Le temps, moteur d’une enquête

Étourdis que nous sommes ! Nous qui pensions que l’enquête commençait sur le terrain… N’importe qui pourtant prépare ses valises avant de partir en vacances. Pour interviewer les restaurateurs pris par le temps, il faut bien convenir d’un créneau en avance… et si possible passer un coup de téléphone pour s’assurer du menu afin de ne pas tomber sur de la teurgoule !

La teurgoule, spécialité normande

Un bon terrain est un terrain planifié. Mais ne cherchons pas à anticiper toutes les situations avant de se lancer. Sinon le risque est grand de rencontrer impasses et embûches et de laisser le terrain s’échapper. Se jeter dans le grand bain suffisamment tôt, permet de modifier son questionnement en fonction des découvertes réalisées. Nous sommes tous et toutes d’accord qu’un rétroplanning bien élaboré évite de se retrouver pris par le temps. Sans un peu d’organisation et une maitrise du temps, le groupe qui travaillait sur l’abbaye n’aurait eu chaque soir qu’une hostie en guise de diner. Comme nous l’a expliqué une des sœurs, Jésus aurait dit « l’homme ne vivrait pas que de pain », ici à Bayeux, on vit et on mange enquête et le temps semble ne pas s’arrêter ! N’oublions pas un bon sociologue, ménage sa montre et son estomac !

Une enquête n’est pas toujours un long fleuve tranquille ! Et, à bord, le vent peut vite tourner ! Conduire un entretien nous demande parfois de virer de bord. On prévoit de démarrer
par la côte de la bibliographie, on navigue dans la construction du guide d’entretiens, persuadés d’être équipé·es pour surmonter la tempête “Enquêté·e”, avant de réaliser que le navire commence à couler ! Nous voilà obligé·es de retourner à quai pour consolider la coque : refaire sa grille d’entretien, reformuler des hypothèses, réorienter sa problématique… Pour éviter la fin tragique du Titanic, il faut des matelots soudé·es, et préparés à faire face à une
imprévisible vague de larmes… Dans ces cas là, une petite « sieste stratégique » est alors parfois nécessaire, même au cœur d’une session de cartographie…

La sieste stratégique

Quand un entretien s’éternise, l’enquêteur doit rester maître du temps au risque de voir son encadrant intervenir pour mettre fin à la dérive. Malgré le coté imposant de certain·es enquêté·es, il est toujours nécessaire d’annoncer les règles du jeu et de rester maître·sse à bord. Ce n’est pas parce que l’entretien dure longtemps qu’il est plus intéressant.

Lorsqu’au lendemain du départ, les portes s’ouvrent pour un entretien, nous faisons face au chagrin de quitter notre terrain en si bon chemin. Il faut néanmoins accepter de tourner une page pour, en bon sociologue, commencer l’analyse, son stylo en main. Est-ce pour autant la clôture définitive de notre terrain ?

Nous pouvons avoir besoin de compléter les données. Pourquoi abandonner une opportunité ? Sortez vos plus beaux escarpins, le tempo de la salsa va vous embarquer au rythme des appels téléphoniques, des visios et des mails. Pour nous former aux entretiens à distance, n’oublions pas d’aller faire un tour sur le site du Dysolab sinon les professeur·es le noteront dans leur calepin. Ne manquez pas de faire preuve de réflexivité et d’analyser aussitôt pour profiter de la fraicheur des données.

Non seulement le terrain ne finit jamais, mais même une fois le dossier bouclé, il est question de restitution : redonner du temps à celui qui nous l’a accordé.

En conclusion, vous l’aurez compris, le temps de l’enquête est compté, mais le sociologue ne compte pas son temps.  

Les étudiant·es de Master 1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search