« Salut la compagnie ! » Comment la Covid-19 s’est invitée dans le quotidien d’une compagnie de théâtre

Ce texte est le troisième de la trilogie consacrée au thème du spectacle vivant à l’épreuve de la Covid publiée ce mois-ci sur le carnet du Dysolab. Dans ce billet, les étudiant.e.s du parcours Santé au travail nous emmènent dans le quotidien d’une compagnie auprès de laquelle ils ont enquêté dans le cadre d’une commande passée par l’ODIA Normandie. Entre contrainte sur le travail et subversion pour créer avec le virus, ce texte documente la façon dont ces intermittents ont vécu et géré la crise sanitaire à la fin de l’année 2020, tant sur le plan du travail créatif que sur celui de la prévention des risques professionnels. 

Par Raphaël Houas, Corentin Le Texier, Aurélien Louiche, Lou Laurent et Evens Davidson Orélien (M2, parcours « Santé au travail », promotion 2020-2021)

Le monde de l’industrie culturelle a été mis à rude épreuve par la crise épidémique de la Covid-19. Pourtant, là où nous nous attendions à rencontrer une compagnie mise en difficulté et submergée par différentes contraintes sanitaires, nous avons plutôt observé comment ce collectif de travail a mobilisé de nombreuses ressources pour faire face aux problématiques rencontrées. 

Comment la compagnie arrive-t-elle à poursuivre le travail de création artistique dans ce contexte si singulier ? Comment s’articulent les différents modes de prévention au sein de la compagnie pour limiter les risques professionnels ordinaires et ce risque sanitaire particulier ?  

La compagnie

La compagnie du Paon Vert existe depuis 2000. C’est une structure disposant d’une forme associative non lucrative. Elle a été créée par Mathieu (Metteur en scène) et d’autres membres en sortie du conservatoire à l’époque. Elle est aujourd’hui subventionnée et conventionnée par la région et la DRAC notamment, parfois le département ce qui lui permet de financer ses différents projets artistiques. Les recettes générées par les représentations sont donc réinjectées pour de futures productions. La structure dispose d’un noyau central de comédiens et de techniciens, mais n’hésite pas à fonctionner avec de nouvelles personnes quand l’opportunité se présente, “On essaie de faire travailler le vivier qui est sur le territoire aussi, j’essaye de travailler avec des gens qui sont plus proches géographiquement, c’est plus pratique, c’est moins cher etc….” (Mathieu, metteur en scène). Tous les individus travaillant au succès de la compagnie sont intermittents y compris le metteur en scène, la seule exception étant une administratrice assurant le suivi de la comptabilité et d’autres procédures. Pour ce qui est des activités annexes, les membres de la compagnie organisent beaucoup d’ateliers d’initiation à la comédie dans les collèges ou lycées et parfois même des ateliers d’expressions dans le milieu carcéral.

Notre enquête :

Nous avons opéré avec les restrictions imposées par le gouvernement pendant cette enquête. Les entretiens se sont donc faits exclusivement pendant le second confinement national.  Nous avons privilégié l’utilisation de Zoom pour les passations. Idéalement nous aurions aimé mener des observations sur les lieux de répétition, ainsi que dans les coulisses pour bénéficier d’un autre outil d’analyse et enrichir nos données. Ainsi nous avons pu interroger : Mathieu (metteur en scène), Sophie (comédienne), Emilie (Chorégraphe et metteuse en scène), Pierre (régisseur général) et Jason (Comédien).

Continuer à créer tout en se protégeant : deux impératifs en tension

Dans la compagnie, le travail s’organise de manière cyclique. Pour préparer un spectacle avant sa diffusion, cela demande en moyenne 8 semaines de travail. Pendant ce temps sont organisées des résidences. La résidence est un temps privilégié et essentiel qui permet aux artistes de se préparer avant la représentation d’un spectacle. Or c’est ici que viennent se poser les premiers maux de la crise sanitaire. Port du masque et respect des gestes barrières deviennent obligatoires. Une question se pose, comment réussir à travailler alors même que le théâtre est un art qui nécessite de la proximité, de parler en face de l’autre, de danser, de se toucher et même de s’embrasser ? “Mais par exemple quand on a pris la décision de jouer “l’érosion” on s’est dit mais qu’est-ce qu’on fait on répète avec des masques, les distances ?” (Mathieu, metteur en scène) Chaque compagnie a dû trouver une réponse à cette question. 

