Portrait de chercheur – Léo Joubert – Maître de conférences

  • Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis tout nouveau maître de conférences en sociologie, au sein du laboratoire, recruté sur un profil alliant sociologie quantitative et sociologie du numérique. Je suis très heureux d’avoir été recruté sur ce poste, car cette articulation entre deux « formes » de pratiques du raisonnement sociologique répond à ma double formation que j’ai réalisée à l’université d’Aix-Marseille.

J’ai d’abord une formation de sociologue généraliste, au cours de laquelle je me suis spécialisé sur les communautés virtuelles avec une approche politique, c’est-à-dire en questionnant l’articulation des règles de ces communautés avec les trajectoires de vie des participants. Mon objectif théorique, dans la thèse, était de m’attaquer à une partition du champ de la sociologie du numérique. D’un côté, des travaux de ce qu’on appelle la « sociologie des usages » sont très performants pour expliquer qui utilise quoi, comment et quand. Cependant, ces travaux tendent à délaisser le caractère collectif des usages considérés. D’un autre côté, les travaux sur la régulation des communautés numériques me semblent parfois « flotter » en l’air : on ne connait pas vraiment l’histoire sociale des acteurs qui participent à la communauté que l’on étudie. En me posant la question, sans doute un peu naïve, « qu’est-ce qu’il reste de l’acteur dans le contributeur ? », j’ai essayé de travailler à combler cet écart qui est davantage un produit de la structuration du champ scientifique qu’une véritable distinction épistémologique : tout le monde sait bien que l’usage individuel d’un dispositif numérique est une affaire collective. D’ailleurs, je ne suis pas du tout le seul à essayer de faire ça et il me semble que la sociologie du numérique la plus contemporaine, par rapport aux pionniers de ce champ thématique, se caractérise par une volonté de tenir ensemble usages et règles.

Pour mener à bien mon travail de thèse, j’ai tiré beaucoup de profit d’une formation que j’avais fait en statistique, à l’époque de ma licence. Le fait de mener de front une licence de sociologie et une licence de mathématiques appliquées m’a obligé à sans cesse articuler les deux registres. Encore aujourd’hui, la séparation entre une sociologie « qualitative » et une sociologie « quantitative » me semble complètement aberrante. Bien sûr, il y a des profils de compétences différents : des chercheur.e.s, des doctorant.e.s, des étudiant.e.s davantage à l’aise avec un type de méthode plutôt qu’avec un autre.

Mais, dire qu’il s’agit de deux « sociologies » différentes me semble être un vrai problème qui bloque très souvent le débat scientifique à une simple constatation : « oui, bon, on ne fait pas la même chose de toute façon », au lieu d’avoir une discussion fluide. D’ailleurs, quand on y regarde de plus près, par exemple si je prends l’exemple de l’ethnographie, un.e ethnographe sur le terrain compte énormément – que ces comptages ne soient pas traités de façon standardisée dans des tableaux ne change pas grand-chose… À l’inverse, les statisticien.ne.s même les plus fanas de régression, s’ils veulent parvenir à une bonne spécification du modèle, s’appuient très souvent sur des études qualitatives (même s’ils ont tendance à oublier de les citer en biblio !).

J’étais très content de trouver, à Rouen, dans le département de sociologie et dans Dysolab, une vraie discussion entre les différentes méthodes. Des discussions informelles, j’ai déjà pu constater qu’il y avait de nombreuses manières, directes et indirectes, de mettre en regard mes résultats de jeune chercheur avec ceux de collègues beaucoup plus expérimentés que moi !

  • Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Je poursuis pour le moment mes recherches de thèses, dans deux directions. La première est une investigation plus poussée des mécanismes de régulation. Dans la thèse, je décris un mécanisme sociologique de régulation basé sur une tension dialectique entre « communauté des contributeurs » et « société des usagers », chaque moment dans l’histoire de Wikipédia étant marqué par un état particulier de cette tension.

Ce n’est pas la même chose de construire avec trois ou quatre amis un prototype d’encyclopédie que de participer au milieu de plusieurs centaines de milliers de contributeurs actifs tous les mois à l’entretien et l’enrichissement d’un corpus de plusieurs millions de notices. Ces variations démographiques ont des incidences majeures sur les processus d’engagement, faire la sociologie des communautés numériques c’est pour moi se donner les moyens de décrire ce couplage dynamique entre engagement, massification et règle. C’est ce qui m’a amené à définir le concept de « commun de masse » pour étudier son processus d’institution en partant des carrières individuelles.

