Le spectacle vivant à l’épreuve de la fermeture des salles. Les effets de la crise sanitaire sur le travail de production et de diffusion artistique

Ce billet est le deuxième de la trilogie des restitutions des enquêtes menées par les étudiant.e.s du parcours “Santé au travail” en collaboration avec l’ODIA Normandie. Pour répondre à la commande qui a été faite d’évaluer les effets de la crise sanitaire sur le travail dans le spectacle vivant, les étudiant.e.s ont ici enquêté auprès d’un grand théâtre. Ils montrent que l’épidémie a eu des effets dans l’ensemble du processus de création artistique, les obligeant à être imaginatifs pour trouver des modalités d’exercice compatibles avec le “stop and go” des mesures sanitaires en matière de culture. Au-delà de la transformation du travail artistique, ils montrent que c’est l’ensemble du travail accompli dans cette organisation qui a été mis à l’épreuve par la crise sanitaire, générant de nouveaux risques professionnels ou en amplifiant certains, et suscitant des correctifs inédits pour pallier ces situations professionnelles à risques. 

*        *

*

En pleine période de pandémie et à la suite d’un confinement national, le monde culturel s’est vu fortement affecté dans ses activités. Ainsi, l’ODIA s’est interrogée sur l’impact de la crise COVID-19 dans le monde du spectacle vivant. Pour apporter un éclairage sociologique à ce vaste questionnement, nous avons choisi de nous intéresser à une grande structure de production et de création artistique. Cette structure permet la diffusion d’œuvres artistiques, associant différents arts tels que le théâtre, la danse ou encore la musique. Il participe aussi à la création de spectacles, en produisant ou encore en accueillant des artistes.

La question de l’impact de la crise sanitaire dans la sphère artistique étant très large, nous nous sommes concentrés sur le thème de la création artistique au sein de cette grosse structure. Plus particulièrement, nous avons réfléchi à son fonctionnement malgré les mesures sanitaires multiples… et changeantes. Les artistes ne sont pas les seuls concernés par ces mesures et c’est l’ensemble de la structure qui a dû réadapter leur mode de fonctionnement.

Pour mener cette enquête, nous avions prévu d’appliquer une méthode de terrain qualitative, alliant les observations et les entretiens. Cependant le second confinement ayant eu lieu, nous avons dû nous adapter et réaliser une campagne d’entretiens uniquement par visioconférence, rencontrant par ce “biais” sept acteurs de la structure, issus de l’ensemble de ses pôles (technique, production, administratifs, relations publiques). Cette enquête par entretiens nous a permis de nous interroger sur l’influence de cette politique de prévention des risques en contexte Covid sur la création artistique concrète, de la conception d’une œuvre à sa diffusion.

Le sens du travail créatif mis à l’épreuve par la crise sanitaire

L’intervention d’une psychologue pour répondre aux dysfonctionnements de l’organisation

Pour faire face aux effets psychiques de l’épidémie de Covid, la direction a eu recours à l’intervention d’une psychologue. Celle-ci est intervenue à la suite du premier confinement, a rencontré de manière collective les différents pôles et a rencontré chaque personne individuellement. Pour la direction, cette intervention était importante, et cette rencontre était “fortement recommandée” (Astrid, salariée). Selon elle, “En effet on ne sort pas indemne d’un arrêt de travail comme ça.”(Xavier, cadre de direction).

En entretien, les enquêtés ont insisté sur la difficulté du dévoilement impliqué dans ces échanges.

“(…)je trouve que ça n’était pas facile à accepter pour certains, mais la psychologue a très bien fait son boulot et a permis à ce que je dirais 80% des gens bien qu’ils n’y croyaient pas au départ, qu’ils puissent la rencontrer et à ce que ça leurs apportent des choses.“ (Bertrand, salarié).

La psychologue a dû répondre aux questionnements rencontrés par les salariés. Le terme de “culpabilité” est souvent revenu à travers nos entretiens. En effet, le sens du travail s’est vu redéfini par l’absence d’actions au sein du milieu professionnel.