Pour ce qui est du Paon Vert, la décision a été prise unanimement de passer outre. Après une délibération collective, les membres de la compagnie ont décidé de prendre un risque. La distanciation sociale, le port du masque et les gestes barrières étaient naturellement appliqués dans les lieux communs, mais lors des répétitions une fois sur scène, ils et elles se permettaient de le retirer. Certain.e.s de nos enquêté.e.s insistent sur le fait qu’il n’est pas possible de censurer un spectacle pour s’accorder aux exigences sanitaires “nous dans l’équipe de la pièce qu’on monte actuellement, on s’est tous mis d’accord pour répéter sans masques parce que pour nous c’était essentiel, ni visière, pour nous c’était inenvisageable dans le processus de création” (Sophie, comédienne). Si l’injonction gouvernementale est d’empêcher toute proximité, dans ce cas-là autant ne rien faire du tout d’après les propos recueillis, car cela deviendrait du non-sens. C’est un des premiers motifs récurrents expliquant la détresse ressentie par les comédiens et comédiennes que nous avons repérée. Empêcher les modes et formes d’expressions inhérents à la pratique de la comédie est vecteur de perte de sens professionnel. 

Maintenant pour ce qui est de la diffusion du spectacle, les enquêtés ont indiqué respecter certains protocoles à la lettre. Le plus important de ceux-ci étant sans nul doute de laisser un siège sur deux vacants. Or la pièce en question était conçue pour une représentation en tri frontal, c’est-à-dire que les spectateurs sont dispersés sur trois gradins différents reliés entre eux. Cela est censé ajouter du relief au spectacle. Face à la contrainte épidémique et la nécessité de limiter les contacts avec la foule, le spectacle est donc passé du tri frontal au frontal “Si on était passé de tri frontal, au frontal d’un coup sans avoir eu le temps de réfléchir de travailler, ça aurait été une catastrophe, mais là on a quand même eu le temps de créer le spectacle, on a pris cette décision suffisamment vite pour qu’il nous reste du temps pour travailler une version frontale”.(Mathieu, metteur en scène). Une comédienne a néanmoins assuré une de ses interventions dans le spectacle où elle devait danser depuis les gradins. Le monde du spectacle vivant comme d’autres secteurs est un espace de compromis où il faudrait constamment mesurer à quel point il est possible d’amputer la performance pour faire ce que nous appelons de l’adaptation, plutôt que de faire de la suppression. Ainsi, l’adaptation aux contraintes sanitaires apparaît comme un travail en soi, supplémentaire au travail de création, et qui peut venir, par anticipation, reconfigurer ce dernier

Mais ces contraintes peuvent également être subverties pour devenir des appuis au travail de création artistique. Pour un autre projet qui est actuellement en cours d’écriture, le metteur en scène principal explique qu’ils ont cette fois décidé de s’inspirer de la contrainte sanitaire pour créer un spectacle. “La question c’était ça, sommes-nous devenus les avatars d’une société en métamorphose, de cette société qui est en train de muter, ou en fait on est en train de faire des choses de plus en plus virtuellement” (Mathieu, metteur en scène). En somme, un moyen de transcender la contrainte.

