Portrait de chercheure – Megane Aussedat – doctorante (CIFRE)

1) Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Mégane AUSSEDAT, je suis doctorante en sociologie, au laboratoire Dysolab. Après un master en sciences sociales de l’urbain, je me suis orientée vers l’action publique dans le domaine de la politique de la ville, d’abord en tant que collaboratrice d’élu puis en tant que chargée de mission dans une administration centrale.

A l’occasion d’une restructuration de l’administration dans laquelle je travaillais, j’ai décidé de me lancer dans un projet de thèse au croisement de deux thématiques qui me passionnent : l’action publique dans les outre-mers et les politiques de renouvellement urbain. Grâce à la bienveillance que j’ai trouvée à la fois auprès de mon environnement professionnel et de mes directrices de thèse, j’ai pu réaliser ce projet qui me tenait à cœur sous la forme d’un contrat CIFRE au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires.

Je partage donc mon temps de travail entre la recherche doctorale et des missions que je mène pour l’ANCT, toujours dans le champ de la politique de la ville.

2) Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Mon travail de thèse porte sur les politiques de résorption de l’habitat indigne, à Marseille et à Mayotte. Dans ces deux territoires, je cherche à analyser l’action publique ciblée en direction d’espaces d’habitat privé marginalisés (les grandes copropriétés dégradées à Marseille et les bidonvilles à Mayotte) et la façon dont s’organise le relogement des ménages qui en sont issus. Cette  recherche s’inscrit au croisement de la sociologie de l’action publique et de la sociologie de l’Etat outre-mer. Je suis actuellement dans ma deuxième année de thèse, que je consacre essentiellement au terrain.

3) Si vous aviez à sélectionner un souvenir en lien avec le labo lequel serait-il ?

Ma relation avec le laboratoire se fait surtout à distance. Entre la restriction des déplacements due à la crise sanitaire l’année dernière, les périodes de terrain à Mayotte et à Marseille, et les contraintes liées au fait que je sois salariée d’une agence basée à Paris, les occasions de rencontrer et d’échanger « en vrai » avec les autres membres du laboratoire ont été – et restent – limitées. Heureusement, je peux suivre les temps d’échanges, les ateliers et les séminaires organisés en distanciel par le laboratoire, ce qui est vraiment très précieux pour celles et ceux qui, comme moi, sont physiquement éloigné.es du campus.

Personnellement je tire beaucoup d’enseignements des ateliers organisés à destination des doctorant.es. Au-delà des conseils que peuvent nous apporter les professionnels qui y interviennent, ce sont des moments où l’on se rappelle que les problématiques qu’on rencontre individuellement dans le travail de thèse sont partagées par d’autres doctorant.es, et qu’il s’agit finalement de questionnements qu’il est normal de rencontrer au cours d’une thèse.

4) Pouvez-vous raconter un fait marquant de votre carrière de sociologue ? ou bien décrire une ficelle du métier et comment vous l’avez acquise ?

Dans le cadre de ma thèse, je mobilise des méthodes principalement qualitatives. J’ai trouvé dans le livre Guide de l’enquête de terrain, de S. Beaud et F. Weber une synthèse utile de « ficelles » qu’il est possible de mobiliser avant, pendant et après le terrain. L’une d’entre elles consiste à accorder de l’importance aux entretiens « ratés », aux refus d’entretien, à la sensation d’échec que l’on peut éprouver quand on est sur le terrain.

Face à une telle sensation d’échec, relater précisément ce qu’il s’est passé et la configuration dans laquelle on se trouve dans son carnet de terrain permet d’objectiver la situation, de dédramatiser en quelque sorte, mais aussi d’en tirer des matériaux d’enquête : à quelles informations relatives à mon terrain d’enquête cet « échec » me donne-t-il accès ? quelles précautions devrais-je prendre pour la suite ?

5) Une lecture ou un film à recommander aux lecteurs du carnet en lien, peut-être, avec vos recherches ?

Sans hésitation, je recommande Texaco, roman de Patrick Chamoiseau paru en 1992. Le livre est construit autour du récit que donne la fondatrice de Texaco, un quartier d’habitat informel de Fort-de-France, à l’urbaniste chargé de sa résorption. Replacé dans l’histoire coloniale et esclavagiste des Antilles françaises, le récit de la naissance de Texaco éclaire le sens, la cohérence et la poésie d’un élément urbain a priori caractérisé par son insalubrité et l’absence d’organisation.

Au-delà du fait que j’adore le style unique de Chamoiseau, je m’amuse des résonnances que je trouve entre ce roman et mon travail de thèse, qui mobilise la recherche académique sur l’action publique en direction des espaces d’habitat marginalisés, et sur l’Etat outre-mer, construit par l’histoire coloniale française. L’urbaniste dont il est question dans le roman est Serge Letchimy, qui, en tant que député de la Martinique, a donné son nom à une loi relative au traitement de l’habitat informel et indigne dans les outre-mers français, en 2011. C’est une référence juridique que je rencontre évidemment très régulièrement sur mon terrain ultramarin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search