“Ben culpabiliser parce que beaucoup parlent de ça ou en ont parlé avec la psy de la culpabilité, du sens de notre travail, on a l’impression qu’on ne fait rien en fait, parce que nous le sens de notre travail notamment aux relations publiques c’est d’avoir du monde dans la salle, les techniciens c’est de mettre de la lumière au moment du spectacle, là il n’y a plus rien donc il faut être fort mentalement pour se dire « je sers à quelque chose ». Parce qu’on a toujours besoin de se dire qu’on sert à quelque chose.” (Astrid, salariée)

Au-delà, la psychologue a cherché à apporter des appuis et une écoute propice à certaines améliorations des dysfonctionnements au sein de la structure, existants avant la crise et/ou liés à la crise. Son intervention a permis de mettre en lumière une surcharge de travail ressentie par l’équipe, qui s’est allégée grâce au confinement.

Et moi j’ai dit que je n’avais pas du tout envie de revenir. Parce qu’en fait, j’étais submergée de travail, j’en pouvais plus. (…) Cette charmante dame m’a dit « c’est clair, vous êtes en surmenage », que je vais garder pour moi, enfin je ne vais pas vous le dire. Et elle m’a demandé si j’acceptais de faire remonter ça auprès de la direction : « j’ai dit bah oui, vous pouvez toujours, ils le savent déjà ». Et elle m’a dit « c’est différent si c’est moi qui leur dis plutôt que vous », donc je lui ai dit « allez-y alors, dites-leur ».” (Claire, salariée)

L’intervention de la psychologue a également permis de faire entendre ce mal-être et de faire entendre un besoin de réorganiser le travail en prenant mieux en compte la charge de travail.

“Et quand je suis revenue, j’ai été convoquée par la direction qui m’avait dit qu’elle avait eu des retours et qu’il fallait qu’on prenne des décisions par rapport à ma situation.” – Claire, salariée.

Le confinement a eu différents impacts sur les salariés vis-à-vis du télétravail, inédit pour la plupart des salariés voire impossible pour d’autres selon leurs activités. Le ressenti face à cette nouvelle organisation du travail a créé des conditions différentes, perçues parfois peu équitables pour chacun “selon leur situation familiale, leurs conditions d’hébergement aussi”- Louis, cadre, “et puis c’est surtout les personnes seules, qui ont très très mal vécues le confinement, seules et en appartement“ (Louis, cadre).

Malgré le fait que certains salariés soient satisfaits de cette intervention, la démarche n’a cependant pas été renouvelée lors du deuxième confinement. Et c’est plutôt l’objectif de résoudre les problèmes organisationnels en interne, au sein de l’équipe et pour l’équipe, qui a été mis en avant.

L’adaptation face aux directives floues : “on ne sait plus quoi croire”

L’un des points les plus notables de cette crise sanitaire a été le manque de clarté dans les directives et mesures à suivre. En effet, les obligations sanitaires ont constamment évolué : ouverture des théâtres, confinement, jauge, protocoles sanitaires changeants… Ce manque de clarté a entraîné des adaptations permanentes : on parle de  “stop and go” (Xavier, cadre de direction). Cette incertitude entravant la projection des projets à l’avenir a aussi épuisé le personnel, constamment à la recherche de solutions pour ne pas arrêter la création dans un monde du spectacle vivant ralenti, voire à l’arrêt, mais dans lequel il faut se tenir prêt pour une possible réouverture.

Tous les services sont touchés : le service des relations publiques doit ajuster sa communication et la newsletter pour tenir informer des reports, annulations et représentations maintenues, le pôle technique doit ajuster ses objectifs lors des résidences pour maintenir les répétitions et gérer la frustration d’une impossible représentation devant le public… Il a donc fallu trouver plusieurs stratégies d’adaptations, elles-mêmes en accord avec les restrictions incertaines. Ici, on assiste à une adaptation du personnel à sa charge de travail qui évolue, dépendant des incertitudes de la crise sanitaire.

La captation vidéo, un outil d’adaptation critiqué

Pour le mois de décembre, une retransmission en direct a été mise en place. Cette captation vidéo a été rendue possible grâce à une équipe extérieure au centre culturel venant de l’univers de l’audiovisuel. Cela entraîne des changements dans le travail notamment sur le travail de la lumière car “l’œil” d’une caméra ne la capte pas de la même manière qu’un œil humain. Cependant, le travail de l’équipe de l’audiovisuel est de s’adapter au spectacle, et non l’inverse : “ Quand c’est des captations, des spectacles on s’arrange pour que ça soit une équipe qui s’occupe de la captation (…) ils sont habitués à s’adapter aux lumières qu’on fait. (…) Donc ils ont des caméras plus sensibles” (Louis, cadre). La captation vidéo n’entraîne pas qu’une insertion d’une équipe provenant du centre de production culturelle, elle implique une remise en question du spectacle vivant avec l’insertion du monde de l’audiovisuel.