Une difficulté supplémentaire soulevée par nos enquêté.e.s est le ras le bol des phases de conception devant passer par la visioconférence pendant le second confinement national. De plus, en raison des annulations de spectacle, ou plutôt de leur report, un effet embouteillage commence à se créer. “Les spectacles actuels c’est compliqué parce qu’il va y avoir embouteillage, les spectacles qui sont des diffusions les lieux vont dire on les payent mais on ne vous reprogramme pas parce que la saison prochaine j’ai trop de chose et y a plein de spectacle qui vont se diffuser beaucoup moins qu’ils n’auraient dû.” (Mathieu, metteur en scène). Il apparaît pour nos enquêté.e.s difficile de reprendre un rythme normal à partir de maintenant. Bien que la plupart estiment avoir été épargnés de la crise pour différentes raisons que nous avons commencé à exposer, des difficultés futures s’annoncent inévitables.

Tomber le masque ? La question des risques et la discussion collective

Pour une entreprise, tout comme une association comptant au moins un salarié, les risques et les règles de sécurité qu’il faut respecter doivent être répertoriés dans le Document Unique d’Evaluation des Risques professionnels. Dans notre enquête, cette règle semble davantage dévolue au lieu de diffusion des spectacles, les théâtres “ils doivent signer un règlement intérieur et le règlement intérieur c’est de respecter les règles des lieux dans lesquels ils vont travailler, alors ça ce n’est pas nous qui imposons » (Mathieu, metteur en scène). Ceci n’est en soi aucunement problématique, mais cela devient trouble lorsque les lieux de diffusion ne disposent pas des mêmes règles et attentes concernant la prévention des risques liés à la COVID. Certains seront plus stricts sur le port du masque et d’autres laisseront plus de liberté sur le plateau. Cela pose le problème pratique de la variation des règles en matière de prévention selon les salles de spectacle qui accueille la compagnie. 

Cependant, les membres de la compagnie du Paon Vert ont pris la décision de braver les risques encourus par la COVID, et par conséquent de ne pas porter le masque durant les répétitions et représentations, mais également de ne pas rompre le contact physique entre les comédiens. “Mais en fait ça plus été ça, ça a été des prises de décisions pour savoir où on en était les uns les autres, savoir comment on se sentait, est ce qu’on était des personnes à risques, voilà, est ce qu’on vivait avec des personnes à risques, est ce que voilà. Et je vous dit la grande majorité de l’équipe s’est prononcé pour,  prenons le risque en fait, vivons la vie relativement normalement et prenons le risque” (Sophie, comédienne). De plus, pour ce qui est de la justification et la rationalisation des acteurs, la plus-value de ne pas porter le masque relève d’un côté pratique. En effet pour beaucoup d’entre eux, le masque ne permet pas de faire le travail correctement et les professoinnels indiquent qu’ils ne s’entendent pas. Par exemple, dans le cas des régisseurs, le port du masque ou non est une question qui se pose. En effet le port du masque est décrit comme rendant dangereux leur travail, car ces derniers ont besoin de se faire comprendre rapidement et facilement en cas de danger. Cette situation paradoxale illustre le fait que par la dévaluation d’un risque (celui de la Covid) on peut en prévenir un autre (le danger des aléas de la scène).

De surcroît, l’équipe de la compagnie du Paon Vert est très soudée. C’est ce qui lui permettrait de surmonter cette épreuve “on prend énormément soin les uns des autres” (Jason, comédien) ; “je crois même qu’avec mes camarades de classe il n’y a pas une aussi bonne bienveillance” (Jason, comédien). Dans le collectif, chacun semble avoir son mot à dire sur les risques, car ils sont intégrés et pris au sérieux, même si ces derniers sont remis en perspective. Le Paon Vert ne témoigne donc pas d’une gestion pyramidale dans la prise de décisions concernant les risques (tout du moins sanitaire) où il suffirait de suivre l’avis du directeur ou de la directrice. La prise de décision de répéter sans masque en est le parfait exemple. Le cadre rassurant qu’offre cette seconde famille pourrait néanmoins amener à une négligence de la prise en compte des dangers, mais aussi à une appropriation subjective des différents risques selon un agenda de priorité. Une enquêtée indique que, parfois, des arrangements sont pris avec certaines règles qui entourent l’obligation de se déclarer comme cas contact, par exemple. Une autre indique : “Moi je suis cas contact, de cas contact donc je me suis dit j’ai pas envie de faire capoter une semaine de répétition sachant que y’en a très peu, pour quelque chose de trop hypothétique en fait, et donc j’ai pris sur moi toute la semaine en serrant les fesses” (Sophie, comédienne). 