J’essaye actuellement de le faire plus précisément que dans la thèse. Décrire comme je l’ai fait un mécanisme global et des carrières individuelles ne suffit pas. Je souhaite maintenant essayer de comprendre quels sont les facteurs d’évolution du processus de coécriture d’une page prise en particulier. Par exemple, il s’est passé des choses que je peine encore à comprendre sur les pages relatives à la pandémie de SARS-nCov2 qui nous touche depuis 2 ans. Wikipédia a produit des textes parmi les plus consultés par les internautes et les citoyens, ce qui implique de réaliser un immense travail de surveillance des pages : sur Wikipédia, tout le monde peut tout modifier n’importe quand et n’importe comment. Si les pages sont stables, c’est parce que des contributeurs se donnent pour but d’effacer le contenu qui n’est pas conforme à certaines règles. Des évènements de ce type ont de profondes répercussions sur la communauté qui les écrit parce qu’ils représentent des défis pour la mise en application des règles. D’ailleurs, un peu comme une épidémie qui stimule le fonctionnement d’un système immunitaire…

Pour essayer de comprendre ces micro-processus, je travaille en ce moment avec la théorie des graphes, et ce que l’on appelle plutôt, en sociologie, l’analyse de réseau. Mon but est d’essayer de comprendre comment se constituent des formes structurelles dans les processus de coécriture d’une page en particulier. Par exemple, comment les contributeurs de Wikipédia qui sont par ailleurs médecins ont-ils interagi avec les autres sur les pages liées à la Covid ? Comment, dans le cas de l’élection présidentielle, les militants de tel ou tel candidats assurent une couverture des actions du candidat en question ? Si un thème s’avère central dans la campagne, comment les notices wikipédiennes qui lui sont consacrées vont-elles varier ?

C’est une perspective de recherche comme je les aime, c’est-à-dire à la recherche d’un équilibre entre formalisme (le même modèle peut voyager d’une thématique à l’autre : Covid et élections dans mon exemple) et particularités situationnelles (trouver « la même structure » sur des pages différentes demande de bien réfléchir à l’interprétation que l’on peut en donner pour ne pas verser dans la soi-disant Grande Théorie). Je n’aurais certainement pas l’audace de prétendre que j’ai trouvé cet équilibre, c’est très très difficile. Mais en tout cas, c’est bien mon chantier de recherche actuel et c’est ce qu’il me plairait de trouver !

  • Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

J’ai un moment très clair à l’esprit : je ne sais plus très bien en quelle année de thèse, je me suis trouvé noyé sous une quantité astronomique de choses qu’il était possible de faire avec mes données. Dans la mesure où je travaille sur des corpus d’archives numériques, la volumétrie est conséquente (sans que mon approche ne relève du Big Data, mais c’est un peu long à expliquer ici). Concrètement, je dépouille les archives de Wikipédia (100 millions de versions différentes de 2 millions de pages écrites par 800 000 contributeurs, à peu près…) et pour me guider dans ce processus de dépouillement, j’ai utilisé la base d’une enquête par questionnaire à laquelle environ 12 000 lecteurs et contributeurs de Wikipédia avaient répondu et j’ai réalisé environ 28 entretiens auprès de contributeurs très chevronnés.

Avec cette quantité de matériau, on est rapidement noyé. Je pourrais faire le malin et dire que tout ce recueil est le fruit d’une stratégie de recherche bien planifiée, mais tous les lecteurs un peu expérimentés de ce carnet comprendraient bien vite que… je fais le malin ! En réalité, comme dans toutes les enquêtes, j’ai eu l’intuition que ce matériau est important puis je suis arrivé (ou pas) à faire quelque chose avec. Là, en l’occurrence, les archives de Wikipédia étaient un matériau très conséquent, mais avec des biais évidents : par exemple, ce n’est pas parce qu’on arrive à retracer les moments du développement d’une page que l’on arrive à savoir « qui » a écrit. Pour cela, il vaut mieux discuter avec des contributeurs, leur inviter à raconter leur vie… Mais les récits de vie ne sont pas non plus un matériau parfait : par exemple, le récit d’un individu ne dit rien, ou presque, de sa position objective. Pour cela, il faut le positionner dans un corpus (ce que j’ai fait avec les archives) et dans une population (ce que j’ai fait avec mon questionnaire). Toute cette rationalisation vient après coup…

Cependant, s’arrêter là n’est pas satisfaisant : comment savoir si la supposition que tel ou tel matériau va être utile est raisonnable ? Si on ne répond pas du tout à cette question, on court le risque de s’épuiser (ça a été une crainte récurrente de mes directeurs de thèse tout au long de mon travail…). C’est une question incroyablement difficile, mais je crois avoir trouvé une réponse, pas parfaite mais un peu aidante, une sorte de « ficelle du métier » pour reprendre l’expression de Becker : un matériau est utile s’il parvient à éclairer des processus d’homogénéisation ou de différenciation des unités d’analyse.