Source : banque d’images Unsplash

C’est ainsi que certains perdent du sens dans leur travail puisque cela ne met pas en valeur la spécificité du spectacle vivant. Les enquêtés insistent sur le terme de “vivant”. Les spectacles sont faits pour être assistés en présentiel et la perte d’un public réel est un manque :“j’avoue que je suis assez contre (…) le spectacle vivant c’est le spectacle vivant.” (Xavier, cadre).

 

De l’impact organisationnel à l’impact sur la création

Le maintien des résidences et des interventions scolaires comme refuges pour les travailleurs du spectacle

A travers notre enquête nous avons découvert que l’activité n’a jamais été complètement à l’arrêt, notamment à travers des résidences qui sont maintenues au sein de la structure mais qui se sont effectuées en équipe réduite. Une résidence consiste à accueillir des artistes en pleine création et ainsi, leur fournir locaux et infrastructures nécessaires à l’élaboration de leur spectacle. Sans spectateur, la résidence qui a pu travailler a cependant bénéficié du regard et des bras des techniciens présents mais aussi de quelques autres membres du personnel.

Source : banque d’images Unsplash

La réalisation de ces résidences est effectuée pour différents facteurs. Dans un premier temps c’est qu’ils sont dans l’imprévisibilité : ils ne savent pas quand ils pourront rouvrir, il faut donc qu’il se prépare un minimum: “On essaye de reporter un maximum les résidences par mesure de sécurité, mais il y a des résidences que je ne peux pas annuler” (Charles, cadre de direction)

Nous avons pu aussi constater que le centre culturel a mis en place des intervenants au sein des écoles. Cependant, avec la Covid, ces interventions sont devenues complexes. La structure a alors laissé le choix aux intervenants d’effectuer leurs interventions ou non.

“Donc moi c’était cette question du libre arbitre, s’ils en avaient besoin mentalement, parce que c’est compliqué, les spectacles qui s’annulent, certains intervenants n’ont plus de résidence parce qu’ils savent que financièrement c’est compliqué pour la suite. Certains m’ont dit « on le fait », d’autres, notamment en danse, m’ont dit « en fait, avec les masques, ce n’est pas possible »” (Astrid, salariée).

Ainsi, ces rencontres scolaires permettent aux agents de poursuivre et répondre à leur missions professionnelles mais aussi aux sens qu’ils y mettent. Dans une période où il est difficile de mener son activité professionnelle comme “prévue”, les rencontres scolaires sont le moyen pour les professionnels de se réfugier dans l’idée qu’ils se font de leur métier.

“Donc je vais voir la semaine prochaine, normalement ils sont pas mal sur le terrain donc peut être que je vais quand même y aller, pas complètement toutes les heures mais y passer une demi heure je pense, pour au moins rencontrer en vrai les gens. Parce que après ça, c’est des groupes qu’on va suivre, donc j’ai besoin de commencer à créer quelque chose quoi. Parce que ils ont les intervenants et intervenantes mais nous en tant que relations publiques, on représente la structure avec le lien et le lieu, donc c’est important qu’ils nous voient, qu’ils nous connaissent, qu’ils établissent une sorte de rapport humain tout simple quoi.” (Astrid, salariée).

Les rythmes de travail à l’épreuve de la crise sanitaire

L’organisation au sein même de la structure culturelle s’est vue bouleversée également par la crise. Pour la direction, l’objectif a été de réagir rapidement dans l’intérêt de la sécurité de l’équipe et trouver des aménagements compatibles avec le protocole sanitaire et les activités du centre dramatique. Ainsi, la première étape a été de mettre en place le télétravail : “c’est un choix éthique pour la sécurité de tous.” (Xavier, cadre de direction). Pour accompagner ce changement organisationnel, l’équipe a mis en place, ensemble, un « plan d’accompagnement du télétravail ». Le retour au travail lors du déconfinement a donc pu être laissé au choix de chaque membre de l’équipe : continuer le télétravail dans de bonnes conditions ou revenir dans les locaux avec les protections et gestes barrières nécessaires.

