Bayeux 1 – Rouen 0 : un terrain presque parfait !

Passer du terrain enchanté à un terrain en chantier, c’est se confronter à quelques surprises parfois bonnes, parfois déconcertantes. Alors qu’à partir du cadrage statistique de M. Joubert, deux de nos groupes avaient choisi de travailler sur les retraité·es et les restaurateur·ices en se disant qu’ils seraient faciles à trouver, ils et elles ont dû se livrer à une véritable traque aux cheveux blancs et se dévouer pour faire une tournée des bars ! Nous pensions qu’ils et elles seraient ravi·es de répondre à nos questions… que nenni ! Pressé·es, occupé·es, nos préjugés sur leurs disponibilités ont été battus en brèche.

Une maison de retraite déserte

Le terrain qu’on imagine n’est pas toujours conforme à la réalité : des enquêté·es heureux d’être pris·es en photo; des bonnes sœurs très bavardes, loin du vœu de silence présupposé… Si les voies du Seigneur sont impénétrables, celles des accès au terrain peuvent l’être aussi : entre le covid-19, des données de répertoires pas mises à jour et des échanges téléphoniques un peu abrupts, il faut redoubler d’efforts pour contourner les obstacles… Le plus simple reste d’aller sur place, sauf quand nos prises de contacts nous reviennent comme un boomerang : démultiplier les demandes d’entretiens peut s’avérer payant mais peut aussi être étouffant pour les enquêté·es.

Une fois l’entretien obtenu, les conditions diffèrent des manuels de sociologie : alors qu’on rêve d’entretiens posés, au calme, seuls, il a fallu composer avec des rencontres à l’extérieur, des interruptions intempestives du voisinage, des enfants qui jouent autour.

Un entretien mené dans des conditions inattendues

L’entretien en face à face qui nous est enseigné peut vite tourner à l’entretien collectif… Quant à la phase de préparation matérielle, elle peut être très condensée quand l’enquêté·e vous appelle et vous propose une rencontre immédiate. Enfin c’est la déception lorsque l’enquêté·e n’a finalement plus que 30 min à nous accorder… ou lorsqu’il mène seul l’échange pendant 2 heures 30 minutes et 40 secondes sans qu’on ne parvienne à réorienter la discussion. De plus, la relation aux enquêté·es peut désarçonner comme lorsqu’ils ou elles s’improvisent pédagogues et nous donnent un cours de méthodes. Faire un entretien, c’est aussi accepter que nos questions tombent à plat, suscitent des incompréhensions et nous obligent à refaire indéfiniment nos guides.

Un terrain presque parfait c’est aussi un terrain qui reste en perpétuel chantier et ouvre plein de sentiers… Il ne suffit pas d’avoir des outils affutés, il faut savoir en changer. L’ouverture d’un accès à une salle de sport nous a conduits à substituer l’observation participante à l’entretien semi directif, quitte à donner quelques conseils d’haltérophilie en échange de discussions informelles.

L’un de nous coachant son enquêté

C’est une fois sur le terrain que l’ethnographie révèle ses atouts. La maison de quartier est devenue le lieu de nombreuses découvertes sur le rôle de l’interconnaissance dans un quartier.

Finalement, alors que nous pensions qu’une problématique bien trouvée était une problématique qui ne devait pas bouger, nous prenons conscience de la nécessité de la faire évoluer au gré du terrain ; c’est ainsi que la porosité des frontières de la communauté des religieuses à l’abbaye remet en cause notre premier questionnement sur l’entre soi féminin.

En chantier, le terrain demeure enchanteur, tant que c’est en chantant. (N’est-ce pas le groupe abbaye? Demain diffusion de l’enregistrement si aucun paquet de bonbons n’apparait dans la salle de classe avant minuit…)

Les étudiant·es du Master 1 de sociologie de l’Université de Rouen


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search