Dans mon cas, j’ai deux unités d’analyse : les notices wikipédiennes et les contributeurs à Wikipédia. Dès lors, n’est utile qu’un matériau ou un traitement (qualitatif ou quantitatif) qui permet de montrer des différences ou des ressemblances entre des contributeurs et des pages. Par exemple, ça vaut le coup de calculer, à l’aide des archives, le nombre de contributions réalisées par chaque contributeur : on peut alors très vite mettre en évidence ce que les statisticiens appellent une « loi de puissance », à savoir que « peu de contributeurs contribuent beaucoup et beaucoup de contributeurs contribuent peu ». Voilà comment j’ai pu avancer en gardant, c’est très important pour moi, une posture inductive en statistique.

Je ne crois pas beaucoup à l’hypothético-déductif « rigide » … Je cherche à pratiquer, même en statistique, une sociologie constructiviste en ayant l’objectif épistémologique de faire jouer différentes théories sociologiques au plus près des données. Un exemple rapide : si l’on considère les carrières de Wikipédia, on a des étapes du parcours où il existe un profil type d’acteurs assez repérable. En l’occurrence, les premiers moments de la carrière des wikipédiens sont plutôt franchis par des jeunes hommes fortement diplômés. Donc, le fait de réaliser des premières contributions est mobilisable comme « l’activation d’une disposition », pour reprendre l’expression de Bernard Lahire à la suite de Bourdieu : tel type d’acteur, par son « histoire incorporée », est particulièrement « disposé » à contribuer.

Cependant, si l’on s’intéresse aux femmes plus âgées qui contribuent également, alors on voit qu’au bout d’un moment, elles contribuent comme les hommes. Pour comprendre ce processus, il faut mobiliser une autre théorie sociologique habituellement opposée à la sociologie dispositionnelle mais en fait assez complémentaire : la « théorie sociologique de l’identité » de Dubar. En fait, une fois les contributeurs « dedans », c’est-à-dire une fois que les dispositions se sont activées en contexte, démarre un processus d’identification aux catégories inscrites dans les règles de Wikipédia. Pour le dire plus simplement, on « devient » wikipédien. Dès lors, le profil sociodémographique importe peu : peu importe que j’ai un doctorat ou le bac, peu importe que je sois une femme ou un homme… Je suis wikipédien et je me comporte en conformité par rapport à des règles abstraites.

D’un point de vue constructiviste, je cherche à montrer comment deux corpus théoriques, antagonistes sur certains points et complémentaires sur d’autres, peuvent être mobilisés dans la même analyse. Cela, à condition de réfléchir à l’agencement des différents résultats qui peuvent être obtenus en regardant ce qui homogénéise et ce qui diffère.

  • Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Pas en lien avec mes recherches : je ne veux pas infliger aux lecteurs du carnet ma bibliographie de thèse ! Le problème de ce genre de question, c’est de donner l’impression que parce qu’on est maître de conférences, on fait toute sorte de choses « cultivées » en dehors de notre travail, puisque notre travail est lui-même lié à la « culture ». Ce n’est pas mon cas : je ne lis pas Bourdieu pour m’endormir ! À l’inverse, si on fait une réponse délibérément impertinente, on tombe dans ce que Grignon et Passeron appellent, et ils ont raison à mon avis, du « populisme » : laisser penser que le capital culturel acquis dans le loisir n’a aucune importance dans le métier que nous faisons.

Pour essayer de répondre du mieux que je peux à cette question, j’essaye de savoir ce qu’il y a de « sociologique » dans ma manière d’être curieux de quelques petites choses. D’abord, je suis un fanatique des échecs (j’en profite pour demander s’il y a des joueurs à Dysolab ?) et j’ai découvert que Norbert Elias utilisait systématiquement la métaphore du jeu pour définir la sociologie : des joueurs en interdépendance qu’il faut agissent en étant co-déterminés. Et je pense que c’est ce qui me passionne depuis que je joue aux échecs : voire comment une partie se déroule en tissant progressivement des liens entre des pièces aux capacités différentes.

Ensuite, en ce moment je suis en train de regarder la série Squid Game, que je recommande à mes étudiants pour s’inspirer quant à la puissance de la norme dans la définition des motivations individuelles. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler…

Évidemment, je ne réfléchis pas à cela ni en jouant aux échecs ni en regardant une série. Je me divertis, juste… Mais je pense qu’ensuite, au moment de réfléchir, ces divertissements ont une influence profonde, indirecte, que je ne comprends pas totalement, sur ma manière de réfléchir au sujet plus vaste de la rencontre entre l’acteur, la dépendance réciproque et la normalisation, ce qui est la question de fond qui traverse un peu tout mon travail.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search