Derrière la Covid, une relecture des autres risques professionnels ? 

Cette question de la prévention des risques sanitaires nous amène à nous interroger sur la question de la prévention des risques dans un sens plus général du terme. Nous avons donc distingué trois catégories : les risques physiques, psychiques et les risques décrits comme économiques. 

Pour les risques physiques, notre enquête a démontré que la prévention formelle de ces derniers était inexistante. Il n’y a pas la moindre mention d’un Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels propre à la compagnie ni de plan de prévention. Certains membres de la compagnie ne sont par ailleurs par informés des différentes formes de préventions possibles, mais surtout applicables au sein du monde du spectacle vivant. “Ça existe sûrement, je ne suis pas trop au courant de ça, je pense que c’est un truc qui s’apprend sur le tas pour le coup.” (Jason, comédien) 

Il en va de même pour la prévention des risques psychiques qui semble peu présents ni évoqués en tant que tels.  Il s’agira plutôt d’incitation à venir communiquer un mal être si cela se faisait ressortir. De plus, l’un des membres de la compagnie nous a fait part que pour tout ce qui est prévention des risques, le monde du spectacle avait du retard sur les autres secteurs professionnels. Quand un risque physique s’est concrétisé en dommage au cours de la répétition du dernier spectacle, la réparation de ce dernier a tout de même été prise en charge par la compagnie.”Directement on a arrêté la répétition et Mathieu a appelé les médecins.”(Jason, comédien). Nous parlons de frais médicaux et de frais de transport. C’est ici que l’accent est mis en termes d’action “Mathieu m’a payé la séance.  Après y a eu une autre ostéo, qui pouvait me prendre plus tard, et du coup il a quand même prit rendez-vous la veille de la première juste pour être sûr.”  (Jason, comédien). 

On peut également citer les risques économiques qui semblent moins se poser sur les individus que sur la compagnie en elle-même. En effet, si cette dernière réussit à survivre suite à la crise due à la Covid, c’est en grande partie grâce aux subventions et conventions qui lui sont accordées, même si ces dernières ont diminué. Cette baisse de subventions oblige donc la compagnie à s’adapter. Dans ce cas précis, il s’agit de retravailler la gestion du budget alloué à telle ou telle œuvre. Du point de vue des membres de la compagnie, il est arrivé que certains d’entre eux aient dû « batailler » pour toucher leur salaire, mais cela ne les affecte pas tant que ça, puisque ces derniers s’estiment encore chanceux et épargnés. “Franchement je me considère avoir été malgré la période, hyper chanceuse, la première de notre pièce devait être la le 15 Novembre, on attend mais on continue quand même à répéter donc je vais quand même être payée.” (Emilie, chorégraphe et metteuse en scène)

Conclusion

En matière de prévention des risques professionnels dans le contexte incertain de l’épidémie de Covid, il n’y a pas eu de ligne directrice ou de route balisée, mais plutôt une adaptation au gré des événements. Il nous aura finalement fallu nous intéresser au risque épidémique pour mettre en lumière la manière dont il masque peut-être tous les autres. Nos enquêté.e.s ont montré de par leurs réponses qu’ils avaient bien plus à dire sur les risques propres au contexte épidémique que sur les risques habituels propres au travail dans le spectacle vivant. Pourtant ces risques sont corrélés.  Le risque psychique a par exemple été mentionné face à la Covid principalement. En comparaison, le stress psychique ou physique ressenti par les comédiens en répétition fait partie du métier. C’est probablement parce que ces risques sont implicitement acceptés que la question ne se pose pas aussi clairement qu’elle le devrait. 

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

More Posts

Follow Me:
Twitter


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search