Portrait de chercheure – Romane Soler – doctorante

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

                  Je suis Romane Soler, doctorante au laboratoire DySoLab de l’université Rouen Normandie, au sein de laquelle j’ai effectué l’ensemble de mon cursus en sociologie.

                  En parallèle, lors de mon M2, j’ai eu l’opportunité d’être engagée comme ingénieure d’étude au sein d’une équipe de recherche pluridisciplinaire – le collectif LuCid – prenant pour objet de recherche les réactions des médecins généralistes locaux suite à l’incident Lubrizol Normandie Logistique.

                  Désirant poursuivre ce début de parcours universitaire et professionnel en adéquation avec mon goût pour la recherche, j’ai récemment candidaté à l’obtention d’un financement doctoral. Grâce au soutien essentiel et majeur du laboratoire Dysolab et de mon directeur Patrice Cohen, je mène ainsi aujourd’hui une thèse financée, en continuité avec mes deux mémoires menés sur les militants environnementalistes rouennais.


2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

                  Mes chantiers de recherche actuels se concentrent majoritairement autour de ma thèse, qui porte sur l’étude de la configuration rouennaise de la cause environnementale. L’alliance victorieuse des partis PS et EELV au sein de la métropole rouennaise me permet notamment de questionner comment les militants ajustent leur engagement devant la politisation croissante de ces enjeux.

                  En début de thèse, je suis en pleine étape de construction de mon objet d’étude, induisant plusieurs tâches. Un défrichage épistémologique s’impose, pour construire une conceptualisation sociologique : de la « carrière » chez Howard Becker, au « stigmate » d’ Erving Goffman, en passant par la « configuration sociale » avec Norbert Elias, je redécouvre les classiques. Un état de l’art est également nécessaire, m’éclairant cette fois-ci sur les dernières tendances académiques ou encore les angles morts à explorer : l’art d’être à la mode tout en se démarquant ! Enfin, si l’activité de lecture prédomine, pour rester une sociologue de terrain (et éviter de m’empoussiérer), je continue de m’informer par le biais indirect des réseaux sociaux et de la presse, ou par la participation directe à des évènements et échanges avec des militants locaux. Ce contact avec le terrain devrait par ailleurs s’accentuer lors de ce second semestre.

                  En parallèle, je continue de suivre le collectif LuCid, dans l’ambition de valoriser les données récoltées sous la forme d’articles et de communications. 

3) Si vous aviez à sélectionner un souvenir en lien avec le labo lequel serait-il ?

                  Si j’ai déjà plusieurs souvenirs en tête, je sélectionnerais ici un moment assez original : entre doctorantes et doctorants, nous avons récemment passé une matinée à ranger, nettoyer, dépoussiérer, déménager notre salle de travail. J’ai eu la chance d’avoir de nombreux échanges avec les membres du laboratoire depuis le stage de master. Néanmoins, ce réaménagement matériel et collectif est venu concrétiser le sentiment d’avoir ma place dans ce collectif de travail et d’entraide.


4) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

                  J’aimerais ici relater ma rencontre avec Sylvie Ollitrault, chercheuse en sciences politiques et sociologie reconnue dans l’étude des mobilisations écologistes.

                  Après avoir grandement utilisé ses travaux dans le cadre de mon master 2 de sociologie, mon directeur de mémoire Patrice Cohen m’a enjoint à la contacter afin de lui proposer d’intégrer ma direction de thèse. Sans cet encouragement, jamais je n’aurais osé demander, voire même envisager cette possibilité. Jeune et en début de carrière universitaire, je me représentais (et me représente encore souvent) les chercheuses et chercheurs qui m’inspirent comme des personnes lointaines que je ne peux approcher ! Pourtant, il aurait été dommage de me priver de cette collaboration. Sylvie Ollitrault s’est en effet trouvée être très accessible et bienveillante, acceptant de m’aider dans ma recherche.

                  Nous pouvons par ailleurs faire la même observation vis-à-vis de nos professeurs. Ces derniers sont des instructeurs, mais ils peuvent aussi devenir des interlocuteurs d’échanges plus collaboratifs, comme j’ai pu en faire l’expérience lors de mon travail d’ingénieure d’étude inscrite dans un collectif de recherche intégrant des maîtres de conférence du laboratoire, notre ingénieur d’étude François Feliu ainsi que des chercheurs et chercheuse en médecine.

                  Mon conseil – ou ma « ficelle du métier » – serait donc de s’autoriser à construire des échanges, souvent très enrichissants, avec ces personnes que nous estimons. Bien sûr, cette aptitude s’acquiert progressivement au cours de notre socialisation professionnelle, et je suis moi-même encore au tout début de cet apprentissage.


5) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches?

                  Il est donc évident pour moi de vous conseiller les ouvrages de Sylvie Ollitrault, notamment Militer pour la planète: Sociologie des écologistes (2008) ou encore La désobéissance civile (2012). Elle est également intervenue plusieurs fois sur France Culture, support radio que j’aime mobiliser pour me renseigner autrement que par la lecture.  

                  Mais je souhaiterais également exposer ici deux propositions originales, car aux effets inversés : un ouvrage classique qui m’a enrichie sur un plan personnel, et, à l’inverse, une œuvre non sociologique qui a été source d’inspirations pour mon travail de recherche. (En réalité, je trouve que ces effets se combinent bien souvent, la sociologie pouvant imprégner nombreuses de nos activités.)

                  L’ouvrage d’ Erving Goffman, Asile, m’a ainsi non seulement nourri sur le plan universitaire, mais m’a également permis de porter un autre regard sur des expériences personnelles telles que celle d’un job d’été effectué dans une structure psychiatrique.

                  À l’inverse, j’ai récemment regardé le film Don’t look up : Déni cosmique de Adam McKay. Le scénario faisant écho avec les thèmes de ma thèse, ce visionnage a nourri mon envie de poursuivre mon travail.  Si je devais finir par une recommandation, ce serait donc vous encourager à trouver un ou des livres, films, podcasts, etc… qui, extérieurs au champ académique traditionnel, puissent cultiver votre motivation pour vos recherches sous une autre forme !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search