Portrait de chercheur : Frédéric Nicolas – Ingénieur recherche (post-doc) projet ADEMI

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je suis sociologue, post-doctorant à l’Université de Rouen-Normandie et chercheur associé au Laboratoire des sciences sociales du politique (IEP de Toulouse). Depuis plus de 10 ans, je travaille sur les processus de structuration sociale et politique des mondes ruraux, à travers ma thèse de doctorat consacrée au processus de professionnalisation de l’agriculture biologique (INRAe-CESAER, Dijon), une première recherche postdoctorale consacrée aux effets du loup et des politiques de la nature sur le travail et la santé des éleveurs et des bergers (INRAe-AGIR, Toulouse), mais aussi à travers un ensemble de recherches et de projets collectifs, dont les deux plus notables sont d’une part l’enquête sur la fermeture de l’usine Molex dans le Tarn (avec Olivier Baisnée), et d’autre part la publication d’un dossier d’Études rurales consacré aux notabilités et au travail politiques dans les mondes ruraux (avec Sébastien Vignon et Gilles Laferté). En parallèle de ces activités de recherche, j’ai beaucoup enseigné dans différents établissements et sous-différents statuts : en tant que chargé d’enseignement à l’Université Laval au Canada (2008-2010), qu’ATER à l’IEP de Toulouse (2010-2012), vacataire à l’Université de Nice, à l’IUT de Figeac, à l’École nationale supérieure d’agronomie de Toulouse et à l’Université de Limoges (2012-2016), et en tant que MCF contractuel à l’Université de Limoges (2016-2019).


2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels
?

Avec Violaine Girard, François Féliu, Lilian Lahieyte et une équipe de sociologues, nous analysons un dispositif d’action publique visant à encourager la mobilité pour l’insertion (recherche ADEMI) : nous nous intéressons tout d’abord à la genèse de ce dispositif qui conduit des ménages d’Ile-de-France connaissant des difficultés d’accès à l’emploi et mal-logés à envisager une mobilité vers des villes moyennes ; nous interrogeons également les manières dont les « bénéficiaires » de ce dispositif sont accompagnés par un ensemble de professionnels en région parisienne et dans les territoires, en portant notamment la focale sur les logiques pratiques de leur travail et la manière dont celui-ci est défini par les réformes de l’action publique, du travail social et de l’accompagnement vers l’emploi ; à partir d’entretiens biographiques panélisés, d’observations et du dépouillement des documents produits dans le cadre du dispositif, nous analysons également les trajectoires sociales ainsi que les mobilités résidentielles et professionnelles des ménages populaires orientés vers le dispositif ; enfin, nous interrogeons les manières dont ce dispositif se traduit dans des espaces sociaux localisés caractérisés par une forte interconnaissance et des enjeux de développement économique et d’accompagnement social qui leur sont propres.


3) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue
? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise?

Si on parle ici de « fait social » et non d’un événement singulier, le fait qui marque ma « carrière », et celle de beaucoup de jeunes chercheuses et chercheurs de ma génération, est la précarité. Si nous ne la vivons pas tout·e·s de la même manière, du fait des ressources différenciées dont nous disposons chacun, elle demeure pour tout le monde un aspect structurant de notre trajectoire, nous obligeant à enchaîner les petits contrats et nous empêchant de nous projeter sur le long terme, tant d’un point de vue professionnel que personnel. Si j’en ai fait un moteur de mes engagements professionnels et qu’elle a en partie façonné ma perception du monde social, cette précarité est usante et décourageante individuellement mais aussi collectivement. Nous en faisons toutes et tous l’expérience actuellement en ayant l’impression d’un énorme gâchis.


4) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches
?

Ce n’est pas directement en lien avec mes recherches, mais la lecture du livre et le visionnage du film de Manon Ott, « De cendres et de braises », m’a beaucoup stimulé récemment. En général, j’aime beaucoup faire des parallèles entre des œuvres sociologiques et des œuvres filmiques, notamment quand j’enseigne : regarder Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman se concilie très bien avec la lecture d’Asiles de Goffman, tout comme le documentaire Tous au Larzac de Christian Rouaud donne à voir ce que Patrick Champagne entend par « manifestation de papier ». Le travail de Manon Ott ne fait pas qu’établir des parallèles entre œuvre sociologique et œuvre filmique : elle pense les deux en même temps, ce qui est vraiment stimulant du double point de vue de la construction de l’objet et de la diffusion/valorisation de la recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search