ça. En effet, cette démarche a aussi un but de « retrouver du collectif » (Ingrid Merckx, 2020), et de se savoir utile pour les autres dans une période où l’isolement pèse fortement. Cette démarche artistique permet alors de prendre des nouvelles du collectif et de se sentir moins seul. Par cela, les arts vivants permettent de maintenir le lien avec le monde extérieur. C’est ce que nous évoque ici Cléa.

« (…) En fait, les cours en live c’était plus parce que je m’inquiétais pour les gens
autour de moi et que du coup je me disais, comment je peux me rendre utile, moi
je sais faire ça donc je vais le donner aux gens qui en ont besoin et c’était des gens
que je connais. J’étais en confiance et c’était pour aider enfin…. pour garder le
contact (…)» Cléa, artiste

 

Une fois le premier confinement terminé, ces artistes n’ont pas pu aussitôt reprendre les représentations autour de leur spectacle et donc retrouver physiquement leur public. C’est donc dans le but de pallier le manque de contact humain vécu lors du confinement, que la compagnie a créé et organisé le concept « Confie-moi ». La souffrance engendrée par la solitude pendant ce confinement chez un des artistes de la compagnie,a fait émerger ce concept. Ainsi, il vit en un local inoccupé, une opportunité à saisir pour faire vivre son art, tout en respectant les normes sanitaires. Seul ou avec d’autres membres de la compagnie, des numéros acrobatiques ont vu le jour dans un espace qui dispose d’une vitre faisant écran, une barrière qui semble plus favorable à l’exercice de leur art contrairement à l’écran de l’ordinateur.

Par conséquent, ce concept n’aurait pas vu le jour sans le contexte épidémique actuel. En effet c’est un projet que nous pouvons qualifier de « Covid compatible » puisqu’une vitre permet de séparer les artistes de leur public, espacé à plus d’un mètre de distance. Les « Confie-moi » ont pris de l’ampleur et les lieux se sont alors diversifiés, d’abord dans des espaces publics tels que des bars, cafés, salons de tatouage puis dans des espaces privés tels que les salons et jardins de particuliers qui avaient eu écho de ce concept. Cette démarche a permis de rendre accessible le spectacle vivant aux individus dans la période de crise sanitaire. D’autant plus que ces représentations sont totalement gratuites et axées   sur   une   logique   d’échange, où l’artiste partage son savoir-faire à des individus qui eux leur offrent un lieu. Cette façon de penser est assez particulière à la compagnie puisque nous avons pu constater qu’ils entretiennent un rapport assez similaire à celui existant au sein de la famille nucléaire. Cela reviendrait à dire qu’ils souhaitent mettre en avant certaines valeurs comme : le partage, donner de son temps, la solidarité. Ces valeurs que l’on retrouve majoritairement dans les logiques familiales ou l’entraide, le soutien est très mis en avant. C’est donc cette organisation domestique qui a joué un rôle central dans leur façon de s’adapter suite au Covid-19. C’est ce qu’explique ici l’un des enquêtés.

« Cela s’appelle “Confie-moi” car je me suis fait prêter la vitrine, donc j’ai
demandé à la propriétaire de me prêter sa vitrine qui servait à rien, pour faire un
lieu de partage en fait, c’était Covid compatible total, j’étais derrière une vitre,
les gens ils étaient dehors, à un mètre de distance, pour moi c’était symbolique en
fait. » Pablo, artiste

Cependant, les formes virtuelles de spectacles (live, vidéos, cabaret) développées par la compagnie dans ce contexte épidémique ne sont que des alternatives et ne peuvent aucunement remplacer le spectacle vivant. D’autant plus que, le virtuel ne va pas de pair avec l’esprit du spectacle vivant, de par sa définition même issue de l’encyclopédie Larousse, le spectacle vivant désigne « un spectacle qui se déroule en direct devant un public, par opposition aux créations artistiques de l’audiovisuel issues notamment du cinéma, de la télévision ou d’Internet. » C’est ce que nous explique Pablo, qu’il « préfère le spectacle vivant, le vrai. »

« Des shows froids »

Ainsi, le lien avec le public est difficilement représentable par ces artistes à travers leur écran. En effet, ils n’ont aucun moyen de créer un lien visuel avec le public, ils se trouvent dans une position où ils ne voient aucun retour sur le contenu qu’ils proposent pourtant leur priorité c’est l’échange avec leur public, les retours, les avis, les applaudissements. Ce manque se fait ressentir et aucune plateforme ou aucun réseau social ne peut résoudre cela. En effet, le public ne peut que regarder le spectacle depuis son écran, il ne l’éprouve ainsi pas de la même façon. Cela génère donc des shows d’une certaine froideur car ils se retrouvent seuls face à un écran et loin du public. Cela ne fait pas partie de leurs habitudes et c’est un aspect qui les attriste beaucoup, c’est ce que Nicolas nous explique.

« J’ai participé à deux, trois vidéos sur internet mais j’ai eu aucune sensation à le
faire, j’étais tout seul derrière mon écran, que là déjà je vous vois trois (en nous
montrant du doigt). J’essayais d’imaginer un public de cent personnes alors que
c’est faux. Je le vis pas très bien » Nicolas, artiste

Enfin, post confinement, à leur retour sur scène les artistes ont été marqués de retrouver un public complètement masqué. Il se dessine ainsi que le masque vient bouleverser l’interaction entre l’artiste et son public. En effet, au sens de Goffman, une interaction est une action réciproque qui suppose l’entrée en contact de sujets, ici l’artiste et son public, qui ont un échange d’émotions, d’énergie ou d’informations. C’est ainsi que le masque, en recouvrant plus de la moitié du visage, cache les expressions et étouffe les rires, perturbant de ce fait, l’échange émotionnel et énergétique qui est un indicateur essentiel aux artistes pour juger l’ambiance de la salle. L’un de nos enquêtés, nous évoque cette ambiance presque irréelle que procure le masque.

« C’est surprenant […] on est pas prêt, tu es face à des personnes masquées et tout le monde le même masque, tu vois que des petits yeux comme ça. Ça fait un peu peur, on se croirait dans Black Mirror (…) » Marvin, artiste

Pour finir, l’interaction « face-à-face », que caractérise Goffman, se trouve également ébranlée dans ce masque à masque. En effet, le masque forme une sorte de barrière invisible à la communication verbale et qui crée de la distance entre les artistes et son public. 

 

Se réinventer une habitude à prendre… Mais jusqu’à quand ?

En définitive, le travail est important puisqu’il est créateur de liens sociaux c’est pourquoi ils décident de tout de même se retrouver pour travailler malgré l’épidémie. À cet effet, on peut dire qu’ils se considèrent comme une famille. De plus, notre enquête auprès des circassiens met en lumière des alternatives qui s’accompagnent d’inconvénients notamment par son impact sur les liens entre le public et les artistes. Seulement, quitte à choisir entre ne plus créer et le faire de cette manière, la réponse est limpide. Continuer à se réinventer est alors perçu comme qu’une habitude à prendre. Mais jusqu’à quel point une compagnie peut-elle se réinventer alors qu’elle est dans l’incertitude la plus totale concernant son avenir ?

 

Référence citée : Merckx, I. (2020). Chanter, jouer, répéter, confiner : Le spectacle vivant au temps du Corona. Revue du Crieur, 17(3), 62- 75.

 

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search