Bye-Bye Bayeux mais pas que… Retours pour le futur

Un stage terrain c’est compliqué à organiser ; ça coûte un peu d’argent à l’université ; ça suppose de courir après les pass sanitaires, les attestations d’assurance et les préférences alimentaires ; ça impose de travailler non-stop de 7h30 à 00h30 pendant toute une semaine ; ça amène à jouer un peu aux animateur·ices de colo ; à cocooner des jeunes adultes épuisé·es et à soigner leurs plus ou moins gros bobos ; ça suppose même parfois qu’ils ou elles vous réveillent en pleine nuit… mais qu’est-ce que c’est chouette ! L’expérience de cette quatrième année de stage terrain confirme en effet tout l’intérêt de ce dispositif pédagogique.

Après avoir appris et pratiqué les différentes techniques d’enquête les unes après les autres dans les cours de licence, l’atelier terrain est l’occasion pour les étudiant·es de les articuler entre elles, sautant parfois de l’une à l’autre au gré des situations, comme lorsque l’entretien voit se démultiplier les interlocuteur·ices et l’échange se transformer en scène d’observation. Ils et elles apprennent à identifier la complémentarité des méthodes et à les inscrire dans un protocole de recherche cohérent avec leur questionnement. Quelle meilleure préparation pour ensuite s’attaquer à la grosse épreuve du mémoire ? Enfin quand le matériel suit…

Ordinateur épuisé par une semaine de travail intensif

De plus, assister aux entretiens des étudiant·es permet, comme dirait le prof de tennis à son élève, de “corriger le geste”. Passer une heure à les observer faire, en interchangeant les enseignant·es d’un groupe à l’autre, et prendre le temps ensuite de revenir avec elles et eux sur leurs questions, leurs relances, leur attitude et leurs loupés permet de vraies prises de conscience et de nets progrès.

Si au début du stage, on les voit s’accrocher à leurs grilles d’observation ou d’entretien, sans relancer, ni décoller le nez du carnet et expédier l’échange en 15 min chrono, paralysé·es par le stress, oubliant de sourire, de hocher la tête à leur enquêté·e ou de faire autre chose que de “participer”; progressivement, on les voit maitriser l’interaction, relancer au bon moment, recueillir des récits passionnants et des verbatims croustillants.

Lorsque parfois nous intervenons dans l’entretien (pour mettre fin à un moment de solitude, susciter leurs relances ou parce qu’on s’est pris au jeu), ils et elles peuvent regarder faire et ainsi comprendre rapidement les possibilités qui s’offrent à elles et eux dans l’interaction.

Et, même si cela implique des kilomètres de marche d’un bout à l’autre de la ville (au point d’être soupçonné·es par « les jeunes » de ne pas pouvoir tenir le rythme), assister dans la même journée à trois entretiens avec une bonne sœur, un adepte de la musculation et un restaurateur vient également enrichir notre propre pratique du terrain. Bienfait de la pédagogie inversée, nous avons notamment retenu la technique de la « sieste stratégique », consciencieusement théorisée et mise en œuvre par les étudiant.es.

Florilège de “siestes stratégiques”

Enfin, les debriefings du soir sont également des temps précieux pour l’apprentissage du métier de sociologue. Outre leur fonction cathartique, utile après avoir essuyé quelques bons refus ou planté quelques entretiens, ces moments permettent aux étudiant·es de questionner les règles de la méthode sociologique telles qu’elles leur apparaissent dans les manuels, pour mettre en lumière tous les bricolages qui constituent en réalité une enquête.

Ce processus d’apprentissage serait toutefois incomplet s’il faisait l’impasse sur une autre des étapes centrales de toute recherche : l’écriture. La rédaction souvent nocturne de chacun de ces billets permet ainsi de faire l’expérience de la construction et de la structuration d’un propos, et ainsi d’aller au-delà des anecdotes de terrain en les articulant les unes aux autres pour faire émerger pistes d’analyse et autres leçons méthodologiques. Cette expérience d’écriture collective suscite un dépassement de l’apparente segmentation des terrains et des objets et ainsi un décentrement du regard. Enfin, elle développe l’esprit de synthèse. Les débats animés autour de la construction des titres des billets invitent aussi les étudiant·es à faire preuve de créativité et d’imagination sociologique (qui dépasse parfois même les attentes des enseignant·es…).

Nos étudiant.es ont du talent : liste de titres proposés pour le 3e billet

Et puis, bien sûr, ce format d’enseignement que constitue le stage terrain favorise indéniablement les rencontres et la construction d’un esprit d’équipe parfois difficile à trouver dans les amphis bondés. L’altérité et la promiscuité façonnent rapidement les relations, entre étudiant·es mais aussi avec les enseignant·es, suscitant l’expression de doutes et de craintes parfois difficilement dicibles.

À l’intensité de l’enquête fait écho la densité des échanges, et aux sociabilités de la vie collective, la socialisation estudiantine et professionnelle. Des vertus qui prennent un sens tout particulier à l’issue d’une période marquée par l’isolement et la distance.

Chanson hommage à Yakhya

Et maintenant, à nous la sieste stratégique !

Un enseignant dont on taira le nom lors du trajet retour….

Anne Bidois, Marion Charpenel, François Feliu, Aurélie Gonnet, les enseignant·es de l’atelier terrain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search