D’autres initiatives ont été mises en place pour maintenir l’activité malgré les aléas de la crise, comme les représentations à huis clos. Elles permettent de jouer les créations en faisant participer les acteurs, les techniciens tout en respectant un public minimum (6 à 10 personnes) pour limiter les risques de contamination. Ces représentations permettent d’avoir un retour direct des spectateurs, essentiels à la vie du spectacle vivant. De cette façon, le spectacle peut être joué, les acteurs et l’équipe sont rémunérés pour leur prestation.

 

Le travail dans le spectacle vivant sans convivialité est-il tenable ?

Le manque de convivialité a été cité comme un problème central par les travailleurs et travailleuses rencontrés. D’une part, ces moments d’échanges qui, en temps normal, peuvent avoir lieu dans l’espace de travail, participent à l’élaboration d’une culture professionnelle, reliant les agents entre eux. Or avec cette crise, ces échanges ne sont plus, ils sont mis à mal par le confinement. D’autre part, cette nouvelle organisation du travail engendre un sentiment d’isolement qui se ressent chez l’ensemble des acteurs de la structure.

“Un truc comme ça d’émulation de vie au sein du théâtre et ça c’est plus du tout possible parce que du coup on a interdiction de manger dans le théâtre faut séparer les lieux , les lieux de convivialité tu vois genre où tu prends le café bah maintenant y en pas un mais maintenant y en plusieurs, y a le lieu à la technique, y a le lieu pour les artistes dans les loges , y a le lieu machin et en fait y a tout un protocole” (Karl, salarié).

Avec la mise en place des mesures de prévention sanitaire indiquées dans le « Guide des bonnes pratiques », il est revenu chez la plupart des enquêtés que le respect de ces consignes s’accompagnait généralement d’une baisse des interactions informelles. Afin d’éviter les contaminations, l’administration a souhaité instaurer une certaine distance entre les salariés. Le télétravail a donc été mis en place très tôt et celui-ci est d’ailleurs toujours d’actualité. “Quand on fait une réunion Zoom les mardis matin avec tout le monde c’est bien mais les petites apartés qu’on avait avant la réunion quand on se croisait au moment du café, il n’y a plus” (Bertrand, salarié). Les répétitions ayant toujours lieu, certains employés de la technique continuent de se rendre sur place afin de faire la mise en place lors des résidences, par conséquent ils sont aussi soumis aux mesures prises par l’administration. “Ha ! Bonjour, le café on a pas le droit de le prendre dans le hall c’est un lieu convivial, donc tu prends ton café dehors et tu discutes avec les techniciens de la compagnie dehors sur le trottoir en disant on va faire ça” (Bertrand, salarié). Il a notamment été rapporté plusieurs fois le fait qu’ils ne pouvaient plus manger au sein des locaux réduisant les interactions ? entre les salariés.

Plein de ressources créatives, les pratiques artistiques ont dû s’adapter, notamment avec la technique du masque neutre. Cette technique existe depuis très longtemps au théâtre, mais les comédiens se sont joués de l’obligation du port du masque pour remettre d’actualité cette pratique : le masque protège l’intégralité du visage, ne laissant passer l’expression seulement par le corps.

D’un point de vue plus large, l’équipe du centre culturel a vu dans cette crise l’opportunité de se détacher de certaines missions comme une « occasion d’approfondir le reste pour l’avenir », en travaillant sur des projets de mise en place d’ateliers artistiques dans les écoles, aménager une salle de médiation pour accueillir de nouveaux les pratiques artistiques au sortir de la crise… Cette « pause » dans le monde du spectacle vivant a permis de réorganiser certaines activités du théâtre, pour les rendre mieux adaptées au public et pour rendre les pratiques artistiques plus vivantes que jamais à l’avenir.

L’impact de la crise sanitaire a permis de mettre en lumière plusieurs points. D’une part, le sens du travail a été remis en question notamment par l’intervention d’une psychologue, ayant mis à jour les dissonances de l’organisation. Les adaptations récurrentes au manque de clarté des directives à créer des zones d’incertitudes auxquelles il a fallu s’adapter. D’autre part, l’organisation a tenu à maintenir l’activité en adaptant les résidences et les interventions scolaires, afin de faire vivre les pratiques culturelles. Enfin, le monde du spectacle jusqu’ici animé par le “partage” et la “convivialité” se retrouve chamboulé par les mesures sanitaires. Le public n’est pas le seul acteur touché, en effet, les relations professionnelles se sont vues modifiées et ainsi doivent se réadapter dans un même but, créer et faire vivre le spectacle vivant.

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search