Bayeux, Bayeux, on t’enquête !

NDLR: Les enseignant·es se désolidarisent lâchement de ce titre.

Un chasseur sachant chasser les données est un·e sociologue

Vous savez, nous ne croyons pas qu’il y ait de bonnes ou de mauvaises données. Si nous devions vous résumer notre métier aujourd’hui, on dirait que c’est d’abord des rencontres d’usager·ères en peignoir, d’enquêté·es qui jouent les enquêteur·ices ou qui nous offrent un café, parfois qui nous « savonnent » aussi. Plus que des anecdotes, ces péripéties nous fournissent la matière première de nos enquêtes : des données. Voici donc la recette d’une bonne enquête : prenez une cuillère à soupe d’observations, un litre d’entretiens, une pincée de statistiques, sans oubliez l’assaisonnement à base d’archives : des photos fraiches, un soupçon de prospectus, des plans bien relevés ! Accompagnez d’un bon café pour tenir ou pour faire parler les enquêté·es. Si un ingrédient vient à manquer n’hésitez pas à improviser pour le remplacer : accepter de marcher jusqu’au TGV pour ne pas perdre un entretien, inviter des enquêté·es au foyer, faire face à un « lapin » et ouvrir un terrain. Pour que la magie opère, il faut des enquêteur·ices hors-pairs qui savent manier des données complémentaires. Cerise sur le gâteau, quand les rendez-vous tombent à l’eau, le/la chercheur·e sort une observation de son chapeau ou mieux, de son fourneau ! Dégustez.

Bayeux : la vieille marmite source de données aux bonnes soupes

Et voici les ingrédients pour s’assurer de manière infaillible de planter son entretien et de n’avoir aucune donnée à analyser, le tout saupoudré d’un malaise général :

En premier lieu, s’assurer de réunir toutes les mauvaises conditions matérielles : un dictaphone ou un enregistreur déchargé, un crayon mal taillé, un stylo qui fuit, un bloc note sans feuilles. Par exemple, cet après-midi, juste avant l’entretien, l’une d’entre nous a fait tomber son téléphone sur le carrelage des toilettes, rendant impossible tout enregistrement et pire, empêchant de joindre l’enquêtée qui de son côté, n’avait de cesse de nous appeler.

En second lieu, se positionner dans un lieu bruyant, très passant, avec un·e enquêté·e débordé·e par son activité et petit plus, se vêtir d’une tenue susceptible de contrarier son interlocuteur, arriver en retard, s’arranger pour que le ou la supérieure hiérarchique soit bien à l’écoute de votre échange. L’un d’entre nous a dû faire toute la visite guidée d’un musée pour obtenir un entretien haché, un morceau dans chaque salle.

Paul courant après son enquêté

Ensuite, idéalement couper systématiquement la parole à son enqueté·e, garder un écouteur ou une oreillette, regarder ailleurs pendant qu’il ou elle parle, acquiescer comme si vous en aviez marre, poser des questions incompréhensibles et enfin imposer vos propres catégories d’analyse, le tout avec une pointe de mépris ou de condescendance. L’une d’entre nous a par exemple supposé que l’enquêtée, un peu âgée, ne savait pas utiliser internet, conduisant l’encadrante à intervenir pour remédier au moment de gêne occasionné. En dernier lieu, tout mettre en œuvre pour énerver son enquêté·e et, mieux, réussir à lui arracher quelques larmes en lui faisant raconter sa trajectoire de vie. Et si vous avez la chance de faire un entretien dans un bar, in vino veritas.

Quand on n’a pas de tire-bouchons, on a des idées.

Données, données, donnez-moi, Bourdieu vous le rendra

Une fois ces données récoltées, vient le temps de l’analyse. On ouvre les cartons, on fait défiler les bandes audios, on feuillette les photos et là, souvent, on ne sait plus où donner de la tête. Soit on fait l’autruche et on s’abrite sous sa couette en attendant que le saint Bourdieu passe par là, soit on se décide à opérer un tri. Mais quelles données conserver ? Et surtout comment accepter de renoncer à 50 pages d’un entretien mené sous la pluie et retranscrit dans la douleur ? Mais il faut s’y résoudre toutes les données ne sont pas exploitables. Pour les transformer en résultats, une première étape peut être un classement thématique. Ensuite, tout l’enjeu est de voir si ces thèmes se rattachent à la problématique. Parfois les données viennent confirmer ou infirmer nos hypothèses, suscitant chez nous des émotions fortes et variées entre l’excitation et le désespoir. Parfois, les données viennent ouvrir d’autres perspectives inattendues. Est-ce qu’il faut pour autant se débarrasser de celles qui nous amènent sur des chemins insoupçonnés ? Nous décidons plutôt de suivre ces sentiers qui nous amèneront, on l’espère, jusqu’à Rome !

Tous les chemins mènent à Rome

Et si ce n’est en Italie, au moins elles nous feront avancer dans le raisonnement sociologique et découvrir de manière inductive d’autres horizons. A ce stade de la semaine, on est passé de la peur de ne pas avoir assez de données à la peur d’en avoir trop : après avoir eu si peur de la sécheresse, nous craignons bientôt d’être noyé·es.

Halile, Mamadou, Aïssata, Yakhya prêt·es à commencer l’analyse

Comme on dit en wolof, « Marr naan boula takhé naan pottit bou robinet oubé nga rouss », « si avoir soif amène à boire de l’eau sale, quand tu auras de l’eau propre tu auras honte de toi ».

Les étudiant·es du Master 1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search