Invasion socio-normande

Atelier terrain – Billet n°1

Avis aux Bajocasses et Bayeusains, préparez-vous : après vous avoir laissé une petite année de répit, les étudiant·es du Master 1 de Sociologie débarquent de nouveau à Bayeux !

Ils et elles vont vous examiner sous toutes les coutures : vos pratiques sportives et de santé, vos emplois du temps de retraité·es, vos activités associatives et citoyennes, vos musées et vos restaurants, vos abbayes et vos bars… tout y passera. Même le temps pluvieux ne nous arrêtera pas.

Vous les repérerez, ils et elles sont une quarantaine, équipé·es de leurs carnets et de leurs baskets, assoiffé·es de données et même prêt·es à se marcher sur les pieds. Après avoir pris d’assaut la Mairie, ce sont les associations qui ont déjà été inondées de demandes d’entretiens. Quand une responsable d’association ne peut accorder qu’un seul entretien, la socio au Logis devient un sport de combat… mais pas de ça entre nous ! C’est plutôt la solidarité qui permet à l’enquête d’avancer : aux un·es de retrouver la feuille de contacts égarée, ce petit trésor de numéros de téléphone faisant le bonheur des autres.

Les étudiant·es ont déjà fait preuve d’une grande pugnacité. Les personnes qui leur ont raccroché au nez ne les ont pas arrêté·es : quand les portes se ferment, ils et elles rentrent par la fenêtre. L’accès du CHU leur étant barré, ils et elles ont traqué les blouses blanches dans les rues pour passer par les portes dérobées, quand d’autres talonnaient les cheveux blancs pour recruter des enquêté·es retraité·es.

Il faut même les freiner pour qu’ils et elles n’acceptent pas n’importe quelle contrepartie aux entretiens. Le restaurateur qui a espéré faire six couverts en échange d’un entretien sera déçu de l’annulation de la réservation imposée par « les encadreurs ». En revanche, le coach qui a proposé de profiter des installations sportives a rencontré un franc succès… enfin pas chez celles et ceux qui « ont fait leur sport du mois » après une demi-journée d’enquête ! 

À défaut d’être de grand·es marcheur·euses, les étudiant·es ont déjà fait preuve de grandes qualités d’enquêteur·ices et ont même manifesté des compétences créatives peu banales.

Nous avons hâte qu’ils et elles nous dévoilent tout l’éventail de leurs talents…

Anne Bidois, Marion Charpenel, François Feliu et Aurélie Gonnet, les enseignant·es du stage terrain


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search